Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Fiabilité de la Volvo S60/V60 : la maxi-fiche occasion de Caradisiac

Fiabilité de la Volvo S60/V60 : la maxi-fiche occasion de Caradisiac

Dates clés

  • Avril 2010 : commercialisation de la berline 4 portes.
  • Septembre 2010 : commercialisation du break V60
  • Février 2013 : restylage (face avant, phares, feux arrière, garnissages intérieurs.
  • Avril 2019 : fin de commercialisation
Calculer la cote de ce véhicule

1. En bref

La Volvo S60, et sa version break baptisée V60, est la familiale de Volvo, rivale des Audi A4 et A4 Avant, BMW Série 3 et Série 3 Touring ou encore Mercedes Classe C et Classe C SW. Et comme souvent chez Volvo, c'est le break qui s'est mieux vendu que la berline. Nous allons aujourd'hui ausculter la seconde génération qui a fait son apparition en 2010 et dont les derniers stocks se sont écoulés au début de l'année 2019, avant l'arrivée de la toute dernière génération.

À sa sortie, la S60/V60 revendique un statut plus "access premium" que véritablement premium, mais on ne peut déjà plus la comparer à des généralistes comme la Renault Laguna ou la Peugeot 508. Elle évolue un cran au-dessus, aussi bien en termes de qualité de fabrication et des matériaux, que côté choix de motorisations, puisque si elle démarre à 115 ch, elle monte aussi à 306 ch en version T6, et même 367 ch en version sportive Polestar. Elle sera aussi un des rares modèles du marché à proposer une motorisation hybride diesel, de 215 ch + 68 ch, à partir de son restylage de 2013 (elle montera à 220 ch + 68 ch en fin de carrière).

Très dynamique de comportement, cette suédoise tranche un peu avec les habitudes de la marque. Et se rapproche en termes de sensations d'une BMW Série 3 de l'époque. Mais en un peu plus confortable tout de même. Elle propose aussi des aides à la conduite et un arsenal sécuritaire digne de la réputation de la marque dans ce domaine. C'est une des premières voitures de cette gamme à proposer un freinage d'urgence automatique avec détection des piétons par exemple.

Malgré une longueur équivalente à ses concurrentes allemandes, elle propose une habitabilité en retrait, et surtout un volume de coffre digne d'une simple compacte (380 litres). Un point noir, que le break V60 résout en partie, en offrant 430 litres et un peu plus de praticité, grâce au hayon.

Enfin, la fiabilité est globalement bonne, mais pas exempte de tout reproche. 

Caradisiac a aimé

  • Le dynamisme du châssis
  • Le confort toutefois préservé
  • Le freinage
  • La sonorité des diesels 5 cylindres
  • La présentation intérieure
  • La dotation de sécurité active et passive impressionnante
  • Le look modernisé

Caradisiac n'a pas aimé

  • L'habitabilité arrière et l'accessibilité
  • Le volume de coffre
  • Les alertes sonores intrusives
  • Le manque de réactivité de la boîte Geartronic

Nos versions préférées

  • D5 215 R-DESIGN GEARTRONIC
  • (2) T5 245 R-DESIGN GEARTRONIC 8

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • Le dynamisme du châssis : les Volvo sont réputées confortables. Cette deuxième génération de S60/V60 y ajoute du dynamisme de conduite. Sympa pour ceux qui aiment conduire plutôt que se "transporter".
  •  Le confort préservé : dynamique oui, mais pas inconfortable. Le compromis entre les deux est très bien trouvé.
  • La sonorité des 5 cylindres diesel : en début de carrière, cette familiale utilise des diesels 5 cylindres, à la sonorité agréable. En cours de carrière, ils seront remplacés par des 4 cylindres moins agréables à l'oreille.
  • La présentation intérieure : elle a ce "je-ne-sais-quoi" de particulier aux autos scandinaves. Agréable à l'œil, et bien finie/assemblée.
  • La dotation de sécurité : elle est impressionnante, avec déjà à l'époque des alertes de véhicule dans l'angle mort, un freinage d'urgence avec reconnaissance des piétons, une alerte de franchissement de ligne, une alerte anti-endormissement, un régulateur de vitesse adaptatif, etc.
  • Le look : par rapport aux ancienne Volvo très carrées, cette familiale adoucit les lignes et les traits. Sa chute de pavillon rapide lui donne même des airs de coupé.

Ce qui peut faire hésiter

  • L'habitabilité arrière et l'accessibilité : par rapport à la taille de la voiture (4,64 m), les places arrière sont exiguës et l'accessibilité n'est pas facile, à cause de la forme du pavillon, qui chute rapidement.
  • Le volume de coffre : il est carrément indigent pour une familiale. Avec 380 litres, il est inférieur à celui de nombreuses compactes, type Golf ou 308.
  • Le diamètre de braquage : il est élevé, et cela ne facilite pas les manœuvres.
  • Les alertes sonores : les systèmes de sécurité sont nombreux, c'est bien, mais ils sont calibrés sensibles et bipent à tout va. Certains sont désactivables, d'autres non. Cela peut devenir pénible.
  • Le manque de réactivité de la boîte Geartronic : par rapport à la BVA8 de BMW par exemple, ou une DSG du groupe VW, elle manque un peu de rapidité dans les passages de rapport. En conduite normale, ça va, en conduite dynamique, elle se fait attendre.
  • La consommation : tous les moteurs sont globalement un peu plus gourmands que la moyenne.

3. Budget

Achat / Cote :

Situés à mi-chemin entre des prix de généralistes et des prix de modèles prémiums, ceux de la S60/V60 ne pouvaient être considérés comme abordables à sa sortie.  Mais elle a décoté finalement assez rapidement, ce qui est surtout la preuve d'un manque d'attrait. Aujourd'hui, le premier prix pour un modèle diesel D3 affichant un kilométrage moyen tourne autour de 7 500 €. 

Consommation :

Pas spécialement sobre cette Volvo. Les diesels 5 cylindres sont certes performants et mélodieux, mais ils boivent plus que la moyenne des 4 cylindres concurrents. Les moteurs essence souffrent du même mal. Il faut en être conscient au moment d'acheter. 

Assurance :

Par rapport à ses trois concurrentes allemandes, déjà chères à assurer, cette Volvo est encore plus onéreuse. De très peu certes (environ 3/4 %), mais c'est à signaler. N'espérez donc pas faire des économies avec elle côté assurance.

Prix des pièces :

Ici aussi, ce sera du lourd. Pas réputée pour donner ses pièces, Volvo les facture au contraire au prix fort. En particulier les amortisseurs, ou le turbo, mais aussi les filtres. On est globalement 25 % plus cher que chez les marques généralistes. 

Entretien :

Essence ou diesel, les intervalles d'entretien sont fixés tous les 30 000 km ou 2 ans. Et les moteurs Volvo sont aujourd'hui tous dotés d'une courroie de distribution et non d'une chaîne. Ce qui entraîne des frais de remplacement tous les 180 000 km (et entre 6 et 10 ans). Par ailleurs, sachez que les tarifs de main-d’œuvre chez Volvo sont stratosphériques. Du coup, les coûts d'entretien sont particulièrement élevés.

4. Fiabilité

Description :

La seconde génération de S60/V60 n'est pas exempte de tout défaut, c'est certain.  Mais il n'y a sincèrement rien de rédhibitoire. Et elle se révèle même globalement plus sereine que ses concurrentes germaniques sur ce strict plan de la fiabilité. Et comme souvent, ce sont les diesels qui connaissent le plus d'aléas, tandis que les essence sont sans reproche.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Quelques rares cas de casse de la poulie d'alternateur sur le diesel D3 et D5.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Tendeur de courroie d'accessoire. Sur les moteurs D5, millésimes 2011 et 2012, casse de la courroie d'accessoires à cause d'une trop forte tension. Un rappel a eu lieu (voir section rappel).
  • Vanne EGR. Sur tous les moteurs diesels, elle peut s'encrasser et provoquer des pertes de puissance. Il faut la remplacer.
  • Boîte automatique Geartronic. Quelques cas de vibrations à bas régime ont été reportés. Mais cela reste très rare. Sans solution apparemment.
  • Trains roulants. Possibilité de grincements lors du passage des dos-d'âne. Les silent-blocs de barres stabilisatrices ou de suspensions sont en cause Il faut les remplacer, si un graissage ne suffit pas.
  • Trappe à carburant. Le système de verrouillage peut dysfonctionner. Il faut alors remplacer le mécanisme. Cela reste rare.

Aspect extérieur :

  • Rien à signaler à ce chapitre. 

Finition intérieure :

  • Sièges. Le rembourrage latéral des dossiers de sièges est décrit comme peu résistant. Il peut s'affaisser avec le temps. 

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Ouverture main-libre. Quelques cas de dysfonctionnements du système d'ouverture main-libre ont été relevés par les propriétaires. Il faut alors se servir de la clé de secours. Les capteurs sont à contrôler, reprogrammer ou remplacer. 

Rappel de rectification en concession :

  • Mars 2012. Rappel pour retirer un revêtement de soubassement apposé en excès, et qui peut, en coulant, former des stalactites risquant d'endommager les conduits de carburant.
  • Novembre 2013. Reprogrammation logicielle pour résoudre un souci de non-détection du capteur de pression d'huile par l'électronique de la voiture.
  • Octobre 2015. Rappel de 8 310 exemplaires 2011 et 2012 dotés du moteur D5, pour remplacement du tendeur de courroie d'accessoire hydraulique par un tendeur manuel. Risque de casse de la courroie due à une trop forte tension. 
  • Octobre 2016. Rappel pour contrôle du rivet de la boucle de ceinture de sécurité du passager avant, et remplacement si besoin. Le risque est que ce rivet soit mal fixé et qu'il y ait séparation entre la boucle et le rivet.

5. Meilleures versions

En Diesel : D5 215 R-DESIGN GEARTRONIC

En diesel, tant qu'à y être, autant se faire plaisir et opter pour le plus puissant, le D5, qui en 2012 est passé à 215 ch au lieu de 205. C'est un moteur mélodieux, plein d'entrain, et qui se marie bien avec la boîte Geatronic, même si elle est un peu lente en conduite sportive. Le pack R-Design ajoute aussi de la sportivité au look de la V60. Oui, on vous conseille la "V", et pas la S60, pour bénéficier d'un coffre plus pratique et un peu plus volumineux (430 litres au lieu de 380).
Commercialisation : 2012
Puissance fiscale : 13
Puissance réelle : 215
Emission de CO2 : 162 g/km
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

En Essence : (2) T5 245 R-DESIGN GEARTRONIC 8

En essence, on peut sans hésiter opter pour un modèle. Mais il va falloir faire preuve de patience, ou aller le chercher en Allemagne ou en Suède, car elle est rarissime en France. C'est un moteur 2.0 Turbo punchy et très performant, qui permet de se sentir à l'aise dans toutes les situations. Encore une fois on conseille le break pour la praticité et la finition R-Design pour le look.
Commercialisation : 2014
Puissance fiscale : 14
Puissance réelle : 245
Emission de CO2 : 144 g/km
note :
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

En savoir plus sur : Volvo S60 (2e Generation)

SPONSORISE

Avis Volvo S60 (2e Generation)

Avis Volvo S60 (2e Generation)II (2) D4 190 R-DESIGN GEARTRONIC 8 (2016)

Par Jonathan54 le 20 Février 2020 à 09h27

Lire l'avis»

Essais Volvo S60 (2e Generation)

Forum Volvo S60 (2e Generation)

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire