Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Audi nous ouvre les portes de l'usine qui fabrique l'e-tron

Dans Economie / Politique / Industrie

Caradisiac a pu visiter l'usine de Forest, qui produit le SUV électrique e-tron. Un site septuagénaire, qui a fait l'objet d'une grande transformation pour assembler le premier véhicule électrique d'Audi.

Audi nous ouvre les portes de l'usine qui fabrique l'e-tron

Lorsque vous dites à vos proches que vous allez visiter une usine Audi, ils vous imaginent en partance pour l'Allemagne. Vous tentez de leur faire deviner en indiquant que c'est un autre pays porté sur la bière. Ils songent à l'Angleterre, mais pas vraiment à la Belgique. Ils s'étonnent même que l'on puisse fabriquer des Audi Outre-Quiévrain.

Et pourtant, à quelques minutes du centre-ville de Bruxelles, le long de la ligne de train qui relie les capitales belge et française, se trouve le site de Forest. Celui-ci est sous le feu des projecteurs car il est chargé de l'assemblage d'une nouvelle Audi, et pas n'importe laquelle : la première voiture 100 % électrique du constructeur, le SUV e-tron. Un moment symbolique à plus d'un titre, qui a motivé le constructeur à ouvrir les portes de ce site à quelques journalistes. On pourrait croire que ce véhicule marquant le début d'une nouvelle ère pour Audi prenne vie dans une usine flambant neuve, imaginée pour l'électrique. Mais non, Forest fête ses 70 ans.

Selon les mots du directeur de l'usine, le robot n'est pas l'ennemi de l'homme, mais son ami. 200 nouveaux robots ont été installés sur le site.
Selon les mots du directeur de l'usine, le robot n'est pas l'ennemi de l'homme, mais son ami. 200 nouveaux robots ont été installés sur le site.
La batterie est assemblée sur place. L'ensemble pèse plus de 700 kg. Il mesure 2,28 mètres de longueur, 1,63 mètre de largeur et 34 centimètres de hauteur.
La batterie est assemblée sur place. L'ensemble pèse plus de 700 kg. Il mesure 2,28 mètres de longueur, 1,63 mètre de largeur et 34 centimètres de hauteur.

 

Ce site a été créé en 1949 par D'Ieteren (importateur des marques du groupe Volkswagen en Belgique), qui y assemblait des Studebacker, puis des Volkswagen, dont la Coccinelle dès 1954. En 1970, le site a été racheté par Volkswagen. En 1973, la première Passat est arrivée sur les chaînes. Puis en 1980 la Golf, qui a été produite en Belgique jusqu'en 2007. La première Audi construite à Forest a été l'A3 de seconde génération, entre 2004 et 2010. À partir de 2010 et jusqu'à août 2018, Forest était chargé de l'assemblage des A1. C'était le premier modèle exclusivement fabriqué ici. Un peu plus de 900 000 exemplaires de la citadine ont pris vie là-bas. La seconde génération est maintenant produite en Espagne. Place nette pour l'électrification.

Les éléments techniques, comme la batterie ou les moteurs, arrivent au niveau de la ligne d'assemblage grâce à des engins autonomes.
Les éléments techniques, comme la batterie ou les moteurs, arrivent au niveau de la ligne d'assemblage grâce à des engins autonomes.

Forcément, le lancement de l'e-tron a imposé une grande refonte de l'usine, qui a demandé un investissement de 600 millions d'euros. Celle-ci a pris plus de deux ans. Le tour de force, c'est de l'avoir menée sans arrêter la production de l'A1. Il a fallu adapter l'usine à un véhicule plus imposant, plus lourd. La structure du bâtiment de la ligne d'assemblage a d'ailleurs été renforcée ! Le directeur de l'usine fait le parallèle avec la Tour Eiffel, car 7 500 tonnes d'acier ont été nécessaires, c'est un peu plus que le poids de la structure métallique de la Dame de Fer.

L'usine de Forest a dû s'adapter à la production d'un véhicule plus grand et plus lourd que l'A1, qui est partie en Espagne. 
L'usine de Forest a dû s'adapter à la production d'un véhicule plus grand et plus lourd que l'A1, qui est partie en Espagne. 
Au cumul, 200 000 heures de formation ont été données aux employés pour leur apprendre les compétences liées à la voiture électrique.
Au cumul, 200 000 heures de formation ont été données aux employés pour leur apprendre les compétences liées à la voiture électrique.

La grande nouveauté, c'est le bâtiment dédié pour assembler la batterie de la voiture, à partir de cellules fournies par LG. On aurait pu s'attendre à un univers très calfeutré avec des ouvriers bien protégé, façon centrale nucléaire, ce n'est pas le cas. Il y a évidemment des précautions particulières pour que les travailleurs ne soient pas en contact avec du courant haute tension. L'ensemble a un aspect très clinique. Il règne un étonnant calme dans cette partie. C'est forcément plus animé du côté de la ligne d'assemblage. Le bâtiment où l'e-tron prend vraiment forme est partagé en deux grands niveaux, entre lesquelles la cantine est prise en sandwich ! Ce qui surprend quand on est un novice de l'assemblage automobile, c'est de voir un cheminement inverse à la logique du profane. La voiture est terminée dans la partie haute, où se passe notamment le mariage entre la carrosserie avec la planche de bord et la base technique. Les premiers éléments sont ainsi assemblés en bas.

La surprise au rez-de-chaussée, c'est que l'on découvre que le véhicule autonome existe. Ce n'est pas l'e-tron, mais des chariots totalement automatisés qui apportent le pack de batterie avant que celui-ci ne soit placé entre les essieux qui intègrent les moteurs. Le groupe perturbateur que nous formions a pu voir que ces éléments réagissent parfaitement à la présence d'obstacles.

Les femmes se font rares sur ces chaînes de montage.
Les femmes se font rares sur ces chaînes de montage.

L'e-tron a beau être une voiture électrique, son assemblage reste conventionnel. Il suit comme pour bien d'autres autos une ligne qui serpente dans le bâtiment, monte et descend régulièrement, formant un ballet de voitures toujours surprenant. Les robots ne sont bien sûr pas seuls, toujours complétés d'une main-d’œuvre très largement masculine. Près de 3 000 personnes travaillent à Forest, un site où les langues allemande, française et néerlandaise se côtoient. Elles sont sûrement fières d'assembler le premier modèle électrique d'Audi. Mais peut-être inquiètes, car les volumes ne seront assurément pas ceux de l'A1.

Patrick Danau, directeur de l'usine, n'a d'ailleurs pas communiqué sur des objectifs pour l'année. Mais a rappelé que l'e-tron sera bientôt rejoint par une version Sportback. La page est tournée pour l'usine, pour lui ce sera bientôt. Ce Belge partira à la retraite en avril. On vous l'avait dit, à Forest, le moment est symbolique à plus d'un titre. 

L'e-tron sera dans les concessions françaises début avril. Son prix de base est de 82 600 €. 
L'e-tron sera dans les concessions françaises début avril. Son prix de base est de 82 600 €. 

Neutre en CO2

Produire une voiture électrique c'est bien, la produire en faisant attention au bilan carbone, c'est mieux. L'usine de Bruxelles a ainsi reçu le certificat « neutre en CO2 ». L'électricité qu'il utilise est notamment produite par 37.000 m2 de panneaux photovoltaïques, du biogaz est utilisé pour le chauffage, des pompes à chaleur ont été installées…

 

Portfolio (9 photos)

En savoir plus sur : Audi E-tron

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (47)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Profil supprimé

Visiter une usine d'E-Tron :biggrin:

ça doit être cool pour certains :buzz:

Par

Une très belle usine ! On comprend que la visite participe à la communication de la marque mais il faut reconnaitre que l'aspect clinique des lieux impressionne favorablement. Et si en plus elle a obtenue le label " neutre en co2" :bien:

Par

Une très belle usine ! On comprend que la visite participe à la communication de la marque mais il faut reconnaitre que l'aspect clinique des lieux impressionne favorablement. Et si en plus elle a obtenue le label " neutre en co2" :bien:

Par

Je constate que nos commentaires, publiés en double ou triple comptent aussi en double ou triple dans le nombre de posts. Une façon déguisée pour Caradisiac d'augmenter la fréquentation du site et donc le coût de la pub pour les annonceurs???

Si c'est juste un bug, il est anormal que celui-ci persiste :evil: car c'est très désagréable à la lecture.

Par

Je constate que nos commentaires, publiés en double ou triple comptent aussi en double ou triple dans le nombre de posts. Une façon déguisée pour Caradisiac d'augmenter la fréquentation du site et donc le coût de la pub pour les annonceurs???

Si c'est juste un bug, il est anormal que celui-ci persiste :evil: car c'est très désagréable à la lecture.

Par

C'est un reportage intéressant. Un peu court, on en voudrait plus :)

Par

C'est un reportage intéressant. Un peu court, on en voudrait plus :)

Par

Belle usine, ça fait du travail pour des salariés belges français ou allemands, c'est déjà ça. Pour un modèle à plus de 80000€ ça reste possible en Europe.

Néanmoins, 700kg de batteries à trimballer vers quelle écologie se dirige-t-on?

Les 37000 m2 de panneaux photovoltaïques dans un pays où l'ensoleillement reste mesuré me laisse songeur....

Quant au chauffage au bio-gaz et les pompes à chaleur, je me demande si un dossier bien ficelé n'aboutit pas à des aides....

Par

Belle usine, ça fait du travail pour des salariés belges français ou allemands, c'est déjà ça. Pour un modèle à plus de 80000€ ça reste possible en Europe.

Néanmoins, 700kg de batteries à trimballer vers quelle écologie se dirige-t-on?

Les 37000 m2 de panneaux photovoltaïques dans un pays où l'ensoleillement reste mesuré me laisse songeur....

Quant au chauffage au bio-gaz et les pompes à chaleur, je me demande si un dossier bien ficelé n'aboutit pas à des aides....

Par

La beauté d'un étron fabriqué par la marque aux quatre anus...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire