Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Selon Nissan, les conducteurs de voitures électriques roulent plus que les autres

Selon Nissan, les conducteurs de voitures électriques roulent plus que les autres

Une étude commandée par Nissan et menée par OnePoll démontrerait que les conducteurs européens de voitures électriques font, en moyenne, un plus grand nombre de kilomètres à l'année que ceux qui sont au volant d'une thermique.

Autonomie et temps de recharge, ces deux données reviennent sans cesse lorsque l'on parle de voitures électriques à un automobiliste qui n'a pas encore franchi le pas. Une récente étude de l'organisme OnePoll (commandée par Nissan) basée sur 7000 conducteurs (Norvège, Suède, Danemark, France, Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Italie mais aussi Royaume-Uni) et menée entre fin janvier et fin février démontrerait que le propriétaire de véhicule électrique roule plus que ses homologues.

En moyenne, un conducteur de véhicule thermique dans ces pays effectue 13 600 km par an, contre 14 200 pour un conducteur d'électrique. Ce sont les Italiens qui sont en tête avec 15 000 km en moyenne par propriétaire d'électrique, devant les Pays-Bas (14 800 km). C'est à mettre en parallèle des 47 % de conducteurs de thermiques qui estiment que le principal avantage de l'essence et du diesel est l'autonomie, sachant qu'une majorité des automobilistes ne souhaitant pas passer à l'électrique mettent en avant ces deux problématiques : problème de l'autonomie, et de la charge.

Par ailleurs, 69 % des sondés estiment être satisfaits de l'infrastructure de recharge pour leur véhicule électrique.

SPONSORISE

Actualité Nissan

Toute l'actualité

Forum Nissan

Commentaires (93)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ecart marginal.

Mais qui peut s'expliquer par le trajet domicile-travail souvent "VE compatible", et qui doit représenter la plus grosse partie du kilométrage d'une voiture devant les déplacements dits "récréatifs" qui seront sans doute un jour interdit ou uniquement autorisé sur motif dérogatoire si on s'enferme dans la logique écolo-répressive.

Par

Évidemment pour aller trouver une borne de recharge, ils sont obligés d’allonger les distances habituelles :ddr: .

Par

Moins le km coûte en énergie, plus on en fait, rien de nouveau ...

Comme quoi autonomie & temps de recharge ne sont plus un frein au grand remplacement

Par

Normal, puisque le VE a un appel économique fort pour les gros rouleurs. Rien que pour mes déplacements domicile travail, je roule plus de 20'000km/an. Le passage à l'électrique était en partie motivé par ça.

Une étude pertinente serait de comparer le avant/après passage à l'électrique. Là ça serait pertinent. Parce que sinon l'article laisse à penser que soudain parce qu'on roule électrique on prend plus souvent la voiture. Je ne suis pas sûr que ça soit le cas.

Par

En réponse à Axel015

Ecart marginal.

Mais qui peut s'expliquer par le trajet domicile-travail souvent "VE compatible", et qui doit représenter la plus grosse partie du kilométrage d'une voiture devant les déplacements dits "récréatifs" qui seront sans doute un jour interdit ou uniquement autorisé sur motif dérogatoire si on s'enferme dans la logique écolo-répressive.

Et puis pour aller pisser il te faudra une dérogation aussi :violon:

Par

En réponse à Axel015

Ecart marginal.

Mais qui peut s'expliquer par le trajet domicile-travail souvent "VE compatible", et qui doit représenter la plus grosse partie du kilométrage d'une voiture devant les déplacements dits "récréatifs" qui seront sans doute un jour interdit ou uniquement autorisé sur motif dérogatoire si on s'enferme dans la logique écolo-répressive.

Cela démontre surtout que l'intérêt économique d'un véhicule électrique vs thermique augmentent en fonction du nombre de kilomètres parcouru.

Que ce soit pour du déplacement domicile travail, des flottes de taxis ou des déplacements réguliers de plusieurs centaines de kilomètres certains usagers y gagnent à passer à l'électrique.

N'en déplaise aux mauvais coucheurs, dans quelques années, détenir un véhicule thermique sera une gabegie économique.

Par

Pas bien compliqué ... les petits rouleurs ne se sont pas encore jetés sur le VE ce qui, statistiquement, fait baisser la moyenne.

Pour caricaturer un peu, si je fais 5000 bornes / an soit 100k km au bout de 20 ans, j'en ai strictement rien à foutre de vos VE à whatmilles € ... la première occase thermique fera parfaitement l'affaire.

Par

In fine, si ce sont les véhicules électriques qui circulent le plus, polluent-ils vraiment moins que les thermiques?

si on prend en compte tous les paramètres: pneus, freins, usure de tout ce qui est soumis à frottement, usure de la route, etc...

si je parle d'usure de la route (notamment du fait du poids de ces véhicules électriques généralement plus lourds que les thermiques), c'est qu'à un moment donné on fait alors appel à des engins de chantier souvent carburant au gasole pour les entretenir/réparer: c'est alors de la pollution indirecte mais bien générée par ceux qui roulent en voiture.:bah:

je maintiens pour ma part que, plus on roule, plus on pollue.

Par

En réponse à Mourakami

Cela démontre surtout que l'intérêt économique d'un véhicule électrique vs thermique augmentent en fonction du nombre de kilomètres parcouru.

Que ce soit pour du déplacement domicile travail, des flottes de taxis ou des déplacements réguliers de plusieurs centaines de kilomètres certains usagers y gagnent à passer à l'électrique.

N'en déplaise aux mauvais coucheurs, dans quelques années, détenir un véhicule thermique sera une gabegie économique.

(..)

N'en déplaise aux mauvais coucheurs, dans quelques années, détenir un véhicule thermique sera une gabegie économique.

(..)

mais voulue artificiellement/volontairement par nos gouvernants.

Par

En réponse à Mourakami

Cela démontre surtout que l'intérêt économique d'un véhicule électrique vs thermique augmentent en fonction du nombre de kilomètres parcouru.

Que ce soit pour du déplacement domicile travail, des flottes de taxis ou des déplacements réguliers de plusieurs centaines de kilomètres certains usagers y gagnent à passer à l'électrique.

N'en déplaise aux mauvais coucheurs, dans quelques années, détenir un véhicule thermique sera une gabegie économique.

Tu retire la TICPE, rouler en thermique serait moins chère qu'un vélo électrique.

C'est le taxe (donc artificiel) qui rendront la thermique inabordable mais absolument pas la technologie en elle même qui reste même encore aujourd'hui révolutionnaire.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire