La question de la semaine

« Pour quelles infractions et dans quel contexte, risque-t-on vraiment de se faire confisquer son véhicule, Me Tichit ? »

Caradisiac

 

En cas de récidive, c'est obligatoire !

La réponse de Maître Tichit : « En règle générale, ce sont dans les cas où il y a eu des délits [alcoolémie de plus de 0,8g/l de sang, conduite après usage de stupéfiants, refus d'obtempérer, récidive de grand excès de vitesse...] et il faut se trouver dans l'hypothèse où vous avez commis ce délit avec le véhicule qui vous appartient (vous en êtes donc le propriétaire).

Puis, il y a deux types de confiscations : celles prononcées dans le cadre de peines complémentaires pour certains délits, et d'autres qui sont des peines obligatoires...

Caradisiac : Quand il s'agit de peines complémentaires, cette sanction n'est sans doute pas très courante, mais dans le cas où il s'agit de confiscations obligatoires, les juges n'ont en fait pas le choix, c'est bien cela ?

Me Tichit : Cette peine complémentaire existe par exemple quand vous avez été arrêté pour une fausse plaque d'immatriculation, mais sincèrement, cette peine complémentaire de confiscation, en pratique, on ne la voit jamais. En revanche, il n'en va pas de même avec les confiscations obligatoires, prévues dans le cadre de cas limitatifs, de certaines récidives de délits, notamment de récidives de conduite sous l'empire d'un état alcoolique, ou de récidives de refus de se soumettre à un dépistage d'alcoolémie. Dans ces cas de récidives, la confiscation du véhicule est obligatoire et le juge ne pourra déroger à cette confiscation que par une décision motivée.

Concrètement, cela veut dire que vous ayez une Twingo ou une Testarossa, peu importe, votre véhicule peut être confisqué ! Il sera vendu, et l'on ne vous donnera absolument pas le prix correspondant au montant du véhicule, qui sera récupéré par l'Etat. »

 

Et ça fait mal !

Conclusion de Caradisiac : La vraie limite de cette sanction, c’est qu’elle ne peut pas s’appliquer aux véhicules qui n’appartiennent pas aux conducteurs concernés. C’est le cas lorsqu’il s’agit des voitures de société, entendez de fonction, ou encore de location, sans parler des véhicules simplement prêtés.

En pratique comment cela se passe ? Les agents verbalisateurs peuvent, avec l'autorisation préalable du procureur de la République, faire procéder à l'immobilisation et à la mise en fourrière du véhicule. Et ensuite, si le juge prononce la peine de confiscation, le véhicule est alors remis au service des domaines en vue de sa destruction ou de sa vente. Et pour finir, le produit de la vente revient bien à l’Etat.

 

Combien coûte un avocat ?  Si vous souhaitez vous faire défendre par un avocat pour un excès de vitesse, comptez de 600 à 2000 euros selon la nature de la procédure et si elle a lieu à Paris ou en province. La réputation de l'avocat a également une influence sur les tarifs.


Tous les sujets de la rubrique

Sur le même sujet...

En direct de la loi - Permis annulé : quels conseils à réception d'une 48 SI ?

En direct de la loi : que penser de la décorrectionnalisation de certains délits routiers ?

En direct de la loi - Stupéfiants : une contre-expertise vaut-elle le coup après un dépistage positif ?

En direct de la loi : refuser de se soumettre à un contrôle d’alcoolémie, quels sont les risques ?

En direct de la loi : dépisté positif aux stupéfiants alors qu'il n’aurait pas fumé récemment, c’est possible ?

En direct des tribunaux