Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Essai - Peugeot 3008 2.0 BlueHDI 150 : plus aucune raison d'acheter allemand

Dans Nouveautés / Nouvelles versions

Le Peugeot 3008 est une des stars de l'année 2017. Il engrange les commandes et vient d'être élu voiture de l'année. Déjà essayé par nos soins en essence Puretech 130 et en diesel 120 et 180 ch, voici maintenant le test de la version 2.0 BlueHDI 150.

Essai - Peugeot 3008 2.0 BlueHDI 150 : plus aucune raison d'acheter allemand

En bref

Moteur 2.0 BlueHDI 150 ch, 370 Nm

Uniquement disponible en boîte manuelle

0 à 100 km/h en 9,6 secondes

A partir de 33 400 €

 Il a bien fait d'affirmer sa vocation de SUV, ce deuxième opus de 3008. Ce faisant, il ne récolte rien moins qu'un titre de voiture de l'année, obtenu en préambule du salon de Genève, et des dizaines de milliers de commandes, que les clients attendent maintenant avec impatience.

Bien sûr, nous en avons déjà réalisé l'essai, en différentes versions, et c'est aujourd'hui le modèle 2.0 BlueHDI 150 qui passe entre notre moulinette. Et si le cœur change, l'habit reste le même. Et il plaît.

 

Souvenez-vous de la première génération de 3008. Une sorte de break surélevé, pas encore tout à fait crossover, clairement pas encore SUV. Raillé pour sa calandre "coupe-frite" et un équilibre des lignes pas toujours réussi, il s'est tout de même imposé face à la concurrence du Nissan Qashqai ou celle du Volkswagen Tiguan. surtout grâce à un intérieur réussi.

 

De face, le 3008 démontre une belle personnalité.
De face, le 3008 démontre une belle personnalité.
Le profil est dynamique, le 3008 semble prêt à bondir.
Le profil est dynamique, le 3008 semble prêt à bondir.
L'arrière est plus massif. Le seuil de coffre un peu haut.
L'arrière est plus massif. Le seuil de coffre un peu haut.

 

L'actuel 3008 reprend l'habitacle réussi, nous y reviendrons, mais y adjoint une plastique très avantageuse. Loin de nous l'idée de noter le style, qui est et restera une affaire de goût, mais force est de reconnaître que la très grande majorité du public le trouve sexy. Il a une personnalité indéniable, avec son long capot terminé par une calandre très verticale. les lignes sont globalement viriles, musclées, les arches de roues surlignées, tandis que l'arrière, avec une vitre de hayon fort inclinée, respire le dynamisme. Avec 4,44 m de longueur, il est dans la moyenne de sa catégorie, fait massif mais jamais trop lourd, sans l'aspect brique de certains. Le volume de coffre est un peu au-dessus de la moyenne, avec 520 litres banquette en place et 1 482 litres banquette rabattue. Seul le Tiguan fait mieux avec 615 litres.

Les places arrière sont moyennement spacieuses mais largement suffisantes dans l'absolu.
Les places arrière sont moyennement spacieuses mais largement suffisantes dans l'absolu.
Le coffre affiche un volume supérieur à la moyenne (520 litres). Seul le Tiguan fait mieux.
Le coffre affiche un volume supérieur à la moyenne (520 litres). Seul le Tiguan fait mieux.

 

La finition GT-Line de notre modèle d'essai se dote d'artifices qui renforcent le côté dynamique avec des retours de carrosserie plus pointus dans les optiques, une calandre à "touches" chromées horizontales et non verticales, des jantes 18 pouces et quelques monogrammes GT-Line disséminés ça et là.

À noter que les petites surfaces vitrées sont un inconvénient pour la rétrovision et que les radars et caméras de recul ne seront pas inutiles.

 

Intérieur moderne, instrumentation 100 % numérique

Dans l'habitacle, on retrouve une ambiance à la fois moderne, classe et épurée. Les lignes sont très travaillées, mais on se sent comme dans un cocon. L'instrumentation légèrement tournée vers le conducteur y contribue certainement, l'éclairage d'ambiance bleuté aussi. La qualité des matériaux est bonne, ils sont agréables au toucher, les assemblages ne sont pas 100 % parfaits, du fait surtout de plusieurs textures différentes, mais franchement, c'est tout de même un ensemble rarement vu chez un constructeur généraliste. L'écran 8 pouces tactile surmonte des touches de raccourci pour accéder aux différentes fonctions. Ces dernières, baptisées "toggle switches" sont superbes, et pratiques.

La planche de bord est moderne, bien finie, séduisante. L'instrumentation 100 % numérique et le petit volant forment le "i-cockpit". La console centrale est tournée légèrement vers le conducteur.
La planche de bord est moderne, bien finie, séduisante. L'instrumentation 100 % numérique et le petit volant forment le "i-cockpit". La console centrale est tournée légèrement vers le conducteur.

Le conducteur, lui, s'assied en face d'un petit volant surmonté d'une instrumentation 100 % numérique et dont l'affichage est configurable selon plusieurs modes, selon les préférences du conducteur. C'est le fameux "i-Cockpit". Les coloris bronze des fonds de compteur rappellent sans détour les couleurs et matières des concepts Onyx et RCZ-R. Et l'on peut au choix afficher la navigation GPS, ou encore un compteur de G encaissés (c'est clairement gadget pour un SUV 150 ch diesel, mais c'est là).

Les rangements sont nombreux et de bonne taille, ce qui est à souligner également. Bref, presque un sans-faute. La concurrence fait parfois aussi bien (Volkswagen Tiguan), parfois mieux (BMW X1, Audi Q5), mais on verse alors dans l'access premium ou le vrai premium, et ce n'est alors plus le même prix. Par contre, les Nissan Qashqai, Seat Ateca, Toyota Rav-4 ou Ford Kuga sont derrière, que ce soit en termes de qualité, ou d'ambiance.

 

Moteur cohérent et châssis redoutable

Mais venons-en au cœur de notre essai. Car ceux qui nous suivent n'auront rien appris aux chapitres précédents, mais seront certainement impatients de savoir ce que donne le BlueHDI 150 sous le capot du 3008. Nous avons déjà testé la version 120 ch, estimée suffisante et même étonnamment débrouillarde, et la version de pointe 180 ch EAT6, qui nous a semblé un peu molle pour la puissance. Ici, on se situe exactement entre les deux. Le surcroît de chevaux par rapport au BlueHDI 120 est sensible. Avec 370 Nm disponibles à 2 000 tours/min, les reprises sont consistantes, d'autant que le couple est en réalité disponible même un peu plus tôt dans les tours. Cela dit, le 2.0 reste très linéaire et les sensations sont gommées par la très bonne filtration de la caisse et l'insonorisation soignée. Avec la même puissance, les Seat Ateca et Volkswagen Tiguan sont un peu plus performants, tout comme le BMW X1 18d. Mais tous les concurrents (sauf le X1) consomment plus officiellement que le Peugeot. Annoncé pour 4,4 litres et 114 g de CO2, il échouera en réalité à un peu moins de 7 litres en mixte sur notre parcours d'essai, mêlant beaucoup d'autoroute et un peu de ville. En incluant des kilomètres sur nationale, la moyenne devrait pouvoir se contenir sous les 6,5 litres, ce qui est fort acceptable vu le gabarit et la puissance. Sachez par ailleurs que le 150 ch n'est disponible qu'en boîte mécanique 6 rapports, et ne peut donc bénéficier de la très bonne boîte automatique EAT6, contrairement aux 120 et 180 ch (et 130 ch essence d'ailleurs). Dommage.

Sur la route, le 3008 2.0 BlueHDI 150 est redoutable d'agrément et d'efficacité. Mais reste confortable. Un compromis idéal. La prise en main est immédiate.
Sur la route, le 3008 2.0 BlueHDI 150 est redoutable d'agrément et d'efficacité. Mais reste confortable. Un compromis idéal. La prise en main est immédiate.

Pour le reste, le 3008 est un représentant fidèle de la tradition Peugeot. Le plaisir de conduite est omniprésent. Le châssis est un régal de dynamisme et de précision, bien aidé par une direction juste parfaite. Le petit volant participe à l'agrément général et au côté incisif de ce SUV, qui se conduit comme une berline, la position surélevée en prime. Certains apprécient. Pas de roulis à signaler, une tenue de route difficile à prendre en défaut, un freinage sans reproche, et une boîte de vitesses enfin agréables parfont ce tableau remarquable. Le sentiment qui domine est celui d'une grande facilité. De prise en main, de conduite et d'utilisation. On se sent chez soi en un rien de temps. Seul le gabarit sera un peu difficile à cerner.

Le confort, pour autant, n'est pas aussi ferme que l'on pourrait s'y attendre. Au contraire, malgré une caisse bien maintenue, le moelleux est de rigueur et les passagers ne seront jamais chahutés, même en jantes de 18 pouces.

Essai - Peugeot 3008 2.0 BlueHDI 150 : plus aucune raison d'acheter allemand

Pour ne rien gâcher, la filtration des bruits de roulement et d'airs est réussie, et l'insonorisation du compartiment moteur digne de la catégorie premium. Encore un bon point, décidément.

Sur la version GT-Line, un bouton "Sport" sur la console centrale permet de modifier le comportement de l'auto. Ainsi, actionné, la pédale d'accélérateur est plus réactive, la direction se durcit et le bruit du moteur devient plus… grondant. Mais pas plus agréable. Un mode à ne réserver qu'aux plus radicaux des conducteurs. Pour les autres, il est tout simplement superflu.

 

Pour résumer, à rouler, ce 3008 est digne des sensations que l'on peut retrouver chez Audi ou BMW. Et ce n'est pas un petit compliment. Certes, les premium font encore un petit peu mieux en accueil à bord ou en finition, mais ce représentant du Lion les chatouille de près. On ne s'en est encore pas remis.

 

Essai - Peugeot 3008 2.0 BlueHDI 150 : plus aucune raison d'acheter allemand

Enfin, abordons le chapitre équipement. Cette finition haut de gamme GT-Line embarque tout l'essentiel et même pas mal de superflu. Nous l'avons dit déjà, l'instrumentation 100 % numérique configurable est de série sur tous les modèles, mais l'on retrouve ici également une climatisation automatique bi-zone, des projecteurs full LED avec fonction éclairage des intersections par les antibrouillards, l'aide au stationnement avant et arrière avec caméra de recul et vision 360°, la surveillance de véhicule dans l'angle mort, l'aide active au maintien dans la voie de circulation, les feux de route automatiques, le régulateur/limiteur de vitesse, le freinage d'urgence auto avec alerte de distance, la navigation 3D connectée avec reconnaissance vocale, les rétroviseurs rabattables avec éclairage d'accueil à LED (qui dessine le logo Peugeot au sol…), le diffuseur de parfum, les jantes de 18 pouces diamantées, le pédalier alu, etc.

À noter qu'on peut disposer en option du toit panoramique ouvrant avec velum contre 1 400 €, de la recharge de smartphone compatible par induction pour 180 €, du hayon électrique pour 450 €, du pare-brise chauffant pour 100 €, de la sono Focal pour 850 € (je rejoins l'avis de mon collègue Alexandre Bataille, elle est décevante niveau qualité), de l'Advanced Grip Control pour 450 € ou encore de la sellerie cuir Nappa pour 2 500 €

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 :

114 g/km - bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :

Octobre 2016

A titre d'exemple pour la version II 2.0 BLUEHDI 150 S&S GT LINE.

1,62 m1,84 m
4,44 m
  • 5 places
  • 520 l / 1482 l

  • Méca. à 6 rapports
  • Diesel

Portfolio (23 photos)

En savoir plus sur : Peugeot 3008 (2e Generation)

Commentaires (216)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

euh je suis désolé de plombé l'ambiance

bon c'est pas qu'elle est pas bien cette 3008 v2

mais ils ont encore cet EAT 6

au niveau puretch rien au dessus du 1.2 130

pas de puretch 130 twin turbo

ou

puretech 1.4 150

sinon après çà avons un retour sur la fiabilité des tableau de bord tablette tactile ????

et est ce qu'on pourra bientot avoir le GPS GALILEO ????

Par

Si si, il reste une bonne raison d’acheter allemand. C’est que pour certains, s’il n’y a pas minimum 200 cv, il est impossible de dépasser ...

Et puis une française c’est très mal fini et pas fiable monsieur ...

Et ne parlons pas des italiennes ...

Bref, il reste pleins de raisons d’acheter une allemande mon bon monsieur ...

:bah:

Par

Ben quoi les gars faut avouer CARA essaie du diesel alors qu'on fait

du MACCARTHYSME contre le diesel , désolé....

Par

En réponse à THUNDERSTRUCK

euh je suis désolé de plombé l'ambiance

bon c'est pas qu'elle est pas bien cette 3008 v2

mais ils ont encore cet EAT 6

au niveau puretch rien au dessus du 1.2 130

pas de puretch 130 twin turbo

ou

puretech 1.4 150

sinon après çà avons un retour sur la fiabilité des tableau de bord tablette tactile ????

et est ce qu'on pourra bientot avoir le GPS GALILEO ????

Qu’est ce que je vous disais ...

:biggrin:

Par

houlalala le prix piques au yeux non ? tarid français pouah

Par

En réponse à Pirelli P7

Qu’est ce que je vous disais ...

:biggrin:

Sans 300 bourrins t'a plus rien selon ces gus à la masse :oui:

Par

En réponse à THUNDERSTRUCK

euh je suis désolé de plombé l'ambiance

bon c'est pas qu'elle est pas bien cette 3008 v2

mais ils ont encore cet EAT 6

au niveau puretch rien au dessus du 1.2 130

pas de puretch 130 twin turbo

ou

puretech 1.4 150

sinon après çà avons un retour sur la fiabilité des tableau de bord tablette tactile ????

et est ce qu'on pourra bientot avoir le GPS GALILEO ????

Si je ne m'abuse il y a le thp 165.

Il y aura peut-être des ratés avec le tableau de bord mais ce sont les débuts alors on pourra les excuser!

Il faut vraiment que j'aille l'essayer ce gaillard en thp 165....fini le diesel pour moi!!

Par

"Bref, presque un sans-faute. La concurrence fait parfois aussi bien (Volkswagen Tiguan), parfois mieux (BMW X1, Audi Q5),

Le Q5 ce n'est pas la même catégorie

Par

En réponse à jijiz750

Si je ne m'abuse il y a le thp 165.

Il y aura peut-être des ratés avec le tableau de bord mais ce sont les débuts alors on pourra les excuser!

Il faut vraiment que j'aille l'essayer ce gaillard en thp 165....fini le diesel pour moi!!

Essaie le Puretech 130 :oui:

tu vas adorer :bien:

Par

En réponse à THUNDERSTRUCK

euh je suis désolé de plombé l'ambiance

bon c'est pas qu'elle est pas bien cette 3008 v2

mais ils ont encore cet EAT 6

au niveau puretch rien au dessus du 1.2 130

pas de puretch 130 twin turbo

ou

puretech 1.4 150

sinon après çà avons un retour sur la fiabilité des tableau de bord tablette tactile ????

et est ce qu'on pourra bientot avoir le GPS GALILEO ????

la clientèle particulier choisit a 40% des essences dont une très gande majorité de Puretech 130 :oui:

après si tu sais mieux qu'eux et ce dont ils ont besoin derrière ton ordinateur, dis le :coucou::hello:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire