Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

DESIGNERbyBELLU - Ineos Grenadier, la star vue de l’intérieur

Dans Futurs modèles / Design

Serge Bellu

Ineos prend son temps pour faire son entrée dans le monde de l’automobile. Il aura fallu une année complète pour que le nouveau constructeur ouvre les portes de son Grenadier. 

DESIGNERbyBELLU - Ineos Grenadier, la star vue de l’intérieur

Le 1 juillet 2020, en pleine épidémie de coronavirus, le groupe industriel Ineos annonçait son arrivée prochaine dans l’univers de l’automobile. La marque « Ineos » ne dit pas grand chose à grand monde. Il s’agit pourtant d’un géant de l’industrie chimique, un consortium qui a été fondé en 1998 en agglomérant de nombreuses entreprises produisant toutes sortes de produits tels que de la chlorine pour purifier l’eau, des solvants pour l’insuline et les antibiotiques, des biocarburants, des plastiques d’emballage, ainsi que du gel hydro-alcoolique dont le succès a soudain explosé sur toute la planète.

Ineos emploie 22 000 personnes répartis sur 183 sites éparpillés tout autour du monde dans vingt-six pays. Les plus sportifs connaissent la marque depuis qu’elle a repris à son compte le Team Sky qui s’est illustré dans le Tour de France cycliste.

De manière très théâtrale, entretenant pendant plusieurs semaines un insoutenable suspense, Ineos dévoila le projet Grenadier en juillet 2020. Le soufflé est un peu retombé quand on a découvert que la merveille des merveilles se résumait à une copie servile de l’ancienne Land-Rover Defender, exercice auquel se livrait déjà plusieurs artisans britanniques tels que J.E. Motorworks ou Kahn.

DESIGNERbyBELLU - Ineos Grenadier, la star vue de l’intérieur

En soulevant le capot et en se glissant sous le châssis, on s’est aperçu que sur le plan mécanique, le Grenadier procédait d’une vraie réflexion, avec des partis pris très défendables. En gros, Ineos voulait prendre le contrepied de la tendance ayant conduit la plupart des constructeurs de véhicules tout-terrain à tendre vers des engins alambiqués, de plus en plus sophistiqués sur le plan technologique, de plus en plus prisonnier des modes de l’instant en matière de style, des mutants de plus en plus dénaturés, de plus en plus routiers quand - comble du ridicule - il ne se revendiquent pas « urbains » -et de moins en moins tout-terrain.

On estimait chez Ineos qu’il existait toujours des régions du monde qui n’étaient pas pollués par les SUV et qui recherchaient des engins sincères, authentiques et basiques. D’où le choix des essieux rigides et du châssis séparé.

Ineos Automotive a encore fait parler d’elle quand elle annonça son intérêt pour la reprise de l’usine produisant les Smart à Hambach en France. Et finalement, le 14 janvier 2021, la ministre déléguée à l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, est venue en Moselle pour assister à la signature de l’acte de transfert du site Smart entre Daimler et Ineos Automotive.

DESIGNERbyBELLU - Ineos Grenadier, la star vue de l’intérieur
DESIGNERbyBELLU - Ineos Grenadier, la star vue de l’intérieur

Ne reculant devant aucune confidence, la veille du Tour de France 2021, Ineos a convoqué une poignée de journalistes pour qu’ils assistent à l’ouverture des portes du Grenadier.. Elles étaient restées closes depuis un an pour entretenir le secret du design intérieur. Et là, surprise ! Alors que le style extérieur se veut résolument conservateur et évocateur, l’intérieur affiche beaucoup plus de personnalité. Dans le huis clos du Grenadier, plus question de singer le vieux Defender. Bien sûr, rigueur, fonctionnalisme et simplicité président au dessin du tableau de bord strictement parallélépipèdique et dépouillé. Au centre, un énorme bloc regroupe les commandes, mollettes et poussoirs bien rangés dans un rectangle selon une symétrie parfaite. Au-dessus du bloc qui dans la partie supérieure est fendu par les ouïes d’aération, se dresse l’écran. Une autre série de commandes tout aussi bien organisées occupe la partie central du plafond de part et d’autres des parties transparentes. Il règne dans cet habitacle une ambiance aéronautique voire nautique.

Ce qui nous rappèle que le responsable du design chez Ineos, Toby Ecuyer, s’est fait la main dans le monde du yachting. Il a dessiné des yachts somptueux pour la firme Redman Whiteley Dixon. Pour le développement du Grenadier et la confection des prototypes, Ineos s’est adressé à un spécialiste du genre, Magna Steyr et pour la motorisation elle s’est tournée vers BMW. Pour la source d’énergie, Ineos travaille déjà sur l’hydrogène, dépassant ainsi délibérément l’étape de l’électricité qui ne tardera pas à avouer ses limites en matière de pollution.

Une initiative singulière qui mérite d’être suivie.

Ineos

Poursuivez votre lecture :

SPONSORISE

Actualité

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire