Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Boîtes noires dans les voitures : 6 questions pour tout savoir

Dans Futurs modèles / Technologie

Nicolas Valeano

EAD : Enregistreur Automatique de Données (ou EDR en anglais), voilà un nouveau terme dans le lexique automobile auquel il faudra s’habituer. En effet, tous les nouveaux modèles lancés à partir de juillet devront en être équipés. Explications.

Boîtes noires dans les voitures : 6 questions pour tout savoir

EAD/EDR : kesako ?

La définition de la Commission Européenne est la suivante : les EAD (Enregistreur Automatique de Données, donc) sont utilisés dans les véhicules pour enregistrer et mémoriser des données (par exemple, la vitesse, la force de freinage, le déploiement des airbags, le statut des systèmes de sécurité) en cas de collision. Il est prévu que les EDR deviennent obligatoires à la mi-2022 pour les nouveaux types de voitures particulières et de camionnettes au titre de règles de l’UE révisées (règlement sur la sécurité générale), puis en 2024 pour tout le catalogue de ces constructeurs. Les voitures d’occasion ne sont pas concernées.

Quelle est la logique pour la mise en place de ces EDR ?

Paradoxalement, grâce à l’action des multiples aides à la conduite active comme les systèmes de freinage d’urgence automatisés et de contrôle de trajectoire, il est de plus en plus difficile d’analyser les causes d’un accident a posteriori. Les traces physiques (sur la chaussée par exemple) étant de moins en moins significatives, il faut alors se tourner vers des traces numériques.

Ainsi, l’EDR est pensé pour analyser de manière fine les éléments internes au véhicule pouvant contribuer à expliquer un accident. Une logique encore plus justifiée par l’automatisation croissante de la conduite. Ces données, transformées en statistiques d’analyse des accidents, contribueront aussi au développement des futurs systèmes d’aides à la conduite et de sécurité active.

Quel est l’objet de cette nouvelle fonction embarquée ?

Pas de panique, les données d’EDR anonymisées seront utilisées pour l’enquête et l’analyse relatives aux accidents, à des fins purement statistiques donc. Aucun enregistrement sonore n’est fait et les données ne concernent que les quelques secondes autour d’un accident. Elles ne sont pas transmises aux compagnies d’assurance et ne servent pas à déterminer les responsabilités en cas d’accident.

Ces données peuvent-elles servir pour déterminer les responsabilités d’un accident ?

Pas au stade actuel. Date, heure et lieu ne sont pas collectés dans le système, pour répondre aux standards européens en matière de protection de la vie privée, ce qui limite les analyses possibles. De même, les propriétaires ne sont pas identifiés, au grand dam d’associations de défense des victimes de la route comme la FEVR, qui considère que ces limitations d’usage ne vont pas dans le sens de la Vision Zéro de la Communauté Européenne, visant à réduire à zéro le nombre de morts sur les routes à l’horizon 2050.

Qui récupère les données ?

Ce sont les autorités nationales qui ont accès aux données anonymes des EDR. Elles leur serviront à mieux comprendre les nouveaux scénarios d’accidents. Rappelons ici que c’est déjà le cas pour les données de consommation des véhicules.

Quel est le coût pour l’acheteur final ?

Il est difficile à évaluer, sachant que les nouveaux tarifs des constructeurs pour cet été, date de l’introduction du système, ne sont pas encore dévoilés. Mais gageons qu’il faudra compter quelques dizaines d’euros, moins de 100 € dans tous les cas pour les modèles où ce surcoût serait répercuté.

Bilan

Voilà donc un système mis en place dans une démarche purement statistique. Il pourrait cependant impacter les comportements des conducteurs, gardant dans un coin de la tête la crainte d’un contrôle de leur conduite. Cela pourrait-il arriver un jour, une fois que les boîtiers seront installés ? Les évolutions de ce système ne sont pas pour l’instant d’actualité, sous la protection des strictes réglementations européennes protégeant la vie privée. Mais qui sait de quoi demain sera fait ?

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire