Publi info

Bosch s'éloigne un peu plus des batteries et se lance dans l'hydrogène

Dans Ecologie / Electrique / Autres énergies

Bosch s'éloigne un peu plus des batteries et se lance dans l'hydrogène

Le plus gros équipementier automobile au monde se lance dans l'hydrogène, en partenariat avec la société suédoise PowerCell Sweden AB. Le géant allemand renonce finalement à la production de cellules pour batteries de voitures électriques, et se tourne plutôt vers la pile à combustible.

Que le plus gros équipementier automobile mondial tourne en quelque sorte le dos aux batteries de voitures électriques pour s'engager dans la voie de l'hydrogène, voilà un fait important. Bosch vient en effet de confirmer la signature d'un accord de partenariat avec le spécialiste suédois de la pile à combustible, PowerCell Sweden AB.

Précisons quand même que Bosch ne se détache pas de la mobilité électrique : une voiture à pile à combustible est toujours une voiture électrique, et Bosch travaille depuis déjà de nombreux mois sur les moteurs électriques. Le géant allemand prend simplement de la distance avec la production de batteries et de cellules pour les voitures électriques, préférant visiblement une autre source d'énergie. Bosch avait d'ailleurs avancé en 2018 le problème du retard accumulé par les Européens sur les Asiatiques en matière de recherche et de production de batteries.

Du coup, plutôt que de chercher à combler ce retard, Bosch vise l'hydrogène avec la production de "stack" (les unités dans lesquelles se produit l'électrolyse permettant la création d'un courant électrique). Bosch annonçait l'an dernier que la mobilité à batterie n'était pas adaptée aux "longs courriers" (trajets sur autoroute, transport de marchandises). L'hydrogène serait une technologie "dix fois moins lourde et moins chère" que des batteries sur un poids lourd. Bosch en avait profité pour faire un pied de nez à Tesla qui avait dévoilé un camion électrique, en communiquant sur un partenariat pour produire le Nikola One, un camion doté d'une pile à combustible.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (96)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C' est ça l' avenir ! Eux on tout compris ! :bien:

Par

La France vas encore être à la ramasse ......:blague:

Par

Pour une technologie en émergence de voir des entreprises abandonner ça en dit long sur le potentiel des batteries. :bien:

Par

En réponse à Axel015

Pour une technologie en émergence de voir des entreprises abandonner ça en dit long sur le potentiel des batteries. :bien:

Grave :buzz:

Par

En réponse à speedster 72

La France vas encore être à la ramasse ......:blague:

informe-toi ?

Michelin et Faurecia(PSA) se sont allié dans les piles à hydrogène.

et des véhicules utilisent déjà les piles à combustible "Symbio", Michelin travaille sur cette technologie depuis des années

Par

En réponse à speedster 72

C' est ça l' avenir ! Eux on tout compris ! :bien:

Faut savoir relativiser , extrait d'un article suite au salon de l'auto à Québec :

"Au chapitre du prix, «la Mirai coûte 58 000 $US [presque 78 000 $] aux États-Unis et le ravitaillement en hydrogène est inclus pour trois ans. C’est moins cher qu’une Tesla. Ici, le prix d’un kilogramme est censé être vendu 11,50 $. Or, le plein d’un réservoir de cinq kilogrammes coûterait 57 $», explique le vice-président qui spécifie que la technologie de voiture à pile à combustible demeure une solution pour les parcs automobiles, pour le moment.

"La station multicarburants de la firme Harnois en cours de construction à Québec par Hydrogenics produira de l’hydrogène à partir de l’eau du réseau d’aqueduc.

«L’eau sera traitée de nouveau pour qu’elle soit pure et le procédé d’électrolyse sera appliqué pour produire de l’hydrogène», explique M. Wilson, qui confirme qu’il faut au moins 50 kilowatts-heures d’électricité pour produire un kilogramme d’hydrogène. Un chiffre qui se situe près de celui obtenu lors du récent Salon de l’auto de Montréal, soit 55 kWh.

En guise de comparaison, une voiture à batterie (100 % électrique) nécessite en moyenne 17 ou 18 kWh pour parcourir 100 kilomètres. La distance qu’un kilogramme d’hydrogène permet de faire avec une voiture à pile à combustible.

Dans le cas des voitures électriques, la consommation peut descendre jusqu’à 12 ou 13 kWh aux 100 km, dans le cas des voitures électriques. Et ce, malgré la contrainte de poids énoncée par Stephen Beatty, vice-président et secrétaire général chez Toyota Canada. Ce dernier ajoute toutefois que les surplus en électricité du Québec, de l’Ontario et de la Colombie-Britannique permettent la production d’hydrogène à un coût «raisonnable».

Voili voilou , 5 kilos de H2 pour 500 kms à 60€ ds une bagnole à 78000 boules .....

Ça fait rêvé , que Bosh ne soit plus tenter pour rattraper leur retard sur les batteries ça ce comprend de là à penser que c'est l'avenir c'est une tout autre chose , pour les poids lourds oui pourquoi pas .

Par

Voila une décision intelligente.

Tout miser sur l'electrique avec des batteries, c'est avoir une vision à très court tèrme.

Par

J'oubliais effectivement il faut 1kg d'H2 au 100kms ....

Par

quoi qu'en dise tous les techniciens ingenieurs spécialistes de caradisiac qui ne jurent que par tesla et les voitures électriques de ce genre, l'avenir c'est bien l’hydrogène. il y a encore beaucoup de boulot mais les progrès seront bien là:bien:

la voiture electrique actuelle n'est qu'une transition vers la voiture électrique a hydrogène.

Par

En réponse à speedster 72

La France vas encore être à la ramasse ......:blague:

a la ramasse? et AIR LIQUIDE c'est pas français?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire