Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

L'emploi automobile pèse deux fois moins lourd en France qu'en... Slovaquie !

Dans Economie / Politique / Industrie

L'emploi automobile pèse deux fois moins lourd en France qu'en... Slovaquie !

C'est un fait, l'automobile fait vivre de très nombreuses personnes, dans tous les pays européens. Et si l'on a coutume de dire qu'en France, la "bagnole" fait vivre près d'un salarié sur dix (ce qui est inexact d'ailleurs), d'autres pays sont encore plus "automobilo-dépendants", comme la Slovaquie ou la Roumanie.

C'est l'association européenne des constructeurs automobiles (ACEA) qui le dit. En publiant un graphique des chiffres 2017 (les derniers disponibles) représentant le poids des emplois directs liés à l'automobile par rapport à l'ensemble des emplois industriels, elle met en lumière que certains pays possèdent une proportion énorme d'emplois dans ce secteur.

Et la France n'est pas spécialement placée haut dans ce classement des 28 pays de l'Union Européenne. Pourtant, les politiques ont souvent mis en avant l'importance de ce secteur dans l'emploi hexagonal. Nicolas Sarkozy parlait en son temps de "10 % de l'emploi total, en comptant les emplois induits". Le CCFA (comité des constructeurs français d'automobile) utilise, lui, le chiffre de 9 %. Soit plus de 2,3 millions d'emplois.

L'emploi automobile pèse deux fois moins lourd en France qu'en... Slovaquie !

Mais la réalité est plus sage. Ces chiffres effarants tiennent compte à la fois des emplois industriels de production, mais aussi (et surtout !) des emplois induits ou indirects, comme ceux dans la distribution auto, la réparation, l'entretien rapide, la distribution de carburant, la construction et l'entretien des routes, les auto-écoles et même, dans certains cas, des journalistes spécialisés dans l'automobile !

Les chiffres de l'ACEA, eux, ne tiennent compte que des emplois directs, rapportés aux emplois industriels, nous l'avons dit. Et à ce petit jeu, la France n'est que 8e sur 26 pays, avec 7,7 % des emplois de son secteur industriel qui sont situés dans l'auto.

La France est au 8e rang de l'emploi automobile direct en proportion, mais au 2e si l'on se fie aux chiffres bruts 

 Elle est devancée de très loin par la Slovaquie et la Roumanie, pays pour lesquels la part est respectivement de 15,4 % et 15,3 %, soit deux fois plus que dans l'hexagone. C'est assez symptomatique du phénomène de délocalisation des emplois industriels dans des pays à moindre coût de main-d’œuvre, qui a commencé à s'opérer il y a déjà une vingtaine d'années, et qui s'est accéléré ces dernières années.

On remarque donc également que la France, malgré ses 4 marques nationales principales Renault, Peugeot, Citroën et DS, est en dessous de la moyenne européenne, et est aussi devancée par des pays comme l'Espagne, l'Allemagne (évidemment), ou encore la Suède (plus étonnant). Par contre, un pays comme l'Italie, ou l'attrait et la passion automobile sont forts, et qui possède plusieurs constructeurs nationaux, n'affiche que 4,4 % d'emplois directs dans l'industrie.

 

Au-delà de ces chiffres "en proportion", qui mettent tout de même les choses en perspective, les chiffres bruts de l'emploi automobile, en nombre de salariés, remettent la France en bonne place.

Ainsi, elle arrive au deuxième rang européen, avec 223 000 emplois directs, derrière la toute-puissante Allemagne et ses 870 000 emplois, et devant la Pologne (203 000), le Royaume-Uni (186 000) et la Roumanie (185 000), décidément toujours bien placée.

L'emploi automobile pèse deux fois moins lourd en France qu'en... Slovaquie !

Cette évolution des hiérarchies au sein de l'UE ne risque pas de se figer, et la place de la France risque encore de descendre, vu la tendance de ces dernières années à l'évasion de la production vers des pays plus favorables en termes de coûts du travail.

 

Sources : avec ACEA et autoactu.com

Portfolio (1 photos)

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (38)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

En dehors du fait de pouvoir flatter l'esprit patriotique de certains ( les commentaires qui vont suivre nous montreront certainement que les crétins qui assassinent les marques Françaises sont les premiers à crier à la trahison en voyant ce classement … ), on peut regarder ses chiffres de façon positive : l'avenir des grands groupes automobiles européens est tout sauf garanti ! De plus une - grosse ? - crise économique et financière est annoncée comme probable dans les 2 ans qui viennent. Alors, quand le marché se retournera, et s'il venait à s'effondrer, les pays les plus dépendants de l'automobile seront les plus impactés et verront augmenter chômage et drame sociaux de façon beaucoup plus importante.

La gloire de l'automobile européenne et plus encore celle américaine est mise en péril par la montée en puissance des chinois … et par celle de l'automobile électrique !

Par

"Mais la réalité est plus sage. Ces chiffres effarants tiennent compte à la fois des emplois industriels de production, mais aussi (et surtout !) ..... la construction et l'entretien des routes, les auto-écoles et même, dans certains cas, des journalistes spécialisés dans l'automobile !"

