Véhicule compact cinq ou sept places d'un prix abordable, l'Evalia repose sur la base de l'utilaire léger Nissan NV200, présenté à Genève en 2009 et élu en France Fourgon International de l'Année 2010. Titre mérité pour ses 4,1 m3 de capacité de chargement permettant d'accueillir deux Euro palettes, et ses 771 kg de charge utile.



A l'extérieur, l'Evalia s'en distingue par une calandre à inserts chromés, des boucliers, poignées de portes et rétroviseurs couleur carrosserie, les panneaux latéraux entièrement vitrés, le grand volet de hayon et des vitres arrière sur-teintées. Il en conserve un exceptionnel rapport encombrement/habitabilité, très certainement sa principale qualité. Sa compacité extérieure - 4,40 m de long, 1,86 m de haut et à peine 1,69 m de large - ne lui interdit pas les rues étroites, ni les parkings souterrains exigus. L'espace intérieur est l'un des plus grands du segment des ludospaces, malgré une largeur inférieure à ses rivaux.



C'est sans doute à ces qualités que le NV200/Evalia doit son début de célébrité : sélectionné face à deux autres finalistes (dont Ford), il sera le futur taxi de New York. Nissan a décroché ce contrat qui court jusqu'en 2023 et livrera à partir de la fin 2013 ses premiers NV200 jaunes, et quelques Leaf.

Sa notoriété viendra également du e-NV200 présenté officiellement au Salon de Detroit 2012. Ce concept préfigure un ludospace électrique de grande série, avec de nombreux éléments empruntés à la Nissan Leaf.



Rapport encombrement/habitabilité imbattable


Disponible en 5 ou 7 places sur un empattement de 2?725 mm, l'Evalia offre une bonne habitabilité et une surtout une capacité de chargement très généreuse pour les bagages. Il le doit notamment à son architecture traction, à sa suspension arrière compacte de type ressorts à lames, et à un réservoir de carburant avancé au centre sous le plancher.

Les deux sièges strapontins de la 3e rangée peuvent accueillir des passagers de moyen gabarit dans des conditions correctes pour de courts trajets. Les deux portes latérales coulissantes en facilitent l'accès. La rangée de sièges centrale est fractionnable 60/40 pour augmenter le compartiment de charge. Les dossiers se rabattent à plat, et c'est tout l'ensemble des sièges qui bascule sur l'avant pour faciliter l'accès à l'arrière. Les trois places du milieu ne sont pas très larges et leur assise un peu courte, mais elles offrent suffisamment d'espace pour les jambes et une bonne garde au toit.




Lorsque les sept places sont utilisées, le compartiment à bagages affiche déjà 900 litres. Un record certes, mais dans cette configuration, on regrette l'absence de cache-bagages. Avec les deux sièges du fond (rang 3) repliés sur les côtés, le volume disponible atteint environ 2?000 litres. Et, avec les sièges de rangs 2 et 3 rabattus, sa contenance passe à 2?900 litres. Le Volkswagen Caddy Life en propose 130 litres de plus, mais en enlevant les sièges de l'habitacle. Ceux de l'Evalia sont conçus pour rester à demeure dans le véhicule. Enfin, l'Evalia se distingue par son seuil de chargement bas, il se situe à moins de 530 mm du sol.







Proposé en France uniquement en Diesel (1.5 dCi de 90 ch bvm5 ou 110ch bvm6) à partir de à 18 400 euros depuis fin 2011, l'Evalia se veut un « moyen de transport abordable » correspondant aux besoins d'une famille avec enfants soucieuse de son budget, mais se conduit-il comme une berline et en offre t-il l'agrément??