Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Avec la voiture électrique, les stations-service sont en danger

Avec la voiture électrique, les stations-service sont en danger

L'essor de la voiture électrique va logiquement entraîner une baisse des ventes de carburants dans les stations, qui ne seront plus incontournables. Celles-ci vont devoir s'adapter pour ne pas disparaître.

En France, la fin de la vente de voitures thermiques est prévue pour 2040. Mais le processus vers cette révolution du marché automobile a déjà commencé, le gouvernement poussant les Français à se tourner vers les modèles électrifiés dès à présent. Il y a d'ailleurs un vrai décollage des ventes de véhicules 100 % électriques en 2020, leur part de marché ayant triplé, atteignant 6 % de janvier à septembre. 

Même si 2020 est une année particulière pour les immatriculations, entre le confinement et l'arrivée de la norme européenne CAFE (qui sanctionnera en 2021 les marques qui ne respectent pas un quota de CO2), il ne fait guère de doute que cette part de marché va se maintenir et augmenter progressivement au cours de la décennie. Avec une conséquence logique : une baisse des ventes de carburant ! Une étude menée par le cabinet Colombus Consulting révèle que le volume des ventes peut chuter de 21 % d'ici à 2030 et de 33 % d'ici à 2035 selon un scénario d'évolution du marché dit "intermédiaire". Mais même avec un scénario dit "faible", les baisses seraient de 18 et 28 %.

Les stations-service se trouvent donc menacées. Pour les stations en grande et moyenne surface (qui en 2020 représentent 60 % des volumes de carburant vendus), l'étude pense qu'avec le scénario intermédiaire, le nombre de passages va reculer de 24 % d'ici 2030 et 36 % d'ici 2035. Les stations vont surtout voir chuter leurs profits. Pour le réseau traditionnel, sans évolution des services, les profits chuteraient de 33 % d'ici 2030 !

Les stations les plus impactées seront d'abord celles situées au niveau des grandes villes. La multiplication annoncée des zones à faible émission va en effet booster le développement de l'électrique dans ces endroits. L'étude alerte aussi sur les zones rurales, la chute des profits pouvant entraîner la fermeture de stations à la campagne et créer des zones blanches de la distribution de carburant. En 2020, il y a déjà 2,5 % de Français qui doivent faire au moins 30 km pour trouver une pompe. Les trois quarts des stations ont fermé depuis 1980. On est passé de 40 000 à un peu plus de 11 000.

Forcément, pour ne pas mourir, les stations devront faire évoluer leur offre. Mais un problème se présente à elles : elles ne seront plus incontournables. En effet, de nos jours, on est quasiment obligé d'aller dans une station pour faire le plein. Or, avec l'électrique, on fera d'abord le plein chez soi. Puis on le fera sur le parking de son travail et on profitera de bornes d'appoint, notamment sur les parkings de supermarché.

Les stations doivent donc penser à leur avenir. Pour Colombus Consulting, celles en zone urbaine doivent se transformer en multipliant les sources d'énergie (par exemple l'hydrogène), en installant des bornes électriques rapides pour des besoins réguliers, tels les taxis, et en proposant des services inédits, comme de l'autopartage. À la campagne, Colombus Consulting imagine des mini-stations avec une ou deux pompes, qui seraient gérées par les collectivités locales et associées à d'autres services publics afin de maintenir un service de proximité.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (104)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Si seulement c était que les stations!!!

Par

Beaucoup de dramatisation...

Lorsque l'hydrogène arrivera massivement, il faudra bien en trouver quelque part !

Par

Oui et la fin du monde en 2025, le prochaine article cara :areuh:

Par

Lol en danger il y a encore un temp affaires Lol pas encore épuisement ..

par contre le GVT va taxer les voitures Lourdes encore une taxe en plus

Par

En réponse à Luxlux

Si seulement c était que les stations!!!

Oui , il n'y aura pas que les stations services qui vont trinquer ...

Par

Avec des volumes de vente qui vont diminuer de 0,X% par an au début et des rentabilités moins bonnes. Il est clair que les pompistes vont être les premiers impactés. Et ca va aller très très vite. Dans moins de 5 ans, on va commencer à le sentir, le nombre de stations va vite diminuer, personne ne maintiendra une enseigne qui fait -0,X% par an.

Par

Amusant, toutes ces prévisions qui tournent en boucle. Il faut garder celle là dans un coin pour comparer avec la réalité le jour de l'échéance venue.

2030-2035, c'est demain.

Par

Les voitures électriques vont tuer les stations services ?

Donc ça fait 30 ans que les VE existent et se vendent ?

Vous êtes sûrs que la disparition des stations services ne serait pas plutôt liée aux stations dans les super et hypermarchés

ainsi qu'aux autonomies de plus en plus importantes des véhicules ?

Ma 2CV en 1980 : 200 à 250 km avec un plein

Pour info

en 1975 il y avait environ 50 000 stations, dont ... aucune connue dans un magasin

en 1980 il y avait environ 42 000 stations, dont un millier dans des magasins

en 2015 il en restait 17 000 stations dont 5000 dans des magasins

en 2018 : 11 000 stations, dont la

Par

zut saleté de clavier !

en 2018 : 11 068 stations, dont 500 sur les autoroutes et 5 100 dans les magasins !

Mais ce sont les VE qui sont responsables de la disparitions des stations services ...

:violon:

alors que leur nombre a été divisé par 5 en 50 ans

:buzz:

Par

En réponse à Ajneda

Beaucoup de dramatisation...

Lorsque l'hydrogène arrivera massivement, il faudra bien en trouver quelque part !

L'hydrogène devrait effectivement se développer dans les prochaines années.

Je ne crois pas au 100% batteries (à moins d'avancées révolutionnaires dans ce domaine, j'entend par là : meilleurs autonomie, réduction significative du poids et surtout temps de recharge considérablement réduit).

À termes (2030-35), je pense qu'on aura un mix entre électrique à batteries, électrique hydrogène, bioéthanol E85 (et GNV peut être ? )

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire