Publi info

Véhicules connectés - La 5G au service de la sécurité automobile

Dans Equipement / Autres actu équipement

La prochaine norme de télécommunication 5G vient d’être confirmée par l’Europe comme moyen de communication entre véhicules et entre véhicules et infrastructures. Plus connectées tant en débit qu’en rapidité, nos autos en seront autrement plus sûres. Voilà pourquoi.

Véhicules connectés - La 5G au service de la sécurité automobile

Parlez-vous 5G ? Sur toutes les lèvres dans les salons technologiques comme le CES de Las Vegas depuis des années, la prochaine évolution de la norme de télécommunication est à la veille de son développement. Les premières antennes seront posées l’an prochain dans certaines grandes villes et, bien entendu, la période de transition sera longue, avec le but pour 2025 de couvrir tous les grands axes de transport en Europe (autoroutes, lignes de trains à grande vitesse…). Les smartphones d’aujourd’hui ne sont pas compatibles et devront être changés à terme – les touts premiers modèles 5G sont lancés dans certains pays précurseurs comme la Corée.

Mais un autre appareil majeur du monde de l’Internet des objets va devoir lui aussi faire sa révolution : l’automobile ! Car non seulement la 5G sera à terme le moyen le plus efficace pour connecter son auto, mais ce sera aussi le standard de communication pour les véhicules entre eux et avec les infrastructures.

En effet, une petite guerre larvée s’est tenue ces dernières années entre deux standards, la 5G donc, appelée C-V2X pour Cellular-Vehicle-to-everything et une forme de Wi-Fi nommée DSRC (Dedicated Short Range Communications). L’enjeu ? Assurer une communication permanente entre véhicules (autos, motos), infrastructures (carrefours, feux tricolores, signalisation, villes, capteurs divers sur la chaussée et le long des routes, caméras…) et usagers vulnérables (piétons, cyclistes), de manière directe ou via le cloud. De quoi informer par exemple un véhicule de la présence d’un autre véhicule en panne caché derrière un virage, de la probable irruption d’un piéton sur la chaussée, de la présence de verglas signalée par une autre voiture, de chaussée dégradée, etc. Autant d’informations à croiser en permanence pour en tirer le meilleur et tendre au fur et à mesure vers l’objectif ultime : éviter tout mort sur les routes.

 

Véhicules connectés - La 5G au service de la sécurité automobile

Autre atout, la fluidité du trafic peut être autrement mieux maîtrisée ainsi à l’approche de feux de circulation par exemple. Et c’est la 5G, portée par l’association de lobbying 5GAA (5G Automotive Association) qui regroupe de nombreux constructeurs (Renault, PSA, Volkswagen, Ford, Volvo, Nissan…) qui a donc remporté cette bataille juste avant cet été 2019.

À la 5G la lourde charge donc de transmettre l’immense quantité de données que tout cela représente : 4 téraoctets environ par jour seront échangés à terme, si l’on cumule les capteurs à bord du véhicule, le système d’info-divertissement et la communication entre véhicules et infrastructures.

En toute logique, de la même manière qu’un conducteur humain peut être assisté dans sa conduite par cet afflux d’informations et d’aides à la conduite, une machine en a d’autant plus besoin. Pour les véhicules autonomes en particulier, la communication la plus précise et efficace assurée par la 5G est un des ingrédients indispensables.

Véhicules connectés - La 5G au service de la sécurité automobile
Véhicules connectés - La 5G au service de la sécurité automobile

 Des centres de tests grandeur nature pour la connectivité et la conduite autonome incluent déjà la 5G dans leurs infrastructures, comme le Teqmo (photo de droite) et le centre Transpolis, tous deux en France.

Véhicules connectés - La 5G au service de la sécurité automobile

 La 5G, instantanée, avec plus de débit et permettant une plus grande densité d’utilisateurs

Les atouts techniques de la 5G ne sont pas négligeables. La connectivité offerte par la norme 5G est à la fois plus forte, plus rapide et plus disponible. Son débit est au moins 10 fois plus important que celui de la 4G que nous connaissons aujourd’hui. Elle bénéficie aussi d’un taux de latence pratiquement nul, ce qui permet donc une communication instantanée. Enfin, sa meilleure densité d’utilisation permet à plus d’utilisateurs se trouvant dans un espace délimité de bénéficier du plein accès aux capacités du réseau, sans risque de saturation.

Et en plus de tous les avantages sur le plan de la sécurité déjà évoqués ici, la 5G et ses très hauts débits ont bien entendu des atouts pour l’aspect loisirs à bord, avec la capacité par exemple de visionner des films en streaming sans aucun souci.

Restent des questions concernant l’éventuelle nocivité supérieure de la 5G par rapport aux ondes émises par les réseaux actuels, qui alarment certains défenseurs de l'environnement. L’ANFR (Agence nationale des fréquences qui gère l'ensemble des fréquences radioélectriques en France) assure les autorisations des sites et les niveaux d’émissions d’ondes qui doivent rester dans le cadre réglementaire, avec des limites 50 fois plus basses que les premières zones de risque pour la santé. Elle vérifiera donc aussi les émissions d’ondes des antennes 5G, dont la capacité de focalisation du signal et les nouvelles gammes d’ondes demandent la plus stricte vérification. 

 

 CHRONOLOGIE DE LA 5G EN FRANCE

- 2018 : définition de la feuille de route nationale et ouverture des consultations pour les fréquences 5G

- 2019 : Appel à candidatures et lacement de la procédure d’attribution des fréquences aux différents opérateurs

- 2020 : premiers déploiements commerciaux dans certaines grandes villes

- 2022 : 3 000 sites installés pour chaque opérateur

- 2025 : 2/3 de la population et la totalité des grands axes routiers couverts

- 2030 : basculement complet sur la 5G

 

 

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (12)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

La 5G est réellement le point de départ de la voiture autonome, les autres sont des ersatz.

Par

En réponse à encke

La 5G est réellement le point de départ de la voiture autonome, les autres sont des ersatz.

Ma voiture elle est juste connecté à la route par ses pneus et l'antenne radio pour le reste tout ça c'est des conneries.

Par

Ce n'est que le début, on ne mesure pas encore tout ce que cela va modifier dans notre société. En bien ou en mal ? Certainement un peu des deux, comme pour les smartphones.

Mais il va falloir au moins 10 ans avant que les logiciels sachent réellement en tirer partie, car ce sont bien les logiciels la clé du succès ou non de cette technologie.

Par

Tous pistés tous surveillés cela va permettre aussi la verbalisation à distance comme les poids lourds bientôt

Par

J'aime la cohabitation de toutes ces belles phrases:

"la période de transition sera longue, avec le but pour 2025 de couvrir tous les grands axes de transport en Europe (autoroutes, lignes de trains à grande vitesse…)"

->Donc uniquement sur les zones où la mortalité routière est faible...

la 5G et ses très hauts débits ont bien entendu des atouts pour l’aspect loisirs à bord, avec la capacité par exemple de visionner des films en streaming sans aucun souci

-> Ah bon? Je ne savais pas que visionner des films étaient un facteur de sécurité routière? et pourquoi pas sur son smartphone tablette 5G tout simplement plutôt que sur l'écran de la voiture?

Autre atout, la fluidité du trafic peut être autrement mieux maîtrisée ainsi à l’approche de feux de circulation par exemple.

-> des feux de circulation sur l'autoroute?????

Par

En réponse à encke

La 5G est réellement le point de départ de la voiture autonome, les autres sont des ersatz.

la voiture autonome n'a pas besoin de connectivité réseau pour rouler, et encore heureux.

en revanche, cette connectivité lui apportera nombre d'informations utiles pour optimiser sa conduite et les parcours à prendre. il est là, l'intérêt de la connectivité.

mais dans un tunnel ou un parking sous-terrain, elle devra continuer de pouvoir s'en sortir sans connectivité. ça me semble l'évidence même.:bah:

Par

En réponse à mynameisfedo

la voiture autonome n'a pas besoin de connectivité réseau pour rouler, et encore heureux.

en revanche, cette connectivité lui apportera nombre d'informations utiles pour optimiser sa conduite et les parcours à prendre. il est là, l'intérêt de la connectivité.

mais dans un tunnel ou un parking sous-terrain, elle devra continuer de pouvoir s'en sortir sans connectivité. ça me semble l'évidence même.:bah:

Et quand il flotte, on n'en parle plus.

Ondes millimétriques obligent.

Par

Cet article dit exactement le contraire du précédent article de Caradisiac sur le sujet :lol:

Dans l'article "https://www.caradisiac.com/le-wifi-perd-finalement-contre-la-5g-en-europe-177351.htm"

Je cite "Malheureusement, Toyota, Volkswagen et Renault, les trois grands groupes qui avaient déjà mis leurs oeufs dans le panier "Wifi" ont subi un gros revers puisque le projet de loi de l'UE pour adopter le Wifi en tant que standard a été rejeté par 21 des 28 Etats qui ont voté"

Et dans cet article c'est écrit : "la 5G, portée par l’association de lobbying 5GAA (5G Automotive Association) qui regroupe de nombreux constructeurs (Renault, PSA, Volkswagen, Ford, Volvo, Nissan…) qui a donc remporté cette bataille juste avant cet été 2019.":bah:

Donc entre les deux journalistes il y en a un qui se trompe. Lequel ?:voyons:

Par

la 5G choisie par PSA ! pas comme renault qui encore une fois s'est trompé avec le wifi :tongue::tongue:

Par

mouais....en campagne ,on aimerait deja avoir la 4G, alors la 5G en 2030....je dirais plutot 2040....ou jamais. vu que l etat n impose pas un cahier des charges tres strict aux operateurs, contrairement a d autres pays....donc, ma voiture sera connectée a....................... l auto radio pendant un bout de temps encore

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire