Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Salon Caradisiac 2020 - Journal de la rédaction n°5 : aujourd'hui sous perfusion, le marché de la voiture électrique a-t-il de l'avenir ?

Dans Salons / Salon de l'auto Caradisiac

Claude Barreau

Suite des journaux de la rédaction tournés à Ecausseville dans le cadre du premier salon Caradisiac. Nouvelle thématique : l''avenir de la voiture électrique. Il y a 4 ans, le marché électrique représentait 1 %. Aujourd'hui, il est passé à 6%. Pourquoi ce boom ? Va-t-il se poursuivre ? Le débat est ouvert par nos journalistes.

Salon Caradisiac 2020 - Journal de la rédaction n°5 : aujourd'hui sous perfusion, le marché de la voiture électrique a-t-il de l'avenir ?

Le premier à prendre la parole lors de notre débat ne pouvait être que Pierre Desjardins qui s'est spécialisé au sein de notre rédaction dans les autos électriques. Selon lui, ells séduisent un plus grand nombre d'automobilistes pour trois raisons. 1 : les nombreuses aides qui existent en France permettent d'avoir des autos électriques pour un prix beaucoup plus raisonnables. 2 : la plus grande offre de modèles proposés par les constructeurs. 3 : la naissance d'une conscience écologique chez certains conducteurs.

Salon Caradisiac 2020 - Journal de la rédaction n°5 : aujourd'hui sous perfusion, le marché de la voiture électrique a-t-il de l'avenir ?

Salon Caradisiac 2020 - Journal de la rédaction n°5 : aujourd'hui sous perfusion, le marché de la voiture électrique a-t-il de l'avenir ?

 

Manuel Cailliot de son côté considère aussi que la plus grande autonomie des derniers modèles commercialisés est un facteur rassurant. Un avis qui relance le débat. En effet, le trajet moyen effectué par un automobilite est de 50 kilomètres par jour. Or, les premières autos électriques avaient déjà cette autonomie. Peu importe à vrai dire : cela ne change rien au constat. L'électrique prend des parts de marché.

Mais attention, cela ne garantit pas une évolution aussi spectaculaire dans les années à venir. Et cela même si, comme nous le rappelle Alexandre Bataille, les constructeurs sont contraints de poursuivre dans cette voie pour éviter de payer de trop lourdes taxes si ils n'abaissent pas leur taux de C02. En effet, le réseau de recharges électriques est déplorable en France et on peut se demander si cette difficulté pourrait entraîner ou non une baisse de l'attractivité des voitures électriques... 

 

 

 

 

 

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire