Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

DESIGNERbyBELLU - Paul Bracq, un esprit éclairé : " Il sent comme personne le caractère d’une ligne et la volupté d’une surface"

Dans Futurs modèles / Design

Les Français balancent volontiers entre chauvinisme et dénigrement. À ceux qui pensent que l’école française du style automobile n’a jamais d’envergure internationale, il est bon d’évoquer des personnalités comme celle de Paul Bracq.

DESIGNERbyBELLU - Paul Bracq, un esprit éclairé : " Il sent comme personne le caractère d’une ligne et la volupté d’une surface"

Qui a dirigé le studio de design de BMW à Munich de 1970 à 1974 ? Qui a collaboré aux programmes les plus prestigieux de Mercedes-Benz entre 1957 et 1966 ? Ce ne sont pas des stylistes germaniques, certifiés à la Hochschule de Pforzheim, mais un artiste français.

Né le 13 décembre 1933 à Bordeaux, Paul Bracq a choisi de retourner dans sa ville natale après avoir quitté PSA Peugeot Citroën et ce, pour y exercer son art en toute liberté. Infatigable créateur, remarquable illustrateur, peintre inspiré et sculpteur singulier, Paul Bracq continue d’observer le monde de l’automobile avec un œil acéré, avec un sens critique volontiers iconoclaste. À quatre-vingt sept ans, son optimisme est intact et ses emportements toujours aussi vigoureux. Il conserve un enthousiasme et une lucidité confondantes. Il reste un amoureux de la femme, de la sienne en particulier, de presque toutes à l’exception bien sûr de Mme Hidalgo qui a réussi à le dégoûter de Paris, la ville qu’il avait tant aimée avant qu’elle ne devienne sale, polluée et encombrée par l’opportunisme politique. Paul Bracq est aussi un amateur éclairé de jazz et de Bill Evans, un fin connaisseur des arts majeurs et un analyste perspicace de l’art de la carrosserie. Il se qualifie lui-même de carrossier… 

Ses jugements sur le style, sur l’âge d’or de la carrosserie et sur l’actualité du design sont d’une pertinence rare. Il sent comme personne le caractère d’une ligne et la volupté d’une surface et il sait créer autour de ses sujets une atmosphère intemporelle, tantôt futuriste, tantôt nostalgique. Paul Bracq a dessiné des kyrielles de voitures pour ses commanditaires et ses employeurs, mais il n’a jamais oublié de rendre hommage à tous les chefs-d’œuvre qui l’avaient inspiré.

Après des études à l’école Boulle, à Paris, où il étudie le dessin et la sculpture, Paul Braq débute sa carrière en compagnie du styliste Philippe Charbonneaux en 1953. L’année suivante, il part en Allemagne pour effectuer son service national. Sous-officier dans l’armée française, Paul Bracq s’enracine en Allemagne. En janvier 1957, il est engagé chez Mercedes-Benz et devient bientôt le responsable du style avancé. Il va rester une dizaine d’années dans les studios de Sindelfingen. Il côtoie des personnalités qui lui enseignent la rigueur, surtout Karl Wilfert, responsable du développement des carrosseries. C’est lui qui avait promis à Paul Bracq de l’embaucher après ses obligations militaires, malencontreusement rallongées à cause de la crise de Suez ! Il trouve aussi dans les ateliers Friedrich Geiger, en place chez Mercedes-Benz pendant quarante ans, le styliste à qui l’on attribue le dessin de la 300 SL en 1954. À Sindelfingen, Paul Bracq fait la connaissance de Bruno Sacco, styliste élégant et déterminant avec qui il entretiendra une relation amicale.

En janvier 1961, Paul Bracq rencontre sa future femme lors d’une fête donnée par son club de tennis. D’origine russe, Alice sera sa plus fervente admiratrice, sa complice, son modèle, la mère de ses enfants, Isabelle et Boris.

Mercedes 220 SE Coupé
Mercedes 220 SE Coupé
Mercedes 300 SE Cabriolet
Mercedes 300 SE Cabriolet

Chez Mercedes-Benz, le Français se fait remarquer en dessinant plusieurs grandes classiques, notamment la superbe 220 SE Coupé / Cabriolet en 1961, la prestigieuse 600 et l’iconique coupé 230 SL. Caractérisée par son pavillon qui fait penser au toit d’une pagode, la 230 SL fait sortir Paul Bracq de l’anonymat. Il collabore ensuite au dessin de la Classe S de la génération W108 (1965), une merveille d’équilibre.

En 1966, il tente un retour en France et travaille pour Brissonneau & Lotz, un carrossier industriel qui a des velléités de création. À la demande d’Alain Bertaut, rédacteur en chef de la belle revue Moteurs, Paul Bracq réfléchit sur une GT française qui pourrait recevoir le V8 Renault Gordini. Bien sûr, des intentions qui restent sans lendemain dans une France qui renonce désormais à figurer en haut de gamme.

DESIGNERbyBELLU - Paul Bracq, un esprit éclairé : " Il sent comme personne le caractère d’une ligne et la volupté d’une surface"
DESIGNERbyBELLU - Paul Bracq, un esprit éclairé : " Il sent comme personne le caractère d’une ligne et la volupté d’une surface"

 BMW "Turbo" de Bracq

Appelé par BMW, Paul Bracq accepte à nouveau de franchir le Rhin pour orienter le style de la marque bavaroise. À l’orée des années 1970, BMW est en train de sortir d’une période ingrate et difficile. Pour dessiner la berline 1500, en 1961, la direction avait commissionné le styliste italien Giovanni Michelotti. Après deux décennies pendant lesquelles le catalogue s’était figé autour de voiturettes et de grosses berlines sans charme, BMW tenait enfin un modèle correspondant aux attentes de la clientèle. Depuis 1955, le studio de style, réduit à sa plus simple expression, était géré par Wilhelm Hofmeister, un ingénieur en mécanique peu avisé en matière de design.

DESIGNERbyBELLU - Paul Bracq, un esprit éclairé : " Il sent comme personne le caractère d’une ligne et la volupté d’une surface"

Paul Bracq apporte sa pièce à l’édifice avec la berline 520 parfaitement équilibrée et bien sûr le concept car Turbo dévoilé en 1972. Après cette expérience vécue chez BMW, Paul Bracq rentre en France et cette fois pour de bon. Il est engagé chez Peugeot pour diriger le style intérieur alors que Gérard Welter se chargera du style extérieur, la cohabitation des deux hommes s’avérant très inconfortable. Dans les habitacles, Paul Bracq impose des formes douces et sensuelles. Tout au long de sa carrière, il défend et illustre le style face au design, un débat qui fait rage dans les années 1980 entre les esthètes et les intégristes du fonctionnalisme. Il traverse les années qui sont compliquées chez Peugeot car Pininfarina continue d’être consulté pour chaque programme. Heureusement, la multiplication des concept-cars offre de belles échappatoires aux créateurs.

DESIGNERbyBELLU - Paul Bracq, un esprit éclairé : " Il sent comme personne le caractère d’une ligne et la volupté d’une surface"

Paul Bracq passe ses heures de loisirs devant son chevalet. Il peint sans relâche, imagine des formes, des décors, il rend hommage aux chefs-d’œuvre de la carrosserie et continue lui-même d’échafauder la suite de l’histoire et de réaliser des sculptures de plus en plus monumentales.

En 1994, le Centre Style de Peugeot connaît de nouveaux remous avec la nomination de Murat Günak qui coiffe la totalité des services. Deux ans plus tard, Paul Bracq se retire sans cacher sa satisfaction de s’éloigner des tensions et des rivalités. Il s’installe à Bordeaux pour mener une retraite très active car chez les jeunes artistes, l’envie de créer est irrépressible.

Portfolio (14 photos)

SPONSORISE

Actualité Bmw

Toute l'actualité

Forum Bmw

Commentaires (47)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Alors là chapeau, je ne savais pas du tout :bien:

Par

Un design d'une belle finesse et d'une belle élégance :love:, bien loin des BMW actuelles, grossières au possible depuis l'après 2000... la dernière belle BMW est la Série 3 E46 selon moi... avec peut-être la Z4-2 comme exception.

Il faut dire que les normes de sécurité actuelles imposent des ceintures de caisse très élevées, ainsi que des montants épais. Mais sont-ils obligés de nous infliger ces énormes et horribles calandres ?

Par

Visiblement... il n'a pas encore dessiné d'ourlet de futal.... A cet âge avancé, c'est limite dangereux. :peur:

Par

Se retrouver à dessiner des intérieurs de Peugeot après avoir dessiné des Mercedes haut de gamme et des BMW , il y avait de quoi ressentir de la frustration .

Maintenant à 87 ans , il est trop tard pour revenir au premier plan .

Alors bonne retraite , Monsieur Bracq !

Par

Il faudrait que les designers actuels de BMW prennent le temps de regarder ces roughs. Comme quoi il est possible de dessiner des autos qui ont un peu de gueule sans tomber dans l'outrancier et le grotesque !

Par

Ccccccccccc

Par

En réponse à -Nicolas-

Un design d'une belle finesse et d'une belle élégance :love:, bien loin des BMW actuelles, grossières au possible depuis l'après 2000... la dernière belle BMW est la Série 3 E46 selon moi... avec peut-être la Z4-2 comme exception.

Il faut dire que les normes de sécurité actuelles imposent des ceintures de caisse très élevées, ainsi que des montants épais. Mais sont-ils obligés de nous infliger ces énormes et horribles calandres ?

Les Bmw serie 4 modèls F sont de très belles voitures, avec la superbe M4 et M3 faudrait arrêter avec le c'était mieux avant alors que beaucoup gens n'aimaient Bmw à l'époque ça faisait trop bourge ou trop voyous surtout avec la face avant de requin

Par

En réponse à franck8315

Ccccccccccc

Un doigt coincé dans le clavier peut-être ?

Par

En réponse à franck8315

Les Bmw serie 4 modèls F sont de très belles voitures, avec la superbe M4 et M3 faudrait arrêter avec le c'était mieux avant alors que beaucoup gens n'aimaient Bmw à l'époque ça faisait trop bourge ou trop voyous surtout avec la face avant de requin

Euh non moi j'aimais les BMW quand j'avais 18 ans avec leur long capot et leur dents de requin

Par

Parler d'artiste quand on parle de designer !?!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire