Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Le bonus écologique peut-il être menacé par la hausse des ventes de voitures électriques ?

Le bonus écologique peut-il être menacé par la hausse des ventes de voitures électriques ?

L'équilibre du système du bonus/malus a été mis à mal ces derniers mois avec une chute des recettes. Cela peut-il entraîner, à terme, la fin des incitations publiques pour l'achat de voitures électriques ? La question se poserait déjà pour les flottes.

Comme pour les particuliers, les entreprises bénéficient du bonus écologique à l'achat d'un véhicule électrique, en plus de l'éxonération de TVS et d'une gratuité (selon les régions) de la carte grise. Des arguments intéressants pour les gestionnaires de flottes, qui font d'ailleurs partie du "Contrat stratégique de la filière Automobile", signé avec le gouvernement en 2018.

Celui-ci prévoit un décollage "rapide" des ventes de véhicules rechargeables dès 2020 : "en France, le Contrat stratégique de la filière Automobile, signé en mai 2018, vise à préparer ces évolutions. Les estimations de la Plateforme Automobile (PFA) montrent qu’il faudrait un décollage rapide des ventes de véhicules électrifiés (véhicules particuliers et utilitaires légers) pour atteindre les objectifs d’émissions de CO2 : 100 000 véhicules électriques vendus en 2020, 135 000 en 2021 (contre 39 200 en 2018) ; 75 000 véhicules hybrides rechargeables vendus en 2020, 115 000 en 2021 (contre 13 400 en 2018)", précise le contrat.

Le bonus n'est pas éternel

Problème : une partie non négligeable des acheteurs de voitures neuves en France sont... les professionnels. Et selon nos confrères d'Autoactu.com, la ministre de l'Environnement a laissé planer un doute inquiétant quant à l'avenir du bonus écologique de 6000 € chez les professionnels.

Les discussions concernant les dépenses (bonus) gouvernementales pour l'achat d'automobiles vont bientôt débuter dans le cadre du PLF (projet de loi sur les finances). Le bonus pour les particuliers ne devrait pas bouger, mais celui des professionnels a des chances d'être revu à la baisse. Et cela pourrait amener par la suite, dans les prochaines années, un effet sur le bonus pour les particuliers, qui sera logiquement réduit.

En effet, le barème du bonus/malus est toujours bénéficiaire, mais les recettes ont drastiquement baissé au premier trimestre. La faute, en partie, à la hausse non négligeable des ventes de voitures électriques (près de 40 % de croissance), qui augmentent les dépenses publiques. Si l'Etat veut réellement 100 000 ventes d'électriques en 2020, il y a fort à parier que l'équilibre du bonus/malus sera mis à mal. Avec les conséquences que l'on imagine : la fin du bonus écologique, à moyen terme.

 

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire