Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Ventes auto : le premier marché européen ne s'est pas relevé en 2021

Dans Economie / Politique / Marché

Ventes auto : le premier marché européen ne s'est pas relevé en 2021

Entre pénuries et rebond finalement timoré, le premier marché automobile d'Europe a connu un semestre très mauvais. Le plus mauvais depuis 1991.

Il n'y a pas que la France qui a souffert au premier semestre. Si les constructeurs étaient plutôt optimistes en janvier avec le rebond tant espéré d'après crise, ils ont vite déchanté à mesure que les pénuries se sont installées. Un problème qui n'est d'ailleurs pas venu seul puisque le transport maritime, crucial pour les constructeurs dans la filière des pièces détachées, n'est pas en mesure de suivre alors que toute l'industrie se réveille au même moment. Ajoutez à cela des semi-conducteurs qui manquent à l'appel et qui devraient continuer de se faire rare jusqu'en 2022, et vous obtenez des chiffres plus que décevants.

Au premier semestre, il s'est immatriculé 1,39 million de véhicules en Allemagne, soit 14 % de mieux qu'en 2020, qui était le pire semestre depuis 1991. En toute logique, 2021 aurait dû être synonyme de très forte hausse, mais cela n'a pas été le cas.

2022 devrait être bien meilleure pour les constructeurs qui pourraient petit à petit revenir à leur niveau d'avant crise. Mais une croissance infinie est-elle vraiment envisageable ? Probablement pas, surtout sur un marché très mature comme l'Europe. C'est pourtant ce qu'espèrent une partie des investisseurs et actionnaires, alors que les constructeurs sont en pleine révolution de l'électromobilité, et que les rentabilités seront malmenées à moyen terme.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (26)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

En Allemagne aussi, les publicitaires font conduire les voitures par le type de personne qui ne correspond à l'acheteur moyen de la voiture en Allemagne ?

Par

Même question qu'à chaque article de ce genre. Quels étaient les chiffres AVANT la crise : Donc en 2019 ! pour faire une vrai comparaison avec la réalité.

En 2020 c'était une baisse de combien ? je retrouve pas l'article. Ce qui signifie que 2021 est en baisse par rapport à 2019 de combien ?

2020 c'est une année blanche pour beaucoup de gens avec des pertes importantes. Les chiffres sont erronés

Par

2022 pourrait revenir au niveau d'avant la crise (2019) qu'ils disent, pas sur en tout cas pas avec les mêmes modèles, la marché a évolué et va continuer sa mutation.

Par

" e premier marché automobile d'Europe a connu un semestre très mauvais. Le plus mauvais depuis 1991.

[...]

Au premier semestre, il s'est immatriculé 1,39 million de véhicules en Allemagne, soit 14 % de mieux qu'en 2020, qui était le pire semestre depuis 1991 "

:chut::voyons::orni:

Par

En réponse à JimmyNeutron

" e premier marché automobile d'Europe a connu un semestre très mauvais. Le plus mauvais depuis 1991.

[...]

Au premier semestre, il s'est immatriculé 1,39 million de véhicules en Allemagne, soit 14 % de mieux qu'en 2020, qui était le pire semestre depuis 1991 "

:chut::voyons::orni:

2020 ne compte pas

Par

Les politiques et donc les constructeurs veulent pousser à l'électrique mais les consommateurs... Sont loin d'être pressés.

Autonomie la cantonnant au 2e véhicule, plaisir de conduite absent, infrastructures inadaptées (je la recharge comment mon électrique ? Ni au boulot, ni à la maison). Le marché ne se relèvera pas avant un bon moment.

Par

Ce sont les chantres de la mondialisation telle qu'elle existe qui nous ont foutu dans une belle merde.

+ cette UE qui fait tout pour détruire l'industrie automobile européenne.

Bref... :cyp:

Par

De toute façon, tout est fait pour que les gens achètent moins de voitures:

- l'augmentation des gens se retrouvant au chômage et au RSA

- ceux qui se retrouvent au chômage technique avec donc des revenus moindres et une visibilité inconnue sur l'avenir

- l'inflation qu'on constate

- des délais d'attente importants pour acheter une voiture

- des voitures de plus en plus chères, avec des assurances également plus chères

- un coût du carburant qui s'envole pour les thermiques

- des contraintes pour les électriques, et des recharges hors domiciles finalement onéreuses

- de plus en plus d'obstacles à la libre circulation des voitures

- le télétravail qui se généralise

etc...

Par

C'est aussi pour ça que ceux qui ont choisi de faire progresser les marges plutot que le volume de ventes s'en sortent mieux.

Mais au delà de ça, pour qu'il y ait rebond, il faudrait qu'il y ait autant de potentiel acheteur qu'avant crise. Ca ne sera évidemment pas le cas vue tout les contrats cours qui ont été arrété.

Par

C'est aussi pour ça que ceux qui ont choisi de faire progresser les marges plutot que le volume de ventes s'en sortent mieux.

Mais au delà de ça, pour qu'il y ait rebond, il faudrait qu'il y ait autant de potentiel acheteur qu'avant crise. Ca ne sera évidemment pas le cas vue tout les contrats cours qui ont été arrété.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire