Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

La malédiction des microcitadines

Dans Economie / Politique / Industrie

La malédiction des microcitadines

Les petites autos urbaines ont du plomb dans l’aile. Elles devraient pourtant être les stars des ventes, puisqu’elles sont les moins chères. Mais les microcitadines se vendent mal et les constructeurs n’y croient plus. Certains se regroupent pour continuer d’en produire malgré tout, tandis que d’autres lâchent purement et simplement l’affaire. Tour d’horizon d’un genre en régression.

Avec son prix canon (10 300 euros) elle devrait être en pole position. Pourtant la Peugeot 108 ne s’est vendue qu’à 9 120 exemplaires durant les 6 premiers mois de cette année. Certes, le chiffre n’est pas ridicule, mais si on le compare avec celui de sa grande sœur, 2 000 euros plus chère, équipée d’un moteur strictement identique, il est risible. C’est que 51 794 Peugeot 208 ont trouvé preneurs durant la même période. Un écart que l’on retrouve sous tous les blasons, et notamment chez Renault dont la Twingo a trouvé 19 786 clients en six mois, alors que la Clio s’est écoulée à 61 537 exemplaires.

La malédiction des microcitadines

Mais qu’est ce qui peut bien justifier ce désamour des clients pour les toutes petites ? Leur usage strictement citadin ? Certes. Même si elles accueillent bel et bien quatre personnes et disposent d’un (petit) coffre, les escapades à la campagne à leur bord sont besogneuses. Du coup, elles sont bien souvent considérées comme des secondes autos. Mais les foyers qui disposent déjà d’une première (et grande) voiture neuve et s’offrent un second modèle tout aussi neuf, sont rares. Souvent la deuxième monture s’achète d’occasion, ce qui limite forcément le marché de nos microcitadines à ces exceptions et aux urbains qui limitent leurs déplacements à la seule ville. Mais le frein au succès n’est pas seulement du seul fait de la rareté des clients.

Des constructeurs et des distributeurs pas vraiment motivés

Fabriquer une voiture de 3,40 m ou de plus de 4 m ne coûte pas proportionnellement plus cher. Quelques dizaines de cm de tôle et quelques chevaux en plus ne font pas doubler l’addition. Pourtant, au final, une compacte coûte deux fois plus cher à l’achat qu’une microcitadine. La faute à quoi ? Au surplus d’équipements, dans une moindre mesure. Mais aussi à la marge que le constructeur, et son distributeur, réalise. Plus la monture est grosse, plus le bénéfice l’est également. Du coup, toute la chaîne, du vendeur au concessionnaire, en passant par le constructeur ou l’importateur, a intérêt à pousser ses clients vers des autos plus grandes, histoire de disposer d’une marge bénéficiaire plus grande aussi.

Il est un autre point qui freine le succès de ces petits modèles. Elles sont assez peu équipées. Les GPS comme les autres nouveautés technos ne sont pas pour elles. Question de prix. En rajouter ferait exploser l’addition. Et les situerait au même prix que leurs grandes sœurs. Funeste erreur que personne ne commet.

Certaines marques jettent l’éponge

Le manque de motivation financière pousse aujourd’hui certaines marques à renoncer purement et simplement à ce segment. C’est le cas de Ford avec un tour de passe-passe plutôt malin. Sa petite Ka n’est plus l’urbaine qui a sévi pendant deux générations, de 1996 jusqu’à l’an passé. La microcitadine est morte, vive la citadine tout court. Une urbaine qui a grandi en s’appelant Ka+, mais en conservant les tarifs mini d’une très petite, avec un prix d’appel aux alentours des 10 000 euros. Une manière d’élargir son audience en s’adressant à des clients susceptibles de rester dans un budget restreint, mais à la recherche d’une auto qui ne se limite pas à la seule ville. Le renoncement américain pourrait d’ailleurs donner des idées à l’allemand Volkswagen. Nul ne sait aujourd’hui si la triplette du groupe (Volkswagen Up!!, Seat Mii et Skoda Citigo) sera reconduite.

La malédiction des microcitadines

Les ventes ne sont pas au mieux pour les trois petites, et c’est un euphémisme. Voilà cinq ans qu’elles sont sur les routes, avec un restylage récent pour la Skoda, et à un an ou deux de leur renouvellement logique, aucun signe ne vient conforter une éventuelle succession. Certes, des rumeurs venues d’outre-Rhin évoquent une possible version électrique de la future "MiiUpCitigo", mais étant donné les difficultés à rentabiliser les bonnes vieilles citadines thermiques, gagner de l’argent avec une petite auto bourrée de très chères batteries à 10 000 euros l’unité (le fameux seuil de tarif) paraît totalement illusoire. Alors, d’ici deux ans, les trois petites tchèquo-ibérico-allemandes tireront peut-être leur révérence. À moins que d’ici là, le groupe se donne les moyens de leur mondialisation.

Une rentabilité à l’échelle planétaire

Car plusieurs constructeurs persistent dans ce marché faiblement rémunérateur et s’ils résistent, ce n’est que parce que leurs modèles sont distribués sur les cinq continents, ce qui n’est pas le cas de nos Twingo, 108 ou Citigo. C’est en revanche celui de Kia qui a présenté sa nouvelle Picanto il y a quelques mois. Cousine de l’autre modèle du groupe, la Hyundai I10, c’est une auto réellement mondialiste, à l’image de la Suzuki Celerio fabriquée en Inde, ou de l’Opel Karl coproduite avec Chevrolet en Corée. Les autres, pour tenter de résister sans vouloir envahir la planète, rassemblent leurs forces et s’allient pour fabriquer leurs autos dans un pot commun. Toyota et PSA pour l’Aygo-C1-108, Smart et Renault pour la Twingo-Forfour. Les frais de conception et d’industrialisation sont ainsi divisés par deux, sans que pour autant la marge bénéficiaire soit doublée.

La prochaine Twingo sera-t-elle encore une Smart ? la future Citroën C1 ressemblera-t-elle toujours à une Toyota Aygo ? nul ne le sait et en visionnant leurs tableaux de bord financiers mois après mois, pas sûr que les dirigeants de ces marques soient pour le moment enthousiastes quand au renouvellement de ces modèles.

En savoir plus sur : Citadine

Citadine
Commentaires (100)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

En même temps c'est tellement moche.. et les micro moteurs n'aident pas.

Par

Si c'est micro-citadine abandonnées leurs look de minispace pour un look à l'ancienne, type 106, les ventes serait bien meilleure.

Ou encore "mieux" : donner lui un air de SUV, un peu comme la Kwid, et vous êtes sur que les ventes repartiront.

Par

Peut être vrai pour les m....s teutonnes et françaises,mais lesFiat Pandas,500 et Abarth,sur les 6 premiers mois de l'année 240 000 au cumul.

Par

En même temps ces voitures sont tellement limités dans leur plage d'utilisation... faut pas s'étonner. Une voiture même une micro citadine ça coute cher. On ne l’achète pas uniquement pour un seul type d'utilisation en général, il faut un minimum de polyvalence, avoir un peu de place, tenir la route à plus de 100km/h, avoir des sièges suffisamment confortable pour passer plusieurs heure dedans ...

En gros c'est un marché de niche mais qui ne rapporte rien donc ... ça va disparaître, pour moi c'est évident

Les citadine moyennes (clio, 208, polo, C3, punto etc) ont des chiffres de ventes bien supérieur ainsi que les compacte (308, mégane, golf, astra etc). Ceci explique cela

Par

Quand on voit que Renault a trois autos tous les 20 cm (Scenic, Grand Scenic et Espace), il pourrait faire une micro-citadine à 3,75 ou 3,80 m au lieu de se contraindre à réduire la longueur de la Twingo actuelle (3,60 m).

Toutes les autos ont bien allongé au fil des génération et la place dans nos garages n'a pas forcément augmenté.

Par exemple une compacte faisait 4.00 m il y a 20 ans et aujourd'hui c'est le minimum pour une "citadine"

Par

Les tarifs bordel, les tarifs....

Là ou il était concevable de prendre une Twingo2 avec reprise d'un vieux véhicule et de s'en tirer pour 6 990€, aujourd'hui même avec ça impossible de taper en dessous de 10 000....ou au mieux à 9 990€.

Pour une voiture avec un usage toujours aussi limité.

Reste la solution de l'électrique, mais pareillement....a quel prix ?

Les mini-citadine c'est pas que c'est pas bien, c'est que c'est surtout trop chère. Et sortir des versions comme des Gt ou des Gti à plus de 17 000€ (voir les 20 000) ça ne fera certainement pas avancer le smilblick

Par

Dommage, elle est pourtant mignonne cette 108 !

Comme l'aygo d'ailleurs. Mais elles sont loin d'avoir le charme de la 500...

Pour les teutonnes, en revanche, le design genre bac à légume doit y être pour beaucoup.

Par

Pourquoi la Twingo 1 à rencontré un énorme succès ?

Tout simplement car sa conception était réussie, sa ligne originale et plaisante, et sa gamme a intelligemment évoluée au fil des ans. Tout l'opposé de la 3e génération...

La 108 ? Sa planche de bord ressemble à un jouet.

La Up ? La ligne extérieur fait tout sauf rêver. ...

Par

Je ne partage pas l'avis donné par cet article, ni certains commentaires :

- tout d'abord je trouve l'offre sur ce segment assez diversifiée et si la vague de nouveautés est derrière nous, les modèles commercialisés sont pour beaucoup assez récents et tout à fait dans le coup.

Sauf à s'appeler Fiat 500 ou Smart (la clientèle Smart n'hésite pas à signer de gros chèques ), qui peuvent se permettre de vendre majoritairement des versions haut de gamme chères et bien équipées, ce n'est pas le cas pour les autres.

Hors, si vous prenez une 108 (par exemple) et que vous l'équipez correctement ... l'addition atteint ou dépasse les 15000€. Et là, au moment de signer le chèque, le client potentiel se rend compte pour ce prix il peut passer à la gamme supérieure ou se tourner vers une occasion récente d'un autre segment !

Pour moi la seule raison du succès relatif de ces autos est leur rapport prix équipement ! Le prix d'appel correct éloigne la majorité des acheteurs potentiels lorsque ceux-ci voient la pingrerie à bord !

A trop vouloir marger, les constructeurs se tirent une balle dans le pied sur ce segment. Proposer une citadine mignonne (c'est déjà le cas), correctement motorisée (c'est déjà le cas), ET possédant l'équipement de confort en série à prix intéressant aurait un impact direct sur les chiffres de vente ! Si Dacia se décide à tenter l'expérience en Europe, je ne doute pas une seconde de l'énorme succès de la formule !

Par

Et la Panda ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire