Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

Publi info
 

Innovation : à l'avenir, vous pourriez aller plus loin en... freinant !

Dans Ecologie / Electrique / Autres énergies

Chaque année, l'équipementier Valeo organise un challenge d'innovation pour au final primer les meilleures idées dans la catégorie "innovations technologique" et "idées pour de nouveaux modes d'utilisation de la voiture". En 2017, une université mexicaine est récompensée pour avoir imaginé une production d'hydrogène au freinage. Explications.

Innovation : à l'avenir, vous pourriez aller plus loin en... freinant !

Ce ne sont pas moins de 748 universités de 80 pays, et 5 000 étudiants, qui ont planché pendant des mois sur des projets innovants concernant l'automobile. Pas un hasard d'ailleurs, que l'organisateur de ce challenge soit Valeo, un des plus gros équipementiers auto au niveau mondial, avec potentiellement la possibilité d'accompagner les projets les plus intéressants, ou de récupérer quelques idées.

Et cette année, c'est l'équipe CLEY, de l'université autonome de San Luis Potosi, au Mexique, qui a été primée pour son projet. La dotation était de 100 000 €, et on leur a proposé également d'intégrer un accélérateur de start-up partenaire de Valeo.

L'innovation qu'ils proposent consiste à fabriquer de l'hydrogène lors des phases de freinage des véhicules. Vous ne voyez pas le rapport ? On vous explique.

Pour de nombreux automobilistes, les seules notions concernant l'hydrogène sont qu'il peut servir de carburant pour des véhicules électriques dotés d'une pile à combustible. L'hydrogène contenu dans un réservoir se combinant à l'oxygène de l'air pour donner de l'électricité (et de la vapeur d'eau), utilisée par un moteur électrique pour faire avancer l'auto.

Ici, c'est très différent. Le but est de fabriquer de l'hydrogène lors des phases de freinage, qui sera ensuite mélangé au carburant du véhicule (essence uniquement) pour améliorer l'efficacité de la combustion.

Car oui, l'hydrogène peut être obtenu par électrolyse de l'eau (avec apport d'électricité pour ce faire), mais, on le sait moins, il peut aussi être fabriqué grâce à un apport de chaleur (électrolyse HTE). Et que font les freins lorsque l'on ralentit ? Ils chauffent bien sûr ! Il s'agit donc de récupérer au maximum cette chaleur pour la production d'hydrogène. Et d'ensuite le diriger vers le circuit d'injection de la voiture. Car l'hydrogène a pour propriété d'améliorer l'efficacité de la combustion du mélange air-essence, les performances, tout en faisant baisser la consommation de carburant. Le système serait peu coûteux, et facile à installer sous les capots de nos autos. Une sorte d'hybridation légère à base d'hydrogène en somme. L'idée n'est d'ailleurs pas nouvelle selon Guillaume Devauchelle, directeur du développement scientifique de Valeo et membre du jury, mais l'ingénieux est pour lui d'avoir eu l'idée de produire l'hydrogène "in situ" grâce à la chaleur des freins.

 

De fait, donc, il se pourrait qu'à l'avenir, à chaque fois que vous freinerez, vous permettiez à votre voiture d'aller plus loin. Comble du paradoxe...

Mots clés :

Commentaires (22)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Sinon avec du tournesol certains en font autant :oui: du bio en plus :coucou:

Par

Et on parle de quelle proportion de gain ? Et leur réserve d'eau se trouve où, juste derrière les plaquettes?

Enfin, ça apporte une certaine dynamique dans les recherches ce genre de "concours" mais ça reste tjrs basé sur beaucoup de théorie et très peu de pratique. Comme disait Einstein, la théorie c'est quand on sait tout mais que rien ne fonctionne, la pratique c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.

Par

Quand on dit que les voitures récentes sont de véritables usines à gaz, on n'a jamais été aussi proche de la vérité :ange:

Par

Et sinon concernant la récupération des particules fines émises par les disques et plaquettes de freins...

Ça en est ou ? :voyons:

Par

En réponse à mekinsy

Et sinon concernant la récupération des particules fines émises par les disques et plaquettes de freins...

Ça en est ou ? :voyons:

Surtout que ça doit représenter plus de la moitié des particules fines produites par une voiture (essence comme diesel) Et même les électriques sont concernés (sauf si on utilise la récupération d'énergie au maximum et qu'on anticipe les freinages)

Par

Super,par contre pour trouver un système de dépollution des particules de freinage,ô combien cancérigène,émisent à chaque freinage par des centaines de millions de roues tournant sur notre planète là y'a plus personne.

Par

En réponse à pechtoc

Et on parle de quelle proportion de gain ? Et leur réserve d'eau se trouve où, juste derrière les plaquettes?

Enfin, ça apporte une certaine dynamique dans les recherches ce genre de "concours" mais ça reste tjrs basé sur beaucoup de théorie et très peu de pratique. Comme disait Einstein, la théorie c'est quand on sait tout mais que rien ne fonctionne, la pratique c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.

Nous avons très peu de détail sur ce projet malheureusement. Comme vous j'aurais aimé en savoir un peu plus. Mais Valeo ne communique pas dessus. Peut-être pour ne pas dévoiler trop de choses à la concurrence, qui pourrait s'emparer de l'idée ?

Par

En réponse à mekinsy

Et sinon concernant la récupération des particules fines émises par les disques et plaquettes de freins...

Ça en est ou ? :voyons:

Eh oui, c'est un problème sérieux et qui devrait faire l'objet de campagnes ciblées sur les "serial freineurs".

Il est sidérant de voir le nombre de personnes qui sont à la fois incapables d'anticiper et d'utiliser le frein moteur (à se demander si on leur a appris ce que c'est).

Et, comme souligné par quelqu'un d'autre, problème qui existe aussi sur les électriques...

Par

oui, enfin, faut pas rêver non plus, l'énergie générée au freinage permettra simplement de compenser - en grande partie (et c'est là l'intérêt) - l'énergie perdue par l'action de freiner = ou plus précisément l'énergie requise pour réaccélérer après.

bref, une innovation intéressante sur cet aspect, mais qui intéressera surtout ceux qui freinent beaucoup.

Par

Il y a de l’idée. Encore faut il que le système ne soit pas trop lourd

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire