Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 

Essai vidéo - Audi A4 Allroad Quattro : la forme avant la fonction

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Avant que la mode des SUV et autres crossovers n'explose, il y a eu une première tentative de chaînon manquant entre le break civil et le 4x4 pur et dur portée entre autres par Subaru, Volvo et Audi. Le constructeur allemand en présente aujourd'hui la dernière itération, l'A4 Allroad, que nous sommes allés essayer dans la campagne munichoise, en Allemagne.

Essai vidéo - Audi A4 Allroad Quattro : la forme avant la fonction

 En bref
2,0 l TFSI 252 ch
2,0 l TDI 163 et 190 ch, 3,0 l TDI 218 et 272 ch

À partir de 47 480 €

 Au commencement, il y avait le break d'un côté et le 4x4 de l'autre. Deux mondes complètement différents, deux véhicules spécialisés dont les qualités ne se recoupaient nulle part. L'un déplace de la famille et/ou des meubles sur route, l'autre en dehors de la route, chacun étant mauvais sur le terrain de l'autre. Mais vers la fin du vingtième siècle, un nouveau terme a fait son entrée dans les descriptifs des voitures, la « polyvalence », menant à la création de nouvelles catégories de voitures à la croisée des chemins. Ainsi est né par exemple le monospace, hybride de fourgon vitré et de berline. Et aussi ces breaks surélevés, entre la familiale et le crapahuteur à transmission intégrale. On pense entre autres à la Toyota Tercel 4x4, la Honda Shuttle 4WD ou encore la Matra Rancho. Puis à la fin des années 90, à la Subaru Outback, la Volvo V70 Cross Country ou encore l'Audi Allroad. Cette dernière utilise une recette simple en prenant comme point de départ en 2000 un sujet que le constructeur allemand maîtrise bien : celui du break à quatre roues motrices. Il s'agit alors d'une Audi A6 Avant Quattro qui se retrouve surélevée et ceinturée de protections en plastique brut du pare-chocs avant au bouclier arrière en passant par les ailes et les bas de caisse. Viendra ensuite en 2006 une deuxième génération puis une troisième en 2012, recevant le renfort en 2009 de l'A4 Avant subissant le même traitement. Et c'est cette dernière qui cède aujourd'hui la place à un nouveau modèle.

 Si on peut regretter la froideur et le classicisme de la dernière Audi A4, sa version Allroad corrige le tir, même si l'aspect protecteur de ses éléments spécifiques extérieurs semble être passé largement au second plan derrière l'esthétique. Calandre aux barrettes chromées sur toute la hauteur et lame couleur aluminium brossé offrent un caractère supplémentaire indéniable par rapport à l'Avant, les extensions d'aile peints en gris mat texturé façon plastique brut (!) et les bas de caisse protubérants lui ajoutent des épaules musclées, le tout complété par un « diffuseur » arrière à la couleur contrastante. Puisqu'on parle de teinte, il est aussi possible d'opter pour une peinture intégrale uniforme comme sur notre modèle d'essai (contre 1 150 €), mais cela lui donne un aspect bien trop massif.

Notre modèle d'essai avait une peinture intégrale, une option à 1 150 €
Notre modèle d'essai avait une peinture intégrale, une option à 1 150 €
Mais les extensions d'aile en gris mat texturé sont plus dans l'esprit Allroad
Mais les extensions d'aile en gris mat texturé sont plus dans l'esprit Allroad

 Au chapitre mécanique, la garde au sol est surélevée de 34 mm, le système de conduite Audi Drive Select ajoute un mode supplémentaire baptisé « Offroad » pour optimiser différents paramètres agissant sur le moteur, la boîte, la transmission ou encore la direction aux conditions spécifiques trouvées hors du bitume, et l'Allroad étrenne enfin une évolution du système Quattro, baptisé Quattro Ultra, pour l'instant exclusivement associé au 2,0 l TFSI

 Quattro Ultra

Le Quattro « classique » envoie 60 % du couple à l'arrière et 40 % à l'avant en conditions optimales via un différentiel mécanique central et peut en transmettre jusqu'à 70 % à l'avant ou 85 % à l'arrière si c'est nécessaire. Mais la nouvelle Audi A4 Allroad a droit à une évolution de la célèbre transmission intégrale, le Quattro Ultra, qui ajoute la possibilité de débrayer physiquement l'entraînement du train arrière afin d'économiser du carburant et du CO2. Une centrale électronique se charge d'analyser une fois toutes les 10 millisecondes toutes les données envoyées par la ribambelle de capteurs répartis dans l'ensemble de la voiture, de l'angle du volant à la pression exercée sur l'accélérateur en passant par les accélérations latérale et longitudinale ou le couple délivré par le moteur, pour donner son feu vert, la puissance de calcul permettant de « prédire » une perte d'adhérence une demi-seconde avant qu'elle n'arrive, selon Audi.

Cela ne restera toutefois pas longtemps une spécificité de l'Allroad puisqu'on le retrouvera bientôt sur d'autres modèles du groupe à moteur longitudinal.

Sans surprise, l'A4 Allroad se sert majoritairement dans le catalogue de moteurs de l'A4 Avant avec au programme un seul moteur essence, le 2,0 l TFSI de 252 ch, et deux moteurs diesel en autant de niveaux de puissance, le 2,0 l TDI 163 et 190 ch, et le V6 3,0 l TDI en 218 et 272 ch. Un autre 2,0 l TDI, de 150 ch cette fois, sera aussi disponible par la suite.

Essai vidéo - Audi A4 Allroad Quattro : la forme avant la fonction

L'Allroad donne donc un peu, mais prend aussi pas mal. Dans votre porte-monnaie pour commencer. À motorisation, boîte de vitesses, transmission et finition identiques à l'Avant, il faudra ainsi compter à l'achat 1 730 € supplémentaires pour le TFSI 252 ch, 1 700 € pour le TDI 190, 1 750 € pour le TDI 218 et 1 810 € pour le TDI 272, le ticket d'entrée étant de 47 480 € pour le TDI 163 ch en finition Design. Mais ça n'est pas tout, puisque garde au sol surélevée et roues plus grosses ont une influence sur les consommations officielles qui vont de l'anecdotique au plutôt conséquent, jusqu'à un demi-litre en plus en mixte pour le TDI 218 ch. Et c'est la double punition puisque cela se paye à la pompe mais aussi encore l'achat avec le malus écologique. C'est le TFSI 252 ch qui en pâtit le plus cette fois, puisque, chaussé de jantes en 18 pouces, le malus passe de 500 à 1 600 €, portant la différence finale de tarif à 2 830 € par rapport à une Avant à configuration identique. Le chronomètre souffre aussi du Cx plus important et du surplus de masses suspendues : il faudra par exemple attendre 4 dixièmes de seconde de plus afin d'atteindre les 100 km/h avec le TDI 190.

Essai vidéo - Audi A4 Allroad Quattro : la forme avant la fonction
Essai vidéo - Audi A4 Allroad Quattro : la forme avant la fonction
Essai vidéo - Audi A4 Allroad Quattro : la forme avant la fonction

  Comparaison performances, consommations et budget entre l'Avant et l'Allroad

  0 à 100 km/h Conso mixte
(en l/100 km)
CO2
(en g/km)
Prix
(Design)
Malus
Avant Quattro
2,0 l TFSI 252
6,0 s 17" : 6,1
18" : 6,3
19" : 6,4
17" : 139
18" : 144
19" : 147
48 600 € 17" : + 250 €
18" : + 500 €
19" : + 900 €
Allroad Quattro
2,0 l TFSI 252
6,1 s 17" : 6,4
18" : 6,6
19" : 6,7
17" : 147
18" : 152
19" : 154
50 330 € 17" : + 900 €
18" : + 1 600 €
19" : + 1 600 €
Avant Quattro
2,0 l TDI 190
7,4 s 17" : 4,5
18" : 4,6
19" : 4,7
17" : 116
18" : 120
19" : 123
47 800 € 17" : + 0 €
18" : + 0 €
19" : + 0 €
Allroad Quattro
2,0 l TDI 190
7,8 s 17" : 4,9
18" : 5,0
19" : -
17" : 128
18" : 132
19" : -
49 500 € 17" : + 0 €
18" : + 150 €
19" : -
Avant Quattro
3,0 l TDI 218
6,4 s 17" : 4,6
18" : 4,7
19" : 4,8
17" : 119
18" : 122
19" : 125
51 200 € 17" : + 0 €
18" : + 0 €
19" : + 0 €
Allroad Quattro
3,0 l TDI 218
6,6 s 17" : 5,1
18" : 5,2
19" : 5,3
17" : 137
18" : 141
19" : 143
52 950 € 17" : + 250 €
18" : + 500 €
19" : + 500 €
Avant Quattro
3,0 l TDI 272
5,4 s 17" : 5,1
18" : 5,3
19" : 5,4
17" : 134
18" : 139
19" : 142
54 600 € 17" : + 150 €
18" : + 250 €
19" : + 500 €
Allroad Quattro
3,0 l TDI 272
5,5 s 17" : 5,3
18" : 5,4
19" : 5,5
17" : 139
18" : 143
19" : 146
56 410 € 17" : + 250 €
18" : + 500 €
19" : + 900 €

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Audi A4 Allroad

128 g/km - malus : 53 €

Début de commercialisation du modèle :
Audi A4 Allroad (2e Generation)

Juin 2016

A titre d'exemple pour la version II V6 3.0 TDI 272 DESIGN LUXE QUATTRO TIPTRONIC.

1,49 m1,84 m
4,75 m
  • 5 places
  • 505 l / 1510 l

  • Auto. à 8 rapports
  • Diesel

Portfolio (32 photos)

En savoir plus sur : Audi A4 Allroad (2e Generation)

Commentaires (34)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C est bien mais qu' est ce que c est chère très chère quand même

Par

Mais on s'en fiche de la comparaison avec une A4 classique, on se doute bien que ce sera plus mou !

La compaison utile, c'est entre un Allroad et un SUV, lequel offre la meilleure conduite ?

Personnellement, j'aime la position de conduite "allongée" des berlines mais avoir un peu de hauteur et surtout de la hauteur de caisse (dos d'âne, trottoir pour se garer, ne pas craindre pour sa voiture sur les chemins défoncés...) m'intéresse aussi !

Donc SUV ou Allroad ?

Par

Plus laide, plus chère, plus lourde, plus gloutonne, moins performante, plus pataude, toujours aussi pingre. Et cela face à une A4 Avant Quattro pas exempte de tout reproche non plus.

Intérêt zéro donc. Presque aussi attrape-nigouille qu'un SUV.

Par

En réponse à GlobalGuillaume

Mais on s'en fiche de la comparaison avec une A4 classique, on se doute bien que ce sera plus mou !

La compaison utile, c'est entre un Allroad et un SUV, lequel offre la meilleure conduite ?

Personnellement, j'aime la position de conduite "allongée" des berlines mais avoir un peu de hauteur et surtout de la hauteur de caisse (dos d'âne, trottoir pour se garer, ne pas craindre pour sa voiture sur les chemins défoncés...) m'intéresse aussi !

Donc SUV ou Allroad ?

Je pense allroad pour les jeunes dynamiques et SUV pour les vieux avec arthrose :bah:

Quelqu'un pourrait nous donner la proportion de vente de cette déclinaison allroad parce que je n'en ai jamais vu :blague:

Par

En réponse à hervimode

Je pense allroad pour les jeunes dynamiques et SUV pour les vieux avec arthrose :bah:

Quelqu'un pourrait nous donner la proportion de vente de cette déclinaison allroad parce que je n'en ai jamais vu :blague:

http://www.largus.fr/actualite-automobile/essai-audi-a4-allroad-2016-lathlete-complet-7834384.html

Extrait :

"la première A4 Allroad, née mi-2009, ne représentait que 6% des ventes de la famille A4 en France"

Peut-être sensiblement plus pour les ventes Europe.

Serviteur. :jap:

Par

Je comprends pas du tout l'intérêt de ces berlines surélevées... même pas niveau design... ça n'a ni les capacités d'un bête SUV qui est plus haut avec ce que ça a comme avantage pour les gonzesses, les enfants, le chargement ou un minimum de franchissement pour ceux qui habitent en campagne et prennent des chemins roulants, ni celles d'une berline car ça devient du coup plus pataud, plus lourd, moins rigoureux en tenue de route et sensibilité au vent et ça consomme plus.

Par

En réponse à jaweshfcgb

http://www.largus.fr/actualite-automobile/essai-audi-a4-allroad-2016-lathlete-complet-7834384.html

Extrait :

"la première A4 Allroad, née mi-2009, ne représentait que 6% des ventes de la famille A4 en France"

Peut-être sensiblement plus pour les ventes Europe.

Serviteur. :jap:

Ca ne se vend donc pas assez, curieux qu'il continue de le proposer encore avec cette nouvelle génération. C'est un peu comme le CLA shouting break, je n'en ai jamais vu roulé :frown:

Par

En réponse à hervimode

Ca ne se vend donc pas assez, curieux qu'il continue de le proposer encore avec cette nouvelle génération. C'est un peu comme le CLA shouting break, je n'en ai jamais vu roulé :frown:

Pourquoi continuer à la proposer ?

Parce que c'est justement là qu'est le principal atout des premium allemands : le choix.

Proposer une gamme tentaculaire, que ce soit en terme de segments, modèles, carrosseries, moteurs, transmissions, finitions, philosophies, etc permet de correspondre avec une précision millimétrique au(x) besoin(s) du client.

Un constructeur premium n'a pas les mêmes contraintes qu'un généraliste.

L'image (perçue et renvoyée) étant son principal argument de vente, celui-ci ne souffrira que très peu d'une crise économique. Ce sera même plutôt l'inverse.

De plus, c'est également cette image qui lui permettra d'assurer des marges importantes sur la vente de ses modèles et, de ce fait, des bénéfices records à la fin de l'année.

Il peut donc tout à fait se permettre de multiplier les modèles, et cela sans avoir systématiquement le pistolet de la rentabilité sur la tempe.

Pour cette A4 Allroad, Audi touchera les personnes peu enclines aux SUV, mais sensibles aux (légères) protections de carrosseries, aux (quelques) centimètres de garde au sol supplémentaires, et à une motricité accrue (en ajoutant bien sûr la notion d'image renvoyée). On peut, par exemple, sans peine lui prédire un petit succès en Suisse.

De plus, cette auto sera également légitimée par le caractère pionnier d'Audi sur ce segment, ainsi que son expertise en matière de transmission 4X4.

Enfin, celle-ci n'est pas spécialement chère à produire, tout ou presque étant issu de l'A4 Avant Quattro.

Risque très minime donc, pour ne pas dire nul.

Volkswagen procède également dans cette logique de gamme tentaculaire. Ou du moins procédait : de nombreux produits vont disparaître (Eos, Coccinelle), alors que d'autres tardent à voir le jour ("Taigun").

Bref, même chez la firme de Wolfsburg, on se doit désormais d'essentialiser sa gamme pour rester dans un cercle économique emprunt de vert.

Seul le luxe (ou ce qui est considéré comme tel) peut se permettre le luxe. Plus encore aujourd'hui.

Par

En réponse à jaweshfcgb

Pourquoi continuer à la proposer ?

Parce que c'est justement là qu'est le principal atout des premium allemands : le choix.

Proposer une gamme tentaculaire, que ce soit en terme de segments, modèles, carrosseries, moteurs, transmissions, finitions, philosophies, etc permet de correspondre avec une précision millimétrique au(x) besoin(s) du client.

Un constructeur premium n'a pas les mêmes contraintes qu'un généraliste.

L'image (perçue et renvoyée) étant son principal argument de vente, celui-ci ne souffrira que très peu d'une crise économique. Ce sera même plutôt l'inverse.

De plus, c'est également cette image qui lui permettra d'assurer des marges importantes sur la vente de ses modèles et, de ce fait, des bénéfices records à la fin de l'année.

Il peut donc tout à fait se permettre de multiplier les modèles, et cela sans avoir systématiquement le pistolet de la rentabilité sur la tempe.

Pour cette A4 Allroad, Audi touchera les personnes peu enclines aux SUV, mais sensibles aux (légères) protections de carrosseries, aux (quelques) centimètres de garde au sol supplémentaires, et à une motricité accrue (en ajoutant bien sûr la notion d'image renvoyée). On peut, par exemple, sans peine lui prédire un petit succès en Suisse.

De plus, cette auto sera également légitimée par le caractère pionnier d'Audi sur ce segment, ainsi que son expertise en matière de transmission 4X4.

Enfin, celle-ci n'est pas spécialement chère à produire, tout ou presque étant issu de l'A4 Avant Quattro.

Risque très minime donc, pour ne pas dire nul.

Volkswagen procède également dans cette logique de gamme tentaculaire. Ou du moins procédait : de nombreux produits vont disparaître (Eos, Coccinelle), alors que d'autres tardent à voir le jour ("Taigun").

Bref, même chez la firme de Wolfsburg, on se doit désormais d'essentialiser sa gamme pour rester dans un cercle économique emprunt de vert.

Seul le luxe (ou ce qui est considéré comme tel) peut se permettre le luxe. Plus encore aujourd'hui.

Ben ça fait plaisir de voir des réponses claires et argumentées, ca change des trolls habituels, Vous m'avez convaincus :bien::bien:

Par

En réponse à jaweshfcgb

Pourquoi continuer à la proposer ?

Parce que c'est justement là qu'est le principal atout des premium allemands : le choix.

Proposer une gamme tentaculaire, que ce soit en terme de segments, modèles, carrosseries, moteurs, transmissions, finitions, philosophies, etc permet de correspondre avec une précision millimétrique au(x) besoin(s) du client.

Un constructeur premium n'a pas les mêmes contraintes qu'un généraliste.

L'image (perçue et renvoyée) étant son principal argument de vente, celui-ci ne souffrira que très peu d'une crise économique. Ce sera même plutôt l'inverse.

De plus, c'est également cette image qui lui permettra d'assurer des marges importantes sur la vente de ses modèles et, de ce fait, des bénéfices records à la fin de l'année.

Il peut donc tout à fait se permettre de multiplier les modèles, et cela sans avoir systématiquement le pistolet de la rentabilité sur la tempe.

Pour cette A4 Allroad, Audi touchera les personnes peu enclines aux SUV, mais sensibles aux (légères) protections de carrosseries, aux (quelques) centimètres de garde au sol supplémentaires, et à une motricité accrue (en ajoutant bien sûr la notion d'image renvoyée). On peut, par exemple, sans peine lui prédire un petit succès en Suisse.

De plus, cette auto sera également légitimée par le caractère pionnier d'Audi sur ce segment, ainsi que son expertise en matière de transmission 4X4.

Enfin, celle-ci n'est pas spécialement chère à produire, tout ou presque étant issu de l'A4 Avant Quattro.

Risque très minime donc, pour ne pas dire nul.

Volkswagen procède également dans cette logique de gamme tentaculaire. Ou du moins procédait : de nombreux produits vont disparaître (Eos, Coccinelle), alors que d'autres tardent à voir le jour ("Taigun").

Bref, même chez la firme de Wolfsburg, on se doit désormais d'essentialiser sa gamme pour rester dans un cercle économique emprunt de vert.

Seul le luxe (ou ce qui est considéré comme tel) peut se permettre le luxe. Plus encore aujourd'hui.

On est d'accord les allemands sont très forts pour ça, dans tous les cas c'est agréable d'avoir le choix, c'est une des rares choses qui me rebute à allez voir du côté japonais :biggrin: (boîte auto pas compatible avec certains moteur par ex)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire