Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Essai - BMW X1 18d : la bonne pioche

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Après un premier essai réalisé par nos soins en 4 roues motrices, le nouveau X1 nous revient dans une version plus populaire animée par un diesel de 150 ch en deux roues motrices. Peut-être la future version de référence ?

Essai - BMW X1 18d : la bonne pioche

C’est en 2009 que BMW s’est lancé sur le segment des SUV compacts avec la première génération de X1. En fait, même si le constructeur le présentait comme tel, il s’agissait plutôt d’un break surélevé. Malgré cela, les ventes ont été relativement bonnes avec 730 000 exemplaires écoulés en l’espace de 6 ans. Pour cette seconde génération, la firme munichoise est repartie d’une feuille blanche. Fini le look de break et place à un vrai 4x4, sorte de X3 en réduction. Une démarche plus cohérente et qui aboutit à une réussite car le nouveau X1 est plus élégant, plus beau. Cette transformation dépasse de surcroît le cadre de l’esthétique puisque les mensurations évoluent également. Le X1 mesure désormais 4,44 m de long, soit 4 cm de moins qu’auparavant et son empattement diminue de 9 cm.

Essai - BMW X1 18d : la bonne pioche
Essai - BMW X1 18d : la bonne pioche

Au vu de ces chiffres, on aurait pu croire que le nouveau X1 allait être moins facile à vivre. C’est tout le contraire. L’habitabilité arrière est généreuse (+ 37 mm d’espace aux jambes et même 66 mm avec la banquette arrière coulissante) malgré le tunnel de transmission imposant qui handicape la place centrale. Le coffre offre désormais une capacité de chargement oscillant entre 505 et 1 550 litres, contre 420 à 1 510 précédemment. Il n’y a pas à dire, ils sont forts, ces Allemands !

 

Essai - BMW X1 18d : la bonne pioche


La présentation intérieure a complètement été revue et ce n’était pas du luxe. L’amélioration de l’assemblage et des matériaux est flagrante. Fini les plastiques indignes de BMW, le X1 a corrigé ses défauts. Bien évidemment, le dessin de la planche de bord se rapproche de celui des autres modèles de la marque avec l’écran multimédia en son centre mais non intégré. La seule faute de goût à nos yeux réside dans le design des compteurs, trop cubique, qui donne un peu l’impression de se trouver dans un utilitaire. Dommage car notre finition Sport est très complète avec notamment un kit carrosserie spécifique, des jantes alliage 18 pouces, la navigation 3D, les projecteurs LED, la sellerie tissu et les sièges avant électriques. Des équipements complétant la dotation de base déjà riche.


L’autre révolution de la nouvelle génération de X1 se situe dans sa conception même. Élaboré à partir de la plate-forme UKL, soit celle des dernières générations de Mini ou de Série 2 Active Tourer, le X1 est désormais une traction (quand vous n’optez pas pour la transmission intégrale bien sûr) et fait appel à des moteurs implantés en position transversale. La conséquence la plus préjudiciable : la disparition des mythiques six cylindres en ligne de la gamme du X1. Au grand dam des puristes de la marque. Ce X1 est donc animé par des 3 et 4 cylindres essence et diesels. Suite à notre premier essai réalisé avec le 20d (190 ch) couplé à la transmission intégrale XDrive, nous avons donc choisi ici une version plus roturière, à savoir le 18d (150 ch) associé à la boîte mécanique à 6 rapports et en deux roues motrices.


Premier constat, cela fait bien longtemps que nous n’avions pas conduit un modèle BMW non sportif en boîte mécanique. Il faut dire que la BVA 8 est tellement exceptionnelle que l’on a du mal à s’en passer. Pourtant, la transmission manuelle est de bonne facture avec un étagement satisfaisant. Le seul regret tient dans le guidage du levier qui a parfois quelques difficultés à verrouiller les rapports. Sans surprise, le 18d est toujours aussi agréable à utiliser. Sans se révéler un foudre de guerre, il répond présent à toutes les sollicitations et convient donc parfaitement pour un usage quotidien, que ce soit en ville ou sur autoroute, bien aidé en cela par les 330 Nm de couple. Les reprises sont intéressantes, tout comme les accélérations avec un 0 à 100 km/h abattu en 9,2 s. Cerise sur le gâteau, il est particulièrement sobre avec un moyenne enregistrée sur notre essai de 6,8 l/100 km et s’avère moins bruyant qu’auparavant en raison de l’amélioration de l’insonorisation.
L’agrément de conduite procuré par le moteur se retrouve également au niveau du comportement. Les habitués de la marque trouveront immédiatement leurs repères. Les nouveaux arrivants se sentiront tout de suite à leur aise avec une excellente position de conduite, toutefois surélevée par rapport à l’ancienne génération. L'amortissement ferme de cette dernière est de l’histoire ancienne et le compromis comportement/confort se montre vraiment convaincant. Les mouvements de caisse sont relativement bien endigués, ce qui permet de bénéficier d’un bon confort. Par conséquent, le X1 dispose d’une grande polyvalence avec la possibilité d’envisager de longs voyages sereinement.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 :

109 g/km - bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :

Octobre 2015

A titre d'exemple pour la version (F48) SDRIVE18D LOUNGE.

1,61 m1,82 m
4,43 m
  • 5 places
  • 505 l / 1550 l

  • Méca. à 6 rapports
  • Diesel

Portfolio (16 photos)

Mots clés :

Commentaires (88)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Ce commentaire a été signalé aux modérateurs.

Par

La première version était moche, utilisait des plastiques de Dacia, était inconfortable et étriquée, et était difficilement envisageable pour de longs trajets. Toutes ces qualités l'ont permis de s'écouler à 730.000 exemplaires.

Ce n'est pas moi qui le dit et j'exagère à peine...

Ça en dit long sur les motivations d'achat des conducteurs de BMW.

Au moins, la deuxième génération ne trompe plus le manant, puisque même le tableau de bord donne l'impression de conduire un utilitaire ... Ça non plus, ce n'est pas moi qui le dit...

Par

excellent petit SUV familial !

Je suis parti l'an dernier sur une F31 car X3 trop gros à mon gout, mais ce X1 a vraiment le bon format (coffre de 500L et assez de place pour 2 adultes à l'arrière)

Pour la disparition du L6, franchement, ceux qui veulent un L6 dans un SUV prennent probablement le X3 ou le X5, pas un X1 ...

Par

Ah tiens....l'essai d'un SUV, y'avait longtemps....

Et allez....zou, on va bien mettre 15,9/20 a ce prestigieux X3 mazout 150 ch deux roues motrices.

Digne du blason de la marque sportive et racée. :biggrin:

Par

Excellente petite automitralleuse.

:peur:

Par

En réponse à Xelon

La première version était moche, utilisait des plastiques de Dacia, était inconfortable et étriquée, et était difficilement envisageable pour de longs trajets. Toutes ces qualités l'ont permis de s'écouler à 730.000 exemplaires.

Ce n'est pas moi qui le dit et j'exagère à peine...

Ça en dit long sur les motivations d'achat des conducteurs de BMW.

Au moins, la deuxième génération ne trompe plus le manant, puisque même le tableau de bord donne l'impression de conduire un utilitaire ... Ça non plus, ce n'est pas moi qui le dit...

Encore un commentaire cachant mal la frustration par son énorme exagération.

Le x1 n est pas le plus beau des suv compacts je te l accorde mais de là a le decrire comme une dacia ou un sprinter...

Et en plus insinuer que les proprietaires de bmw sont des petits moutons qui n ont pour but que d avoir une helice sur le capot est infondé. Deja une bmw est plus typée dynamisme que confort donc ca explique ton exageration sur son inconfort. De la a dire que la planche de bord ressemble a un utilitaire je doute que celle de ton Alfa Romeo soit mieux finie et la bmw passera sans doute moins de temps au garage ;)

Par

En réponse à Xelon

La première version était moche, utilisait des plastiques de Dacia, était inconfortable et étriquée, et était difficilement envisageable pour de longs trajets. Toutes ces qualités l'ont permis de s'écouler à 730.000 exemplaires.

Ce n'est pas moi qui le dit et j'exagère à peine...

Ça en dit long sur les motivations d'achat des conducteurs de BMW.

Au moins, la deuxième génération ne trompe plus le manant, puisque même le tableau de bord donne l'impression de conduire un utilitaire ... Ça non plus, ce n'est pas moi qui le dit...

Plutôt d'accord... et ce bloc compteur, nous sommes en 2016 pas en 2003...

Par

Il est clair que cette nouvelle version du X1 sur le plan esthétique est bien plus réussi que l'ancienne.

Pour la disparition du L6 (et de la propulsion) vous tenez là la raison du gain de place malgré un véhicule plus court. Aucune magie la dedans.

Sinon dommage que l'essayeur ne parle pas un peu plus de l'agrément de conduite en la comparant à la version 20d Xdrive. Car le poids gagné en virant les 4 roues motrice peuvent compenser la perte de puissance, et donc se révéler judicieux (en perdant l'avantage de l'adhérence sur tout type de terrain, amis entre nous, on sait très bien que ce SUV sera dans 90% du temps dans les villes).

Par

99% plutot

Par

Un SUV diesel 4 cylindres 2 roues motrices à 50 000€, ideal pour rouler dans paris...

Par

Quel est l'intérêt de ce modèle par rapport aux SUV compacts asiatiques??; C'est bcs plus cher, moins bien équipé, moins dynamique et le design moins innovant...

Le prestige d'avoir la BM peut être :coolfuck:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire