Publi info
 

Prise en mains – Mercedes eSprinter : une réponse au fourgon Renault Master ZE

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Avant la prochaine fourgonnette eCitan et après le fourgon compact eVito, Mercedes dévoile avec le eSprinter le troisième modèle électrique intégrant sa gamme de véhicule utilitaire. Le fourgon germanique luttera principalement contre les Renault Master ZE et Volkswagen eCrafter. Premiers tours de roues.

Prise en mains – Mercedes eSprinter : une réponse au fourgon Renault Master ZE

Parmi la catégorie des véhicules particuliers, les modèles propulsés à l’énergie électrique se multiplient depuis une quinzaine d’années. Un virage que les constructeurs de véhicules utilitaires légers prennent de plus en plus pour différentes raisons. Tout d’abord, les contraintes de l’électrique sont plus aisées à solutionner. L’encombrement d’une batterie ne pose ainsi pas ou presque pas de problèmes au regard des larges dimensions des VUL. Ensuite, face aux prochaines interdictions de circulation dirigées contre les Diesel dans les capitales et grandes villes européennes, une alternative de mobilité doit être proposée aux professionnels. Enfin, économiquement, ce marché ne peut être ignoré. Selon les prévisions de l’Agence Internationale de l’énergie (AIE), le nombre de véhicules électriques passera à 150 millions en 2040, soit une part de 8 % de la flotte mondiale qui atteindra, de son côté, 2 milliards de véhicules. Face à ces constatations, Mercedes n’a donc pas tardé à lancer son offensive en prévoyant d’électrifier l’ensemble de ses VUL comme son Sprinter que nous avons pu tester.

Prise en mains – Mercedes eSprinter : une réponse au fourgon Renault Master ZE

Sous la carrosserie identique au modèle thermique, le eSprinter adopte la technologie déjà implantée dans le eVito. Le bloc électrique développe donc une puissance de 84 kW, soit environ 113 ch, et un couple de 300 Nm de couple. Néanmoins, le fourgon allemand possède une spécificité par rapport à son petit frère compact. Deux versions de batterie sont commercialisées afin de mieux répondre aux besoins des utilisateurs en entreprise. La première offre 55 kWh permet de parcourir 150 kilomètres avec une charge utile allant jusqu’à 900 kg. La deuxième avec 41 kWh autorise une charge utile plus élevée de 1 040 kg mais avec une autonomie moindre de 115 kilomètres. Concernant la recharge, Mercedes annonce 6 heures pour faire le « plein » ou 45 minutes pour récupérer 85 % de capacités à condition de brancher le eSprinter sur un système type Wallbox.

Prise en mains – Mercedes eSprinter : une réponse au fourgon Renault Master ZE

 Sur la prise, le eSprinter s’accorde d’ailleurs une petite coquetterie. En effet, son emplacement n’a pas encore été défini. Un secret sur lequel les ingénieurs n’ont pas souhaité échanger. Toutefois, le branchement devrait logiquement se retrouver à la place habituellement réservée au bouchon de réservoir, à côté de la porte du conducteur comme sur le eVito. À vérifier néanmoins au moment de la commercialisation.

Au chapitre performances, aucune différence car les deux propositions de batterie ont une vitesse maxi plafonnée à 80 km/h ou 120 km/h en option. Côté capacités utilitaires, Mercedes annonce pour le moment un seul et unique modèle au catalogue disposant d’un volume de chargement de 10,5 m3 et d’une longueur de 5,92 m. Non communiquée, la longueur de chargement devrait vraisemblablement être similaire au Sprinter thermique, soit environ 3,30 m.

Prise en mains – Mercedes eSprinter : une réponse au fourgon Renault Master ZE

Derrière le volant, difficile d’avoir un avis tranché pour deux raisons. La première est que nos modèles étaient vides donc dans une configuration non professionnelle. La deuxième repose sur le fait que le parcours d’essai se limitait à un circuit d’environ 400 mètres ! Mercedes nous a précisé que les modèles étaient des prototypes et qu’il était impossible de les insérer dans la circulation. Bref, cet essai nous a, tout de même, permis de découvrir les bienfaits des 113 ch. Contrairement au Renault Master ZE et ses 76 ch (57 kW), le eSprinter est apparu plus dynamique, notamment au niveau des accélérations. Dernier point enfin concernant la récupération d’énergie. Le fourgon électrique germanique dispose de quatre fonctions D--, D-, D, D+ afin de plus ou moins accentuer le freinage et donc la récupération d’énergie. Une assistance intelligente qui ne nécessite toutefois pas quatre niveaux. Si le conducteur se lasse du D-- (récupération maximum) et de ses fortes décélérations, le niveau D suffirait largement pour revenir à une conduite classique.

Prise en mains – Mercedes eSprinter : une réponse au fourgon Renault Master ZE

Mercedes ne cache pas les destinataires de son prochain Sprinter électrique. Les professionnels ciblés sont les entreprises de logistique dont les activités s’effectuent dans les centres-villes. Une stratégie logique car l’autonomie et les capacités utilitaires du eSprinter répondront parfaitement à leurs attentes. Pour les professionnels, type artisans, TPE et PME, dont le kilométrage annuel dépasse allègrement les 50 000 kilomètres, la version Diesel reste toujours plus performante et moins onéreuse. Car même si le tarif du eSprinter n’a pas été divulgué, ce dernier devrait dépasser les 50 000 € HT.

 

Caradisiac a aimé

  •  Capacités utilitaires correctes
  • Puissance suffisante
  • Silence de fonctionnement

Caradisiac n'a pas aimé

  • Gamme restreinte
  • Tarif

Portfolio (20 photos)

Mots clés :

Commentaires (9)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

parfait pour les livraisons en centre ville. surtout pour le dernier kilomètre

Par

En réponse à Florian Denis

parfait pour les livraisons en centre ville. surtout pour le dernier kilomètre

oui, à condition d'opter toutefois pour une wallbox: ça permet de bien recharger pendant la charge de la camionnette.

en revanche, vue l'autonomie et si l'utilitaire est utilisé tous les jours, faut pas espérer une longue durée de vie de la batterie: bref, à bien négocier avec Mercedes ou prévoir une location de batterie.

n'empêche que ne pas proposer en option une autonomie de 300 ou 400 bornes pour les gens intéressés est un non sens...

Par Profil supprimé

Pour moumou afin qu'il puisse transporter ses lapins à l’abattoir

Par

Bref on vous a invité à essayer des véhicules non représentatifs de la future production.

Du coup même avec la meilleures volonté du monde, cet essai ne sert à rien.

Par

En réponse à mynameisfedo

oui, à condition d'opter toutefois pour une wallbox: ça permet de bien recharger pendant la charge de la camionnette.

en revanche, vue l'autonomie et si l'utilitaire est utilisé tous les jours, faut pas espérer une longue durée de vie de la batterie: bref, à bien négocier avec Mercedes ou prévoir une location de batterie.

n'empêche que ne pas proposer en option une autonomie de 300 ou 400 bornes pour les gens intéressés est un non sens...

dans un engin comme ça un REX aurait sa place.

Par

Bah, vous avez fait leg' sur les + et - : on peut s'attendre aux classiques...

Je commence par le vito, j'en ai eu 3 et avant avant dernières et avant dernières version:

+ stabilité, tenue de route

- bruits aero, confort spartiate avec à peu près aucun réglage du poste de conduite, dynamisme correct en version 2013 / 143cv. Kit (micro) bluetooth absolument dégueulasse. Sono (autoradio comme HP lors d'une convers' telephonique DEGUELASSE.) Fragilité des comodos, systèmes léctriques (vitres, etc...), clim vite HS sur les vieux modèles, bruits de carcasses, vite envahissants dès passés les 10 000 km. Pare-brise fragile sur version 2013 (un dos d'âne correct passé à 40 km/h (même vitesse que pour mes véhicules perso), pare-brise fissuré sur 15cm, et le lendemain 1m. Position centrale de MERDE pour un adulte et même un enfant (sauf avec les jambes sur le passager de droite).

Véhicule neuf hein, pris à la concession Merco de Strasbourg, 1km.

Côté Renault, je n'y ai fait que de bref séjours: engin de chantiers kilométrés et matraqués, tout fonctionnel, confort correct, mais usage différent.

Côté Peugeot, que du véhicule neuf, semble aussi plus confortable sur route, mais là aussi, pas pu dépasser les 50 km/h, je ne peux comparer.

Ah tiens si, les intérieurs: tartes, rustiques, indestructibles à peu près partout. Toutes pannes que j'ai rencontré sur un utilitaire: les conneries électriques (enfin connerie, en plein cagnard, la clim et l'ouverture des vitres, CA COMPTE PUTAIN !!!)

D'autres commentaires plus expérimentés niveaux VU? Diverses marques, conditions, âge, usage équivalent (le kilométrage, sur un VU, OSEF à l'aise.)

Ah, le coût de revient c'est comme on l'imagine, 2 fois plus cher pour les camionettes allemandes. Entre Renault/Peugeot et mercedes en tout cas. Enfin en vré, 1.6 fois plus cher pour mercouille. Vag, j'en sais rien, mais je parie plus cher aussi que les Fransöze.

Par

Donc on oublie les livraisons en montagne si j'ai bien compris la démonstration faite récemment

Par

manque la version BANANA SPLIT pour nos footballeurs champion de monde

Par

C'est la réponse d'un constructeur premium à une ânerie pondu par un généraliste ?

C'est aussi idiot et surtout sans aucune connaissance du milieu des artisans.

Quel inconscient va prendre un véhicule à peine capable de déplacer 1T sur 100 km ?

Passons les déplacements imprévus, les surcharges, l'oubli de mise en recharge ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire