Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

La question qui tue - Est-ce le dernier Mondial de l'Automobile ?

Dans Salons / Salon de Paris

Un grand nombre de constructeurs absents + une nouvelle hausse des tarifs des billets d'entrée : voici l'inquiétante addition qui pourrait entraîner une forte baisse de la fréquentation du Mondial de l'Auto. Est-ce le début de la fin pour le Salon de Paris ?

Présent en 2014, avec le nouveau XC90, Volvo ne sera pas au Mondial de l'Auto en 2016. Pour l'Europe, le suédois se concentre désormais sur Genève.
Présent en 2014, avec le nouveau XC90, Volvo ne sera pas au Mondial de l'Auto en 2016. Pour l'Europe, le suédois se concentre désormais sur Genève.

La visite du Mondial de l'Automobile 2016 pourrait vous laisser un goût d'inachevé. Un peu comme si vous n'aviez pas eu de dessert pour finir un menu qui avait très bien débuté.

Entre le 1er et le 16 octobre, la Porte de Versailles vous proposera en entrée une belle sélection de premières mondiales issues des constructeurs étrangers. Au choix : Audi A5, Hyundai i30, Land Rover Discovery, Mini Countryman ou encore Skoda Kodiaq.

Le plat de résistance sera copieux avec les spécialités françaises. Citroën, Peugeot et Renault seront en très grande forme, avec la présentation des C3, 3008, 5008, Scénic, Koleos… sans oublier des concepts inédits. C'est au moment du petit plaisir de fin de repas que cela se gâtera. De nombreuses marques qui ravissent petits et grands ne seront pas sur la carte.

Une dizaine de grandes marques absentes en 2016

Nous l'avons vu il y a quelques jours, la liste des constructeurs absents au Mondial n'a jamais été aussi étoffée. Les raisons invoquées sont multiples : pas de grande nouveauté à présenter, volonté de privilégier des événements plus régionaux…

S'il y a de grandes firmes généralistes dans le lot, comme Ford et Mazda, c'est surtout du côté du haut de gamme que les défections seront les plus nombreuses : en 2016, aucune trace d'Alpine, Aston Martin, Bentley, Bugatti, Lamborghini, McLaren ou encore Rolls Royce.

Ne cherchez pas la nouvelle MX-5 RF à toit rigide rétractable : Mazda ne sera pas au Salon de Paris.
Ne cherchez pas la nouvelle MX-5 RF à toit rigide rétractable : Mazda ne sera pas au Salon de Paris.

Voilà qui semble dangereux pour les organisateurs du Mondial. Ils savent très bien que parmi les différents profils de visiteurs, il y a ceux qui sont là pour en prendre plein les yeux avec ces labels. Les Salons restent une occasion rare d'admirer de près ces belles carrosseries sans se sentir toisé par un vendeur qui devine que vous n'avez pas les moyens d'acheter un de ses modèles.

Hausses répétées du prix d'entrée

Cette année, ces visiteurs seront clairement déçus. Ils pourraient l'être d'autant plus qu'ils auront payé une somme record pour accéder aux halls d'exposition. Le prix en caisse pour les adultes sera de 16 €, contre 14 € en 2014 et 13 € en 2012. Payer plus pour voir moins, cette drôle de recette pourrait refroidir les badauds et les familles.

La question se pose alors : est-ce le début de la fin pour le Mondial ? Absences remarquées + billet onéreux : voilà une addition explosive qui pourrait entraîner une chute de la fréquentation. Et un nombre d'entrées en baisse pourrait amener d'autres marques à remettre en cause leur participation à l'édition suivante. Le spectre d'une annulation dans les années à venir faute de participants commence à planer au-dessus de la capitale.

Lamborghini avait fait sensation à Paris en 2014 avec le concept Asterion à moteur hybride.
Lamborghini avait fait sensation à Paris en 2014 avec le concept Asterion à moteur hybride.

En début d'année, Caradisiac se posait déjà la question sur l'avenir des Salons. Outre l'absence répétée des constructeurs, ils sont menacés par l'émergence de nouveaux événements, comme les shows dédiés aux nouvelles technologies, les concours d'élégance ou les festivals de vitesse.

Genève menace Paris

Il ne faut cependant pas être alarmistes. Pour l'instant, les grandes messes de l'automobile ne sont pas menacées d'extinction… dans leur ensemble. Car certains rendez-vous pourraient passer à la trappe. Il a beau être le Salon automobile le plus visité au monde, avec 1,25 million d'entrées en 2014, le Mondial est l'un des plus menacés parmi les shows "1re catégorie", pour différentes raisons.

Tout d'abord, en termes de dates, il est le plus long, ce qui nécessite en toute logique un investissement supérieur aux autres Salons. Le Mondial est ouvert 16 jours au public, contre 11 pour Genève ou Francfort. Les frais de fonctionnement sont plus élevés. Les marques peuvent aussi être refroidies par le coût de la location des surfaces d'exposition. Cette année, pour faire des économies, Volkswagen, Skoda et Seat occuperont moins de place. À n’en pas douter, certains ont jeté l'éponge car le jeu n'en vaut plus la chandelle.

Avec 51 ventes de janvier à juillet, la France est un petit marché pour Bentley. De quoi justifier une absence au Mondial.
Avec 51 ventes de janvier à juillet, la France est un petit marché pour Bentley. De quoi justifier une absence au Mondial.

Ensuite, Paris est menacé par la concurrence des autres Salons européens, d'autant que de plus en plus de constructeurs raisonneront à l'échelle du continent. Volvo a montré la voie. En Europe, le suédois ne participe plus qu'au show de Genève. Un choix logique : le Salon suisse est annuel et central, pouvant attirer des publics variés en provenance de France, d'Allemagne et d'Italie. Géographiquement, le Mondial est moins bien placé.

Un Salon dans une ville autophobe

De plus, le Mondial se déroule dans un pays dont les représentants politiques ne sont guère passionnés par l'automobile et dans une ville dont la maire est ouvertement anti-voitures. Pour terminer, aucun constructeur ne le dira publiquement, mais le contexte social tendu en France peut refroidir. À chaque Salon, les images de manifestants qui viennent dégrader un stand marquent les esprits. La rentrée 2016 s'annonce animée, les syndicats ayant déjà prévu de nouvelles manifestations contre la Loi Travail : l'ambiance dans les allées du Mondial pourrait certains jours être électrique, l'effet pouvant être décuplé par la visite de personnalités politiques en campagne en vue des présidentielles de 2017.

Heureusement, les français seront présents et en forme. Renault exposera les nouveaux Scénic court et long, la Clio restylée, la Twingo GT, le Koleos 2 et un concept-car inédit !
Heureusement, les français seront présents et en forme. Renault exposera les nouveaux Scénic court et long, la Clio restylée, la Twingo GT, le Koleos 2 et un concept-car inédit !

Une épée de Damoclès plane donc sur le Mondial de l'Automobile. Entre programme allégé et tarifs gonflés, est-ce le début d'un cercle vicieux pour le Salon de Paris ? Il est évidemment trop tôt pour le condamner mais on peut être sûr que les chiffres de fréquentation de l'édition 2016 seront plus que jamais cruciaux.

Mots clés :

Commentaires (34)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Cet article me semble un peu anticipé et non dénué de contradictions !

Le salon de Paris reste effectivement à ce jour le plus fréquenté du monde, alors de là à imaginer sa dispartion prochaine ...

De même, l'évocation de la politique de la ville de Paris concernant l'automobile me semble sans rapport avec le succès du salon : c'est un salon international et non destiné aux seuls Parisiens ... donc les problèmes des automobilistes Parisiens, la plupart des visiteurs s'en fou royalement !

Concernant le prix : que ce soit pour les constructeurs automobiles ou les visiteurs, tout est une question de prix psychologique (le prix acceptable), alors si les responsables de l'organisation du salon sont trop gourmands il est logique que les uns ou les autres boudent l'évènement.

Par rapport à la tendance du moment, je pense plausible que le salon de Paris réduise la voilure (nombre de jours par exemple), mais de là à fermer ... le ton de l'article est très inutilement alarmiste ! Il est fort probable que Caradisiac disparaisse avant le salon de Paris ...

Par

Bonne question en effet, car toujours plus cher, des stands inaccessibles pour les marques non grand public et au coeur de la capitale anti voiture. On voit le court termisme de l'organisation, qui ne cherche même pas à défendre son bifteck. Et la différence avec le salon nautique

Par

Je parie que les 3/4 des visiteurs ne remarqueront même pas l'absence de certains constructeurs. Quand à la hausse des tarifs, c'est une mode à laquelle le citoyen est habitué ces dernières années. Il payera... il paye toujours.

Par

Complètement d'accord avec les autres commentaires. Article alarmiste: en 2014 il était le salon le plus fréquenté. Il faut que les journalistes arrêtent de polémiquer sur des sujets qui n'ont pas lieu d'être même si ils veulent avoir bcp de vues.... Ils vont nous pourrir l'événement sans raisons...

Par

Le problème du salon de paris : c'est le TGV et surtout le métro.

Imaginez un suédois qui vient à Paris. il devra se farcir le RER, le métro ou les taxis parisiens.

A Genève, il descend de l'avion et va a pied au salon.

Je vais au salon de Genève en voiture en roulant que 2 km en suisse. A 14h, j'ai tout vu. L'après midi je vais me promener. A 22h, je suis chez moi.

Par

les absents ont toujours tort, n'oubliez jamais :oui:

Une myriade de constructeurs chinois ou indiens les remplaceront et ce sera la porte ouverte a de la visibilité :jap: Qoros par exemple va en profiter pour briller au grand jour en montrant ses modèles et qui sait des concepts cars qui marqueront l'esprit du public :wink:

Par

Pas d'inquiétudes à avoir : à part pour les fans et les clients fidèles de la marque, l'absence de Ford passera probablement assez inaperçue. Et c'est encore plus vrai pour les autres marques absentes, à la notoriété moindre.

La fréquentation sera certainement à la baisse par rapport à l'édition 2014, mais s'expliquera plutôt par le contexte général de baisse de l'activité touristique en France et à Paris, lié aux attentats de ces deux dernières années...

Par

La vraie question est jusqu'à quand les grands show mondiaux subsisteront-ils ? Aujourd'hui avec internet on dispose d'une visibilité incroyablement plus grande que ces salons. Si plus d'1 million de visiteurs voient ces véhicules, combien d'autres les ont-ils aperçus via internet pour un prix pas si élevé que ça ? Et avec la montée en puissance des pays émergents sur le plan automobile, notamment Inde et Chine, les vrais salons se passeront là-bas désormais. Pour moi le mondial de Paris sera dans les 15 ans à venir sur le déclin, mais pas encore tout de suite.

Par

#Florent Ferrière, le stagiaire à qui Mr Lecondé a demandé de rédiger un article pour critiquer une énième fois le mondial de l'auto...

Les salons auront toujours de l'avenir, déjà on parle ici d'un des plus visité et des plus populaires salons auto au monde, et ce n'est ni l'augmentation des tarifs ni l'absence de constructeurs secondaires voir transparents sur le marché auto européen qui vont changer qqch à sa fréquentation et sa popularité !

Les gens qui vont au salon de l'auto (ou à d'autres salons type High-tech ou JV), y vont pour voir les véhicules en vrai, pouvoir juger en chair et en os, et pas basiquement derrière un écran comme certains ici le font parfois vite et mal.

Les salons existeront donc toujours la question n'a même pas lieu de se poser, à part quand on aura plus besoin d'autos (ou d'high tech ou de JV...), ce qui n'arrivera pas avant une éternité (façon de parler).

Quand à parler du contexte, la France, comme l'Allemagne, est une plateforme centrale de l'auto européenne voir mondiale, Paris est une ville connue internationalement et attire donc plus facilement des visiteurs qui viennent en touriste.

Genève est beaucoup plus orienté professionnel, non que le salon ne soit pas trop ouvert au public, mais tout simplement car la ville est moins attirante pour les visiteurs qui souhaiterait profiter de leur séjour en Suisse, sans compter que le placement de Genève n'est pas forcément avantageux pour tout le monde (Britanniques, scandinaves...).

Paris et Francfort ont encore de beaux jours devant eux.

Par

En réponse à narmer

Le problème du salon de paris : c'est le TGV et surtout le métro.

Imaginez un suédois qui vient à Paris. il devra se farcir le RER, le métro ou les taxis parisiens.

A Genève, il descend de l'avion et va a pied au salon.

Je vais au salon de Genève en voiture en roulant que 2 km en suisse. A 14h, j'ai tout vu. L'après midi je vais me promener. A 22h, je suis chez moi.

t'as de la chance, pour la plupart des français si tu ne viens pas en voiture, tu dois prendre le train, voir l'avion si tu es mal desservi par le train, et là la facture commence à être salée pour un simple salon.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire