Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Auto-partage, covoiturage, taxis et VTC : les règles sanitaires par temps de pandémie

Éviter les transports en commun pour ne pas s’exposer au virus sans pour autant monopoliser une voiture par personne : les services d’auto-partage et le covoiturage permettent un compromis rationnel, notamment en milieu urbain. Les taxis et VTC permettent aussi d’effectuer certains trajets en limitant le risque. Mais pour en profiter en toute sécurité, le respect de certaines règles s’impose.

Une paroi transparente permet de séparer physiquement le chauffeur et son passager.
Une paroi transparente permet de séparer physiquement le chauffeur et son passager.

Auto-partage : nettoyage systématique

Alors que les services d’auto-partage, arrêtés pour la plupart durant la crise, sont rouverts avec le déconfinement, les opérateurs communiquent sur les mesures qu’ils prennent pour augmenter les mesures d’hygiène pour leurs flottes. Un véhicule d’auto-partage (ou location de très courte durée) réservé sur une application peut tout à fait avoir été conduit par une autre personne dans les minutes qui précèdent, avec le risque de dépôt de virus sur les parties qui sont souvent touchées.

Même seul(e) au volant d’un véhicule en auto-partage, le port de masque est recommandé pour réduire le risque de projections sur le tableau de bord, le volant, etc.
Même seul(e) au volant d’un véhicule en auto-partage, le port de masque est recommandé pour réduire le risque de projections sur le tableau de bord, le volant, etc.

Les clients doivent, de leur côté, respecter un certain nombre de règles de bon sens, pour eux-mêmes comme pour ceux qui prendront leur suite au volant. Le réseau Citiz, présent dans de nombreuses villes de province, préconise ainsi le lavage des mains systématique pour les clients au moyen de gel hydro-alcoolique avant de monter à bord et après avoir quitté le véhicule, le port du masque (même seul), la désinfection (avant et après la conduite) avec une lingette des surfaces habituellement touchées (tableau de bord, volant, levier de vitesses, boîtier Citiz en l’occurrence), ainsi que l’aération de l’habitacle en ouvrant les fenêtres plutôt qu’avec le système de climatisation de bord. Fastidieux, mais indispensable pour assurer une pleine sécurité. Les mêmes surfaces sont également désinfectées lorsque les employés du réseau doivent intervenir sur les véhicules. Les différents réseaux expliquent que la fréquence des nettoyages est renforcée et que les produits utilisés sont bien entendu adaptés, avec des solutions antivirales et antimicrobiennes. Enfin, ici comme ailleurs, la règle est d’avoir deux personnes à bord (une au volant, l’autre à l’arrière droit), à moins que ce ne soient plusieurs personnes du même foyer qui prennent place dans le véhicule.

L’avis Caradisiac : à utiliser avec parcimonie car il est plus difficile de s’assurer de l’hygiène du véhicule, et le nettoyage à effectuer soi-même, s’avère plutôt long et désagréable.

Les consignes du réseau Citiz. Voir les consignes en vidéo.
Les consignes du réseau Citiz. Voir les consignes en vidéo.

Covoiturage : 2 par voiture

Le covoiturage peut être plus facilement contrôlé, surtout s’il s’agit de trajets entre collègues de bureau, par exemple. Il est tout de même plus rassurant de savoir à qui on a affaire dans la confiance des gestes barrières effectués systématiquement par cette personne, durant le trajet mais aussi en dehors.

Blablacar, le leader du marché, propose une nouvelle option « un seul à l’arrière ». Et bien entendu, les gestes barrière doivent être respectés et le port du masque est indispensable tout le long du trajet. Des mesures qui semblent observées, comme le montre notre reportage sur une aire de co-voiturage.

En outre, des voies spécifiques pour le covoiturage ont été aménagées sur certaines autoroutes, comme l’A1 et l’A6 à Paris.

L’avis Caradisiac : avec une personne de confiance, une solution tout à fait envisageable.

Il faudra désormais acquérir de nouveaux réflexes de désinfection des points de contact des véhicules partagés dont on prendra le volant.
Il faudra désormais acquérir de nouveaux réflexes de désinfection des points de contact des véhicules partagés dont on prendra le volant.

Taxis et VTC : hygiène permanente

Les sociétés de taxis et les plateformes de VTC ont également mis en place des mesures spécifiques : les masques sont obligatoires pour les chauffeurs (sauf s’il y a une paroi de séparation) comme pour le passager à partir de 11 ans (plusieurs passagers ne peuvent être acceptés que s’ils sont d’un même foyer, mais personne ne monte à l’avant), une vitre de séparation en plexiglas ou plastique souple est souvent installée (il est possible de demander une voiture qui en est pourvue avec certaines compagnies comme G7), du gel hydro-alcoolique est proposé, les voitures sont aérées entre chaque client, les points de contact régulièrement désinfectés (ceintures de sécurité, poignées de portes…), voire l’ensemble de l’habitacle à la fin de chaque journée. Les portes et le coffre doivent être manipulés par le passager. Un affichage rappelant les règles applicables doit être mis en place. Le paiement dans une application voire en Carte Bleue sans contact pour les taxis est recommandé en toute logique.

Nettoyage d’un taxi d'une grande compagnie par son chauffeur.
Nettoyage d’un taxi d'une grande compagnie par son chauffeur.

Reste à espérer que les chauffeurs seront aussi scrupuleux qu’il le faudrait. Pour le premier trajet post-confinement en VTC, notre expérience a été mitigée, dans une voiture avec une séparation en plexiglas, mais le chauffeur ne portant son masque que sur la bouche et pas le nez…

L’avis Caradisiac : à utiliser avec parcimonie et privilégier les grosses compagnies qui appliquent des mesures dépassant les obligations légales et les recommandations du ministère du Travail, ou bien un artisan ou indépendant connu.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (13)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Les plexiglas sont enlevés dans les VTC car il y a eu un cas où le passager a fendu le plexiglas et l'assurance n'a pas fonctionné.

Certains ont un simple plastique qui fait du bruit si une vitre est ouverte, d'autres rien sauf un masque pour le conducteur.

Par

En réponse à CruchotCars

Les plexiglas sont enlevés dans les VTC car il y a eu un cas où le passager a fendu le plexiglas et l'assurance n'a pas fonctionné.

Certains ont un simple plastique qui fait du bruit si une vitre est ouverte, d'autres rien sauf un masque pour le conducteur.

« Fendu le plexiglas » ? Dans un accident ou en voulant boxer le chauffeur ?

Par

Ben non, tout le monde sait que les VTC sont de vrais professionnels de la conduite :D .

Par

Pff, ils nous emmerdent avec les mesures de distanciation (novlangue lrem) débiles. Le virus est présent en France depuis bien avant le confinement (novembre 2019). C'est seulement en avril que les flippés trentenaires ont ressentis le besoin de mettre un masque. C'est peut-être plus délicats pour les vieux et encore j'en vois beaucoup se balader dans les magasins sans protections particulières. Il suffit simplement d'avoir une hygiène de base et c'est suffisant.

Par

En réponse à CruchotCars

Les plexiglas sont enlevés dans les VTC car il y a eu un cas où le passager a fendu le plexiglas et l'assurance n'a pas fonctionné.

Certains ont un simple plastique qui fait du bruit si une vitre est ouverte, d'autres rien sauf un masque pour le conducteur.

Foutre une séparation rigide derrière peut être très dangereux en cas d'accidents, ces machins inutiles ne doivent même pas être homologués, je n'imagine même pas lors de déploiement d'airbags.

Par

Chez blablacar, on peut être à 4 par véhicule. Ce n’est plus limité à 1 personne en passager. 1 seule personne en passager, c’était pendant le confinement et au début du déconfinement.

Par

Le plus comique dans l'histoire c'est qu'il y a des sociétés de nettoyage qui proposent çà à des particuliers qui sont les seuls à utiliser leur voiture et des jounaux sérieux qui vantent l’intérêt de procéder à cette désinfection...on peut se demander si ils n'ont pas bénéficier d'un tarif préférentiel pour une prestation avant de publier ce genre de sujet

Par

Donc il faut prévoir une après-midi entière pour préparer le véhicule

Par

C'est fini le COVID 19...

Ça sert à rien de se mettre la rate au court-bouillon sur l'application des règles sanitaires.

On en parlera même plus dans 2 mois. Les média trouveront un autre sujet pour faire le buzz. Peut-être la grippe qui tue 500 000 personnes chaque année ? Non, je déconne, mourir de la grippe c'est has-been médiatiquement parlant.

Par

En réponse à Axel015

C'est fini le COVID 19...

Ça sert à rien de se mettre la rate au court-bouillon sur l'application des règles sanitaires.

On en parlera même plus dans 2 mois. Les média trouveront un autre sujet pour faire le buzz. Peut-être la grippe qui tue 500 000 personnes chaque année ? Non, je déconne, mourir de la grippe c'est has-been médiatiquement parlant.

Oui parce que avec tout ça on en a oublié la peste porcine africaine oui, c'était pas mal comme nom

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire