Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Fiabilité de la Fiat Panda 3 : la maxi-fiche occasion de Caradisiac

Fiabilité de la Fiat Panda 3 : la maxi-fiche occasion de Caradisiac

Dates clés

  • Mars 2012 : commercialisation de la Panda 3
  • Septembre 2012 : commercialisation de la version 4x4
  •  Septembre 2016 : mise à jour intérieure (garnissages, volant, instrumentation)
Calculer la cote de ce véhicule

En bref

La Panda est une institution chez le constructeur turinois. Elle traîne ses jantes depuis 1980 sur nos routes, avec toujours le même leitmotiv : être la citadine idéale par sa compacité, sa maniabilité, ses aspects pratiques et son économie à l'utilisation. Le cahier des charges de cette troisième génération se devait de respecter les mêmes impératifs. Chose promise, chose due, la Panda 3 reste relativement compacte, même si avec 3,65 m elle grandit de 11 cm par rapport à sa devancière et devient plus grande qu'une Twingo ou qu'une VW Up!. Mais elle offre en contrepartie une bonne habitabilité et un volume de coffre correct de 225 litres. Ses moteurs, de 69 ch à 90 ch en essence et de 75 à 95 ch en diesel, sont suffisamment performants, même dans les petites puissances, pour rendre la Panda vive en ville, et pas ridicule sur route. Les bicylindres TwinAir et le diesel sont cependant assez sonores. Le confort, lui est remarquable pour une si petite auto, et la tenue de route ne souffre aucune critique. Enfin, l'habitacle est gaiement présenté et l'équipement, sans se distinguer de la concurrence, est correct. En seconde main, les prix sont hyper abordables et la fiabilité ne semble pas poser de gros souci particulier (voir notre paragraphe dédié). Pour ceux qui ont besoin de capacités de franchissement ou roulent sur les chemins, une version 4x4 est disponible, ainsi qu'une fausse baroudeuse, la Cross, qui est une 4x2.

Caradisiac a aimé

  • Le confort
  • L'habitabilité à toutes les places
  • L'agrément de conduite
  • La présentation joyeuse et colorée
  • La fiabilité

Caradisiac n'a pas aimé

  • Les moteurs TwinAir et le diesel bruyants
  • Les plastiques bas de gamme
  • La consommation du TwinAir

Nos versions préférées

  • III 1.2 69 LOUNGE
  • III 1.3 MULTIJET 75 STOP&START LOUNGE

Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • Le confort : pour une petite citadine, le niveau de confort est franchement bon et surprenant. La Panda 3 est prévenante avec ses passagers, que ce soit en ville ou sur route.
  • L'habitabilité : aussi bien à l'avant qu'à l'arrière, la sensation d'espace est réelle (pour une mini-citadine s'entend). On peut même s'installer à trois à l'arrière, sur les versions homologuées 5 places, sans trop de difficultés.
  • L'agrément de conduite : la prise en main de la Panda est facile. Les performances correctes, même avec les moteurs les moins puissants. La souplesse est au rendez-vous, surtout avec le 1.2 69 ch. Au global, cette Panda est agréable à conduire.
  • La présentation : colorée, moderne, elle est plus joyeuse que dans la plupart des concurrentes.
  • La fiabilité : les soucis graves et récurrents sont rares. Une bonne nouvelle pour la tranquillité d'esprit des propriétaires.

Ce qui peut faire hésiter

  • Les moteurs TwinAir et diesel bruyant : le bicylindres TwinAir délivre une sonorité bien particulière. On peut aimer mais cela devient vite envahissant à l'accélération et à haut régime. Le diesel est assez sonore également, par manque d'insonorisants.
  • Les plastiques : si la présentation est gaie, la qualité des plastiques laisse à désirer, même si c'est mieux que précédemment.
  • La consommation du TwinAir : quel que soit le niveau de puissance (85 ou 90 ch en 4x4), le TwinAir se révèle assez glouton. En effet, sauf à rouler avec un œuf sous la pédale de droite, il engloutit plus que le 1.2 69 ch. Et si l'on veut profiter de ses meilleures performances, il faut oublier l'œuf...

Budget

Achat / Cote :

Le budget d'achat en neuf est très intéressant. Le rapport prix/équipement aussi. Et de plus, Fiat proposait (et propose toujours) de belles promotions. Les tarifs en occasion s'en ressentent, d'autant que les modèles Fiat décotent toujours assez vite. On peut donc faire de belles affaires. Le premier prix en essence est autour de 5 000 €, pour 80 000 km. En diesel, c'est 6 000 €, pour le même kilométrage.

Consommation :

Le 1.2 69 ch reste frugal dans la plupart des situations, avec il est vrai des performances modestes, mais suffisantes. Le  TwinAir, qui demande à appuyer un peu pour profiter de ses performances, consomme beaucoup par rapport à sa puissance, sauf à rouler en mode escargot. Le 1.3 MJT 75 puis 95 ch est lui très frugal.

Assurance :

C'est bien simple, la Fiat Panda 3 est, avec les japonaises Suzuki Alto et Nissan Pixo, la moins chère des minicitadines au niveau des tarifs d'assurance. Environ 15 % moins cher que la moyenne de la catégorie. Un bon point. 

Prix des pièces :

À l’exception des pièces de freinage, la Panda présente un bilan "prix des pièces" dans la moyenne. L'embrayage et la distribution sont par exemple très peu chers, ce qui rattrape le freinage. Donc, pas de bonne ni de mauvaise surprise à ce chapitre. 

Entretien :

Les intervalles d'entretien sont fixés à 30 000 km ou 2 ans pour les essence, et même 40 000 km ou 2 ans pour le diesel (ce qui semble bien optimiste). Seul le 1.2 69 ch est doté d'une courroie de distribution qu'il faut remplacer tous les 120 000 km ou 5 ans. Les autres sont à chaîne sans entretien. Les tarifs de main-d’œuvre sont corrects en moyenne chez Fiat. Au global, les coûts d'entretien sont donc eux aussi moyens. 

Fiabilité

Description :

Le mot qui revient le plus souvent dans la bouche des  propriétaires de Panda est "fiable". Et ce n'est ni un hasard, ni usurpé. La mauvaise réputation de Fiat en ce domaine est tenace, pourtant le niveau de fiabilité de la marque est aujourd'hui remarquable, et cela a commencé il y a bien 15 ans ! La troisième génération ne connaît donc aucun souci grave et récurrent. Oui, vous avez bien lu : aucun. Elle évite même les soucis de direction assistée de la précédente. Cela ne veut pas dire que les soucis n'existent pas, mais ils sont isolés, peu graves, facilement résolus, sauf les inévitables exceptions. En tout cas, Sachez que cette excellente fiabilité est un argument en faveur d'un achat en seconde les yeux (quasi) fermés.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Rien à signaler à ce chapitre. 

Autres pannes ou faiblesses :

  • Amortisseurs . Quelques rares cas de fuite.
  • Roulements. Quelques très rares cas d'usure prématurée.
  • Stop and start. Quelques cas de dysfonctionnement. Le plus souvent dû à une batterie limite.

Aspect extérieur :

  • Enjoliveurs. Rares cas de vernis qui s'écaille sur les enjoliveurs de roues. 

Finition intérieure :

  • Bruits parasites. Quelques propriétaires se plaignent de bruits parasites, que ce soit dans la planche de bord ou dans les portières.  

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Rien à signaler à ce chapitre. 

Rappel de rectification en concession :

  • Avril 2015. Rappel pour contrôle et remplacement des ancrages de ceinture de sécurité à l'avant, sur les modèles fabriqués entre le 1er septembre 2014 et le 20 novembre 2014.
  • Mai 2017. Rappel d'une série de modèles fabriqués en septembre et novembre 2016, pour un risque de mauvais déploiement de l'airbag latéral.
  • Août 2018. Un risque de détachement des arbres de transmission a été détecté sur une série de modèle fabriquée entre le 4 avril 2018 et le 6 juillet 2018. Il faut ajouter des pièces de fixation oubliées au montage en usine.

Meilleures versions

En Essence : III 1.2 69 LOUNGE

En essence, le 1.2 69 ch est le plus recommandable. Ses performances sont suffisantes, et sa souplesse et son agrément meilleurs que ceux du TwinAir. Bien sûr ce ne sera pas un foudre de guerre mais en utilisation citadine il est parfait. Et il sait rester très sobre, contrairement au bicylindres. La finition Lounge est un bon compromis et permet d'avoir 5 places, une banquette rabattable et parfois coulissante.
Commercialisation : 2014
Puissance fiscale : 4
Puissance réelle : 69
Emission de CO2 : 119 g/km
note :
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

En Diesel : III 1.3 MULTIJET 75 STOP&START LOUNGE

En diesel, le 1.3 MJT est très correct, même avec la plus petite puissance. Il meut honorablement la Panda, et se montre très sobre. Il est cependant un peu bruyant. La finition Lounge est toujours celle à recommander, pour les mêmes raisons que la version essence.
Commercialisation : 2013
Puissance fiscale : 4
Puissance réelle : 75
Emission de CO2 : 103 g/km
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

SPONSORISE

Avis Fiat Panda 3

Panda 3 III 1.2 8V 69 LOUNGE (2013)

Par  le 24/10/2021

Incontestablement, la Panda est l'une des reines des villes. Pour autant, est-elle une citrouille sur route ? Ma réponse est clairement et fermement non ! Et la comparer à une berline autoroutière serait une hérésie morale particulièrement malhonnête ! Alors oui, sur route, cette Panda fait le job. Je réside entre Lot, Cantal et Aveyron. Ici, les routes sont tourmentées avec des côtes, descentes et faux plats accentués. Non, la Panda n'est pas un foudre de guerre, oui il faut parfois jouer de la boîte et éviter qu'à l'abord d'une montée l'on soit en dessous des 2000 tours. Sinon, la relance sera difficile ! Mais entre 2 et 3000 tours, il est tout à fait possible d'avoir une reprise en côte sans que la vitesse de la voiture ne s'écroule. Ma recette pour garder mon rythme en côte sévère est que dès qu'en 5è le moteur commence à peiner, je passe rapidement directement en 3è. La mécanique râle un peu, mais pas longtemps et ça décrasse le système. De même, les dépassements en côte de véhicules lents sont tout-à-fait possible mais ils ne seront jamais foudroyants ! Sur grandes routes nationales ou départementales, dont le cadre des limitations de vitesse (of course), doubler demande les précautions d'usage, mais rien de plus... A savoir tout de même que dépasser un camion roulant très légèrement en dessous de votre vitesse prendra quand même du temps, les réserves de puissance étant limitées ! Limitées, certes, mais pas davantage que sur les gammes standards de base des moteurs Clio, Sandero, Kangoo, Berlingo etc. Il en est de même sur les routes de montagne qui enchaînent les tournants. Ne jamais hésiter à passer de 5é en 3é ou de 4 en 3é à l'entrée d'un virage. Par contre, attention, cette Panda n'aime pas les chemins de terre avec ornières. Assez basse, elle frotte assez vite. Rien à voir donc avec sa sœur 4X4 !!! La vie à bord est sympa. Détail incroyable pour moi, ma Panda 69 CV de 2013 totalisant 130000 km n'a toujours aucun rossignol même sur les routes lotoises qui sont majoritairement, et contrairement aux routes du Cantal et de l'Aveyron, particulièrement pourries ! Parmi les agacements, on peut noter que l'horloge n'est visible que du conducteur, que l'appui-tête avant est particulièrement dur, que le système par bague tournante des essuie-glace est nettement moins pratique qu'une commande par abaissement de la manette. Par contre, le balayage même par grande pluie est efficace, tout comme le désembuage très rapide et performant. Les phares sont puissants et conduire de nuit ne pose aucun souci. Jusqu'à 110-120 l'insonorisation est très bonne permettant l'écoute de la radio ou le suivi d'une conversation à voix normale. Au dessus, les bruits moteur et aérodynamiques deviennent présents sans être, et de loin, insupportables. Comme pour toute voiture, l'état de la route conditionne le confort. Si les sièges n'appellent aucune critique, leur moelleux se rapprochent nettement de la fermeté allemande ou suédoise. Du coup, si le confort est excellent sur de bonnes et moyennes voiries, il devient tressautant (empattement court) et se dégrade sur les routes médiocres du Lot ! Et c'est bien là mon seul regret. Une suspension légèrement plus souple et tout serait juste et parfait !!! La direction, citadine, se montre légère, on s'y habitue très vite. Et bien chaussée de pneus Michelin, la tenue de route, même avec des conditions météorologiques difficiles, sur des chaussées sinueuses, ne pose aucun souci particulier et n'appelle aucune vigilance supérieure à une autre voiture.Le coffre est petit. On le sait à l'achat ! J'avais opté pour une banquette 2/3 - 1/3. Choix ô combien judicieux que je recommanderais à tous ! Avec cette configuration, on arrive toujours à conserver des places arrières et un espace complémentaire pour des courses plus volumineuses que prévues... Par contre, il convient d'être particulièrement méfiant sur la fermeture du dit coffre car on se sait jamais s'il est bien verrouillé ou pas. La gâchette d'ouverture-fermeture étant ultra sensible et pile au milieu, une fois sur deux, en fermant le coffre on actionne son ouverture et la télécommande offre la même confusion... La solution est de le fermer en tenant le bas du hayon et de surtout pas vérifier sa fermeture en effleurant la gâchette !Pour l'anecdote, sous le siège passager avant j'ai une belle trousse de secours, sous le siège conducteur une mallette avec bouilloire, thé, café, soupe, boîte de pâté de l'Aveyron, dessert, 2 assiettes et couverts complets... Dans l'emplacement de la roue de secours qui était remplacée dès l'origine par un kit anti-crevaison, j'ai casé deux tabourets pliants, une mini table de camping, un réchaud butagaz avec deux gamelles, une trousse complète de toilette avec serviette... Qui dit mieux pour une pause surprise ou une invitation imprévue ?Excellente citadine, ma Panda se révèle une très fidèle et agréable compagne au quotidien sur nos routes de province. Parcourir, dans un respect adaptatif et intelligent du code de la route, entre 80 et 200 km par jour ne lui pose vraiment aucun problème. Certes, si l'on doit traverser régulièrement la France par autoroutes, il y a mieux, mais réaliser une bonne moyenne sur un axe autoroutier comme Rodez-Albi-Toulouse ne lui fait vraiment pas peur (ni à son chauffeur) ! Avec 5 litres au cent, 1/3 éthanol, 2/3 SP95, le tout sans boîtier et sans pépin, on tient le budget.Reste le coût d'entretien... Et là, gare, ça fait mal, très très mal ! Jugez plutôt : en 8 ans et 130.000 km, 1 jeu de plaquettes, 2 trains de pneus (3é en cours), 1 kit complet de distribution, 1 jeu d'essuie-glace, 1 ampoule de gabarit, 1 batterie (à cause du coffre), 1 reparamétrage du Blue&Me (à cause de la batterie), 2 recharges clim et 2 contrôles techniques toujours vierges ! Déraisonnable, n'est-il pas !!!En résumé, si vous êtes un fanatique de Paris-Marseille par autoroute 3 fois par semaine, de démarrages sur les chapeaux de roues ou de courses poursuites, la Panda n'est clairement pas faîte pour vous ! Par contre si à la vitesse pour radars, vous préférez une voiture compact de liaison, toujours prête, fidèle, dure à la tâche et économique, la Panda est un bon choix ! Ultra-polyvalente, elle passe de la ville à la route pour des liaisons inter-villes sans souci. Et il reste toujours possible de prendre l'autoroute même pour une longue distance. Dans ce cas, sa vitesse de croisière grand confort sera autour de 110 km/h, même dans les côtes... Mon ordinateur de bord m'indique une consommation moyenne de 5,1 l/100 pour une vitesse moyenne de 52 km/h... Pas mal, la Panda, surtout pour ses principaux rayons d'action : Cahors, Villefranche-de-Rouergue, Rodez, Aurillac, Mende, Millau, Albi ! Comme m'a dit Emma, l'amie de mon fils : "Ta Panda, c'est un véritable couteau Suisse"...

Essais Fiat Panda 3

Forum Fiat Panda 3

Commentaires ()

Déposer un commentaire