Après avoir remporté son match face au Nissan 370Z, la Chevrolet Camaro et son très gros moteur méritaient selon nous un concurrent plus exotique. Une voiture explosive, qui mise davantage sur la performance pure que sur le confort. Quelque chose que l’on n’a pas l’habitude de croiser tous les jours et à tous les coins de rue. Cette voiture s’appelle la Caterham, coûte environ 45 000 €, est homologuée pour la route et enrhume quasiment 99 % du parc automobile roulant sur le 400 mètres départ arrêté.
Après que Lotus ait interrompu la production de la Seven en 1972, Caterham, petit artisan britannique perdu au fin fond du Surrey, en a racheté les droits et perpétue la tradition jusqu'à aujourd'hui. Bien sûr, avec 55 bougies sur son dernier gâteau d'anniversaire, la recette de cette petite barquette a été profondément améliorée année après année et reste aujourd'hui une référence en matière de plaisir de conduite, même si l'esthétique est restée la même. Et si les modèles d'entrée de gamme disposent de performances pouvant mettre mal à l'aise de nombreuses voitures sportives modernes, les versions les plus pointues chassent carrément sur le terrain de la supercar. La R300 Superlight que l'on nous a confiée, par exemple, dispose du même rapport poids/puissance (2,94 kg/ch) qu'une Ferrari 458 Italia : même si son 2,0 l à haute compression, d'origine Ford et profondément remanié par Caterham, ne développe « que » 175 ch, elle avoue sur la balance un poids plume de 515 kg. Ce qui lui autorise des performances exceptionnelles : 0 à 100 km/h en 4,8 s ; 400 m DA : 13,2 s, 1 000 m DA : 24,8 s. Le châssis lui, se partage entre modernité à l'avant, avec triangles superposés et barre antiroulis, et rusticité à l'arrière, avec pont de Dion guidé par un parallélogramme de Watts, mais il n'existe ici aucun conflit de génération, tant ce tandem s'avère efficace. Et c'est tant mieux, puisque rappelons au passage que la Caterham 7 ne dispose d'aucune aide à la conduite. Rien, zéro, nada.

Comparatif vidéo - Chevrolet Camaro Cabriolet vs Caterham R300 Superlight : deux recettes, une même passion
Comparatif vidéo - Chevrolet Camaro Cabriolet vs Caterham R300 Superlight : deux recettes, une même passion

La Camaro sort d'une lignée de Pony datant des années soixante. La première a été commercialisée en 1966 pour venir concurrencer la Ford Mustang. Le Coupé produit aux États-Unis et au Canada, n’a pas changé sa recette mécanique au fil des ans. Il s’agit d’un bon gros V8 atmo de forte cylindrée, en l’occurrence celui de Corvette, dans une version dégonflée. Pourvu d'un arbre à cames central, ce Big Block développe 432 ch et un couple maxi de 569 Nm, en boite manuelle. Du lourd, du rustique qui boit beaucoup et qui pousse fort. Le 0 à 100 km/h est expédié en 5,4 s, la V-max limitée à 250 km/h. Sur le papier, ces chiffres pourraient donner le tournis à plusieurs allemandes, mais face à une ballerine comme la R300 Superlight, les presque 2 tonnes de l’américaine sonnent comme un (énorme) handicap (1 800 kg). Le rapport poids/puissance de l’américaine (4,3 kg/ch) fait quasiment le double de la britannique (2,94 kg/ch).

Comparatif vidéo - Chevrolet Camaro Cabriolet vs Caterham R300 Superlight : deux recettes, une même passion
Comparatif vidéo - Chevrolet Camaro Cabriolet vs Caterham R300 Superlight : deux recettes, une même passion

Côtes XXL, la Camaro chouchoute ses passagers, offre 5 places et un vrai coffre de 320 litres. Une véritable voiture de XXIsiècle confortable et bien équipée. Ici, le propriétaire peut envisager sereinement de longues distances. Pas comme avec la R300, égoïste avec ses deux places et son coffre aussi étroit qu’une boîte a chaussure. Que dire des piètres équipements de confort à bord et de la mise en place de la capote, qui réclame un minimum de pratique et d’adresse pour parvenir à l’installer en moins de 10 minutes. D’une simple pression, la capote toile de la Camaro se déploie en moins de 20 secondes.