Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
 
S'inscrire

Essai vidéo – BMW 225xe Active Tourer : le premier monospace branché

Publié dans Nouveautés > Nouvelles versions

par

BMW semble vouloir casser tous les codes auxquels il nous a habitués avec sa Série 2 Active Tourer. Sorti fin 2014, il s'agit en effet du premier monospace de la marque bavaroise mais aussi la toute première traction à porter la célèbre hélice. Cette fois-ci par contre, le constructeur allemand en sort une version inédite pour le monde automobile dans son ensemble, la 225xe Active Tourer, premier monospace hybride rechargeable du marché, que nous sommes allés essayer dans la région d'Angoulême.

Essai vidéo – BMW 225xe Active Tourer : le premier monospace branché

En bref
3 cylindres turbo 136 ch + moteur électrique de 88 ch
2,0 l/100 km et 46 g/km de CO2
A partir de 38 950 €

Chez BMW, on prend l'hybride rechargeable très au sérieux. Après un premier pas dans la catégorie en 2014 avec la i8, le constructeur allemand a enchaîné en 2015 avec le X5 xDrive40e et en 2016 avec la 225xe Active Tourer, la 330e, bientôt la 740e puis plus tard la 530e. Il faut dire que c'est sans aucun doute aujourd'hui la solution technique la plus aboutie et la plus polyvalente en matière de motorisation alternative au tout thermique et que les ventes sont en pleine explosion, avec en France un bond de 189 % entre 2014 et 2015 dont + 83 % rien que pour BMW. Des chiffres qui devraient donc encore progresser en 2016 avec la sortie des nouveaux modèles, le X5 xDrive40e s'adjugeant déjà la troisième place des ventes de la catégorie derrière la Volkswagen Golf GTE et l'Audi A3 e-Tron.

 La première impression en découvrant la 225xe Active Tourer est que pas grand-chose ne la sépare esthétiquement d'un modèle exclusivement thermique, hormis les logos eDrive en haut des ailes arrière et 225xe sur le hayon, et la large trappe de la prise électrique sur l'aile avant gauche. Non, ce qui la différencie largement réside dans la mécanique. C'est en fait très simple : la 225xe, c'est comme une i8 qui aurait fait un tête à queue. On trouve en effet à l'avant le 3 cylindres 1 499 cm3 turbo essence (partagé aussi avec la Mini) associé à une boîte de vitesses automatique à six rapports et à l'arrière, la batterie lithium ion sous la banquette et le moteur électrique sous le plancher du coffre, chacun entraînant le train de roues qu'il a sous lui à la façon d'un Hybrid4 de PSA. Cette combinaison a en tout cas décroché le titre de moteur de l'année 2015 dans la GT, excusez du peu. Dans le monospace, la partie thermique développe 136 ch à 4 400 tr/min et 220 Nm de 1 250 à 4 300 tr/min, tandis que l'électrique offre 88 ch et 165 Nm, pour un total combiné de 224 ch et 385 Nm, ce qui en fait l'Active Tourer la plus puissante et la plus performante derrière la 225i xDrive, avec un 0 à 100 km/h annoncé en 6,7 s. Garantie six ans et 100 000 km, la batterie de 5,7 kWh offre de plus une autonomie en tout électrique pouvant aller jusqu'à 41 km, et se recharge en 2 h 15 en charge rapide et en 3 h 15 sur une prise domestique. Enfin, en fonctionnement hybride, la consommation officielle est de 2,0 l/100 km à 2,1 l/100 km selon le niveau de finition, ce qui entraîne des émissions de 46 à 49 g/km, rendant le modèle éligible au bonus écologique de 1 000 €.

Essai vidéo – BMW 225xe Active Tourer : le premier monospace branché

La 225xe Active Tourer peut donc être tour à tour traction, propulsion ou transmission intégrale suivant le mode choisi ou les conditions d'adhérence. En mode « Auto eDrive », celui par défaut, le meilleur compromis est recherché, la voiture passant d'elle-même d'un mode à l'autre pour obtenir une autonomie maximale en se basant sur le trajet indiqué dans le système de navigation et les sollicitations du conducteur. Le « Max eDrive », lui, force le mode 100 % électrique et sera utile pour les déplacements de courte distance entre deux points de recharge, par exemple entre domicile et lieu de travail. À l’inverse, le mode « Save », lui, permet d'économiser la charge de la batterie pour un usage ultérieur en favorisant la partie thermique. Enfin, le « Charge », comme son nom l'indique, impose la double responsabilité au 3 cylindres d'à la fois déplacer la voiture et de recharger la batterie, ce qui entraîne évidemment une surconsommation. Parallèlement, tous ces modes peuvent être combinés avec ceux de conduite, Eco Pro, Comfort et Sport. Cette Active Tourer dispose au final d'une transmission intégrale en cas de forte accélération, les deux moteurs fonctionnant alors parallèlement (eBoost), et de perte d'adhérence jusqu'à 130 km/h.

L'ajout de la partie électrique a cependant certaines conséquences néfastes, en commençant par une masse à vide de 1 735 kg, soit 150 kg de plus qu'une 220d ou une 225i en xDrive. Mais les plus mauvaises nouvelles viennent de l'habitabilité, de la modularité et du volume de chargement qui sont malheureusement les domaines de prédilection de la catégorie des monospaces. Ainsi, l'implantation de la batterie sous la banquette réhausse d'abord cette dernière de quelques centimètres diminuant d'autant la garde-au-toit, ce qui commence à devenir problématique avec de grands adultes, mais elle n'est de plus plus coulissante sur 13 cm. Enfin, le moteur électrique prend la place du compartiment sous le plancher du coffre et diminue le volume total de chargement de 468 à 400 litres, soit celui d'une compacte. On peut cependant toujours rabattre les dossiers de la banquette 40/20/40 pour obtenir 1 350 litres mais pas électro-mécaniquement depuis le coffre et contre 1 510 litres normalement. Les seulement 36 litres du réservoir d'essence ne devraient cependant pas être un problème avec la consommation largement moindre que les autres modèles d'Active Tourer qui peuvent embarquer 51 litres de carburant.

La 225xe est offerte avec des niveaux de finition similaire à ses congénères Active Tourer et, si elle doit faire une croix sur la mobilité de sa banquette arrière, elle reçoit en échange de série un combiné d'instrumentation de 5,7 pouces, un pré-conditionnement de l'habitacle (chauffage ou climatisation) et des services connectés eDrive spécifiques comme par exemple la recherche de borne de recharge.

Essai vidéo – BMW 225xe Active Tourer : le premier monospace branché

Si l'extérieur de l'Active Tourer ne fait pas forcément l'unanimité esthétiquement, une fois à bord on se sent aux commandes d'une authentique BMW par la position de conduite, le volant à la jante épaisse ou le tableau de bord tourné vers le conducteur. Nous débutons notre essai en mode 100 % électrique afin d'en déterminer l'autonomie. Le constructeur allemand annonce 41 km mais ça commence mal puisque l'ordinateur de bord garantit de son côté 27 km avant d'avoir vidé la batterie. Et nous ferons… 27 km précisément, après un mélange égal de ville et de voies rapides et en jouant le jeu de l'éco-conduite. Une fois la batterie rechargée durant le déjeuner, nous entamons ensuite une boucle en Auto eDrive, le mode par défaut, sur un parcours mixant nationales limitées à 90 et traversées de village, toujours en ayant le pied léger et en anticipant au maximum, pour aboutir à une moyenne de 4,0 l /100 km à l'ordinateur de bord. C'est le double de ce qu'annonce la marque bavaroise, certes, mais ça reste diablement impressionnant pour un monospace de plus de 1 700 kg.

 

Essai vidéo – BMW 225xe Active Tourer : le premier monospace branché
Essai vidéo – BMW 225xe Active Tourer : le premier monospace branché
Essai vidéo – BMW 225xe Active Tourer : le premier monospace branché

 

Une fois l'exercice des consommations terminé et avec 224 ch à disposition, il aurait été dommage pour terminer de ne pas les exploiter jusqu'au dernier pour un dernier tour. Le surpoids de 150 kg ne se fait absolument pas sentir la 225xe semble tout aussi performante qu'une 225i xDrive et le passage à l'hybride rechargeable n'a pas entamé les prétentions de l'Active Tourer à être un des plus dynamiques monospaces disponibles aujourd'hui sur le marché. On regrettera cependant deux petits défauts : même en 17 pouces, les suspensions paraissent parfois un peu sèches sur certaines imperfections de la route et des palettes au volant pour commander la boîte de vitesses n'auraient pas été de refus.

Essai vidéo – BMW 225xe Active Tourer : le premier monospace branché

Question tarifs, la BMW 225xe Active Tourer de 224 ch se montre raisonnable par rapport à ses autres versions puisqu'elle s'échange contre un minimum de 38 950 € en finition Lounge et auquel il faut retrancher 1 000 € de bonus écologique, ce qui la place 2 250 € moins chère que la 220d xDrive de 190 ch et que la 225i xDrive de 231 ch (ces dernières bénéficiant cependant d'une BVA à huit rapports contre six pour la 225xe) et seulement 500 € au-dessus de la 218d xDrive de 150 ch avec l'option boîte automatique. En location longue durée, sur 36 mois, 40 000 km, toujours en finition Lounge et avec l'extension de garantie, le loyer mensuel est de 672 €, contre 656 € pour la 220d xDrive et 734 € pour la 225i xDrive. Enfin, pour les entreprises, rappelons que la TVS pour les hybrides rechargeables est gratuite alors qu'il faudra compter 671 € supplémentaires par an, soit 2 013 € sur trois ans pour une 218d ou une 220d en xDrive et boîte de vitesses automatique.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 :

46 g/km - Bonus : 1 000 €*

* Véhicules hybrides rechargeables émettant entre 21 et 60 grammes de co2 : bonus de 1 000 €.

Début de commercialisation du modèle :

Mars 2016

A titre d'exemple pour la version (F45) ACTIVE TOURER 225XE LUXURY BVA8.

1,58 m1,80 m
4,34 m
  • 5 places
  • 400 l / NC

  • Auto. à 6 rapports
  • Hybride essence électrique

Portfolio (25 photos)

Inscription à la newsletter
Bmw Serie 2 F45 Active Tourer

En savoir plus sur :
Bmw Serie 2 F45 Active Tourer

Commentaires (82)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Un réservoir de 36 litres ... Sur autoroute, avec une conso de 9 litres, ils ne vont pas aller loin les clients BMW ! :lol:

Par

En réponse à abasc

Un réservoir de 36 litres ... Sur autoroute, avec une conso de 9 litres, ils ne vont pas aller loin les clients BMW ! :lol:

J'aimerais savoir d'où vous tirez votre chiffre concernant la consommation.

Cette voiture ne s'adresse clairement pas aux gros rouleurs puisqu'une fois les batteries vides la surcharge fait augmenter la consommation.

Elle s'adresse plutôt aux personnes faisant peu de kilomètres chaque jour et quelques longs voyages lors des vacances.

Un peu comme toutes les autres hybrides rechargeables en fait !

Par

230ch en essence, avec 4 roues motrices et boite auto, ça doit bien faire du 9 litres vu l'aérodynamique du truc ! L'hybride n'est absolument pas utile pour l'autoroute, d'où une consommation élevée. Surtout qu'il y a 150kg de + que les autres versions sur la balance !

Par

Pour ta gouverne mon cher abasc , une 330i E90 de 258 cv sur autoroute c'est 6l/100 à l'ODB à vitesse stabilisé , donc tes 9l t'ira les vérifiés avant de dire n'importe quoi .... :buzz:

Par

Du bon et du moins bon pour cette Série 2 Active Tourer hybride rechargeable.

Le bon :

- Une technologie pertinente et semble-t-il parfaitement maîtrisée par l'hélice, en faisant une proposition autrement plus intéressante que l'idiote Classe B électrique.

- Des tarifs un peu moins outranciers que les précédentes propositions de ce genre. Et il va sans dire que plus cette prometteuse technologie se démocratisera, plus les prix tendront vers l'accessible.

- Un ensemble habitabilité-coffre qui demeure dans les sphères du raisonnable. On est désormais plus proche d'une compacte que d'une citadine, ce qui pourra suffire à bon nombre de petites familles.

Le moins bon maintenant :

- Si l'espace habitable reste acceptable, il n'en demeure pas moins diminué conséquemment. On regrettera donc que Béhème n'ait pas conçu son monospace spécifiquement pour cette configuration.

- La garantie des batteries 6 ans et...100 000 km. :violon: Tu parles d'une mesquinerie... Pour rappel, le kilométrage annuel moyen d'un conducteur d'hybride est de 18 000 km. Cela laisse songeur quant à la confiance qu'a BMW en la durabilité de ses batteries.

http://www.largus.fr/images/images/infographie-diesel-largus-septembre-2015.jpg

- Sinon, les autres défauts sont imputables directement à la Série 2 Active Tourer elle-même : une esthétique bancale (particulièrement dans cette couleur rouge), un intérieur vieillot (volant, compteurs), des tarifs beaucoup trop haut perchés, une habitabilité qui est déjà de base assez médiocre, et une visibilité exécrable au niveau du pilier A (merci le double montant plus large qu'une cuisse de rugbyman).

Bref, au final...on passera quand même son chemin.

Par

Vraiment moche :pfff:

Par

Batteries garanties 100 000 km :mad:

Par

En réponse à Pagani-Zonda

Pour ta gouverne mon cher abasc , une 330i E90 de 258 cv sur autoroute c'est 6l/100 à l'ODB à vitesse stabilisé , donc tes 9l t'ira les vérifiés avant de dire n'importe quoi .... :buzz:

Une 330i 258ch c'est 6.8l c'est le 330i 272ch qui a l'injection directe qui arrive a descendre a 6l...

Sinon biensure la voiture ne consommera pas 9l sur autoroute une fois la batterie vide ... A tout casser 7l maxi

Par

Note des propriétaires : 11,6 ??!! He ben...

Par

En réponse à abasc

230ch en essence, avec 4 roues motrices et boite auto, ça doit bien faire du 9 litres vu l'aérodynamique du truc ! L'hybride n'est absolument pas utile pour l'autoroute, d'où une consommation élevée. Surtout qu'il y a 150kg de + que les autres versions sur la balance !

C'est bien ce que je me disais, vous avez balancé un chiffre totalement au hasard basé sur des préjugés ! Mais bon votre objectivité n'est plus à prouver lorsqu'il s'agit de constructeurs autres que Mercedes

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire