Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Alfa GTV (coupé et Spider)

Alfa GTV (coupé et Spider)

Dates clés

  • Commercialisation : mai 1995 à décembre 2004 - Restyling : mai 2003
Calculer la cote de ce véhicule

En bref

Ces modèles, déclinés en coupé et en cabriolet, ont marqué les esprits lors de leur présentation par leur esthétique singulière et audacieuse. C'est d'ailleurs là leur principal atout. Ainsi que leurs moteurs, assez vivants et communicatifs dans l'ensemble. Car pour le reste – habitabilité, confort, rigueur de tenue de route – ces voitures certes attachantes ne sont pas championnes. Elles s'adressent plutôt à ceux qui sont prêts à craquer sur un coup de cœur en acceptant, au quotidien, une voiture entachée de réels défauts.

Caradisiac a aimé

  • Les moteurs au caractère attachant
  • L'équipement
  • Un très beau cuir (selon version)
  • L'esthétique toujours actuelle

Caradisiac n'a pas aimé

  • Les places arrière minuscules
  • Le confort
  • La finition
  • Le comportement routier en conduite sportive
  • La motricité
  • L'insonorisation

Nos versions préférées

  • COUPE 3.0 V6 24S

Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • L'esthétique : la ligne est typée, très originale, et elle supporte fort bien le poids des ans.
  • Les moteurs : leurs performances vont du banal à l'excellent, mais tous offrent un caractère attachant, relayé par des sonorités assez rauques à l'accélération, et qui évoquent la sportivité.
  • L'équipement : il est plutôt complet, voire riche. Les versions “L” reçoivent de série la climatisation régulée, la sellerie cuir et deux airbags frontaux.
  • Le cuir (selon version) : très belle réalisation, avec un effet visuel vraiment réussi.

Ce qui peut faire hésiter

  • L'absence de places arrière : si, visuellement et sur la carte grise, elles sont bien présentes, l'espace qu'elles offrent est minuscule, et il est impossible d'y loger, même un enfant, si les sièges avant sont fortement reculés. Et l'accès vers l'arrière est on ne peut plus problématique.
  • Le confort : la suspension est beaucoup trop raide et intolérante sur mauvaises routes. Sur les versions puissantes, ou dotées de grandes roues (plus de 16 pouces), durcissement de suspension complètement hors norme.
  • Le dessin des sièges : la raideur et la platitude des dossiers renforcent l'inconfort.
  • La finition : agréable au regard, elle se permet certaines approximations et légèretés plutôt déplacées. Comme, sur les premiers modèles, toute une série de plastiques qui vieillissent médiocrement et quelques points de négligence caractérisée : le couvercle en plastique de l'airbag passager très bâclé.
  • La rigidité du châssis : elle est très insuffisante. D'où des bruits de finition très marqués et dégradation du comportement routier.
  • Le comportement routier : malgré le look très sportif de la voiture, il manque nettement de rigueur. La conduite n'est agréable qu'à petite ou moyenne allure, et sur route bien plane. Mais que le rythme augmente, ou que la chaussée devienne bosselée, et elle devient nettement moins plaisante et révèle un manque d'efficacité flagrant, avec un comportement sautillant.
  • La motricité : sur les versions V6, le train avant a beaucoup de mal à faire passer la puissance au sol, ce qui se traduit par des patinages de roues marqués.
  • La visibilité vers l'arrière : elle est très mauvaise, que ce soit de plein arrière (petite taille de la lunette) ou de 3/4 arrière, en raison des angles morts.
  • Le coffre : il est de taille vraiment limitée, même pour embarquer deux gros sacs le temps d’un week-end.
  • L'insonorisation : elle est bâclée, et plus encore sur le Spider, dont la capote est peu épaisse.
  • la commande de lave-glace : impossible à doser. C'est forcément un jet de 5 secondes environ, qui provient de plusieurs trous dans les supports d'essuie glace et qui ôte toute visibilité. Si on est en train de doubler, ça dérange.
  • La radio : sa qualité de réception est très médiocre, et les parasites nombreux. Un mieux à partir des modèles 99, puis au restyling de 2003.

Budget

Achat / Cote :

Les prétentions des vendeurs sont souvent excessive de prime abord : malgré des prix demandés parfois élevés, les négociations sont possibles. Au final, malgré leur rareté, ces modèles ne se négocient pas si cher.

Consommation :

Assez élevée dans l'absolu, et d'un rapport performances/consommation qui n'est pas des meilleurs.

Assurance :

Un peu chère pour le coupé, tarifs évidemment plus élevés pour le spider dès que vous voulez le garantir contre le vol.

Prix des pièces :

Correct dans l'ensemble. Certaines pièces mécaniques sont assez chères.

Entretien :

Visites d'entretien tous les 15 000 km (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Courroie de distribution à remplacer tous les 120 000 km.

Fiabilité

Description :

Née au milieu des années 90, ces modèles ne bénéficient pas encore totalement du redressement d'Alfa en matière de qualité. Mécaniquement, les points de faiblesses sont relativement nombreux, surtout en début de carrière. Et la qualité générale de fabrication n'est pas irréprochable, mais elle s'améliore assez continûment à partir de 1997. Une campagne de remise à niveau en pratiquée en 1996-97 a apporté bon nombre d’améliorations sur les voitures des deux premières années, tant sur le plan mécanique que sur certains points de finition. Sur les modèles 95-96, Cependant, le vieillissement n'est pas impeccable, sauf sur les – rares – versions restylées.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Corrosion. Sur les modèles fabriqués entre juillet 1998 et fin 2000, possible apparition de rouille sur les bas de caisse au bout 5-6 ans.
  • Moteur 2.0 l. Sur les versions Quadrifoglio fabriquées jusqu'en décembre 1996, risque de rupture avant terme de la courroie de distribution. Attention : risque d'endommagement important des soupapes, voire de casse moteur. Plusieurs améliorations ont été apportées usine : meilleur contrôle des poulies d'entraînement (octobre 1995), tendeur de courroie revu (juin 1996), nouveau matériau de poulie (avril 1996), nouvelle courroie (décembre 1996).

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteurs. Sur les modèles fabriqués jusqu'en juillet 1996 (et surtout sur les versions 2.0 T.S.), incidents sur le câblage électrique dans le compartiment moteur. Conséquence : risque de perturbation de la gestion moteur.
  • Moteur 2.0 T.S.. Sur les modèles fabriqués jusqu'en septembre 1999, le ralenti est souvent irrégulier, avec des à-coups à l’accélération et une mauvaise progression à froid. Amélioration partielle apportée en usine en juillet 1998. Nouvelle amélioration en septembre 1999, avec l'adoption d’une nouvelle centrale d’injection et des paramètres de gestion moteur redéfinis. En après-vente, possibilité de reprogrammation sur les voitures précédentes depuis novembre 1999.
  • Moteur 2.0 JTS. Possible irrégularité de fonctionnement. Causé par un incident sur la sonde lambda ou sa connectique.
  • Moteur V 6. Sur les modèles fabriqués jusqu'en septembre 1996, -coups lors de fortes accélérations.
  • Moteurs V 6. Surtout sur les versions à 24 soupapes, à-coups en faible accélération à bas régimes.
  • Boîte de vitesses. Sur les modèles fabriqués jusqu’en mai 1998, passage en 1ère difficile ; exige plusieurs tentatives.
  • Boîte de vitesses/embrayage. Sur les modèles fabriqués jusqu'en septembre 1996, broutement marqué au démarrage.
  • Différentiel. Résistance insuffisante en sollicitation très sportive (avec des démarrages en trombe répétés, en embrayant vigoureusement à l'arrêt à plus de 3 000 tr/mn).
  • Direction. Sur les modèles fabriqués jusqu’en mai 1998, bruits d’assistance prononcés en fort braquage, souffle de la pompe d'assistance, même en faible braquage.
  • Trains roulants. Sur les modèles fabriqués jusqu'en septembre 1996, bruits de suspensions avant et arrière prononcés, claquements du train avant lors de fortes accélérations, en particulier sur les versions V 6. A pu nécessiter le remplacement des bras de suspensions par les concessionnaires.
  • Amortisseurs. Sur les modèles fabriqués jusqu'en septembre 1996, claquements des amortisseurs, surtout à l’arrière.
  • Amortisseurs. Sur les modèles fabriqués jusqu'en septembre 1998, longévité inférieure à la moyenne.
  • Antiblocage de frein ABS. Sur les modèles fabriqués jusqu'en septembre 1998, quelques cas de perturbation de l’ABS.
  • Freins. Couinement des plaquettes à petite vitesse.
  • Freins. Sur les modèles fabriqués jusqu’en 2001, endurance des plaquettes et disques de freins inférieure à la moyenne.
  • Echappement. Sur les modèles fabriqués jusqu’en septembre 1998, vibrations métalliques sur la ligne d'échappement.
  • Echappement. Sur les modèles fabriqués jusqu’en septembre 1998, le silencieux arrière manque d'endurance.

Aspect extérieur :

  • Aileron arrière. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 1998, il est parfois mal fixé : il risque de se détacher lors d'un passage au lavage à rouleaux.
  • Portières. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 1996, elles sent restent difficilement ouvertes et présentent, à terme, un risque d’affaissement. Les charnières ont souvent été remplacées sur les voitures concernées, mais pas de façon systématique.
  • Capote. Sur les Spider fabriqués jusqu’en juillet 1998, claquements prononcés en provenance des attaches de la capote.

Finition intérieure :

  • Plastiques. Sur les modèles fabriqués jusqu’en 2000, leur qualité d'origine est médiocre, et le vieillissement moyen : usure accélérée du caoutchoutage de surface de nombreux éléments de la planche de bord, ce qui finit par laisser voir le matériau noir à nu, sans son habillage. Sur les modèles fabriqués jusqu’en mai 2003, mauvaise finition du garnissage abritant l’airbag passager.
  • Bruits parasites. Ajustage trop lâche du mobilier, ce qui génère des bruits parasites en quantité abondante, déjà sur la version coupé e plus encore sur la version découvrable. Les voitures menées sportivement accusent un vieillissement accéléré. Sur les modèles fabriqués jusqu’en mai 2003, grincements sur le garnissage de colonne de direction.
  • Bruit d’air. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 1998, sifflement localisé sur les rebords de vitres antérieures.
  • Sièges avant. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 1999, jeu important sur les dossiers. Petits grincements sur l’assise des sièges.
  • Sellerie cuir. Cuir continuellement grinçant.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Fonctions électriques. Sur les modèles fabriqués jusqu’en mai 2003, perturbations des différentes fonctions : vitres électriques, verrouillage central, et divers ennuis périphériques qui peuvent affecter telle ou telle fonction de confort. Ces incidents se raréfient à partir des productions de 1998, puis diminuent jusqu'à disparaître quasiment en totalité sur les modèles restylés (mai 2003).
  • Climatisation. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 1998, incidents sur la fonction air recyclé. Causés par la défaillance du micro-moteur pilotant l’obturation des volets internes d'aération.
  • Feux arrière. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 1998, panne possible des feux arrière de stop.

Rappel de rectification en concession :

  • Joints. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 1996, très fort bruit sur les joints de portes et grincements sur les encadrements de vitres. Les joints ont été remplacés par les concessionnaires au second semestre 1996.
  • Couvercle de coffre. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juillet 1996, les vérins hydrauliques sont faibles : épuisement prématuré ; remplacés par les concessionnaires courant 1997.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Prise en charge sous garantie :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Prise en charge hors garantie :
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4

Meilleures versions

En essence : COUPE 3.0 V6 24S

Quelle belle mécanique. La fougue se joint ici à la musicalité de ce V6 typiquement italien, qui chante à tous les régimes et distribue sa verve à tous les régimes. Mais cela dépasse réellement les capacités techniques du châssis. Notamment du train avant, qui hurle son désaveu en cas d'accélération forte. La cylindrée de 3.0 est passé à 3.2 au restylage de mai 2003, avec un gain de 20 ch.
Commercialisation : 1997
Puissance fiscale : 16
Puissance réelle : 220/240 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

En savoir plus sur : Alfa Romeo Gtv

SPONSORISE

Avis Alfa Romeo Gtv

Forum Alfa Romeo Gtv

Commentaires ()

Déposer un commentaire