La nouvelle prime à la casse est entrée en vigueur. Pour rappel, elle est de 1 000 € en cas de mise au rebut d'un véhicule essence d'avant 1997 ou d'un véhicule diesel d'avant 2001 (2 000 € pour les ménages non imposables). Des constructeurs tirent parti de cette prime pour afficher des prix alléchants. Soyez donc prudents face à certaines publicités !

On constate deux écoles. Il y a ceux qui profitent de la prime gouvernementale pour réduire la voilure côté promo "officielle" et il y a ceux qui au contraire en rajoutent une couche pour casser les prix. C'est par exemple le cas de Fiat (qui ajoute 1 000 € en cas de reprise d'un véhicule de plus de 7 ans) ou de Hyundai. D'autres jouent la carte du "on multiplie la prime à la casse", notamment Skoda et Volkswagen, avec une promo additionnelle qu'il faudra bien négocier si vous n'avez pas de reprise.

Dans l'ensemble, les constructeurs restent généreux en ce début 2018. Il n'y a cependant pas de nouvelle arrivée dans notre inventaire.

La bonne affaire du mois : Volkswagen Passat

Volkswagen avait été très généreux fin 2017, proposant de grosses "eco-primes" à ceux qui faisaient reprendre un modèle diesel (norme Euro 1 à Euro 4). Bonne nouvelle, l'allemand continue les belles remises en cette nouvelle année.

VW annonce ainsi 7 000 € de ristourne sur les Passat berline et break. Pour ceux qui cherchent une familiale récente (la dernière génération a été lancée en 2015), c'est donc une affaire alléchante. Peugeot propose la même chose sur la 508, qui est une pré-retraitée ! Cela donne pour la VW jusqu'à 25 % de remise ! Rien d'étonnant toutefois car les berlines ont de plus en plus de mal à attirer la clientèle.

Pour plus de clarté, les remises seront exprimées, si possible, en valeur brute, mais aussi en pourcentage. Parce qu’une remise de 3 000 € n’a pas la même portée sur un véhicule coûtant 15 000 € ou 45 000 € à la base. Lorsque c'est faisable, nous avons également mentionné le pourcentage de remise hors reprise et avec reprise.

Mais nous avons écarté du calcul l’éventuel bonus écologique (payé par l'État), également utilisé par les experts du marketing pour afficher des prix plus bas. Ainsi nous obtenons au final quel est l’effort réellement consenti par le seul constructeur pour soutenir les ventes de ses modèles. Alors quel est le plus radin ? Le plus généreux ? Pour chacun d’entre eux, Caradisiac donne son avis.

Nous avons également précisé pour chaque promotion, lorsque c'était possible, la date jusqu’à laquelle elle est programmée.

 

Enfin, et pour éviter certaines incompréhensions, il est également utile de préciser que même en dehors des campagnes promotionnelles officielles des constructeurs, il est tout à fait possible de négocier un rabais en face-à-face avec le commercial. Il a toujours une marge de manœuvre, parfois non négligeable. Et les offres soumises à reprise peuvent aussi parfois se transformer en remises brutes, ne l'oubliez pas…