Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

L'emploi automobile pèse deux fois moins lourd en France qu'en... Slovaquie !

Dans Economie / Politique / Industrie

Cailliot Manuel

L'emploi automobile pèse deux fois moins lourd en France qu'en... Slovaquie !

C'est un fait, l'automobile fait vivre de très nombreuses personnes, dans tous les pays européens. Et si l'on a coutume de dire qu'en France, la "bagnole" fait vivre près d'un salarié sur dix (ce qui est inexact d'ailleurs), d'autres pays sont encore plus "automobilo-dépendants", comme la Slovaquie ou la Roumanie.

C'est l'association européenne des constructeurs automobiles (ACEA) qui le dit. En publiant un graphique des chiffres 2017 (les derniers disponibles) représentant le poids des emplois directs liés à l'automobile par rapport à l'ensemble des emplois industriels, elle met en lumière que certains pays possèdent une proportion énorme d'emplois dans ce secteur.

Et la France n'est pas spécialement placée haut dans ce classement des 28 pays de l'Union Européenne. Pourtant, les politiques ont souvent mis en avant l'importance de ce secteur dans l'emploi hexagonal. Nicolas Sarkozy parlait en son temps de "10 % de l'emploi total, en comptant les emplois induits". Le CCFA (comité des constructeurs français d'automobile) utilise, lui, le chiffre de 9 %. Soit plus de 2,3 millions d'emplois.

L'emploi automobile pèse deux fois moins lourd en France qu'en... Slovaquie !

Mais la réalité est plus sage. Ces chiffres effarants tiennent compte à la fois des emplois industriels de production, mais aussi (et surtout !) des emplois induits ou indirects, comme ceux dans la distribution auto, la réparation, l'entretien rapide, la distribution de carburant, la construction et l'entretien des routes, les auto-écoles et même, dans certains cas, des journalistes spécialisés dans l'automobile !

Les chiffres de l'ACEA, eux, ne tiennent compte que des emplois directs, rapportés aux emplois industriels, nous l'avons dit. Et à ce petit jeu, la France n'est que 8e sur 26 pays, avec 7,7 % des emplois de son secteur industriel qui sont situés dans l'auto.

La France est au 8e rang de l'emploi automobile direct en proportion, mais au 2e si l'on se fie aux chiffres bruts 

 Elle est devancée de très loin par la Slovaquie et la Roumanie, pays pour lesquels la part est respectivement de 15,4 % et 15,3 %, soit deux fois plus que dans l'hexagone. C'est assez symptomatique du phénomène de délocalisation des emplois industriels dans des pays à moindre coût de main-d’œuvre, qui a commencé à s'opérer il y a déjà une vingtaine d'années, et qui s'est accéléré ces dernières années.

On remarque donc également que la France, malgré ses 4 marques nationales principales Renault, Peugeot, Citroën et DS, est en dessous de la moyenne européenne, et est aussi devancée par des pays comme l'Espagne, l'Allemagne (évidemment), ou encore la Suède (plus étonnant). Par contre, un pays comme l'Italie, ou l'attrait et la passion automobile sont forts, et qui possède plusieurs constructeurs nationaux, n'affiche que 4,4 % d'emplois directs dans l'industrie.

 

Au-delà de ces chiffres "en proportion", qui mettent tout de même les choses en perspective, les chiffres bruts de l'emploi automobile, en nombre de salariés, remettent la France en bonne place.

Ainsi, elle arrive au deuxième rang européen, avec 223 000 emplois directs, derrière la toute-puissante Allemagne et ses 870 000 emplois, et devant la Pologne (203 000), le Royaume-Uni (186 000) et la Roumanie (185 000), décidément toujours bien placée.

L'emploi automobile pèse deux fois moins lourd en France qu'en... Slovaquie !

Cette évolution des hiérarchies au sein de l'UE ne risque pas de se figer, et la place de la France risque encore de descendre, vu la tendance de ces dernières années à l'évasion de la production vers des pays plus favorables en termes de coûts du travail.

 

Sources : avec ACEA et autoactu.com

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire