Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Mercedes Classe E

Mercedes Classe E

Dates clés

  • Commercialisation : juillet 1995 à avril 2002 (jusqu'en mars 2003 pour la version break) - Retouches de carrosserie (à l'avant) : septembre 1999 - Versions diesels CDI : juillet 1998 en 4 cylindres (200/220 CDI), septembre 1999 en 5 et 6 cylindres (270/320 CDI).
Calculer la cote de ce véhicule

En bref

Toujours très recherchée en occasion, cette berline statutaire continue, malgré son âge, à se négocier cher. Auréolée d'un prestige certain et d'une réputation de solidité à toute épreuve, elle s'avère particulièrement onéreuse en diesel. Réelle compensation : elle offre une grande endurance mécanique. Mais les incidents, notamment électroniques, ne sont pas rares. Et certaines versions peuvent manquer de fiabilité.

Caradisiac a aimé

  • L'habitabilité
  • Le confort
  • L'insonorisation
  • La tenue de route
  • Le rayon de braquage
  • La finition
  • La sobriété des diesels CDI

Caradisiac n'a pas aimé

  • Les sièges fermes
  • La sensibilité au vent latéral
  • Les diesels sans turbo de début de carrière
  • Les moteurs essence 4 cylindres peu séduisants
  • Les boîtes manuelles peu plaisantes

Nos versions préférées

  • 320 PRESTIGE
  • II (2) 270 CDI AVANTGARDE

Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • Son habitabilité : élevée, largeur aux coudes appréciable.
  • Sa suspension : confortable.
  • Son insonorisation : assez soignée.
  • Sa tenue de route : équilibre correct, système antidérapage (ESP) présent sur presque toutes les versions, antidérapage de série dès le début de carrière.
  • Son freinage : puissant.
  • Sa sécurité : très bien étudiée, surtout pour un modèle de cette génération. Lles équipements qui sont utiles à la protection des occupants en cas de choc sont présents de série, indépendamment du niveau d’équipement.
  • Son poste de conduite : implantation rationnelle de toutes les commandes.
  • Sa finition : flatteuse et vieillissant bien.
  • Son rayon de braquage : étonnamment court ; un atout pour la ville.
  • La sobriété des CDI : consommation vraiment basse. Autonomie élevée.

Ce qui peut faire hésiter

  • Sa sensibilité au vent latéral : excessive, avec de possibles écarts de trajectoires lors de rafales.
  • Ses sièges : plutôt fermes ; et ceux de l'avant manquent de maintien latéral. De série, garnissage austère (tissu sombre).
  • Son volant : diamètre un peu trop grand.
  • Les diesels sans turbo : les 220 et 300 D sont peu performantes et malgré cela plus gourmandes que les Cdi qui les remplaceront.
  • Ses boîtes de vitesses manuelles : elles offrent une commande peu plaisante.
  • Ses moteurs à essence 4 cylindres : peu séduisants de fonctionnent et pâtissant de sonorités déplaisantes.

Budget

Achat / Cote :

Surcote chronique et importante sur les diesels, surtout pour la génération la plus récente (CDI). Prix affichés d'autant plus démesurés que les kilométrages sont souvent très élevés. Sur ces modèles, attention aux compteurs truqués (kilométrage diminué)

Consommation :

Grande sobriété en CDI. Autres versions diesel dans la moyenne. Versions essence assez gourmandes (surtout 6 cylindres et plus encore 8 cylindres).

Assurance :

Assez chère

Prix des pièces :

Pour les pièces d'usure courante, tarif peu élevé par rapport à ce qu'on pourrait craindre de la part de Mercedes (plaquettes et disques de frein,…) : pas d'excès notoire. Pour les pièces de rechange "lourdes", ou les pièces de carrosserie, tarifs élevés.

Entretien :

Révisions tous les 15 000 à 20 000 km (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Pas de courroie de distribution sur les moteurs (chaîne de distribution, pas de remplacement périodique nécessaire).

Fiabilité

Description :

Bonne conception de départ et réelle solidité mécanique. Durée de vie élevée des organes vitaux et des pièces d'usure. Très peu de pannes graves à redouter sur la plupart des modèles. Mais quelques soucis à l'usage, variables suivant les versions et également les années de construction.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Tôlerie. Vieillissement à examiner de près : sur quelques modèles 1996 à 2001, la rouille peut attaquer le bas des portières au bout de 4-5 ans ; avant achat, vérifiez soigneusement les bas de portes, ainsi que la tôle sous les caoutchoucs de portières. N'hésitez pas à soulever ces joints, et à vous pencher pour scruter le bas des portières, car l'apparition de corrosion est insidieuse.
  • Moteur diesel 220 D. Sur les 220 D (surtout modèles 96), casse systématique de la pompe d’injection (Lucas), parfois dès 60 000 km. Réparation : 400 à 700 € ; remplacement : 2 000 €.
  • Moteurs diesels CDI. Possibles incidents sur les injecteurs et/ou la pompe d’injection, en particulier sur les modèles 1998 à 2000. Remplacement : 400 à 500 € (injecteurs), 800 à 1 100 € (pompe).
  • Moteur diesel 320 CDI. Sur ces versions jusqu’en sept. 2000, pompe d’injection défaillante à partir de 40 000 km ; peut endommager les injecteurs. Remplacement : 1 200 €.
  • Refroidissement des moteurs diesels. Sur quelques diesels de 1996 à 1998, refroidissement parfois défaillant à partir de 150 000 km ; dû à un défaut d’entraînement du ventilateur moteur (viscocoupleur) ; risque de surchauffe moteur. Remplacement : 350 €.
  • Boîtes de vitesses mécanique. Plus de vidange préconisée par Mercedes ; mais risque de détérioration à partir de 150 000 km ; vidange préférable tous les 120 000 km.
  • Boîtes de vitesses automatique. Quelques défaillances également de la boîte automatique, à partir de 100 000 km. Remplacement : 3 300 €.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteur diesel 290 TD. Sur les 290 TD de 1996-1997, trous à l’accélération, risque de surchauffe moteur (rétrécissement du conduit d’air entre calandre et filtre). Sur les 290 TD de 1996 à 1998, catalyseur faible. Sur les 290 TD en général, défaillance de pompe d’injection et incidents en général bien plus fréquents que sur les autre diesels.
  • Courroie d'accessoires des moteurs diesels. les diesels de 96 à 98, dégradation du galet tendeur de courroie d’accessoires.
  • Moteur 4 cylindres essence. Quelques soucis de capteur de vilebrequin. Symptôme : fonctionnement irrégulier du moteur.

Aspect extérieur :

  • Optiques avant. Sur de nombreux modèles fabriqués jusqu'en décembre 1999, tendance au noircissement de la surface des phares (en polycarbonate) ; se manifeste au bout de 4-5 ans.
  • Ampoules avant. Sur les modèles 1996-1997, mauvaise résistance des ampoules de veilleuse et de code ; souvent dû à un problème de douille et d'alimentation électrique ; le remède nécessite la modification du circuit d’alimentation électrique des optiques avant.
  • Phares au Xénon. Sur les modèles 1996-1997 avec éclairage au Xénon, risque d’explosion des ampoules en utilisation prolongée par temps froid.
  • Ampoules arrière. Sur les modèles fabriqués jusqu’en février 97, risque de panne des feux AR, surtout à gauche ; dû à une défaillance de la platine d’alimentation (circuit électrique imprimé) ; remède : platine à remplacer.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Perturbations électroniques. Sur les modèles fabriqués à partir de 2000, fort accroissement des ennuis d'origine électroniques ; affecte les aides à la conduite et peut placer en mode “secours” le moteur (la vitesse se voit plafonnée à 110-120 km/h) et la boîte de vitesses lorsqu'elle est automatique (seuls les 3 premiers rapports passent). Sur les modèles 96 à 98, perturbations électromagnétiques par les téléphones portables. Sensibilité également marquée aux perturbations électromagnétiques de l'environnement traversé.
  • Vitres électriques. Grincement des vitres avant à la remontée en cas d’humidité.

Rappel de rectification en concession :

  • Freinage. Sur les modèles avec amplificateur de freinage (BAS) fabriqués entre avril et juillet 97 : risque d’accroissement inopiné de la puissance de freinage. Dû à un capteur trop sensible. Rappel et rectification des autos en août - septembre 97 par les concessionnaires. 5 550 voitures en France, 176 000 voitures au total.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Prise en charge sous garantie :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Prise en charge hors garantie :
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

Meilleures versions

En essence : 320 PRESTIGE

Le sommet de la gamme en 6 cylindres. D'abord 6 cylindres en ligne jusqu'en septembre 1997, puis refondu avec une architecture en V par la suite, et qui offre alors un fonctionnement nettement plus agréable. Equipement de série très complet.
Commercialisation : 1994
Puissance fiscale : 18
Puissance réelle : 220/224 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

En diesel : II (2) 270 CDI AVANTGARDE

5 cylindres turbo et injection par rampe commune. Résultat satisfaisant, et grande sobriété au vu des performances. Mais forte surcote.
Commercialisation : 1999
Puissance fiscale : 10
Puissance réelle : 170 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

En savoir plus sur : Mercedes Classe E 2

SPONSORISE

Avis Mercedes Classe E 2

Classe E 2 II 55 AMG BVA (1999)

Par Yankee98 le 31/03/2020

Retour à la 55 AMG atmosphérique après avoir eu la Kompressor en 2012.La mienne a un fort kilométrage, plus de 300000km et pourtant rien ne bronche.C'est une W210 « phase 2» de 2002, légèrement restylée par rapport à 1998.Le moteur tourne sans le moindre à-coup, il a toute sa souplesse et toute sa vivacité.Il faut surveiller les axes postérieurs, les roulements etc. car l'usure se fait assez vite compte tenu de la forte motricité.Par rapport à la Kompressor 476ch elle est bien plus « brute » : moins d'électronique qui vient gérer le comportement de la caisse.La puissance est moins efficace, bien entendu, le V8 reste plus linéaire puisque précisément il n'y pas de compresseur.Mais c'est loin d'être gênant, les performances restent bien concrètes !Autre différence avec la Kompressor : il n'y a pas de TouchShift. Seulement une sorte de mode manuel complètement facultatif et qu'on ne peut pas verrouiller.Le 0/100 est donné pour 5,7 secondes mais c'est difficile à vérifier, la poussée se sent surtout dans les reprises, par exemple sur un 80-160.Le temps de sentir l'accélération le compteur est déjà à 160...Les disques avant sont également une des quelques faiblesses de ce véhicules, ils sont souvent sollicités car l'excellente boîte automatique 722.6 à 5 rapports ne permet qu'un assez faible frein moteur.Boîte qui est par ailleurs indestructible, même à ce kilométrage, sur la mienne elle a été vidangée simplement une fois.Inutile de rappeler la prudence à avoir avec une propulsion en boîte automatique...Niveau consommation c'est entre 10 et 17/18 au 100, tout dépend de la lourdeur du pied droit.Prêter également attention à l'état de l'intérieur, l'ergonomie est stricte, peu fantaisiste et assez solide mais certaines boutons ou commandes peuvent être enfoncés, cassés etc.Quelques tout petits points de corrosion superficielle à signaler, mais rien de structurel.Au niveau de l'entretien général, rien d'inaccessible, un bon garagiste indépendant fait l'affaire et toutes les pièces ou presque se trouvent en ligne.Une excellente voiture, bien solide et sérieuse, pour un budget sympathique.

Classe E 2 II (2) 200 CDI CLASSIC OPTIMUM (2001)

Par charlyW210 le 18/04/2019

200 cdi bv6 116cv, véhicule acheté à 125 000km en Oct2007, c'était une première main achetée et entretenue dans une seule même concession. Ancien propriétaire était entrepreneur, pas d'enfants, pas de chien...il partait en vacances une fois par an au Portugal avec Madame. le lendemain de l'achat nous avons effectué, avec Madame, un "road trip" de 4 jours en Allemagne soit 1700km l'A/R. la W210 est une excellente routière, grand confort, même après 800km vous sortez du véhicule "frais" et le dos n'est pas cassé....consommation en carburant extrêmement faible (j'arrive à descendre à 4.5L/100km si je conduis avec un œuf sous la pédale et que je respecte les limitations).Dec2018 nous sommes partis en Pologne, trajet aller = 23h de route pour 2100km (sur 2jours), conso = 5.0Lau moment où j'écris ces lignes nous sommes en Avril2019, le véhicule a passé le cap des 280 000km sans gros souci.en entretien imprévu j'ai changé 1injecteur à 195 000km, 1durite de turbo, 1pompe de liquide de refroidissement et 1 capteur de pédale d'accélérateur...mais rien d'immobilisant.de nombreuses pièces sont toujours d'origine : ligne d'échappement, embrayage....ce qu'il faut retenir c'est que c'est fiable si cela a été entretenu et que vous continuez l'entretien correctement. C'est confortable et très spacieux : coffre de 500Litres sur la berline (600 sur le break en version 5places). consommation ridicule. la seule chose que je trouve cher c'est l'assurance car 116cv pour 1580kg ce n'est pas un dragster...j'ai pourtant remis en concurrence plusieurs fois mais je n'ai pas trouvé meilleur tarif à conditions équivalentes.les consommables sont également à des prix attractifs (filtres, plaquettes, bougies...)pour moi que du positif ++++++

Classe E 2 II (2) 270 CDI CLASSIC BVA (2001)

Par Dan 01 le 15/12/2018

Bonjour,heureux possesseur d'une E270 CDI BA Classic de fin 2001, je viens vous donner mon avis après 6 mois de vie commune et 13 000 km parcourus à son bord. Concernant la conduite, je n'ai pas vraiment de reproche à lui faire. C'est une excellente routière, confortable (même si certains lui trouveront des sièges un peu durs), bien insonorisée. Un grand sentiment de sécurité se dégage lors de la prise en main de cette auto. Le 2.7L 5 cylindres est un bonheur, il offre des reprises éclair, les dépassements se font sans soucis, les 170 chevaux répondent toujours présent grâce au bon étagement de la BVA, qui privilégie les bas régimes en conduite cool, mais qui n'hésite pas à rétrograder quand le pied devient lourd. Sans trop taper dedans je consomme en moyenne entre 7L et 7,5L/100km. Autre atout, elle braque très court. Mais attention tout de même aux plus fougueux, il s'agit d'une grande routière qui n'aime pas trop être brusquée, mettant plus l'accent sur le confort que sur la sportivité.Question vie à bord, l'équipement est largement suffisant (clim auto, 4 VE, sièges électriques, régulateur/limiteur, etc etc) mais oublie par exemple les feux et essui-glaces automatiques. J'étais également étonné de la présence de nombreux petits rangements dans la console centrale et de la contenance de l'accoudoir avant, en comparaison avec ma BMW 525 TDS qui n'a rien de tout cela. La finition est au top, la ronce de noyer est de bonne facture. De même, l'habitabilité est bonne et l'habitacle lumineux. Le coffre est grand (suffisant pour partir à 4 en excursion à l'étranger pour une semaine) malgré une ouverture peu facilitée par l'absence de hayon. Niveau fiabilité, je n'ai eu pour le moment aucun soucis particulier. Le seul point à surveiller est l'électronique, pouvant parfois se montrer capricieuse. Il arrive à la ventilation d'être irrégulière, et parfois la commande par impulsion de la vitre passager refuse de fonctionner. De même, j'ai changé l'autoradio d'origine (17 ans), car il ne voulait plus lire certains CD. Sinon, tout fonctionne. Mécaniquement, je me fie à la réputation de roc de ce moteur, au vu des kilométrages monstrueux que certains exemplaires atteignent. Le budget entretien est à considérer sans être excessif pour autant. En conclusion, il s'agit d'une belle routière, valorisante et statutaire, confortable et qui ne vaut plus rien (moins de 4 000 € avec 181 000 km pour la mienne), mais qui n'est pas faite pour être brusquée. Le moteur est incassable, mais l'électronique est à surveiller.

Forum Mercedes Classe E 2

Vanne EGR

Par Patand le 25/07/2022 à 02:16

Commentaires ()

Déposer un commentaire