Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Volkswagen - Skoda : la fin de l’heureuse concurrence interne ?

Dans Economie / Politique / Industrie

, mis à jour

Volkswagen - Skoda : la fin de l’heureuse concurrence interne ?

Volkswagen subit un revers en Europe et accuse son cousin Skoda d’empiéter sur ses plates-bandes : une clientèle plus haut de gamme que celle qui lui était initialement destinée. Une concurrence interne voulue par la précédente direction du groupe qui montre aujourd’hui ses limites.

Avant, tout était tellement simple dans le groupe Volkswagen. Les très riches s’offraient une Bentley, les riches choisissaient une Porsche, les cadres supérieurs se jetaient sur une Audi, les cadres moyens optaient pour une Volkswagen et les autres se partageaient entre Skoda et Seat, simple question de goût.

Mais rien n’est plus comme avant. Si le haut du panier se répartit toujours ses joujoux de la même manière, il n’en va pas de même pour les clients des trois marques généralistes. Au point où la révolte gronde à Wolfsburg, fief du groupe et du constructeur Volkswagen. C’est que la marque historique du groupe est un tantinet déprimée. Elle n’est pas dans le rouge (+8 % de ventes au mois de septembre), mais doit surtout ses chiffres à ses succès chinois et américain. Car en Europe, c’est pas la joie et en France, on frise la cata. Sur la même période, dans l’Hexagone, la baisse atteint 14,8 %. Résultat : Volkswagen tente péniblement de maintenir 7 % de parts de marché.

Skoda, le coupable idéal

Et pourtant, jamais l’offensive de l’Allemand n’a été aussi forte. Coup sur coup, la Golf a été restylée, l’Arteon lancée, la Tiguan Allspace étrennée, la nouvelle Polo a débarqué et le T-Roc s’apprête à être commercialisé. Mais rien n’y fait. Alors, il faut trouver le coupable. Et pour les dirigeants allemands, il est tchèque et tout désigné. C’est de la faute de Skoda. Un courroux résumé par une voiture en particulier : le Karoq, concurrent direct du Volkswagen Tiguan.

 

Volkswagen - Skoda : la fin de l’heureuse concurrence interne ?

Pierre Desjardins l’affirme dans son essai : il s’agit tout simplement du meilleur SUV du groupe. Une donnée qui n’est pas du goût des patrons de Volkswagen, historiquement habitués à dominer les cousins Skoda et Seat. Sauf que ce Karoq a tout pour lui. Ses moteurs sont ceux du Tiguan comme son contenu technologique. Sa qualité de fabrication est (pratiquement) du même niveau, et surtout, son rapport qualité/prix est meilleur, alors que ses clients sont de plus en plus semblables. Quant au design Volkswagen, il n’est pas franchement plus rebelle que celui de Skoda.

Syndicats et patronat d’accord pour faire payer Skoda

Après tout, que la filiale tchèque fabrique de bonnes autos n’est pas un problème si elles ne font pas d’ombre au grand frère. Sauf que depuis plusieurs années, les Octavia, Superb, Kodiaq et consorts s’arrachent et les délais de livraison s’allongent, signe évident de succès. La marque pulvérise ses records de ventes d’année en année et son taux de rentabilité ne cesse de grimper. Des chiffres qui donnent le tournis aux patrons de Volkswagen et aux syndicats maison qui veulent stopper l’hémorragie de leur propre déconfiture.

Et de demander au Tchèque de jouer avec la même règle du jeu qu’eux : fabriquer leurs autos en Allemagne et non plus seulement, comme c’est le cas aujourd’hui pour plusieurs modèles, à Skoda ville, alias Mlada Boleslav, en République tchèque, ou les salaires sont moins élevés que dans la Ruhr. L’intersyndicalopatronale exige également que le Tchèque, puisqu’il est si bien provisionné, paie un peu plus cher les pièces qu’il achète dans l’énorme banque d’organes du groupe où, des plateformes aux moteurs en passant par les dernières nouveautés technos, toutes les marques du groupe viennent faire leurs courses. Évidemment, à ce procès se sont ajoutées les voix des politiques qui, côté tchèque, brandissent leurs salariés à préserver et de nouvelles embauches à assurer.

L’affaire a même amené Mathias Müller, le patron du groupe, à envisager de repositionner ses marques généralistes. Peut-être en les obligeant à se partager le monde.

Le culte de la concurrence interne

On n'en est pas là, mais on peut se demander comment on en est arrivé là. Car au départ, la répartition des rôles était plutôt claire. Volkswagen se voulait entry premium, en Français dans le texte, c’est un chaînon manquant entre une marque généraliste et un constructeur premium. Un domaine que Peugeot tente également d’investir. Les deux autres, plus bas de gamme, étaient censées se partager une clientèle un peu plus populaire. Pour simplifier, et caricaturer, Seat devait séduire les jeunes, et Skoda les seniors parmi cette vaste population qui ne peut pas, ou ne veut pas, miser 30 000 euros (prix d’une Golf bien équipée et bien motorisée) sur une berline compacte.

Pendant quelques années, cette répartition des tâches et des publics a été respectée. Seat, après une période plutôt dispersée, a retrouvé, depuis deux ans, un succès mérité mais qui, pour l’instant, ne fais pas d’ombre au grand frère. Contrairement à Skoda. Le Tchèque a clairement misé sur la montée en gamme, allant jusqu’à vendre son best-seller Octavia au prix de la reine Golf. Sauf qu’à ce même prix, elle est plus grande, aussi bien équipée, plus habitable, avec une motorisation plus puissante. Et la qualité de fabrication est presque équivalente, comme la valeur résiduelle (le prix que vaut une Octavia après quelques années d’usage) qui est de plus en plus proche.

Évoluer ou sombrer

Mais comment des marques d’un même groupe peuvent-elles se livrer une telle guerre, et se concurrencer à ce point ? Une rivalité et des chamailleries auxquelles Seat, qui a retrouvé une santé et un dynamisme qu’elle n’a jamais connu, pourrait très vite se mêler.

Pour cet ancien cadre dirigeant français du groupe allemand, « cette méthode d’autonomie totale de toutes les marques a été voulue et installée par Ferdinand Piëch lorsqu’il dirigeait la maison. Une manière de challenger toutes les marques ». L’héritier de la famille Porsche s’en est allé, mais la tradition a perduré. Sauf que l’organisation d'une entreprise, comme les produits qu’elle fabrique, se doit d’évoluer, au risque de sombrer.

En savoir plus sur : 4X4 - SUV - Crossover

4X4 - SUV - Crossover
Commentaires (83)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est faux Skoda concurrence Audi. ..

Par

Excact et Dacia pique des clients à Skoda et Audi :oui:

Par

les Véhicules de la marque Skoda , sont des WV et Audi vendu à leurs juste prix !

Par

...le genre de débat qui pourrait bien toucher aussi la maison Rîno....bonne chance pour continuer à planter autant de Captur ou de 4 Jar avec le nouveau Duster qui annule tout de même pas mal de points négatifs de l'ancien...et pour pas plus cher.

Bref, oui oui.... un consommateur moderne et quelque peu ouvert d'esprit est capable de voir où est son intérêt.

Une simple preuve : sur un marché neutre tel que la Suisse, l'Octavia s'immatricule dorénavant plus que la Golf...

Par

En réponse à roc et gravillon

...le genre de débat qui pourrait bien toucher aussi la maison Rîno....bonne chance pour continuer à planter autant de Captur ou de 4 Jar avec le nouveau Duster qui annule tout de même pas mal de points négatifs de l'ancien...et pour pas plus cher.

Bref, oui oui.... un consommateur moderne et quelque peu ouvert d'esprit est capable de voir où est son intérêt.

Une simple preuve : sur un marché neutre tel que la Suisse, l'Octavia s'immatricule dorénavant plus que la Golf...

Ah le Duster :love:

je vois que tu deviens un fan de ce fantastique SUV roc :lover:

roc :love: Love :love: Duster

Par

En réponse à roc et gravillon

...le genre de débat qui pourrait bien toucher aussi la maison Rîno....bonne chance pour continuer à planter autant de Captur ou de 4 Jar avec le nouveau Duster qui annule tout de même pas mal de points négatifs de l'ancien...et pour pas plus cher.

Bref, oui oui.... un consommateur moderne et quelque peu ouvert d'esprit est capable de voir où est son intérêt.

Une simple preuve : sur un marché neutre tel que la Suisse, l'Octavia s'immatricule dorénavant plus que la Golf...

normal ils préfèrent le même chose mais moins cher :oui:

qui a dit que les suisses étaient pétés de thunes ? :voyons:

Par

Débat idiot. A force de vendre 4 fois la même chose à des prix et sous des badges différents, les clients ont fini par le voir. En plus VW qui devait être numéro 2 en terme d'image dans le groupe se prend en plein les scandales du dieselgate car ils portent aussi le nom du groupe. Du coup il serait bien que VW change de nom. Pourquoi pas utiliser la marque Porsche puisque c'est bien lui qui est à l'origine de la coccinelle,.la c'est sur ça reboosterait la marque

Par

Deux solutions pour la maison mère:

- Obliger "directement" SKODA à redescendre en gamme

- Obliger "furtivement" SKODA à redescendre en gamme en leur faisant payer plus cher l'accès aux plateformes, moteurs et multimédia de VW.

Par

ça sent les annonces de restructuration :oui:

en fait l'attaque de Dacia avec ses hauts de gamme quasi premium a bien surpris le groupe VW :oui:

Par

"Pour cet ancien cadre dirigeant français du groupe allemand..."

Etait-ce trop demander de preciser le nom et le titre de cet ancien cadre dirigeant?

Faut croire que oui :voyons:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire