Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Rover 75

Rover 75

Dates clés

  • Commercialisation : octobre 1999 à octobre 2005 - Restyling : juin 2004 - Version break (Tourer) : septembre 2001 à octobre 2005
Calculer la cote de ce véhicule

En bref

Cette très belle berline, également déclinée en break, dégage un charme indéniable, avec ses lignes délicieusement inspirées des canons esthétiques classiques typiquement britanniques. Mais là ne s'arrêtent pas ses mérites : conçue entièrement sous la direction de BMW, alors propriétaire de la marque Rover, elle bénéficie d'une conception rigoureuse qui rend son utilisation très agréable et sa fiabilité plutôt avantageuse. Cela n'a plus rien à voir à certains errements rencontrés couramment sur de précédents modèles anglais. Certes, la marque n'existe plus aujourd'hui, mais les anciens représentants Rover assurent l'entretien et la fourniture de pièces détachées pour quelques années encore. Ce qui rend l'achat finalement peu hasardeux. Et c'est tant mieux !

Caradisiac a aimé

  • La finition
  • Le confort
  • La sellerie
  • L'équipement
  • La jolie planche de bord type Jaguar

Caradisiac n'a pas aimé

  • La faillite de la marque
  • La visibilité
  • L'ESP indisponible
  • Le coffre

Nos versions préférées

  • 2.5 V6 PACK LUXE
  • 2.0 CDTI PLATINUM

Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • La distinction de l'ensemble : les lignes un tantinet rétro, l'intérieur soigné, la peinture et les chromes extérieurs bien réalisés, tout compose une ensemble à fort pouvoir de séduction.
  • La finition intérieure : surtout à bord des modèles habillés de teintes claires (beige), l'impression de luxe est bien là. Ensemble cossu et cosy.
  • Le confort : hormis sur les versions sportives MG, la suspension est tolérante et l'amortissement de qualité.
  • L'insonorisation : elle a été soignée. Très grand agrément acoustique des versions V6.
  • La sellerie : les sièges, à toutes les places, sont très bien dessinés. Le revêtement en cuir (en option, ou de série sur les Pack Luxe) est vraiment réussi, avec des coutures travaillés.
  • L'équipement : sans intégrer aucun gadget ni automatisme moderne, il va du complet au riche. Dotation vraiment sans lacune sur les livrées hauts de gamme, Pack Luxe et MG.
  • Les qualités routières : le comportement est équilibré, le freinage fort correct.
  • La planche de bord : ses formes travaillées sont réussies en terme de style. Mais elle n'engendrent aucune complication inutile : les commandes sont bien organisées, et il y a un rangement horizontal fort pratique sur sa partie supérieure.
  • Le rangement horizontal sous la partie supérieure de la planche de bord : idéal comme vide poche "rapide" et pas du tout inesthétique.
  • La variation sur une large fourchette des la vitesse intermittente d'essuie-glace.

Ce qui peut faire hésiter

  • La faillite de la marque : certaines craintes peuvent peser sur l'après-vente et sur la disponibilité des pièces détachées. Il apparaît pourtant que ces deux points ne posent pas souci, au moins dans un avenir de quelques années.
  • La visibilité vers l'avant : elle est un peu réduite par l'épaisseur importante des montants de pare-brise.
  • L’ESP : le système électronique d'aide au maintien de la trajectoire a toujours été indisponible sur cette voiture, même en option.
  • Les aumônières au dos des sièges avant : elles ont été oubliées
  • Les feux de recul : ils éclairent trop faiblement. Ce qui ne rend pas vraiment service pour manœuvrer.
  • Le coffre des berlines : il n'est pas spécialement spacieux pour une voiture de cette taille. Et le seuil de chargement est un peu haut.
  • Le bouton de déverrouillage électrique du coffre : il est situé très bas, sur le côté du pédalier, dans le montant de carrosserie, en dessous de la manette d'ouverture du capot.
  • Le bouton de warning : position peu naturelle, sur la console centrale, en arrière du levier de vitesse.

Budget

Achat / Cote :

Gamme de prix vraiment raisonnable étant donné la qualité réelle de la voiture. Les cours ont évidemment chuté dans de large proportions depuis l'annonce de la disparition de la marque, en avril 2005.

Consommation :

Les diesels sont d'un remarquable sobriété, les modèles à essence sont logiquement plus gourmands, avec même un appétit soutenue de la part de V6. mais rien de grossièrement condamnable.

Assurance :

Coût normalement élevé.

Prix des pièces :

Tarifs un peu plus élevés que sur les modèles concurrents.

Entretien :

Visites d'entretien tous les 15 000 à 20 000 km suivant les versions (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Sur les versions à essence, courroie de distribution à remplacer tous les 120 000 km. Les moteurs diesels possèdent une chaîne de distribution : pas de remplacement périodique nécessaire.

Fiabilité

Description :

Si vous avez une idée mitigée de la fiabilité des anglaises – ce qui est largement justifié par des décennies de construction approximative – oubliez tout préjugé avec cette Rover : sa conception a été de bout en bout orchestrée par BMW, et la qualité de fabrication répond à des critères que la firme allemande a elle-même édictés. Même si cette Rover a été construite sur le sol anglais, et dans un site industriel d'où sont sorties des générations de modèles très imparfaits, le bilan est ici largement positif. Les ennuis techniques ont été ceux des modèles de sa génération, notamment en diesel. Avec quelques aléas inhérents à ce modèle. Mais dont le niveau de gravité a le plus souvent été limité. De plus, BMW qui s'occupait aussi des mesures en après-vente, a su réagir en temps et heure pour corriger les défauts de fabrication. Dans l'ensemble, la qualité de réalisation de cette série fait plaisir à voir, à l'image de sa finition et de sa présentation, qui sont flatteuses.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Moteurs 1.8 essence. Faiblesse du joint de culasse : perte d’étanchéité, tendance de l’huile à passer dans le circuit de refroidissement (formation de « mayonnaise ») ; survient le plus souvent à partir de 100 000 km. Légère amélioration en usine à partir de 2003. Remède : remplacement du joint de culasse.
  • Moteur diesel. Sur les modèles fabriqués jusqu’en janvier 2003, baisse progressive de puissance à partir de 40 000 km. Causé par l’encrassement du débitmètre d’air. Une première amélioration usine, partielle, a été apportée en novembre 2001 : encrassement repoussé vers 70 000 km. Mais le problème n'a été définitivement résolu qu'en janvier 2003 : adjonction d’un écran protecteur sur le débitmètre, pour éviter les projections salissantes. Seul remède en cas d'encrassement: remplacement du débitmètre : il n'est pas possible de le nettoyer. Coût : environ 130 €.
  • Boîte de vitesses. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 1999, possible problème sur le passage des vitesses. Causé par la rupture d’un câble de commande. Ce qui peut empêcher tout passage de rapport et immobiliser la voiture.
  • Embrayage (commande). Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 1999, risque de panne soudaine de l'embrayage. Causé par la casse d’un des doigts du diaphragme.
  • Embrayage (commande). Sur les modèles fabriqués jusqu’au mai 2002, incident possible sur la commande hydraulique de l’embrayage. Causé par la faiblesse du cylindre émetteur ou, plus souvent du cylindre récepteur. Se manifeste à partir de 75 000 km.
  • Embrayage (disque). Sur les versions diesels fabriqués jusqu’en décembre 2001, risque de dégradation prématurées du disque d’embrayage. Se manifeste par un patinage accentué lors des changements de rapports. Causé par un suintement d’huile en provenance du joint spi de vilebrequin.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteurs à essence. Sur les modèles 2000, difficulté de redémarrage à chaud et à-coups de fonctionnement. Causé par le capteur de vilebrequin ; a priori remplacé par les concessionnaires lors des passages en révision, (à vérifier avant achat).
  • Moteurs V6 2.0 à essence. Sur les versions à boîte mécanique, forts à-coups de transmission aux changements de vitesse. Aucun remède à envisager : c'est une faiblesse de conception.
  • Moteur diesel. Sur les modèles fabriqués jusqu’en avril 2000, risque de fuite de gazole sur la rampe commune. Causé par un problème de fixation et de vissage. Remède : resserrage, voire remplacement de la rampe commune. Le défaut survient assez tôt dans la vie de la voiture (vers 30-40 000 km) : toutes ont été a priori rectifiées.
  • Moteur diesel. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2003, quelques suintements de liquide de refroidissement à partir de 90 000 km. Ils proviennent le plus souvent de la pipe en sortie de culasse.
  • Embrayage (disque). Sur les versions diesels fabriquées jusqu’en novembre 2003, le disque d’embrayage peut avouer une fatigue prématurée : il peut être à remplacer vers 100 000 km.
  • Amortisseurs arrière. Sur quelques voitures fabriquées jusqu’en juillet 2000, bruit au passage d’inégalités de la chaussée.
  • Pneus arrière. Sur les modèles fabriqués jusqu’à décembre 2003, usure accélérée. Causé par le pincement excessif du train arrière en usine.

Aspect extérieur :

  • Portières avant. Sur les modèles fabriqués en 2000, se perçoit un léger décalage des portières. Il se repère aisément par la discontinuité de la baguette latérale chromée.
  • Portières arrière. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2001, dureté d'ouverture des poignées et tendance des serrures à gripper au bout de 4 ans.

Finition intérieure :

  • Couvercle d'airbag conducteur. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 1999, le cache de l’airbag conducteur a tendance à peler ou à se décolorer (sur les modèles à intérieur beige).
  • Assemblage. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2000, mauvaise fixation des garnissages chromés qui habillent les pas de portes et du 3ème feu stop (qui et mal collé sur la face interne de la lunette).
  • Assemblage. Sur les modèles fabriqués jusqu'en janvier 2002, mauvaise fixation de la moulure d’entourage de portes côté carrosserie, à côté du joint d'entourage.
  • Bruit parasites. D’une voiture à l’autre, sont à relever quelques disparités d’assemblage, pouvant générer des bruits parasites en provenance du mobilier intérieur dans son ensemble. quelques bruits parasites en provenance des gâches de serrures de portières. Pas d'amélioration notoire sur ce point en cours de carrière : les dernières versions ne sont )pas forcément mieux loties que les premières.
  • Rétroviseur intérieur. Légères vibrations du miroir, surtout sur les diesels.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Commandes de radio. Sur les modèles dotés de radios avec GPS des modèles et fabriqués jusqu’en décembre 2000, dysfonctionnement des touches de commande au volant.
  • Lève-vitres. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juin 2004, possibles soucis de fonctionnement.
  • Climatisation. Sur les modèles fabriqués jusqu’en juin 2004, possibles aléas sur la régulation automatique de la climatisation.

Rappel de rectification en concession :

  • Alternateur. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 1999, dysfonctionnement possible de l’alternateur : il ne charge pas la batterie. Causé par un câble mal serré qui a été mal serré en usine. Il a dû être resserré par les concessionnaires lors de leurs passages en révision à partir du printemps 2000.
  • Direction. Sur les versions diesels de 2000, risque de fuite sur le circuit d’assistance de direction. Causé par le frottement d'une durit du circuit d'assistance sur la poulie du compresseur de climatisation. Depuis début 2002, les voitures ont en principe été rectifiées par les concessionnaires lors de leurs passages en révision.
  • Airbag passager. Sur les modèles fabriqués jusqu’en décembre 2000, risque de non-déploiement de cet airbag en cas de choc frontal. Début 2001, les voitures ont été corrigées par les concessionnaires lors de leurs passages en révision.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Prise en charge sous garantie :
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Prise en charge hors garantie :
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

Meilleures versions

En essence : 2.5 V6 PACK LUXE

Ce 6 cylindres 100% anglais, avec sa taille supérieure et son bon accord avec la transmission, est un régal à conduire. Ce n'est certes pas le plus puissant de sa catégorie mais il convient très bien à la voiture à laquelle il confère à la fois noblesse et performances.
Commercialisation : 1999
Puissance fiscale : 12
Puissance réelle : 177 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

En diesel : 2.0 CDTI PLATINUM

Nouvelle déclinaison de la talentueuse diesel en seconde partie de carrière. Le moteur progresse sur tous les points : sa puissance est accrue, son agrément renforcé et sa consommation… baisse ! Version peu répandue, mais à rechercher.
Commercialisation : 2005
Puissance fiscale : 8
Puissance réelle : 131 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

Mots clés :

En savoir plus sur : Rover 75

SPONSORISE

Avis Rover 75

75 2.0 CDTI HERITAGE LSE (2006)

Par JeanBensoussan le 24/12/2021

Ligne sympathique, agréable à conduire, et confortable. Sieges très enveloppants. Un peu bruyante à 130, coffre peu pratique, volume un peu réduit vu le gabarit Malgré tout, la qualité évoquée n’est selon moi, pas tout à fait au RDV. Je pense que beaucoup de fans de Rover ici ne sont pas tout à fait honnêtes dans leur notation.Il est connu que les rover 75 ont eu des soucis périphériques, après certains modèles ont sans doute cumuler plusieurs soucis, il y en a beaucoup à vendre d’ailleurs, mais pourquoi n’en voit on quasiment plus rouler alors que des berlines de la même époque du style mercedes E ou bmw 5, beaucoup plus fiables, mais plus chers à l’achat, sont présentes ?Je confirme aussi qu’il est difficile de trouver un garagiste indépendant qui voudra la prendre en charge, les concessions Mini n’ont plus de valise informatique pour détecter les soucis et n’ont pas envie de s’embêter.Trouver des pièces sur un site Internet comme le précise un autre post, mais d’où viennent elles et pour quelle qualité ?Aussi, il n’est pas normal d’avoir des organes qui cassent à 140.000 km avec des pièces assez onéreuses en remplacement.Rover reste du sous Jaguar, c’est evident, car c’est une quasi-copie, regardez bien !Seul le moteur, d’origine BMW, mais légèrement reduit en puissance, est fiable. Un oncle avait une rover 400, beaucoup de soucis électriques, (une batterie par hiver) probablement lié à un court circuit er de l’humidité, et divers problème électroniques.Bien sûr les vendeurs d’occasion ne vous le diront pas. Alors réfléchissez-y à deux fois avant de vous tourner vers cette marque qui n’existe plus, sauf si vous avez du temps, de l’argent et de l’énergie à consommer : ces voitures ne valent plus rien.

75 2.0 CDT PACK LUXE (2000)

Par facveg le 21/11/2021

Je rebondis sur le témoignage précédent.Quelqu'un qui dit qu'on ne trouve pas de pièces .FAUX, toutes les pièces sont dispos chez RIMMER.COM ou pas mal d'anciens garages MG-ROVER..Mais, comme toujours les garagistes ne veulent plus s'occuper d'une marque disparue et dirige leurs clients sur leur propre marque.C'est ma 3ème Rover 75 que je viens d'acheter , aprés une neuve en décembre 2003, une CDTI, gardée 123000 kms, j'ai beaucoup regretté de l'avoir vendue, pas une panne sauf une pompe à carburant.Les avatars décrits par la précédente personne sont exceptionnels, et quasi-inconnus, je fais partie du club MG-ROVER...un mauvais numéro, c'est tout.Une deuxième ensuite, la V6 177 cv , de 2,5 l ..B.A plutôt désagréable...Celle que je viens d'acquérir me servira de véhicule de service, pus économique que mes véhicules normaux, de grosses cylindrées essence. Elle a 305000 kms , dans un état exceptionnel , on a peine à croire ce kmétrage..Les Rover 75 sont réputés , à juste titre, trés fiables et ont une finition haut de gamme.Nombreuses sont celles qui ont des kmétrages énormes, avec des compteurs trafiqués.Par exemple, le cuir d'un 75 ne s'use pas, à 300000 kms il est encore impeccable.On voit des annonces avec des intérieurs ravagés, combien ont-elles de kms ?La conso est trés basse, c'est un moteur BMW bien connu, donc sobre avec chaîne de distribution, comme les deux variantes diesel.Les moteurs essence sont des Rover , assez fiables toutefois , mais avec courroie de distri..Le confort est trés bon, le coffre pourrait être un peu plus vaste, ainsi que l'habitacle, corrects sans plus.Je ne parle pas de l'esthétique, elle fait l"unanimité, et de toutes façons, c'est personnel. Excellente tenue de route, trés silencieuse , que ce soit en essence ou même avec les deux diesels 116 ( CDT )et 131 cv (CDTI )....Je n'ai pas "mangé" de pneus particulièrement avec ma première, il suffit simplement de régler le parallélisme !!! Les divers éléments mécaniques durent trés longtemps , sauf l'émetteur et récepteur d'embrayage , qui font rarement plus de 150000 kms.A signaler ( pour ceux qui en ont et qui me lisent ) un défaut agacant : le voyant air-bag s'allume souvent, c'est un faux-contact sous un des sièges AV , des broches jaunes.On sort, on gratouille ( on ne chatouille pas, inutile ) on remet et ça suffit souvent, sinon, on débranche la batterie et on la remet, dans 98 % des cas , ça suffit.Les 2 % qui restent, il faut la passer à la valise ad-hoc, certains ex-garages Rover-MG en ont, sinon il en a une au club Rover, on adhère , de toutes façons , c'est mieux pour diverses raisons.

75 2.0 CDTI LIMOUSINE (2005)

Par BMC le 21/01/2021

Véhicule agréable à conduire avec une ligne esthétique( phase 2 série limite 100 th anniversaire), et un confort certain. Néanmoins, véhicule vendu au bout de 15 ans après une quinzaine de pannes, périphériques au moteur. Donc très déçu.En voici les raisons ainsi que mon avis.Beaucoup de personnes pensent a tort que Rover etait au même niveau de qualité et fiabilité que des véhicules hauts de gamme comme Mercedes ou Jaguar, dont elle est la copie assez proche, mais c’est globalement faux. La concession Mini m’a fait comprendre, qu’elle ne souhaitait pas s’embêter avec ce véhicule pourtant acheté neuf chez eux, leur valise informatique étant HS. Listes des pannes :Court circuit du chauffe carburant qui s’allumait par intermittence même moteur coupe , donc panne régulière de batteriesBruit parasites venant de la planche de bord 3ème feu stop à LED en partie HS donc refus au CT (150 euros la pièce)800 euros de pneus en Michelin Pilot Sport 4 tous les 40.000 kmJoints de phares arrières non étanches, infiltration d’eau dans le coffre (plusieurs litres) avec perturbation du calculateur et de la radio (ces 2 blocs situés dans le coffre)infiltration d’eau par le tout ouvrant Capot bloqué 3x Usure anormale des pneus malgré parallélisme un roulement Ar droit Hs Panne d’alternateur à 120.000 kmPièce d’échappement et roulement AR droit change à 130.000 kmEmbrayage complet change à 140.000 kmSouci de régulateur constaté après le changement d’embrayage, indisponibilité de la pièce. Rajouté à cela la difficulté voire l’impossibilité de trouver des pièces de rechange, souvent onéreuses et la réticence des garagistes à l’accepter en réparation.Véhicule vendu à Aramis Auto pour 1200 euros seulement qui m’a expliqué que l’acheteur professionnel estimait plusieurs mois avant de pouvoir le revendre.Chez Rover, d’après ce que j’ai entendu et constaté, il y a eu beaucoup de soucis d’électronique et de pièces qui s’usent de manière précoce. Alors je deconseille ce véhicule, malgré des prix bas, ces véhicules ne valent plus rien, vous aurez des frais.Alors préférez un véhicule allemand équivalent de même annee, certes un peu plus cher , mais beaucoup plus fiable.

Commentaires ()

Déposer un commentaire