Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

DESIGNERbyBELLU - Gérard Welter, double vie

Dans Futurs modèles / Design

Il a fait toute sa carrière chez Peugeot, dirigé les studios de style de la marque… sans jamais renoncer à sa passion pour le sport automobile qu’il a satisfaite en créant les WM et WR.

Peugeot 907
Peugeot 907

C’était les années de bonheur et d’insouciance. Nous sommes au printemps 2006. Comme chaque week-end, Gérard Welter se retrouve chez lui avec l’équipe constituant le Welter Racing. Un samedi comme les autres à Thorigny-sur-Marne, une grosse bourgade de l’Île-de-France. Un matin comme les autres, avec des Français qui se pressent dans les supermarchés et d’autres qui jouent au golf, avec des abonnés de Télérama dans la file d’attente d’une expo très tendance et des lecteurs de Gala qui choisissent leur papier peint à fleurs chez Castorama. Ou inversement.

Les tests de prototype de Peugeot 205...
Les tests de prototype de Peugeot 205...

Dans les ateliers WR, on se trouve à des années-lumière des clichés d’une France unie autour de la vénération de la RTT. Ici, tous les week-ends, les compagnons rassemblés autour de Gérard Welter préparent des machines qui disputeront les 24 Heures du Mans dans quelques semaines…

Peugeot 407 coupé
Peugeot 407 coupé

Pour l’équipe qui l’a développé, le coupé Peugeot 407 appartient déjà au passé. Il a démarré sa vie publique au Salon de Genève, en mars 2006, sous la forme d’un « Prologue », en attendant son lancement commercial dans les prochains mois. Pourtant, la nouvelle star de Peugeot marque une étape importante pour Gérard Welter et ses hommes car, pour la première fois depuis longtemps, le modèle le plus emblématique de la gamme, le plus élégant et le plus marginal, a échappé au carrossier Pininfarina. Pour des raisons industrielles autant qu’esthétiques, le coupé 407 sera produit en France, sur les chaînes de PSA Peugeot Citroën.

Gérard Welter organise son emploi du temps autour de l’alternance. En semaine, il dirige le Centre de Style Peugeot, dans le cadre de l’ADN, récemment inauguré à Vélizy. Le week-end, il devient l’animateur de l’écurie Welter Racing, au cœur de cette Seine-et-Marne où il a toujours vécu. Parfois, les deux activités se croisent. On ne crée pas des machines de compétition pendant près de quarante ans sans en tirer des enseignements pour la fabrication de voitures de rêve. D’ailleurs, l’un des piliers de l’équipe WR, Jean-Christophe Bolle-Rédat, est aussi le responsable technique des concept-cars chez Peugeot. Welter Racing, c’est avant tout une histoire d’hommes. Une histoire qui démarre au printemps 1969 avec la réalisation du coupé WM P-68 dérivé de la 304.

La WM P81
La WM P81

Les initiales de la marque sont celles de Gérard Welter et de son collègue Michel Meunier. Le deuxième prototype, avec moteur central, en 1970, donne le ton : la course sera la vocation de WM ! L’entreprise engage une berlinette aux 24 Heures du Mans ; c’est le début d’une longue aventure, avec ses drames, ses déceptions et ses moments de joie. Quand une WM P80 termine en quatrième position en 1980, ou quand Roger Dorchy atteint 405 km/h - un record - en 1988 !

Gérard Welter est chez lui. L’atelier côtoie la maison qu’il a construite avec son père, en… mai 1968, quand « seuls les transporteurs routiers faisaient fonctionner le pays », se souvient-il. L’eau de la piscine alimente le circuit de refroidissement du banc d’essai des moteurs ! Sur la trentaine de personnes qui constituent Welter Racing, il n’y a que trois salariés permanents ; les autres membres sont des intermittents de la mécanique.

Contre un mur du salon se dresse une coque de spider. En face, trois motos sont alignées, des Honda CBX, VF1000R et VFR750R. Gérard Welter aime la vitesse sous toutes ses formes. Des gouaches, vives et vibrantes, de Bernard Brulé et d’Yves Dubernard, voisinent avec un portrait signé Paul Bouvot, ancien patron du style Peugeot.

Gérard Welter en interview.
Gérard Welter en interview.

Entré chez Peugeot en février 1960 avec un diplôme du lycée du Gué à Tresmes, Gérard Welter gardera toujours de sa formation de staffeur ornemaniste un sens aigu des volumes et un goût marqué pour le modelage. Ses mains l’attestent ; des « vraies poignes de sculpteur, rudes et puissantes » disait Paul Bouvot, l’homme qui avait choisi Gérard Welter pour lui succéder à la tête du style extérieur de Peugeot. Il allait y rester jusqu’en octobre 2007. Gérard Welter a fait toute sa carrière dans la même entreprise malgré plusieurs propositions alléchantes. Jean Rédélé lui avait commandé une maquette pour le remplacement de la berlinette Alpine… en échange d’un billet d’entrée aux 24 Heures du Mans !

En janvier 2018, Gérard Welter disparaît à l’âge de soixante-seize ans après avoir connu une retraite assombrie par la maladie et par une agression fomentée par une de ses filles. C’est affreusement triste l’hiver en Seine-et-Marne.

Portfolio (15 photos)

SPONSORISE

Actualité Peugeot

Toute l'actualité

Forum Peugeot

Commentaires (14)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ah.... le fameux atelier devant le pavillon de Thorigny....dommage de ne pas avoir cloqué une illustration, fallait le voir pour le croire...

Et dire que la plus haute vitesse enregistrée d'un véhicule en compétition automobile, avec un carrossier picard au volant est sorti de là.... record qui ne sera sans doute jamais battu.

Auto d'un design magnifique en sus....

Le génie de la débrouille franchouille dans ce qu'elle a de meilleur. Comme on l'aime. :bien:

Par

la 907 me rappelle la SLR, la plus belle de toute les Mercedes :bien:

Par

Un homme hors du commun. Auteur du design de la 205... Mais aussi du coupé 407, sans doute une des Peugeot les plus moches de l'histoire. Que dire de ce pathétique projet 907, une 250GTO avec un avant de 308 I et un moteur v12. Je crois qu'on était arrivé au bout d'une période, il fallait passer à autre chose.

Par

capable du meilleur : 205

comme du pire : la 407 coupé, qui est une blague : bouche à pipe, porte à faux long comme un bus. aucune classe, lourding

alors que la 406 coupé reste dans toutes les mémoires

RCZ : bof bof, toujours trouvé cette auto déséquilibré

Par

En réponse à ze_cat

capable du meilleur : 205

comme du pire : la 407 coupé, qui est une blague : bouche à pipe, porte à faux long comme un bus. aucune classe, lourding

alors que la 406 coupé reste dans toutes les mémoires

RCZ : bof bof, toujours trouvé cette auto déséquilibré

Je l'aime bien la 407 coupé, certes le paf avant était un peu trop fort, mais je trouve que ça passait bien quand même. Le coupé 406, je lui trouve des feux avant beaucoup trop petit. Affaire de goût.

Je ne suis pas certain que le RCZ soit de Gérard Welter. J'aurais plutôt dit Jerome Gallix qui lui succèda et qui monta après avoir quitté Peugeot, Atomik Cars et sa fiat 500 survoltée .

Après, c'est toujours délicat d'attribuer la paternité d'une auto

Par

Le record dans la ligne droite des Hunaudières en 1988 était de 407 km/h mais "rabaissé" à 405 km/h pour un coup de pub, car la Peugeot 405 commençait sa carrière.

Gérard Welter, c'est aussi le style de la 206, voiture française la plus produite avec plus de 8 millions d'exemplaires.

Par

En réponse à ze_cat

capable du meilleur : 205

comme du pire : la 407 coupé, qui est une blague : bouche à pipe, porte à faux long comme un bus. aucune classe, lourding

alors que la 406 coupé reste dans toutes les mémoires

RCZ : bof bof, toujours trouvé cette auto déséquilibré

Merci pour cet avis qui eût été instructif... si vous et moi avions eu la moindre notion des contraintes imposées au Designer... :ddr:

Par

En réponse à Philippe2446

Merci pour cet avis qui eût été instructif... si vous et moi avions eu la moindre notion des contraintes imposées au Designer... :ddr:

Je retiens le concept de bouche à pipe! Il faut rajouter les yeux exorbités et les ouïes de requin. Finalement cette caisse ressemble à un mérou énervé.

Par

La 907 et son V12 !!

Époque révolue...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire