Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Fiabilité Jaguar S-Type : que vaut le modèle en occasion ?

Fiabilité Jaguar S-Type : que vaut le modèle en occasion ?

Dates clés

  • Commercialisation : depuis avril 1999. - Restyling intérieur/extérieur : juin 2004.
Calculer la cote de ce véhicule

En bref

La Jaguar S-Type a permis à la marque de commencer à remonter la pente et de s'affirmer à nouveau comme une sérieuse concurrente des marques premium allemandes. C'est une auto qui a été bien dessinée, bien construite, ce qui explique son relatif succès commercial. Bonifiée au fil des ans, elle s'est affirmée comme une excellente représentante du luxe à l'anglaise et son atmosphère très british continue de plaire. Aujourd'hui remplacée par la Jaguar XF, elle continue sa vie sur le marché de la seconde main, où elle s'affiche à des prix raisonnables. Sa fiabilité, mis à part quelques soucis récurrents et identifiés, surtout en début de carrière, n'est pas aujourd'hui un frein à l'achat.

Caradisiac a aimé

  • L'équipement.
  • L'ambiance intérieure.
  • La banquette rabattable.
  • L'agrément de conduite.
  • L'image de marque.

Caradisiac n'a pas aimé

  • Le coût d'utilisation.
  • Le volume de coffre.
  • La consommation.
  • Le poids.
  • L'espace arrière.

Nos versions préférées

  • 4.2 V8 R BVA
  • 2.7 D BI-TURBO SPORT

Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • L'équipement : sur toutes les versions, il est luxueux.
  • L'ambiance intérieure : la présentation est raffinée, les matériaux cossus, le dessin de la planche de bord réussi.
  • La praticité : rare sur une voiture de ce segment, la banquette est rabattable en deux parties, ce qui accroît l'aspect pratique.
  • L'agrément de conduite : seul le plus petit V6 est un peu juste, les autres moteurs sont souples, puissants et performant. La conduite est toujours agréable.
  • La version R : le V8 compressé est rageur et la S-Type en devient sportive. Une belle réussite.
  • L'image de marque : une Jaguar reste une Jaguar, les voisins seront toujours un peu envieux…

Ce qui peut faire hésiter

  • Le coût d'utilisation : attention au budget courant, il est élevé.
  • Le volume de coffre : par rapport à la taille de la voiture, il est minuscule (400 litres)
  • La consommation : elle est élevée pour tous les moteurs essence, et spécialement le V8 compressé.
  • Son poids : il grève l'agilité et dégrade les performances du freinage, qui manque d'endurance.
  • Espace arrière : la gabarit laisserait supposer une plus grande habitabilité arrière, il n'en est rien…

Budget

Achat / Cote :

Si le prix d'achat reste digne de l'image de la marque, les cotes sont elles tout à fait raisonnables et les bonnes affaires possibles, sauf avec le plus récent diesel.

Consommation :

Pas de miracle du côté des versions V6 et V8. La sportive R est même gloutonne. Le V6 diesel est lui plus sobre bien que performant.

Assurance :

La Jaguar a des primes d'assurance équivalente à ses rivales allemandes. Elle est plus chère que les routières françaises, mais moins qu'une Alfa 166 par exemple…

Prix des pièces :

Toutes ne sont pas hors de prix, mais le panier moyen reste à un niveau élevé.

Entretien :

Révisions tous les 16 000 km en essence et 24 000 km en diesel. Les concessions pratiquent sans surprise des tarifs haut de gamme.

Fiabilité

Description :

On ne peut pas dire, par rapport au nombre d'exemplaires vendus, que les soucis soient légion sur la Jaguar S-Type. Il n'empêche que certains propriétaires, surtout sur les modèles du début de carrière, ont connu des dysfonctionnements récurrents et souvent très coûteux à solutionner lorsque la voiture n'était plus garantie… Et leur occurrence est assez aléatoire, certaines autos n'ayant aucun soucis quand d'autres connaissent par cœur le chemin de l'atelier.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Boîte automatique. Jusqu'en 2002, voire début 2003, soucis récurrents et identifiés de boîte automatique à 5 rapports sur les moteurs essence. A-coups, fonctionnement en mode dégradé, blocage en première vitesse sont des symptômes révélateurs, dès 80 000 km parfois, avec allumage du voyant "anomalie boîte auto". Une reprogrammation de l'électronique de gestion peut suffire mais le remplacement s'impose souvent.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Bobines d'allumage. Essentiellement sur les V6, défaillances prématurée des bobines d'allumage (une par cylindre), se manifestant par des difficultés de démarrage et des à-coups au roulage, dès 60 000 km. Le remplacement est la seule solution.
  • Trains roulants. Sur quelques voitures, usure prématurée et présence de jeu dans les rotules de direction. Il faut les remplacer.
  • Refroidissement. Quelques cas de fuites au niveau du vase d'expansion, qui peut présenter une certaine porosité.

Aspect extérieur :

  • Rien à signaler à ce chapitre sauf au tout début des alignements de panneaux de carrosserie parfois imparfaits.

Finition intérieure :

  • Rien à signaler de particulier. La qualité des assemblages et des matériaux a été améliorée au fil des années, pour arriver à un niveau exceptionnel en fin de carrière.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Vitres électriques. Sur quelques voitures, faiblesse des vitres électriques, dont le moteur et le mécanisme doivent être échangés.
  • Fermeture centralisée. De façon sporadique, anomalie de fonctionnement du verrouillage centralisé. Accompagné parfois du dysfonctionnement d'une ou plusieurs serrures. Fonction à reprogrammer ou remplacement nécessaire de la serrure principale, qui gère les autres.

Rappel de rectification en concession :

  • Printemps 2001 : bruit dans le train avant au niveau des rotules de suspension. Dû à un mauvais serrage. Risque de desserrage et perte de contrôle du véhicule par casse du joint de rotule. Resserrage ou remplacement de la rotule. Concerne les modèles 2000-2001.
  • Printemps 2004 : reprogrammation du module électronique de commande de boîte de vitesse automatique. Risque lorsque la boîte est réglée sur D, de passer inopinément en marche arrière. Concerne les modèles 2003 et 2004.
  • Eté 2007 : rappel d'une série de V6 diesel pour reprogrammation de la gestion du filtre à particule.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
Prise en charge sous garantie :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Prise en charge hors garantie :
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4
  • 4

Meilleures versions

En essence : 4.2 V8 R BVA

Quitte à prendre une Jaguar S-Type essence, autant aller directement à la version R. Elle réserve un plaisir de conduite inimaginable. Au prix certes, d'un confort dégradé et d'une consommation "pharaonique"... Mais vous ne le regretterez pas... Une bombe luxueuse.
Commercialisation : 2002
Puissance fiscale : 31
Puissance réelle : 406 ch.
Emission de CO2 : NC
note :
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

En diesel : 2.7 D BI-TURBO SPORT

Avant l'arrivée de ce V6 diesel, d'origine PSA-Ford, la S-Type ne roulait qu'à l'essence. Et vu la qualité de ce bloc "mazout", on se dit que c'était un tort... Il est coupleux à souhait, distille de très bonnes performances même dans cette lourde routière, surtout au niveau des reprises. Et consomme bien moins que ses homologues carburant au sans-plomb. Mais son prix reste élevé...
Commercialisation : 2004
Puissance fiscale : 13
Puissance réelle : 208 ch.
Emission de CO2 : NC
note :
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

Mots clés :

En savoir plus sur : Jaguar S-type 2

SPONSORISE

Avis Jaguar S-type 2

Forum Jaguar S-type 2

Commentaires ()

Déposer un commentaire