On se rassure comme on peut.....

Une quinzaine d'années voire un peu plus ....en arrière...l'industrie automobile c'était la fabrication des aciers, des peintures, des pneumatiques, de l'industrie du verre, de la sellerie, de l' électricité et l'électro-mécanique....

Maintenant on va comptabiliser les auto-écoles et l'entretien des routes ...C'est à gerber....

Et après on va venir se plaindre du nombre d'assistés qui "refusent de se reconvertir"....une façon comme une autre de nous faire croire que c'était inévitable et qu'iln'y avait aucune mesure à prendre avec la"mondialisation"....

Et ça va continuer avec le lait, la viande les fruits et légumes ,les fromages le vin.....

L'acceptation des accords commerciaux nécéssaires pour ......soi-disant pouvoir vendre les produits français....

Gobons....Gobons....:bah:

Par

En réponse à smartboy

En dehors du fait de pouvoir flatter l'esprit patriotique de certains ( les commentaires qui vont suivre nous montreront certainement que les crétins qui assassinent les marques Françaises sont les premiers à crier à la trahison en voyant ce classement … ), on peut regarder ses chiffres de façon positive : l'avenir des grands groupes automobiles européens est tout sauf garanti ! De plus une - grosse ? - crise économique et financière est annoncée comme probable dans les 2 ans qui viennent. Alors, quand le marché se retournera, et s'il venait à s'effondrer, les pays les plus dépendants de l'automobile seront les plus impactés et verront augmenter chômage et drame sociaux de façon beaucoup plus importante.

La gloire de l'automobile européenne et plus encore celle américaine est mise en péril par la montée en puissance des chinois … et par celle de l'automobile électrique !

Il suffit de ne pas les autoriser à vendre chez nous, c'est tous simple en fait :blague:

Y'a pas de fatalité, c'est des choix politiques ça, enfin ça le devrait

Surtout que nous Français ne vendons rien en Asie orientale

Par

Que doivent dire les italiens de cette étude...? avec l'amour de la bagnole incroyablement passion...

Par

"les crétins qui assassinent les marques Françaises sont les premiers à crier à la trahison ..."

Le fait de faire fabriquer les voitures ailleurs pour le marché intérieur y est , à mon sens pour beaucoup.

Les gens accepteraient mieux les "défauts et ratés "des modèles des marques françaises si elles faisaient plus d'efforts pour l'emploi et la relocalisation de la sous-traitance.

Maintenant de là à se réjouir que la fabrication automobile en France étant moins importante ....il s'en suivra moins de conséquences en terme de drames sociaux en cas de crise ou récession importante....j'ai dumal à vous suivre....Car cela concerne tous les domaines et pas plus l'automobile....

Par

dommage que la vraie information soit dans les dernières lignes de l'article

Par

En réponse à pacon

dommage que la vraie information soit dans les dernières lignes de l'article

Tout à fait, au consommateur de réagir.... Les intérêts particuliers

Par

ou une forme de solidarité....avec une pression commerciale sur les constructeurs....

Par

En réponse à ZZTOP60

"Mais la réalité est plus sage. Ces chiffres effarants tiennent compte à la fois des emplois industriels de production, mais aussi (et surtout !) ..... la construction et l'entretien des routes, les auto-écoles et même, dans certains cas, des journalistes spécialisés dans l'automobile !"

On se rassure comme on peut.....

Une quinzaine d'années voire un peu plus ....en arrière...l'industrie automobile c'était la fabrication des aciers, des peintures, des pneumatiques, de l'industrie du verre, de la sellerie, de l' électricité et l'électro-mécanique....

Maintenant on va comptabiliser les auto-écoles et l'entretien des routes ...C'est à gerber....

Et après on va venir se plaindre du nombre d'assistés qui "refusent de se reconvertir"....une façon comme une autre de nous faire croire que c'était inévitable et qu'iln'y avait aucune mesure à prendre avec la"mondialisation"....

Et ça va continuer avec le lait, la viande les fruits et légumes ,les fromages le vin.....

L'acceptation des accords commerciaux nécéssaires pour ......soi-disant pouvoir vendre les produits français....

Gobons....Gobons....:bah:

Alors soit, il y a d'un coté une course pour conserver des marges bien confortable, mais il y a surtout une population qui veut toujours plus en payant toujours moins, et ça, ça ne peut qu'exister en délocalisant, car ce besoin des consommateur est bien plus important que l'appétit de quelques actionnaires.

L'être humain aime s'auto-flagéler, c'est dans sa nature.

Par

En réponse à MotherKaiser

Il suffit de ne pas les autoriser à vendre chez nous, c'est tous simple en fait :blague:

Y'a pas de fatalité, c'est des choix politiques ça, enfin ça le devrait

Surtout que nous Français ne vendons rien en Asie orientale

"SURTOUT que nous français ne vendons rien en Asie orientale"

Comment et pourquoi écrire de telles âneries?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire