La polyvalente la moins chère du marché est de retour avec un seul mot d’ordre : faire mieux pour le même prix. Pari réussi ?

Essai vidéo - Dacia Sandero 2 : mieux pour le même prix

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Dacia Sandero

99 g/km - Bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :
Dacia Sandero 2

Octobre 2012

Plus de 2 millions de véhicules vendus à travers le monde depuis 2004. Avec la plus forte progression sur le Vieux Continent ces 8 dernières années, Dacia est incontestablement devenu un poids lourd du paysage automobile européen avec une recette qui fait mouche à chaque fois. Un prix (très) serré et du 100 % utile. « Acheter une Dacia, c’est acheter futé et pragmatique », nous explique la marque qui séduit une très grosse clientèle en provenance du véhicule d’occasion. Et lorsque l’on voit des tarifs aussi serrés, nous, on aime.Lorsque la Logan fut lancée en 2004, son succès sur les marchés d’Europe de l’Ouest dépassa très largement les attentes de Dacia. Trois ans après, la marque roumaine lançait la Sandero, une Logan bicorps, plus courte et mieux adaptée à notre marché. Ce fut d’ailleurs le modèle déclencheur du phénomène Dacia dans notre pays, bien avant l’apparition des redoutables Duster (4x4) et Lodgy (monospace).
Essai vidéo - Dacia Sandero 2 : mieux pour le même prix
« Faire mieux pour le même prix », voici le cahier des charges de la nouvelle Sandero. Au regard de son look séduisant et de sa qualité perçue en nette augmentation, on se demande comment le constructeur est parvenu à proposer un véhicule si complet sans inflation sur les tarifs. La réponse est simple, la mutualisation. Autrefois cousines dans le partage des pièces, les Logan et Sandero sont désormais jumelles. Plus de 80 % des pièces sont communes aux deux voitures. De la face avant au pied milieu, les voitures fabriquées en Roumanie et au Maroc sont identiques. C’est pourquoi le constructeur roumain renouvelle simultanément la Logan, la Sandero et sa déclinaison SUV, le Stepway. Un moyen de renforcer la qualité à des prix contenus.
Autrefois conçue comme une voiture rationnelle du fait de son prix de vente très serré, la Sandero peut désormais relever la tête et ajouter séduisante au registre de ses qualités. Le centre de style a soigné la présentation de sa polyvalente de manière à séduire la clientèle exigeante d’Europe de l’ouest. La face avant arbore la nouvelle identité visuelle de la marque : une large calandre enveloppée de feux effilés, que l’on associerait volontiers au style Volkswagen.


Essai vidéo - Dacia Sandero 2 : mieux pour le même prix
Essai vidéo - Dacia Sandero 2 : mieux pour le même prix
La plateforme qui supporte la nouvelle Sandero est commune à plusieurs modèles de Dacia et du groupe Renault. Ainsi, ses dimensions restent pratiquement identiques avec une longueur de 4,05 m (+ 3 cm) et un empattement de 2,59 m. La polyvalente évolue très peu dans ses fondamentaux et c’est tant mieux car elle était déjà bien lotie en matière d’espace habitable et de volume de coffre (320 litres). Dacia s’est contenté d’améliorer les espaces de rangement (+17 litres) dans l’habitacle et d’offrir une banquette arrière rabattable 2/3-1/3.
Essai vidéo - Dacia Sandero 2 : mieux pour le même prix
L’effort de charme se poursuit dans l'habitacle. Plus cossue, la roumaine s’embourgeoise d’inserts en aluminium et de plastiques de meilleure qualité. Le dessin de la planche de bord est très proche du Lodgy avec au centre de l’attention le MediaNav, le système multimédia (option à 240 €) que l’on avait tout simplement adopté à bord du Lodgy. Ce dernier pilote la radio, le téléphone mains libres ou encore la navigation. La qualité perçue à bord progresse d’une génération à l’autre, c’est indéniable, mais tempérons : nous sommes toujours à bord d’un véhicule à bas coût.