Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

La France, un des rares pays à avoir progressé sur le CO2 en 2019

En 2019, la France est un des rares pays en Europe à avoir vu son taux de CO2 moyen des véhicules neufs baisser. Nous sommes juste derrière les Pays-Bas en matière d'émissions de CO2. L'Allemagne, la Pologne et surtout la Suisse sont les pires élèves.

La France, un des rares pays à avoir progressé sur le CO2 en 2019

Ce graphique du cabinet d'analyse de données Jato Dynamics montre la valeur moyenne de CO2 du parc automobile neuf immatriculé en 2019 en Europe, et la différence par rapport à 2018. Et force est de constater que la couleur verte est bien peu répandue sur ce tableau, puisque seul la France, la Suède, les Pays-Bas, la Norvège ou encore le Portugal sont les pays à avoir progressé en la matière.

Les paramètres qui expliquent ces baisses sont nombreux : la forte proportion de véhicules citadins et compacts dans les ventes (pour la France et le Portugal, notamment), mais aussi la place toujours plus importante des véhicules électrifiés dans certains pays comme la Norvège ou les Pays-Bas. Ajoutez à tout cela une fiscalité décourageante pour les acheteurs de véhicules plus imposants et plus puissants sur de nombreux marchés. 

Notez par ailleurs que la moyenne prend en compte les deux formes d'homologation : WLTP et NEDC. Pour l'instant, toutefois, la très large majorité des véhicules immatriculés en 2019 avaient une valeur officielle de CO2 en NEDC. En 2020, cela devrait changer avec une plus forte part de véhicules "WLTP" dans les immatriculations, ce qui fera inexorablement grimper les moyennes de chaque pays.

Il faut aussi signaler que la moyenne générale de l'Europe est la plus haute depuis 2014. La vente "précipitée" de modèles à plus fort grammage de CO2 en fin d'année dernière pour ne pas avoir à les vendre sous la fiscalité 2020 a peut-être, aussi, contribué à cette hausse.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (56)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

En ce qui concerne les pires élèves, je ne connais pas bien le marché automobile polonais, mais en Allemagne, les chiffres ne sont pas surprenants. Les autoroutes illimitées et les constructeurs premium font que les allemands sont friands de moteurs puissants.

En ce qui concerne la Suisse, le matraquage publicitaire en faveur des transmissions 4WD, qui imposent souvent des moteurs puissants, fait que le taux de CO2 est très au dessus de la moyenne européenne. Je me demande comment la Suisse va s'en sortir avec les 95g imposés dès l'année prochaine. :bah:

Par

Il y a du boulot pour arriver au "net zéro" comme ils disent, d'autant que l’objectif idéal c'est zéro tout simplement, voire "sub-zéro" car certains pays pauvres auront plus de mal que nous et qu'il faut donc bien qu'on compense. Comme nous, pays "développés", sommes les principaux coupables, il serait particulièrement cynique de demander aux pays qui subissent nos émissions de faire à présent des efforts. Et là on ne parle que de mobilité, il faut faire ces efforts aussi dans le chauffage, l'industrie, l'agriculture, l'aérien, etc. Ce ne sera pas forcément aussi facile que pour le transport individuel car autant rouler électrique c'est agréable, autant baisser drastiquement le chauffage ou ne plus voyager loin risque d'être difficile. Là encore raison de plus pour enterrer rapidement les véhicules thermiques. Vive ma marche, le vélo, les transports en commun (urbains et interurbains) et lorsqu'on n'a pas le choix la voiture ELECTRIQUE autant que possible partagée. On a l'obligation de réussir.

Par

Des taxes monumentales, tout ça pour 1 malheureux grammes d'amélioration (à relativiser avec les hybrides qui biaisent le protocole de test en étant testées toujours rechargées à 100% se qui diffère des usages réels).

La lutte contre le réchauffement climatique revient à essayer de bloquer un tsunami avec un pâté de sable. Plutôt que de vouloir stopper l’inévitable, on peut pas simplement s'adapter au changement climatique en innovant plutôt que de se restreindre ?

Par

En réponse à Makakus

En ce qui concerne les pires élèves, je ne connais pas bien le marché automobile polonais, mais en Allemagne, les chiffres ne sont pas surprenants. Les autoroutes illimitées et les constructeurs premium font que les allemands sont friands de moteurs puissants.

En ce qui concerne la Suisse, le matraquage publicitaire en faveur des transmissions 4WD, qui imposent souvent des moteurs puissants, fait que le taux de CO2 est très au dessus de la moyenne européenne. Je me demande comment la Suisse va s'en sortir avec les 95g imposés dès l'année prochaine. :bah:

Pour les amendes, je ne pense pas que ce soit par pays, mais plutôt par constructeur. Je pense que pour le moment certains constructeurs vont essayer de passer entre les mailles du filet, avec des hybrides, des PHEV, etc. Ils vont aussi essayer de pleureur : c'est la faute de l'absence de bornes de charge, c'est la faute du coronavirus, etc. Espérons que l'Europe tiendra bon face aux lobbys et aussi que les seuils baissent bien d'année en année. À moins que la Suisse ne soit pas incluse dans les calculs, n'étant pas membre de l'UE ?

Par

La Suisse étant hors UE, je ne sais pas à qui elle paierait une amende

Par

En réponse à Makakus

En ce qui concerne les pires élèves, je ne connais pas bien le marché automobile polonais, mais en Allemagne, les chiffres ne sont pas surprenants. Les autoroutes illimitées et les constructeurs premium font que les allemands sont friands de moteurs puissants.

En ce qui concerne la Suisse, le matraquage publicitaire en faveur des transmissions 4WD, qui imposent souvent des moteurs puissants, fait que le taux de CO2 est très au dessus de la moyenne européenne. Je me demande comment la Suisse va s'en sortir avec les 95g imposés dès l'année prochaine. :bah:

Il suffit de rouler en Subaru en Europe pour se rendre compte qu'on peut rouler en quatre roues motrices et ne pas avoir un véhicule puissant :bah:

Par

En réponse à Axel015

Des taxes monumentales, tout ça pour 1 malheureux grammes d'amélioration (à relativiser avec les hybrides qui biaisent le protocole de test en étant testées toujours rechargées à 100% se qui diffère des usages réels).

La lutte contre le réchauffement climatique revient à essayer de bloquer un tsunami avec un pâté de sable. Plutôt que de vouloir stopper l’inévitable, on peut pas simplement s'adapter au changement climatique en innovant plutôt que de se restreindre ?

Non, parce que ces efforts ne permettront déjà plus de rester sous les 1,5 degrés. Sans contraintes fortes on se dirige vers 6 voire 9 degrés de plus qu'à l'heure pré-industrielle. Et là soyons clair la vie n'est plus possible pour nous sur terre, idem pour la quasi totalité des espèces végétales et animales. Je rappelle que ces chiffres sont des moyennes. Ce n'est pas du catastrophisme, c'est de la biologie. L’innovation ce sera donc de changer de comportement, pas une invention miraculeuse. Rappelons aussi qu'on n'a que 10 ans, après l'emballement climatique fera que ce sera irréversible probablement jusqu'à la prochaine ère glacière. Les facteurs d'emballement sont nombreux, par exemple la fonte du permafrost et la libération de quantités fantastiques de méthane, l'acidification des océans et la mort du phytoplancton, des conditions de température et d'humidité qui baissent drastiquement les capacités à absorber du CO2 pour nos forêts voire des incendies, etc. Pour rappel -- encore -- même les 1,5 du GIEC c'est à présent -- comme on a traîné à agir -- avec de la captation de CO2 c'est-à-dire des technologies qui n'ont jamais été validées à grande échelle. Alors voilà, plus le choix.

Par

En réponse à Hélène 2 3

Il y a du boulot pour arriver au "net zéro" comme ils disent, d'autant que l’objectif idéal c'est zéro tout simplement, voire "sub-zéro" car certains pays pauvres auront plus de mal que nous et qu'il faut donc bien qu'on compense. Comme nous, pays "développés", sommes les principaux coupables, il serait particulièrement cynique de demander aux pays qui subissent nos émissions de faire à présent des efforts. Et là on ne parle que de mobilité, il faut faire ces efforts aussi dans le chauffage, l'industrie, l'agriculture, l'aérien, etc. Ce ne sera pas forcément aussi facile que pour le transport individuel car autant rouler électrique c'est agréable, autant baisser drastiquement le chauffage ou ne plus voyager loin risque d'être difficile. Là encore raison de plus pour enterrer rapidement les véhicules thermiques. Vive ma marche, le vélo, les transports en commun (urbains et interurbains) et lorsqu'on n'a pas le choix la voiture ELECTRIQUE autant que possible partagée. On a l'obligation de réussir.

"Ce ne sera pas forcément aussi facile que pour le transport individuel car autant rouler électrique c'est agréable, autant baisser drastiquement le chauffage ou ne plus voyager loin risque d'être difficile."

N'importe quoi !

Les voyages sont pour beaucoup récréatifs. La voiture tu en as besoin pour vivre et travailler, et la VE ne correspond pas au besoin de 95% des gens.

Ce n'est pas parce que ta petite vie en Zoe te va bien quelle correspond aux besoins des autres.

La production de viande correspond à un besoin récréatif pourtant c'est un des domaines qui polluent le plus.

Ça ne te gène pas d'avoir la pollution sélective selon tes propres goûts personnels, pas l'impression d'être au summum de l'hypocrisie morale ?

Par

En réponse à Hélène 2 3

Pour les amendes, je ne pense pas que ce soit par pays, mais plutôt par constructeur. Je pense que pour le moment certains constructeurs vont essayer de passer entre les mailles du filet, avec des hybrides, des PHEV, etc. Ils vont aussi essayer de pleureur : c'est la faute de l'absence de bornes de charge, c'est la faute du coronavirus, etc. Espérons que l'Europe tiendra bon face aux lobbys et aussi que les seuils baissent bien d'année en année. À moins que la Suisse ne soit pas incluse dans les calculs, n'étant pas membre de l'UE ?

Effectivement, la Suisse est peut-être un cas particulier, vu qu'elle n'est pas dans l'UE, mais vu qu'elle n'a pas de constructeurs nationaux et qu'elle importe ses voitures principalement des pays de l'UE, elle sera impactée d'une manière ou d'une autre par ces amendes. :bah:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire