En bref :

Cousine des C1 et 108

3,46 m de long

Une unique motorisation 3 cylindres 1.0 69 ch

A partir de 10 500 €

Pour cette deuxième génération de triplette, Toyota et PSA ont décidé de distinguer beaucoup plus nettement leurs modèles respectifs. À la Peugeot le classicisme, à la Citroën le côté jovial, et à cette Toyota le côté jeune, dynamique et décalé.

Et l'Aygo est clairement celle qui se démarque le plus des autres. Des feux arrière verticaux, une ligne de caisse qui remonte au niveau de la portière arrière, mais surtout, cet imposant X qui barre la calandre lui donnent une personnalité forte et bien à elle.



Essai vidéo - Toyota Aygo : X-clusivement citadine
Essai vidéo - Toyota Aygo : X-clusivement citadine
Essai vidéo - Toyota Aygo : X-clusivement citadine


Ce X, tout comme ses extensions au-dessus des phares, ou l'insert de bouclier arrière, sont personnalisables. Ils existent en noir, noir laqué, blanc ou gris titane. Et on peut les remplacer même après plusieurs années, si l'envie prend le propriétaire de changer un peu son quotidien.

Notre modèle d'essai arborait une combinaison de couleur pas forcément la plus heureuse, mais néanmoins originale. On retiendra que les associations rouge et X noir, ou blanc et X noir, et pourquoi pas noir et X gris sont plus harmonieuses.

Essai vidéo - Toyota Aygo : X-clusivement citadine

La planche de bord est entièrement revue. La qualité des matériaux est grandement améliorée par rapport à la précédente génération, ce qui est à la fois facile, et pas un mal. Mais ce n'est toujours pas le Pérou, avec des plastiques fins et sonnant creux, et un assemblage parfois un peu lâche… Le dessin est en tout cas moderne et l'ergonomie sans souci.

Essai vidéo - Toyota Aygo : X-clusivement citadine
Essai vidéo - Toyota Aygo : X-clusivement citadine
Essai vidéo - Toyota Aygo : X-clusivement citadine


Côté motorisation, on n'aura pas le choix. Toyota a décidé de ne reconduire que le 3 cylindres 1.0, le seul qui perdurait d'ailleurs en fin de carrière sur l'ancienne Aygo. Revisité, il développe 69 ch et 95 Nm de couple. L'adjonction d'un Stop & Start sur toutes les finitions, ainsi que des améliorations intrinsèques visant à réduire la consommation (collecteur d'échappement intégré à la culasse, chaîne de distribution basse friction, carter d'huile en deux parties) font que la consommation et les émissions de CO2 baissent. La moyenne mixte passe de 4,2 à 3,8 litres/100 km, tandis que ce bloc ne rejette plus que 88 g de CO2 par km, contre 99 précédemment.

Direction et châssis ont également subi une mise à jour, nous le verrons au chapitre suivant.

Enfin, les mensurations n'évoluant que peu (la plateforme est la même que pour l'ancienne Aygo), l'habitabilité n'évolue guère. L'espace aux places arrière est compté. Mais bonne nouvelle, le volume de coffre gagne 29 litres pour culminer à 168 litres et même 196 litres jusqu'au toit. Il est aussi 8 cm plus profond entre le seuil et la banquette. Toujours bon à prendre.