Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Renault 16 (1965 – 1980) : révolution de velours dès 5000 €

Dans Rétro / Autres actu rétro

Le concept de berline-break a déconcerté la clientèle au début, mais rapidement, celle-ci en a compris toute la pertinence. ©Renault Communication
Le concept de berline-break a déconcerté la clientèle au début, mais rapidement, celle-ci en a compris toute la pertinence. ©Renault Communication

Au début des années 60, Renault n’a plus de haut de gamme. Le projet 114, prévu pour donner une descendance à la Frégate ayant été tué dans l’œuf, la Régie est dans l’urgence. Aussi, dès 1961, le designer Gaston Juchet et l’ingénieur Claude Prost-Dame récupèrent ce qui peut l’être de cette étude puis définissent une auto moins ambitieuse mais plus adaptée aux nouveaux désirs d’une clientèle éprise de loisirs : la R16. Présentée en janvier 1965, elle étonne par sa ligne très personnelle et son hayon. Surtout, hyper-polyvalente, elle profite d’une banquette arrière modulable, rabattable et coulissante.

Déjà ! Côté concurrence, elle écrase la Peugeot 404 par sa modernité : traction, suspension à quatre roues indépendantes, moteur inédit en aluminium… Et se révèle presque aussi confortable que la DS pour un prix inférieur. Elle est d’ailleurs élue voiture de l’année 1966. Seulement, la très originale Renault a besoin d’une année pour trouver son public, d’autant qu’elle se contente d’un 1 470 cm3 de 55 ch, n’assurant que des performances faiblardes (145 km/h). Mais le succès s’installe, et, dès 1968, la Régie présente version bien plus puissante, la TS. Nantie d’un 1 565 cm3 de 85 ch, celle-ci pointe à 165 km/h, une jolie valeur alors ! De plus, elle profite d’un équipement enrichi, comprenant même des vitres électriques (en option, puis en série dès 1969). Comme une américaine ! D’ailleurs, la R16 sera exportée chez l’Oncle Sam.

Restylée en 1970 (feux arrière en trapèze et non plus en amande), elle monte encore en gamme dès 1973 avec la mythique TX. Un peu plus puissante (1 647 cm3, 93 ch) que la TS, la TX profite surtout d’une boîte 5 spécialement conçue pour les autoroutes alors en pleine expansion, d’une nouvelle calandre quatre phares, d’un discret aileron arrière et d’une inédite fermeture centralisée. Elle en jette et elle va vite : 170 km/h, la vitesse étant alors un argument de vente. En 1975, la pâle Renault 20 commence à succéder à la 16 qui, très appréciée, ne disparaîtra qu’en 1980, produite à plus d’1,8 million d’exemplaires. Un grand succès pour une grande auto, qui a préfiguré toutes les familiales à hayon.

  Quelle voiture aujourd’hui permet de se concocter un fauteuil relax ? Aucune ! ©Renault Communication
  Quelle voiture aujourd’hui permet de se concocter un fauteuil relax ? Aucune ! ©Renault Communication

Combien ça coûte ?

Solide mais hypersensible à la rouille, et longtemps perçue comme une vulgaire « occaze » la R16 est devenue extrêmement rare. Un exemplaire sain d’entrée de gamme (normale ou TL) débutera à 4 000 €, alors qu’une belle TX dépasse déjà les 10 000 €. A 7 500 €, on trouve une jolie TS, un bon compromis.

Simple et moderne, la planche de bord cachait un système de chauffage révolutionnaire, fonctionnant par nappes d’air séparées. ©Bernard Canonne
Simple et moderne, la planche de bord cachait un système de chauffage révolutionnaire, fonctionnant par nappes d’air séparées. ©Bernard Canonne

Quelle version choisir ?

Lents et très rares, les premiers exemplaires se destinent plutôt aux passionnés. La plus recherchée, car emblématique, c’est la TX, encore parfaitement adaptée aux conditions actuelles de circulation. Mais la TS l’est presque autant, et, moins chère, constitue un très bon compromis. Les TL dotées du 1.6 de 66 ch ne sont pas à négliger non plus.

Bien plus étoffée, la planche de bord de la TX arbore un compte-tours mais aussi des commandes de vitres électriques. ©Bernard Canonne
Bien plus étoffée, la planche de bord de la TX arbore un compte-tours mais aussi des commandes de vitres électriques. ©Bernard Canonne

Les points à vérifier

Bien entretenue, la mécanique de la R16 passe les 200 000 km, même si on note une fragilité du joint de culasse. Le vrai point faible reste la corrosion ravageuse, qui touche particulièrement le châssis. Problème, celui-ci est complexe, ce qui rend ardues les réparations. Inspection minutieuse recommandée !

Signalée par ses 4 phares, la TX est la plus rapide des R16. Elle a aussi donné ses clignotants à la R5 Turbo ! ©Bernard Canonne
Signalée par ses 4 phares, la TX est la plus rapide des R16. Elle a aussi donné ses clignotants à la R5 Turbo ! ©Bernard Canonne

Sur la route 

Nous avons pu essayer une R16 TX restaurée. A bord, on est accueilli par des sièges très moelleux et une position de conduite agréable. Mais l’ergonomie déroute, à cause des boutons de commande éparpillés et de la clé de contact logée sous le volant grand et fin, à droite duquel se situe le levier de vitesses. Dès les premiers tours de roue, un maître-mot s’impose : douceur. Direction, changement de rapport, suspension, tout est feutré, alors que le moteur souple et silencieux reprend à très bas régime sur un filet de gaz. Sur route, la voiture efface remarquablement toute les bosses et offre de bonnes performances. Corollaire, si elle rassure par son comportement équilibré et son freinage correct, la R16 TX a horreur d’être brusquée. Elle prend tellement de roulis qu’on s’attend à sentir les bas de caisse racler le bitume ! Mieux vaut profiter de son confort, de sa belle habitabilité et de son coffre spacieux pour partir tranquillement en vacances, à l’ombre des radars.

Notez le discret aileron, au-dessus du hayon, ainsi que l’essuie-glace arrière. ©Bernard Canonne
Notez le discret aileron, au-dessus du hayon, ainsi que l’essuie-glace arrière. ©Bernard Canonne

L’alternative Newtimer : la Renault 25

Source : La Centrale

En savoir plus sur : Renault R16

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (61)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Un véhicule légendaire, vraiment haut de gamme pour l'époque en inaugurant pleins de nouveautés techniques.

Une vraie RENAULT confortable, bien équipée, performante (pour l'époque et encore très à l'aise dans notre circulation moderne).

Par

Si les performances, la puissance et les équipements peuvent faire sourire en 2019 il en était autrement à l'époque.

La R16 c'était encore une voiture ou chez Renault le verbe "innover" avait du sens.

Je crois qu'ils ont perdu la définition de ce mot après le Scénic...

Par

Comme disait Coluche "Bonjour, j'ai tout le matériel dans la R16".:buzz:

Par

Je l'écris rarement sur Caradisiac mais bravo pour ce reportage bien écrit, bien documenté et bien illustré.

Caradisiac, on veut plus d'articles comme celui-ci.

Par

Voiture "plaisir" à petit prix. On n'a pas la même définition du plaisir je crois.

Par

La r16 est la definition de l'innovation selon Renault.

.

Chez Citroen, l'innovation c'est la haute technologie.

Mais globalement l'architecture de l'automobile ne change pas et ses caracteristique de base non plus.

On peut aller plus vite sur des routes plus pourries ou plus glissantes,

mais c'est toujours une voiture 4/5 places avec un coffre separé une modiularitée inchangée depuis les années 30...

.

Chez Peugeot c'est meme pîre... On prend bien soins de cacher des innovation techniques de pointes derriere une carrosserie ultra classique... L'ultra moderne 204 en est l'exemple typique.

.

Seul Renault c'est toujours interressé à l'architecture meme de l'automobile.

Et là sa change la mode d'utilisation d'une automobile.

.

En cela la R4 puis la R16 sont des voitures ultra inovantes et 100% Renault

qui annonçaient les R5 , l'Espace , le Scenic, la Twingo...

L’innovation chez Renault ca as toujours été de redefinir l'usage de l'automobile,

et de boulverser les codes du marchés.

Par

Souvenir, souvenir, on en a eu 2 ...

Au moins à l'époque, on ne nous bassinait pas à longeur de journal télévisé avec la transition écologique

Par

En réponse à Sage Centenaire

Voiture "plaisir" à petit prix. On n'a pas la même définition du plaisir je crois.

Ben moi j'ai beaucoup de plaisir à rouler dans une berline haut de gamme des années 60/70.

en particulier les francaises....

.

Parceque les allemandes à l’époque ... Au secours en comparaison.

Les Ford Taunus , les Opel Reckord ,

meme les Merco 200 etaient totalement larguée face à ce que l'on produisait en France

Par

En réponse à ceyal

Souvenir, souvenir, on en a eu 2 ...

Au moins à l'époque, on ne nous bassinait pas à longeur de journal télévisé avec la transition écologique

Ben mine de rien elle l'etaient quand meme,

La R16 etait une berline HDG qui tournait autour de la tonne...

essentiellement de la tôle facile à recycler

Aujourd'hui le segment la moyenne c'est 500 à 600 kg de plus

avec une part pour les plastiques bien plus grande

Par

En réponse à ceyal

Souvenir, souvenir, on en a eu 2 ...

Au moins à l'époque, on ne nous bassinait pas à longeur de journal télévisé avec la transition écologique

"on ne nous bassinait pas à longueur de journal télévisé avec la transition écologique"

Exact, et "grâce aux comportements égoïstes de cette époque, on arrive à la situation tragique actuelle. Dire qu'il y avait des précurseurs à l'époque qui tiraient la sonnette d'alarme.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire