Publi info
 

Fiabilité de la Renault Latitude : la maxi-fiche occasion de Caradisiac

Dans Guide fiabilité / Autres actu fiabilité

Fiabilité de la Renault Latitude : la maxi-fiche occasion de Caradisiac

Dates clés

  • Octobre 2010 : commercialisation de la berline Latitude
  • Janvier 2014 : abandon du 3.0 V6 dCi 240
  • Mai 2015 : arrêt de commercialisation 
Calculer la cote de ce véhicule

1. En bref

En décembre 2009, avec l'arrêt de la berline Vel Satis, Renault n'a plus pour haut de gamme que l'Espace 4. Pour combler le vide, et de nouveau proposer une grande berline haut de gamme à son catalogue, Renault décide d'utiliser, en la rebadgeant, une Samsung SM5, marque qui est dans le giron de Renault depuis 2000. Cette SM5 étant aussi une Nissan Teana rebadgée, appelée sur certains marchés également Safrane ! Elle est lancée en octobre 2010.

Proposée uniquement en diesel en France, elle a eu bien du mal à tenir lieu de haut de gamme, et s'est même payé le luxe de faire moins bien que feue la Vel Satis à la fin de sa carrière. La faute à une personnalité inexistante, un style trop passe-partout, mais aussi une habitabilité faible par rapport à son gabarit (pas beaucoup mieux qu'une Laguna pourtant 20 cm plus courte). Sa qualité de fabrication n'est pas non plus à citer en exemple. Et elle fait assez roturière dans la catégorie des grandes berlines. Dans l'habitacle surtout, où les matériaux sont moins bons que ceux d'une Laguna, et la présentation digne d'une... Safrane.

Attention, ce n'est pas une mauvaise voiture en soi. Elle reste confortable, bien équipée, rassurante en tenue de route, sobre, et dotée, comme rarement chez les grandes berlines généralistes, d'un V6 diesel, de 240 ch, qui pourrait lui offrir un standing suffisant. La fiabilité est également au rendez-vous.

Mais rien n'y a fait, après moins de 5 ans de carrière, une durée de vie très courte, la Latitude a été arrêtée, faute d'avoir rencontré son public.

Caradisiac a aimé

  • Le V6 diesel statutaire et performant
  • La sobriété des moteurs
  • Le confort
  • L'équipement de confort
  • La facilité de conduite
  • Les prix en occasion
  • La fiabilité

Caradisiac n'a pas aimé

  • L'habitabilité réduite par rapport au gabarit
  • Le volume de coffre
  • L'abandon du hayon
  • Le manque de personnalité
  • Pas de boîte automatique sur le petit moteur
  • L'absence de moteur essence
  • La qualité de finition
  • La présentation datée
  • Pas très "high-tech"

Nos versions préférées

  • 3.0 V6 DCI 240 FAP INITIALE BVA6

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • Le V6 diesel : chez les constructeurs généralistes, contrairement aux premiums, les V6 diesels (et essence d'ailleurs) sont de plus en plus rares. La Latitude en propose un, de 240 ch.
  • La sobriété des moteurs : le 2.0 dCi 150/175 et le V6 3.0 dCi sont assez sobres par rapport à leurs puissances et performances.
  • Le confort : les suspensions sont moelleuses, la sellerie également. Les vertèbres disent merci. Le plaisir de conduite moins, évidemment.
  • L'équipement de confort : il est complet, avec par exemple les dossiers de sièges massants, ou un inédit ioniseur, qui équilibre les ions positifs et négatifs dans l'habitacle et promet une ambiance zen et apaisée.
  • La facilité de conduite : l'ergonomie et la position de conduite sont parfaites, la prise en main facile. Tout est naturel.
  • Les prix en occasion : son manque de sex-appeal a un impact direct sur les prix en seconde main. Ils sont tout simplement imbattables !
  • La fiabilité : les propriétaires sont globalement peu embêtés par les soucis. Une bonne chose.

Ce qui peut faire hésiter

  • L'habitabilité : la Latitude mesure 4,88 m de long, mais son espace à bord n'est qu'à peine meilleur que dans une Laguna, pourtant presque 20 cm plus courte. 
  • Le volume de coffre : avec 511 litres, et même 477 si une roue de secours est présente, il est peu en rapport avec le gabarit, mais suffisant.
  • L'abandon du hayon : toutes les grandes berlines Renault bénéficiaient d'un pratique hayon depuis la R16. La Latitude, elle, propose une malle de coffre. La praticité en est réduite. Mais cela dit, les concurrentes sont aussi à malle.
  • Le manque de personnalité : c'est un fait, la berline Renault ne fait pas tourner les têtes, et c'est un euphémisme.
  • Pas de BVA sur le petit moteur : les grandes berlines sont souvent toujours disponibles en boîte auto. Mais ici, le petit moteur 2.0 dCi 150 ch n'existe qu'en boîte manuelle, alors qu'il existe en BVA sur la Laguna.
  • L'absence de moteur essence : que des diesels, pas d'essence. Un choix qui se défendait à l'époque, car dans cette catégorie, c'était 95 % des ventes en diesel. Aujourd'hui, cela la rend encore moins intéressante en occasion. Avoir le choix aurait été un minimum. Un bloc essence existe bien, mais pour d'autres marchés.
  • La qualité de finition : à bord, les matériaux sont moins bons que dans une Laguna du segment inférieur. Honnêtement, ça fait désordre. Heureusement, les assemblages sont corrects.
  • La présentation : elle fait datée. Bien moins moderne que dans une Skoda Superb, ou n'importe quelle allemande. Pour peu, on dirait un dessin de Safrane des années 90. Il faut aimer.
  • Pas high-tech : autant les équipements de confort sont là, autant les gadgets modernes sont aux abonnés absents. Pas de régulateur de vitesse adaptatif, pas de feux à LED, pas d'aide au parking ni au maintien dans la voie, pas d'alerte de véhicule dans l'angle mort. Bref, pas grand-chose, face à une concurrence plus moderne.

3. Budget

Achat / Cote :

Les prix neufs de la Latitude étaient corrects, sans plus. Mais clairement, ses ventes en berne, son manque d'attrait ont scellé son sort sur le marché de la seconde main. Personne n'en voulait. Aujourd'hui, les cotes sont terriblement basses, et les bonnes affaires sont partout, pour qui n'est pas rebuté. On trouve aujourd'hui des modèles 2011 ayant 130 000 km à 150 000 km pour 6 000 euros environ. Le V6 diesel se trouve à partir de 8 500 € pour un kilométrage identique, voire inférieur.

Consommation :

Le 2.0 dCi, en 150 comme 175 ch, est réputé pour sa sobriété, c'est bien le cas ici. Le V6 dCi 240 consomme bien sûr plus, mais considérant ses performances et le fait qu'il est en BVA, cela reste correct, à moins de 8 litres.

Assurance :

Étonnamment, la Latitude n'est pas la moins chère à assurer du lot des routières. Elle est à peine moins chère qu'une Audi A6 et bien plus qu'une Skoda Superb par exemple (presque 20 %). Ce n'est pas de ce côté qu'on fera des économies. 

Prix des pièces :

Le prix des pièces reste contenu. Il faut dire que les moteurs sont des blocs Renault/Nissan connus et largement diffusés. On est donc dans la moyenne basse, bien moins cher que les rivales allemandes ou japonaises. 

Entretien :

Les tarifs de main-d’œuvre sont en moyenne peu élevés chez Renault. Et les moteurs présents sous le capot sont à chaîne de distribution et non à courroie. Toujours ça d'économisé niveau entretien. Les révisions périodiques sont programmées tous les 30 000 km ou 1 an. 

4. Fiabilité

Description :

La Latitude réserve une tranquillité de bon aloi à ses propriétaires. Les soucis sont rares. Il faut dire que les motorisations diesels montées sous le capot sont parmi les plus fiables du groupe Renault/Nissan, qu'elles sont éprouvées, et déjà sans gros souci sous d'autres capots. Par contre les propriétaires relèvent quelques aléas de finition, et des bruits qui apparaissent avec le temps. Et encore, tous les modèles ne sont pas touchés. En tout cas, rien n'est épidémique, ce qui est une bonne nouvelle. Et permet d'acheter sans arrière-pensée. 

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Rien à signaler de récurrent à ce chapitre. 

Autres pannes ou faiblesses :

  • Crémaillère de direction. C'est le souci le plus grave, mais il reste rare. Une faiblesse de la crémaillère de direction, qu'il faut remplacer. Une opération longue et coûteuse (il faut déposer le moteur sur le V6) . Renault ne rechignait pas à remplacer sous garantie, un peu plus en dehors.
  • Trains roulants. Les silent-blocs de bras et de barre stabilisatrice peuvent grincer au passage des dos d'âne. 

Aspect extérieur :

  • Rien à signaler à ce chapitre. 

Finition intérieure :

  • Plastiques. Quelques cas de pelliculage des plastiques qui a tendance à peler. Autour du levier de vitesses ou sur les contre-portes.
  • Mobilier. Quelques vibrations peuvent apparaître avec le temps, et ne touchent que certains exemplaires aléatoirement. Pas de réelle solution, mis à part partir à la chasse à ces bruits, armé de mousse et de feutrine, pour en placer où il faut.
  • Sièges. Tendance à l'avachissement des mousses.

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Bluetooth. Les propriétaires relèvent fréquemment un souci de bruit trop fort, empêchant les interlocuteurs d'entendre correctement lors d'un appel téléphonique. On peut régler la sensibilité du micro, mais cela ne suffit pas toujours.
  • Airbag. Allumage du voyant sur quelques modèles. La connectique sous les sièges est en cause.

Rappel de rectification en concession :

  • Juillet 2011  rappel de 134 exemplaires pour un remplacement du calculateur d'airbag (risque de non déclenchement des airbags conducteur et passager). Les modèles concernés ont été fabriqués entre le début de production et le 20 ou 23 octobre 2010. 

5. Meilleures versions

En Diesel : 3.0 V6 DCI 240 FAP INITIALE BVA6

La Renault Latitude décote beaucoup, vraiment beaucoup. Donc, à ce compte-là, pourquoi ne pas se faire vraiment plaisir avec un modèle très haut de gamme, en l'occurrence le V6 diesel en finition Initiale ? Superbement équipée niveau confort (sièges massants, ioniseur, GPS), même si pas très high-tech, performante mais pas si gourmande. Elle fera le bonheur des gros rouleurs. Sauf à vouloir à tout prix la consommation la plus basse (dans ce cas ce sera 2.0 dCi 150 en boîte mécanique), le V6 sera un bon choix. De plus, il est fiable sur la Latitude.
Commercialisation : 2012
Puissance fiscale : 15
Puissance réelle : 241
Emission de CO2 : 188 g/km
note :
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10
  • 10

Mots clés :

Modèles concurrents

 
Commentaires (59)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Le premier produit Samsung qui connait un tel échec !

Par

En réponse à republika

Le premier produit Samsung qui connait un tel échec !

T'inquiètes , il y en a un deuxième en préparation avec un bilan aussi -voire plus- lourd: j'ai nommé l'invendable, la peu fiable , la mal construite TALISMAN

Par

Vous aviez oublié qu'elle avait existé un jour ?

Merci à Not' Manu de ressusciter les fantômes trop tôt disparus....

Sinon, une anecdote me revient en mémoire: un matin d'hiver, je vais récupérer une caisse sur un parc de loc.

Je tombe sur ce machin. Il faisait nuit, et j'étais accompagné. La tire était raide neuve, j'ouvre le coffre, le collègue y glisse un bagage et là... pam !

Le coffre se referme avec une grande violence. Le copain qui avait tout juste eu le temps de retirer ses mains de la soute me demande si je n'étais pas cinglé de lui claquer ainsi la soute au nez , manquant lui guillotiner les phalanges.

Le lui réponds que je n'ai en rien claqué le coffre.... on refait la manip' : paf, la trappe se referme tout seul une fois encore avec grande violence....

Merci au contrôle qualité Rîno, le système de ressort amortissant la chute n'avait pas été mis en place.... :bien:

Par

En réponse à republika

Le premier produit Samsung qui connait un tel échec !

Même sur son marché domestique, la marque automobile Samsung n'a jamais réussi à prendre ses marques...

On se demande bien pourquoi le groupe Dacia-Rîno s'obstine ainsi dans la loose....

Par

C’est une fausse Renault. Une Samsung rebadgée avec des motorisations Nissan..

La seule Renault fiable..

Par

En occase il y a sûrement de quoi faire de bonne affaire à pas chers.

En plus ce modèle étant plutôt bien optionné

Par

Tout ce que vous n'avez pas aimé...:beuh:

Je vous ai rarement vu tailler un modèle à ce point chez Cara. :blague:

Par

En réponse à republika

Le premier produit Samsung qui connait un tel échec !

Les SSD de Samsung c'est top ! :bien:

Par

Remarque :

" On trouve aujourd'hui des modèles 2011 ayant 130 000 km à 150 000 km pour 6 000 euros environ. "

Avec les versions en motorisation basiques, si elles font moins de 130 g C0² ( faudrait vérifier ), avec les 4 000 € de prime à la conversion promises aux ménages modestes dès janvier, rouler dans ce paquebot pour 6 000 - 4 000 =

2 000 €, y'aura pas de quoi crier au scandale...

Super affaire pour les ceusses qui auront acheté ça neuf, hein Mouldu, Rîno, c'est béton comme faible décote :bien:

Par

Un véhicule bien décevant ... Pour une voiture qui se voulait être le fleuron Renault et un symbole d’élégance à la Française et pour avoir eu les deux entre les mains à plusieurs reprises une Citroën C6 était incomparablement meilleure et l'éclipse sur tous les points !

Une grosse berline statutaire mais qui finalement ne ressemblait à rien d'autre qu'une grosse Laguna 3 , le confort et la finition sont totalement neutres ( ni merdique ni exceptionnel ) , le niveau d'équipement pour ce que ce voulait être cette voiture en sont indigne ( on retrouve ni plus ni moins la même chose sur le premier Koleos en full option ) ...

Apres c'est loin d’être une bouse ! Elle fait bien l'affaire et c'est probablement une excellente routière ! Disons que c'est une bonne descendance inavouée de la Safrane ... :jap:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire