Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Aux Etats-Unis, les constructeurs devront empêcher les automobilistes alcoolisés de prendre le volant

Aux Etats-Unis, les constructeurs devront empêcher les automobilistes alcoolisés de prendre le volant

Aux Etats-Unis, Joe Biden a signé une loi qui obligera les constructeur à intégrer un système empêchant toute personne ayant consommé de l'alcool de démarrer son véhicule. Cela concernera les véhicules nouveaux, à une date qui n'est pas encore déterminée.

Chaque année, l'alcool au volant est responsable de la mort de 10 000 personnes aux Etats-Unis. Un fléau que le président Joe Biden semble avoir pris bras le corps, puisqu'il vient de signer une loi inédite qui obligera les constructeurs à intégrer des dispositifs de détection de l'alcool au volant dans les nouveaux véhicules. L'administration américaine en charge de la sécurité routière, en lien avec les marques automobiles, aura 3 ans pour s'organiser afin de mettre en place des standards de détection.

Côté technologie, deux pistes sont à l'étude : un détecteur d'air capable "d'aspirer" la respiration du conducteur et de mesurer son taux d'alcool, et un capteur d'empreinte, lui aussi capable de faire la détection par les pores de la peau.

Selon les associations, il s'agit de la loi la plus importante en matière de sécurité routière depuis 41 ans aux Etats-Unis. La NHTSA, elle, annonce que ces dispositifs permettraient de sauver quelque 9400 vies par an au pays de l'oncle Sam, dans un pays où, pourtant, nombreux sont les Etats à imposer des limites assez basses et strictes en matière d'alcoolémie au volant.

L'EAD en France

En France, il existe déjà système similaire : l'EAD, pour Ethylotest antidémarrage. Un juge peut en effet imposer l'EAD dans certains cas :

  • Délit de conduite en état alcoolique
  • Délit de conduite en état d'ivresse manifeste
  • Refus de se soumettre aux vérifications de l'état d'alcoolémie
  • Récidive de conduite sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants
  • Récidive de refus de se soumettre aux contrôles d'alcoolémie
  • Homicide ou blessures involontaires par conduite en étant dans un état alcoolique

Toutefois, cet EAD ne peut pas rester éternellement, puisqu'il ne peut pas être imposé plus de cinq ans par les pouvoirs publics à une personne passant en jugement. Toutefois, cet EAD n'empêche pas de boire avant de conduire : une limite est fixée à 0,2 g/L de sang.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire