Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info
Un crash-test à 160 km/h, ça donne quoi ?Vous connaissez peut-être l'émission Mythbusters qui passe sur Discovery Channel où deux moustachus mettent à l'épreuve des théories scientifiques ou des idées reçues de façon très spectaculaire. Le but de l'épisode du mois dernier était de déterminer si la violence du choc d'une voiture heurtant un mur à 160 km/h était la même que deux voitures se percutant chacune à 80 km/h, un mystère qui, bien évidemment, nécessite d'être élucidé par une expérience pratique.

Lire l'article»

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Allo? quelqu'un ici n'a pas oublié sa physique du collège? E=M*c² ça vous rapelle quelque chose? 2 fois plus vite = 4 fois plus fort. Faut pas être sorcier pour en déduire que la voiture seule tapera donc plus fort que les deux autres...

Par Anonyme

Et si une Twingo à 80km/h se prend un Q7 à 80km/h, est-ce que ça équivaut à un choc à 80km/h dans un mur?

....

Par Anonyme

Ne pas oublier de prendre en compte les déformations et donc les moments d'absorption de l'energie............

Par

donc si je comprends bien vu que les tests euroncap se font à la vitesse "folle" de 64 km/h si on roule sur autoroute à 2 fois plus on risque de mourir si on a un accident non ?? ouah les voitures sont sûres à la vitesse d'un escargot asthmatique

Par Anonyme

@ 07h33 c'est une formule de radioactivité celle là! ici il faut utiliser la formule de l'énergie cinétique qui est Ec=1/2*M*V²

Par

En réponse à neophyteenhonda

donc si je comprends bien vu que les tests euroncap se font à la vitesse "folle" de 64 km/h si on roule sur autoroute à 2 fois plus on risque de mourir si on a un accident non ?? ouah les voitures sont sûres à la vitesse d'un escargot asthmatique

C'est surtout qu'au delà des 70 km/h, les décélérations sont trop importantes pour que tu puisse y survivre.

Par Anonyme

C'est intéressant, car au-delà de la simple vidéo, on se cultive un peu, par contre écrire que la voiture "percute le mur à une violence inouïe" ne veut rien dire, ce n'est pas français. Il faut écrire "avec une violence inouïe".

Par Anonyme

@neophyteenhonda et puis tu fais déjà rarement un 64km/h-0km/h sur un choc....alors imagine la rareté d'un 130-0

Par

ouais mais genre si tu percutes devant toi comme ça se passe souvent et que ça se finit en carambolage tu meurs aussi

Par Anonyme

@07h33 : outre votre formule qui n'est pas celle de l'énergie cinétique (mais celle de l'énergie d'une particule la perdant sous forme de rayonnement électromagnétique), dans un choc frontal entre deux véhicules de même masse allant à la même vitesse, l'énergie cinétique globale dissipée pendant le choc pour un arrêt est le double de l'énergie cinétique de chaque véhicule impliqué. Sauf que cette énergie globale n'a aucun rapport avec l'énergie d'un véhicule allant deux fois plus vite : le rapport entre les deux est 2^2/2=2. L'énergie cinétique cumulée de ces deux véhicules est 2 fois inférieure à celle d'un seul véhicule identique allant deux fois plus vite. En plus, si les deux véhicules sont de même masse, et se déformant d'une manière analogue, l'énergie cinétique à dissiper est répartie entre les deux véhicules : ce pourquoi, ce reportage vulgarisateur montre bien que deux véhicules de même masse, allant à la même vitesse, et se percutant frontalement, subissent les mêmes dommages qu'un seul de ces véhicules subissant un choc frontal contre un mur indéformable à la même vitesse. Bilan d'énergie : c'est du niveau de 1ère ou terminale S... soit de la physique extrêmement basique. Maintenant, entre un Q7 (2,5T) et une Twingo (1T), le Q7 aura une énergie cinétique 2,5 fois supérieure à celle de la Twingo... sauf que le calcul est plus compliquée : différentes hypothèses sont envisageables, mais la plus probable et la plus simple est que, puisque la Twingo aura perdu toute son énergie cinétique dans le choc alors qu'il restera 1,5 fois (2,5-1) cette énergie cinétique au Q7 à ce moment, celui-ci se mettra alors à pousser la Twingo jusqu'à perdre son énergie cinétique, engendrant un autre coup du lapin aux occupants de la Twingo (puisqu'elle se remettra violemment en mouvement, mais dans une autre direction), et se servant de celle-ci comme un frein jusqu'à ce qu'elle perde le reste de son énergie cinétique : on n'est cependant plus dans le cas de transfert d'energie cinétique en énergie dissipée par la déformation, mais essentiellement dans un cas de perte d'énergie cinétique par le frottement conjoint de la Twingo et du Q7 sur le sol. A partir du moment où la Twingo à commencé à reculer, les dommages par déformation contre sa structure ne sont plus tellement significatifs, car ceux-ci ne le sont qu'au moment de l'impact : les vitesses (puisque les dommages à l'impact se font jusqu'à ce que l'un des deux véhicules perde toute son énergie cinétique, nulle une fois sa vitesse devenue nulle) et les capacités d'absorption par déformation, et non vraiment la masse (puisque si un véhicule est plus lourd que l'autre, une fois ce dernier ayant dissipé son énergie cinétique, il se fera tout simplement pousser par le plus lourd), sont donc les éléments essentiels de sécurité des occupants. Maintenant, il y a des véhicules plus dangereux qu'un Q7, y compris pour les autres : ceux non munis de zones déformables (typiquement, les vieux 4x4 et cie, munis d'un châssis échelle), obligeant le véhicule déformable à encaisser plus de dommages par déformations que lui. Ces véhicules à châssis non déformables sont donc "plus sûrs" pour leurs occupants en cas de choc avec un autre véhicule déformable, mais très dangereux en cas de choc dans un obstacle indéformable (le véhicule ne se déformant pas, il transmettra une bonne partie de l'impact à l'intérieur de la cabine, dont les occupants, eux, sont hautement "déformables"). Cela fait cependant quelques années que l'interdiction des châssis échelle guette, à l'échelle européenne : hélas pour, par exemple, le fantastique classe G.

Par Anonyme

@8h29 ça ne change rien ce qui nous intéressse ici c'est que l'énergie varie avec le carré de la vitesse. Au final on obtient la même chose.

Par Anonyme

@10h19 : un choc par l'arrière de deux véhicules se déplaçant ou pouvant se déplacer (ie, pas de frein à main, ou d'obstacle venant arrêter le premier véhicule dans sa course) est bien moins dangereux. Dans ce cas, le véhicule arrière va se mettre à pousser le premier véhicule. Or une énergie peut se modéliser comme le travail d'une force : W=F*d. Le travail "W" va dépendre de la distance "d" sur laquelle une force "F" va travailler. Ainsi, pour une énergie cinétique donnée et dispersée par le travail d'une force sur une distance "d", plus cette distance sera grande, plus la force qu'il faudra faire subir pour dissiper l'énergie cinétique sera faible. Inversement, plus cette distance sera faible (presque nulle, dans le cas d'une impact frontal), plus la force équivalente qu'il faudra pour la dissiper sera forte. Les dangers principaux, en cas de choc arrière, ce sont la perte de contrôle (qui peut aller faire taper un obstacle indéformable, impliquant des efforts énormes sur une faible distance, pour dissiper l'énergie cinétique jusqu'à l'arrêt), et l'installation de passagers dans la zone déformables à l'arrière (comme les SUV débilités ou sont installés des sièges dans le coffre : un joyeux piège mortel).

Par Anonyme

@10h23 : le souci est qu'il faut savoir modéliser correctement. Ici, c'est un bilan d'énergie globale, qui permet de modéliser comme il faut. Or, la plupart des gens font un bilan d'énergie stupide, en sortant d'un chapeau une énergie cinétique issue de la vitesse relative des deux véhicules (effectivement 160km/h), comme si les deux véhicules représentaient un seul système physique, alors qu'il faut faire la somme des énergies cinétiques, puisque deux système initialement décorrélés sont impliqués (dans le cas d'un choc par l'arrière après l'impact, ou de la partie du choc frontal où le véhicule le plus lourd se met à pousser le plus léger, tant qu'ils restent collés l'un à l'autre, les considérer comme un seul système conjoint pourrait être une modélisation adéquate, mais pas dans la partie "déformation" d'un choc frontal). Pour qui comprend comment ça fonctionne, c'est évident : mais ça va mieux en expliquant pourquoi.

Par Anonyme

En réponse à Anonyme

@ 07h33 c'est une formule de radioactivité celle là! ici il faut utiliser la formule de l'énergie cinétique qui est Ec=1/2*M*V²

@ 08H29, E=mc², n'est pas associé qu'a l'energie nucléaire. d'une façon générale elle permet de calculer l'energie (joules) libéré par une masse en mouvement à la vitesse de la lumière (dans le vide). Sauf qu'ici on est loin de la vitesse de la lumière et pas dans le vide non plus. Le premier commentaire peut reviser sa leçon.

Par Anonyme

@10h54 je suis 8h29 et oui c'est vrai ce que vous dites

par contre le premier 07h33 qui "n'a pas oublié sa physique du collège" n'a pas du aller souvent au collège parce que faire du E=MC² au collège c'est vraiment balèse, mais ne pas savoir à quoi correspond la formule, c'est vraiment balo! ^^

Par Anonyme

le premier com!!!!!il m'a fallu 15min pour m'en remettre!!!!

Trop trop fort. Chapeau bas!

Par Anonyme

je vois pas ou ils ont vu que 2 voitures qui s'entre choquent à 80kmh = 1 voiture qui tape contre un mur a 160kmh... un choc a 80kmh ca reste un choc a 80kmh... et ce contre un mur, une voiture ou autre... apres la voiture se déforme plus ou moins bien en fonction de la zone de choc qui dépend de la trajectoire des 2 voitures au moment de l'impact...

Par

En réponse à Anonyme

@07h33 : outre votre formule qui n'est pas celle de l'énergie cinétique (mais celle de l'énergie d'une particule la perdant sous forme de rayonnement électromagnétique), dans un choc frontal entre deux véhicules de même masse allant à la même vitesse, l'énergie cinétique globale dissipée pendant le choc pour un arrêt est le double de l'énergie cinétique de chaque véhicule impliqué. Sauf que cette énergie globale n'a aucun rapport avec l'énergie d'un véhicule allant deux fois plus vite : le rapport entre les deux est 2^2/2=2. L'énergie cinétique cumulée de ces deux véhicules est 2 fois inférieure à celle d'un seul véhicule identique allant deux fois plus vite. En plus, si les deux véhicules sont de même masse, et se déformant d'une manière analogue, l'énergie cinétique à dissiper est répartie entre les deux véhicules : ce pourquoi, ce reportage vulgarisateur montre bien que deux véhicules de même masse, allant à la même vitesse, et se percutant frontalement, subissent les mêmes dommages qu'un seul de ces véhicules subissant un choc frontal contre un mur indéformable à la même vitesse. Bilan d'énergie : c'est du niveau de 1ère ou terminale S... soit de la physique extrêmement basique. Maintenant, entre un Q7 (2,5T) et une Twingo (1T), le Q7 aura une énergie cinétique 2,5 fois supérieure à celle de la Twingo... sauf que le calcul est plus compliquée : différentes hypothèses sont envisageables, mais la plus probable et la plus simple est que, puisque la Twingo aura perdu toute son énergie cinétique dans le choc alors qu'il restera 1,5 fois (2,5-1) cette énergie cinétique au Q7 à ce moment, celui-ci se mettra alors à pousser la Twingo jusqu'à perdre son énergie cinétique, engendrant un autre coup du lapin aux occupants de la Twingo (puisqu'elle se remettra violemment en mouvement, mais dans une autre direction), et se servant de celle-ci comme un frein jusqu'à ce qu'elle perde le reste de son énergie cinétique : on n'est cependant plus dans le cas de transfert d'energie cinétique en énergie dissipée par la déformation, mais essentiellement dans un cas de perte d'énergie cinétique par le frottement conjoint de la Twingo et du Q7 sur le sol. A partir du moment où la Twingo à commencé à reculer, les dommages par déformation contre sa structure ne sont plus tellement significatifs, car ceux-ci ne le sont qu'au moment de l'impact : les vitesses (puisque les dommages à l'impact se font jusqu'à ce que l'un des deux véhicules perde toute son énergie cinétique, nulle une fois sa vitesse devenue nulle) et les capacités d'absorption par déformation, et non vraiment la masse (puisque si un véhicule est plus lourd que l'autre, une fois ce dernier ayant dissipé son énergie cinétique, il se fera tout simplement pousser par le plus lourd), sont donc les éléments essentiels de sécurité des occupants. Maintenant, il y a des véhicules plus dangereux qu'un Q7, y compris pour les autres : ceux non munis de zones déformables (typiquement, les vieux 4x4 et cie, munis d'un châssis échelle), obligeant le véhicule déformable à encaisser plus de dommages par déformations que lui. Ces véhicules à châssis non déformables sont donc "plus sûrs" pour leurs occupants en cas de choc avec un autre véhicule déformable, mais très dangereux en cas de choc dans un obstacle indéformable (le véhicule ne se déformant pas, il transmettra une bonne partie de l'impact à l'intérieur de la cabine, dont les occupants, eux, sont hautement "déformables"). Cela fait cependant quelques années que l'interdiction des châssis échelle guette, à l'échelle européenne : hélas pour, par exemple, le fantastique classe G.

Ton pavé est chiant, je refuse de le lire. :jap:

Par Anonyme

il y en a qui ne semblent pas saisir que 2 fois 80 kmh, ça fait 160 kmh... a partir de là, c'est difficile de se faire comprendre!! Achelbe.

Par Anonyme

En réponse à berlinois

C'est surtout qu'au delà des 70 km/h, les décélérations sont trop importantes pour que tu puisse y survivre.

des accident a plus de 70 face a face avec un mur ne tue pas forcement le pilote je suis desolé mais ton chiffre tu le sort d'où ?

Par Anonyme

La video est privee...

Par

j'avais lu les chiffres d'accélération maximale supportable de certains organes humains. 50g commence à être énorme, mais la durée de l'accélération compte énormément ! (dans certains cas c'est de l'ordre du millième de seconde)

Par Anonyme

On peut faire des essais comme dans la vidéo, on peut utiliser les lois de la physique comme dans l'article et on peut utiliser aussi son bon sens. Le bons sens pratique ca donne ca : comme les deux voitures qui se percutent à 80 km/h, ont la même masse, même forme, même vitesse, etc. tout pareil, le choc va être symétrique donc si vous mettez une plaque de contreplaqué très mince à l'endroit où les voitures vont se heurter, ca ne change rien et elle devrait rester à peu près à sa place. Donc si vous mettez un bloc de béton derrière le contreplaqué au lieu d'une voiture lancée à 80 km/h, le contreplaqué ne bouge pas et c'est pareil. Donc deux voitures l'une contre l'autre chacune à 80 km/h ou une voiture à 80 km/h contre un mur c'est pareil. CQFD.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

SPONSORISE

Actualité Daewoo

Toute l'actualité

Forum Daewoo