Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Bosch en "sauveur" européen du semi-conducteur

Dans Economie / Politique / Marché

Bosch en "sauveur" européen du semi-conducteur

Le planning ne pouvait pas mieux tomber pour Bosch qui vient d'inaugurer une usine de semi-conducteurs en Allemagne, en pleine pénurie mondiale pour les constructeurs automobiles.

Après les batteries, les semi-conducteurs. La décennie actuelle est décidément celle du revirement pour l'Europe, qui, dans certains domaines, entend réduire sa dépendance à l'Asie. La pandémie et le rebond de l'économie ont créé un énorme goulot d'étranglement sur les semi-conducteurs, alors que l'automobile devient de plus en plus gourmande en la matière, la faute aux nouvelles technologies embarquées et à la connectivité à outrance.

Problème : les leaders mondiaux du semi-conducteur sont asiatiques. Mais pour Bosch, le planning est presque parfait. L'un des plus gros fournisseurs mondiaux de l'automobile avait commencé, en 2018, à construire une usine de semi-conducteurs près de Dresde, sans anticiper la crise qui allait arriver.

Cette semaine, les plus hauts responsables politiques allemands et européens ont inauguré cette usine, qui produira donc ces petits composants indispensables. Mais Bosch prévient d'emblée : l'entreprise allemande ne sera pas un "super héros". Et même si cette usine permettra de réduire, un peu, la crise actuelle dans le secteur, elle reste dépendante de certains fournisseurs externes à l'Europe.

Les premières livraisons pour l'industrie automobile se feront en septembre prochain.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (20)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Bon, ce n'est pas un "super héros", c'est sûr. Même pas sûr que ça soit satisfaisant pour gérer les écrans avec leurs millions de pixels. On parle d'une fabrication en 65nm. Très très loin de ce que savent faire TSMC/Nvidia/Intel (7-10nm)...

Mais ça peut permettre de rendre l'Europe indépendante sur des calculateurs plus simples, mais vitaux.

Par

Il ont pas sauvé Sylvain levy

Par

Sauveur ...sauveur ...

Qui peut le plus , peut le moins. Il ne faut pas oublier le diesel gâte.

Par

En réponse à interessant

Sauveur ...sauveur ...

Qui peut le plus , peut le moins. Il ne faut pas oublier le diesel gâte.

Si une chose est claire depuis le début de l'affaire, c'est que c'est vévé qui est en tort dans le dieselgate. C'est vévé qui a pris la décision de tricher, et Bosch les a prévenus. C'est clairement le groupe vévé qui en a assumé les conséquences (aucune conséquence juridique pour Bosch).

https://www.lepoint.fr/automobile/affaire-volkswagen-le-logiciel-de-trucage-fourni-par-bosch-27-09-2015-1968420_646.php

Par

En réponse à Philippe2446

Bon, ce n'est pas un "super héros", c'est sûr. Même pas sûr que ça soit satisfaisant pour gérer les écrans avec leurs millions de pixels. On parle d'une fabrication en 65nm. Très très loin de ce que savent faire TSMC/Nvidia/Intel (7-10nm)...

Mais ça peut permettre de rendre l'Europe indépendante sur des calculateurs plus simples, mais vitaux.

On va être indépendant sur la technologie du minitel ! Youpi ! :biggrin:

Par

En réponse à Philippe2446

Bon, ce n'est pas un "super héros", c'est sûr. Même pas sûr que ça soit satisfaisant pour gérer les écrans avec leurs millions de pixels. On parle d'une fabrication en 65nm. Très très loin de ce que savent faire TSMC/Nvidia/Intel (7-10nm)...

Mais ça peut permettre de rendre l'Europe indépendante sur des calculateurs plus simples, mais vitaux.

Dans l'automobile, ce sont souvent des finesse de gravure bien plus élevé. A toulouse, Freescale faisait des puces pour ABS en 45nm.

Seul les derniers écran ou techno de conduite semi-autonome nécessite des procédés de grande finesse. Aujourd'hui, la pénurie semble être sur à peu prêt tout les composants.

Du coup, je pense que le problème vient de plus bas (la fourniture de disque de silicium par exemple).

Par

Gg Bosh :bien:

Par

En réponse à matrix71

Il ont pas sauvé Sylvain levy

Bien raison mon loulou !

Mais c'est du passé, dans le fond, sil il l'avait gardé, il n'en serait peut être pas là. :chut::voyons:

:tourne:

Par

En France on a l'usine "Le slip Français"...et on reste humble avec ça...

Par

En réponse à Philippe2446

Si une chose est claire depuis le début de l'affaire, c'est que c'est vévé qui est en tort dans le dieselgate. C'est vévé qui a pris la décision de tricher, et Bosch les a prévenus. C'est clairement le groupe vévé qui en a assumé les conséquences (aucune conséquence juridique pour Bosch).

https://www.lepoint.fr/automobile/affaire-volkswagen-le-logiciel-de-trucage-fourni-par-bosch-27-09-2015-1968420_646.php

Excuse-moi mais Bosch comme les autres paie les parties civiles aux Etats Unis et indemnise les propriétaires et revendeurs. En Europe ils paient aussi. Ça leur permet de ne pas reconnaître et assumer toutes leurs responsabilités.

https://www.lesechos.fr/2017/02/dieselgate-accuse-de-complicite-bosch-sen-tire-en-payant-3275-millions-de-dollars-160424

https://www.lesechos.fr/2017/02/dieselgate-accuse-de-complicite-bosch-sen-tire-en-payant-3275-millions-de-dollars-160424

https://www.usinenouvelle.com/article/implique-dans-le-dieselgate-de-vw-bosch-debourse-300-millions-d-euros.N495749

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire