Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Faut-il avoir peur des occasions de plus de 200 000 km ?

Dans Guide fiabilité / Actu occasion

Les 200 000 km représentent pour beaucoup d'automobilistes un cap psychologique important. Et le chiffre à partir duquel une voiture commence à tomber en ruine... Vrai ? Pour certaines, pas du tout. Alors, faut-il avoir peur des occasions de plus de 200 000 km ? Caradisiac vous dit tout.

Faut-il avoir peur des occasions de plus de 200 000 km ?

Une voiture, ça s'use. C'est inévitable et on ne vous apprend rien. Mais ça s'use plus ou moins vite. Aux tout débuts de l'Automobile avec un grand A, il fallait faire la vidange à chaque trajet et un moteur était "cuit" à 10 000 km. Bon, on exagère... Mais c'est l'idée. Et c'est surtout pour pouvoir comparer avec aujourd'hui.

En effet, depuis maintenant des dizaines d'années, les voitures sont capables de parcourir des centaines de milliers de kilomètres sans faillir. Et les exemples d'autos ayant dépassé le million de kilomètres ne sont pas si rares.

Pourtant, dans l'inconscient collectif, se porter acquéreur d'une occasion qui a parcouru plus de 200 000 km, c'est risqué. Aussi risqué qu'écouter du JUL quand on est mélomane, ou craquer une allumette après une soirée chili con carne...

 

Que faut-il donc en penser ? Caradisiac liste ici les arguments principaux dans les deux camps : celui du "il faut avoir peur" et celui du "il ne faut pas avoir peur"...

 

Pourquoi il faut avoir peur

Une fiabilité en baisse avec le temps

Faut-il avoir peur des occasions de plus de 200 000 km ?

Nul besoin d'être grand clerc pour savoir que plus les kilomètres passent, plus le risque d'être confronté à une défaillance mécanique augmente. Certes les moteurs ont aujourd'hui une longévité accrue (qui repart à la baisse avec les nouvelles technologies toutefois), et tous sont capables, bien entretenus, de parcourir largement plus de 200 000 km. Mais les pièces d'usure portent bien leur nom. Avec le temps et les kilomètres, l'échéance pour les remplacer (courroie de distribution, alternateur, compresseur de climatisation, embrayage, freins, amortisseurs, échappement, roulements, filtre à particules éventuellement) ne fait que se rapprocher. Et au-delà de 200 000 km, si cela n'a jamais été fait, le risque de devoir mettre la main au portefeuille se rapproche de 100 %.

Or, certains remplacements peuvent être très coûteux. Un compresseur de clim, c'est minimum 700 €, voire plus de 1 000 € pour une allemande premium. Un embrayage tourne autour des mêmes coûts. Une distribution itou... Du coup, le bénéfice financier à avoir acquis une auto de plus de 200 000 km est réduit à néant.

L'astuce Caradisiac pour contrer le risque :

Il faut éplucher les factures et questionner le vendeur. Quels sont les opérations et remplacements déjà effectués ? Quels sont ceux qui ne l'ont pas été et qui risquent d'arriver ? Se tourner vers une auto dont de nombreuses pièces d'usure ont déjà été remplacées est LE bon plan typique. Elle sera certainement (un peu) plus chère, mais préserve une belle tranquillité pendant longtemps.

 

Des petits moteurs downsizés à la fiabilité à long terme encore mal évaluée

La fiabilité des moteurs modernes a atteint son apogée avec les blocs de cylindrée confortable, atmosphériques, et aux périphériques surdimensionnés. Typiquement les diesels d'avant 2000, les essences depuis les années 90, en schématisant. Or, la chasse au moindre gramme de CO2, la course à la baisse de consommation, tout en s'adaptant aux cycles d'homologation fantaisistes type NEDC (New European Driving Cycle), a conduit à une baisse spectaculaire des cylindrées, accompagnée de l'apparition et de la généralisation des turbocompresseurs et de l'injection directe. On est passé de moteur diesels atmosphériques de 2.0 et 70 ch, à des 2.0 de 110 à 170 voire 190 ch, ou à des 1.5 de 130 ch. Les essence sont passés de blocs 4 cylindres 2.0 de 110 ch, à des 3 cylindres 1.0 ou 1.2 de 110, 130 ou même 155 ch.

Les récents 3 cylindres 1.0 ou 1.2 ne cassent pas comme du verre, contrairement à ce qu'on aurait pu penser, mais le recul est encore faible, et aucun n'affiche encore des kilométrages de 300 ou 400 000 km, comme certains moteurs moins modernes.
Les récents 3 cylindres 1.0 ou 1.2 ne cassent pas comme du verre, contrairement à ce qu'on aurait pu penser, mais le recul est encore faible, et aucun n'affiche encore des kilométrages de 300 ou 400 000 km, comme certains moteurs moins modernes.

Il faut leur rendre ce qui leur appartient : on craignait à leur apparition une très nette baisse de la fiabilité. Elle n'a pas eu lieu. Mais le recul est encore faible. On ne peut affirmer avec des milliers de preuves que ces petits moteurs peuvent sans soucis afficher les 500 000 km comme avant. Ils tiennent facilement plus de 100 000 ou 150 000 km, contrairement à ce que prédisaient les plus pessimistes, mais rares sont ceux à déjà afficher plus de 200 000 ou 300 000 km.

Et de façon générale, plus la puissance spécifique d'un moteur est élevée (en chevaux par litre), plus la fiabilité est difficile à maîtriser. Mais le kilométrage moyen des Français étant de moins de 10 000 km par an en essence, et à peine plus de 12 000 km en diesel, cela laisse entre 16 et 20 ans de roulage minimum.

L'astuce Caradisiac pour contrer le risque :

Vous pouvez déjà vous tourner vers des marques qui n'ont pas cédé aux sirènes du downsizing, comme Mazda par exemple, ou le groupe Volkswagen, qui remonte actuellement les cylindrées de ses moteurs. Et privilégier celles dont la réputation de fiabilité est avérée (Honda, Toyota, Mazda, Suzuki, les marques coréennes, et même Renault, Fiat ou Opel qui depuis 2005/2006, ont fait de gros progrès), tout en restant prudent. On peut aussi se diriger vers des moteurs qui sont en fin de carrière, et qui ont donc été fiabilisés.

 

Des frais inévitables

Faut-il avoir peur des occasions de plus de 200 000 km ?

Ce point rejoint le premier. Pour faire court, il ne faut pas imaginer qu'acquérir une occasion de plus de 200 000 km vous laissera longtemps sans aucun frais. Si rien n'a été remplacé, ou si seulement quelques échanges de pièces ont été effectués, il y a fort à parier que des frais seront nécessaires, à court ou moyen terme. 

En effet, les 200 000 km sont un kilométrage charnière. De nombreuses pièces sont dimensionnées pour durer à peu près ce kilométrage : turbo, injecteurs, amortisseurs (pour les plus costauds), échappement, catalyseur, FAP, etc. Et en général, les frais arrivent donc en cascade. D'où l'importance de se diriger vers les occasions qui ont déjà subi des mises à niveau.

L'astuce Caradisiac pour contrer le risque :

Il faut se diriger vers des modèles qui ont déjà subi des remplacements de pièces. Mais aussi, il ne faut pas hésiter à négocier le prix d'une voiture sur laquelle rien n'a encore été fait. Ou a contrario, négocier avec le vendeur que certaines opérations soient réalisées à ses frais avant l'achat (distribution, freinage, échappement, etc.). Si tout le monde est raisonnable, on peut le plus souvent s'entendre.

 

Des restrictions de circulation de plus en plus drastiques

Faut-il avoir peur des occasions de plus de 200 000 km ?

Les politiques environnementales étant ce qu'elles sont, il va devenir de plus en plus difficile de rouler avec une voiture "ancienne", surtout dans les grandes agglomérations, qui mettent en place des zones de circulation réglementées (ZCR), ou des interdictions pures et simples (sur la base de la vignette Crit'Air par exemple). Déjà dans Paris, les vignettes Crit'Air 5 et 4 sont interdites en semaine. La voiture est d'avant 2006 et diesel, ce sera niet, essence d'avant 97, niet aussi. Et cela va se durcir avec le temps.

Or acquérir une voiture de plus de 200 000 km, si l'on se réfère aux kilométrages moyens, cela veut dire en moyenne une essence de 18/20 ans, et un diesel de 14/16 ans. Donc ça coince, pour qui se rend régulièrement dans les zones à restrictions de circulation (Paris, Grenoble, Strasbourg, Lille, Lyon, Toulouse...).

L'astuce Caradisiac pour contrer le risque :

N'hésitez pas à acheter des voitures qui ont parcouru beaucoup de kilomètres en peu de temps. D'une part, cela permet d'avoir une vignette Crit'Air qui permet de circuler partout. D'autre part, l'usure de ces autos sera moindre. Un gros kilométrage parcouru en peu de temps est le plus souvent synonyme de parcours autoroutiers. Et ces derniers sont ceux qui usent le moins la mécanique (allure constante, température de fonctionnement optimale. Ces autos sont souvent un peu plus chères que les autres car elles sont moins âgées, mais elles entraîneront aussi moins de frais (voir point ci-dessus) car les longs parcours économisent les organes périphériques.

 

Une sécurité passive "d'époque"

Les constructeurs ont commencé à se pencher sérieusement sur la sécurité passive de leurs voitures depuis une vingtaine d'années. Les airbags se généralisent depuis les années 2000, l'ABS aussi, quant au contrôle de trajectoire, il était rare avant 2005, et obligatoire seulement depuis 2014 sur tous les véhicules neufs (2011 pour les nouvelles homologations). Toujours en se référant aux kilométrages moyens, les "plus de 200 000 km" sont donc souvent dotées d'une sécurité passive moins pointue. Cela peut en rebuter certains.

L'astuce Caradisiac pour contrer le risque :

Il faut, si vous souhaitez les équipements les plus modernes, même pour une voiture âgée et kilométrée, vous tourner soit vers des modèles premiums de l'époque, qui ont bénéficié des systèmes de sécurité avant les marques généralistes, soit opter pour les finitions les plus haut de gamme, qui intégraient les meilleurs équipements de sécurité passive et active en série, ou choisir des occasions qui ont bénéficié de "l'option". Ou comme vu par ailleurs, choisir des autos plus récentes mais qui ont parcouru beaucoup de kilomètres par an.

 

Pourquoi il ne faut pas avoir peur

Une perte financière limitée

Acquérir une auto qui affiche plus de 200 000 km, c'est aussi signer un chèque, le plus souvent, de petit montant. Les années ont passé, la décote est énorme. En général, une voiture qui a atteint ce kilométrage, et sauf exception pour des modèles premium ou à la très forte cote d'amour (et on met de côté le phénomène "youngtimer"), ne vaut plus qu'un dixième de sa valeur neuve, si ce n'est moins. Du coup, même si de gros soucis survenaient, et que vous décidiez de ne pas réparer, la perte financière serait très limitée. À titre d'exemple, une auto généraliste neuve perd environ 25 % de sa valeur la première année. Soit, pour une voiture à 30 000 €, l'équivalent de 7 500 €. Cette même auto, acquise après 200 000 km et 15 à 20 ans, ne vaudra plus que 3 000 € environ (toujours en schématisant). Devoir la "bazarder" pour une casse de moteur ou des frais trop importants ne vous "coûterait" que 3 000 €. Et le seul risque que vous prenez, c'est que... ça n'arrive pas, et que vous parcouriez encore des dizaines de milliers de kilomètres sans encombre.

Des pièces déjà remplacées

Faut-il avoir peur des occasions de plus de 200 000 km ?

Beaucoup de voitures qui affichent ce kilométrage ont en fait déjà bénéficié du remplacement d'organes périphériques ou de pièces d'usure. En effet, comme nous l'avons dit, les 200 000 km sont un kilométrage charnière. Entre 180 000 et 220 000 km, on assiste le plus souvent à de nombreux remplacements. À vous de choisir le modèle qui aura été le mieux suivi et qui repartira mécanique vaillante pour 200 000 nouveaux kilomètres sans frais à effectuer autre que l'entretien courant. Soyez toutefois particulièrement attentifs à l'éventuelle courroie de distribution. Il faut qu'elle ait été remplacée à échéance. Le mieux étant qu'elle ait été remplacée il y a peu (ou pour la vente, ce que font de nombreux professionnels).

Des championnes de la longévité

Les Mercedes 190 essence ou diesel peuvent afficher facilement plus de 500 000 km ! Et ce ne sont pas les seules...
Les Mercedes 190 essence ou diesel peuvent afficher facilement plus de 500 000 km ! Et ce ne sont pas les seules...

Pour certains modèles, on pense à de nombreuses japonaises essence, des suédoises essence comme diesels ou même d'excellents modèles diesels français comme les premiers 2.0 HDI 90 et 110, ou les 2.0 dCi Renault 150 ou 175 ch (et bien d'autres !), la barre des 200 000 km n'est absolument pas un souci. Et les exemplaires bien entretenus dépassant les 300 000 km, 400 000 km voire 500 000 km ne sont pas rares. C'est également le cas avec de nombreux modèles Mercedes, BMW 6 cylindres essence en ligne. Mais aussi, avec des modèles hybrides comme la Toyota Prius 2 et 3, l'Auris hybride ou de façon générale toutes les Lexus.

Par ailleurs, les modèles dotés de gros moteurs, comme des 6 cylindres en ligne, des V6, V8, V12, en essence comme en diesel, sont en général des champions de la longévité. Une BMW Série 3 330i de 200 000 km sort à peine de rodage ! 

Si vous voulez vous faire une idée des kilométrages atteignables par le modèle que vous convoitez, vous pouvez par exemple faire une recherche sur La Centrale ou le bon coin, en filtrant par marque modèle, puis en affichant les résultats par kilométrage décroissant. Vous serez parfois surpris des résultats et des "scores" kilométriques des modèles mis en vente...

Des frais d'entretien et de réparation plus faibles

Les voitures modernes sont plus technologiques. Plus connectées aussi. Et fatalement, plus chères à entretenir et réparer. Quand elles sont réparables ! Car de plus en plus, on remplace plutôt qu'on ne répare. 

Acquérir une "mamie", c'est au contraire s'assurer de rouler dans une voiture dont les coûts d'entretien et de réparation seront plus faibles. Pièces de freinage moins grosses, pas de turbo, pas de FAP (filtre à particules), pas de boîtiers électroniques en surnombre, des injecteurs classiques, pas de système multimédia qui bugue... De quoi alléger les éventuelles factures. Et aussi avoir la possibilité de faire réaliser l'entretien hors réseau, à moindre coût, et sans difficultés techniques. Les pièces d'usure, et même les périphériques importants ou les pièces de carrosserie sont aussi bien moins chères. Il y a par exemple 115 % de différence de prix entre un silencieux d'échappement de Citroën Saxo, et celui d'une Citroën C3 de dernière génération !

Des modèles fiabilisés

Aujourd'hui, une Peugeot 307 restylée, pourtant de mauvaise réputation, est fiabilisée et devient recommandable pour pas cher.
Aujourd'hui, une Peugeot 307 restylée, pourtant de mauvaise réputation, est fiabilisée et devient recommandable pour pas cher.

En se portant acquéreur d'une voiture de plus de 200 000 km, c'est aussi l'assurance de se trouver face à un modèle "fiabilisé". En effet, certains véhicules ont pu connaître une carrière chaotique à ce niveau (on peut citer la Renault Laguna 2 phase 1, la Peugeot 307, la Golf 4, les Mercedes de 2000 à 2005, et plus globalement tous ceux qui ont connu des soucis électroniques entre 1998 et 2005, à la grande époque du développement du multiplexage).

L'avantage, c'est qu'avec le temps et les kilomètres, tous les soucis qui étaient censés arriver, sont arrivés ! Et ils auront été résolus par les propriétaires précédents. Du coup les pièces montées, revues et corrigées, réservent ensuite bien plus de quiétude. Les turbos, émetteurs-récepteurs d'embrayage, boîte de vitesses, carte de démarrage des Laguna 2 d'aujourd'hui ne posent plus de souci. Les volants moteurs bi-masse des 307 2.0 HDI 110 ne posent plus aujourd'hui souci ou ont été replacés par des simple masse fiables. Les soucis électroniques ont été éradiqués par des mises à jour de plus en plus efficaces. On peut multiplier les exemples.

Du coup, pour certains modèles (pas pour tous heureusement), il est presque plus sûr d'acheter un modèle qui a parcouru de nombreux kilomètres, plutôt que de l'avoir acheté neuf ou récent.

 

LE BILAN

Bien sûr, acheter une auto de 200 000 km reste globalement plus risqué que d'acheter une voiture neuve ou récente. Mais aujourd’hui, de nombreux modèles dépassent ce cap sans aucun souci, et peuvent encore parcourir la même distance, pour peu qu'ils soient bien entretenus.

Il est ici primordial justement d'insister sur l'entretien. Les occasions de "plus de 200 000" ne sont intéressantes que si elles bénéficient d'un historique limpide, qu'elles ont été suivies, mise à niveau par des campagnes de rappel le cas échéant, que leurs pièces d'usure ont déjà été remplacées. Si elles dormaient en garage fermé, c'est encore mieux, la carrosserie aura traversé le temps avec plus de facilité.

Il faut donc, de façon certaine, passer plus de temps à éplucher les annonces, aller voir plusieurs autos pour enfin craquer sur celle qui aura été respectée et bichonnée par son ou ses précédents propriétaires. Et surtout ne pas se précipiter sur un "prix" super attractif, synonyme le plus souvent de gros frais à venir. En gros, il ne faut pas être pressé.

Mais pour résumer, non, il ne faut pas spécialement avoir "peur". On peut trouver d'excellentes occasions, qui rendront les mêmes services qu'une voiture de 100 000 km, pour un prix bien plus modique.

 

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (158)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

OK pour tous ces bons conseils mais je pense qu'il faut surtout être très bricoleur afin de limiter au maximum les frais éventuels.

Ayant deux mains gauches, je ne m'y risquerai pas :dodo:

Par

200 000 km = fin de rodage sur les Honda, Toy, Suz, Mazda. Toutes en moteurs essence bien entendu. :jap: Et avec embrayage et courroie de distribution d'origine sur ma Mazda (15 ans - 100 K km), mais courroies de pompe à eau et direction assistée changées.

Par

Attention aux gros moteurs certains demandent un entretien régulier et soigneux, et si le second ou troisième propriétaire ne l'a pas fait réaliser à cause de son coût ... le suivant va au devant de gros et coûteux problèmes mécaniques.

Le meilleur plan c'est de trouver une première main ancienne dont le propriétaire se sépare pour passer à autre chose, voir parce qu'il ne l'utilise plus (trop grosse, enfants qui ont quitté la maison ...) mais c'est rare.

Par

A 200000 Km, la mécanique peut-être en bon état par contre si la voiture est un peu ancienne (plus de 10/15 ans), il faut surveiller l'état de l'habitacle, les plastiques pouvant vieillir ou prendre du jeu, les accessoires tomber en panne sans compter les problèmes électriques dus à des contacts vieillissants et corrodés

Par

Tout dépend des véhicules, des modèles, de l'utilisation, de l'entretien évidemment.

Après il faut bien comprendre que certaine voiture de grande diffusion le changement d'un moteur coûte 1000/1500 euros pièces et MO (500/800 euros le moteur d'occasion peut kilométré et garantie + 10h de MO). Donc dans l'absolu c'est pas la mort pour repartir sur une base saine (à condition que le reste : intérieur, train roulant, amortisseur, etc... ait été entretenu).

J'ai un ami qui fait ça, il achète des Scenic, Espace, etc... avec un problème moteur nécessitant le remplacement du moteur : il paye en moyenne le véhicule 1000/1500 euros, il achète un moteur à un garage qui garantie le bon fonctionnement de ces moteurs (avec moins de 80 mkm) pour en moyenne 500 euros, rajoutez 500 euros de pièces diverses pour l'entretien courant et le remontage, et il revend le véhicule entre 5000 et 7000 euros selon la motorisation, le kilométrage, etc...

Il fait 3000 euros de bénéfice pour 1 week end de boulot.

Par

si t'y connais rien et tu sais pas bricoler, c'est pas la peine.

sinon aucun problème

Par

Les triplés japonais !!

non seulement il y a la fiabilité, mais il ne faut omettre le SAV qui est la plus part du temps exemplaire

HSD 400 000 à 600 000 km sans soucis majeur

Sur Auris HSD 150 000 sans rien remplacer, que de l'entretien et pour pas cher, plaquettes de freins d'origines, ...

La plus grosse révision : 430€ .... 800 € pour une Golf TDI :chut: et il y en a moins (Chez Audi pour exactement la même chose sur une A3 c'est +20%)

Par

Et pourtant l'Auris est aussi nerveuse que la Mx ....

Par

"Aussi risqué qu'écouter du JUL quand on est mélomane"

:lol:

Par

En réponse à ricolapin

Les triplés japonais !!

non seulement il y a la fiabilité, mais il ne faut omettre le SAV qui est la plus part du temps exemplaire

HSD 400 000 à 600 000 km sans soucis majeur

Sur Auris HSD 150 000 sans rien remplacer, que de l'entretien et pour pas cher, plaquettes de freins d'origines, ...

La plus grosse révision : 430€ .... 800 € pour une Golf TDI :chut: et il y en a moins (Chez Audi pour exactement la même chose sur une A3 c'est +20%)

Faut juste être motivé pour se taper 600.000 km dans une HSD hideuse qui gueule.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire