Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Israël, ce pays laboratoire de l'automobile de demain

Dans Futurs modèles / Technologie

Israël est connu pour ses recherches dans le domaine du militaire et des satellites, mais il y a un autre domaine dans lequel le pays ne doit pas être sous-estimé : l'automobile. C'est même un des grands laboratoires à ciel ouvert des technologies de demain.

Israël, ce pays laboratoire de l'automobile de demain

Au delà de sa position géographique intéressante (à mi-chemin entre Europe occidentale et Asie), Israël possède une histoire importante avec la technologie. En grande partie dans la sécurité et le militaire, mais aussi dans le spatial : Israël est le huitième pays au monde à avoir envoyé un satellite dans l'Espace. Pas mal, pour un si petit pays qui dépense deux fois plus en recherche et développement en pourcentage du PIB que la moyenne de l'OCDE. Israël est d'ailleurs en seconde position, juste derrière la Corée du Sud. Dans ce petit pays du Moyen-Orient, il y a 17 chercheurs à temps plein pour 1000 salariés, soit plus qu'en Corée du Sud, et environ deux fois plus qu'aux Etats-Unis. Certes, en valeur absolue, il y a plus de chercheurs en France qu'en Israël, mais le fait est qu'Israël mise beaucoup plus sur la recherche...

Mais Israël, ce n'est pas que la sécurité et l'armement. C'est aussi un terreau fertile pour la recherche dans le domaine des transports. Waze, qui a été racheté par Google, est en Israël. Et depuis un certain nombre d'années, les constructeurs disposent de centre de recherche sur place. Pas des bureaux très basiques avec trois ingénieurs sur place et un directeur pour faire des conférences en vidéo, mais bien des centres complets d'étude.

Israël est un épicentre du développement en matière d'intelligence artificielle et d'assistance de conduite. Mobileye, Innoviz, Guardknox, autant de sociétés au nom inconnu pour nous, Français, mais qui agissent, qui bouillonnent. La première est connue : elle développe des radars et des systèmes de détection de collision. Elle équipait toutes les Tesla jusqu'en 2016, lorsque les deux sociétés ont décidé d'arrêter le partenariat. Ses outils sont vite montés en puissance, au point que Mobileye fut racheté par le géant américain du processeur, Intel.

De l'armée à l'automobile, les vases communicants des compétences en Israël marchent à merveille.
De l'armée à l'automobile, les vases communicants des compétences en Israël marchent à merveille.

La seconde a levé plus de 130 millions de dollars l'année dernière pour ses capteurs Lidar (servant notamment aux voitures, autonomes, ou pas, dans le cadre de l'assistance de conduite). La troisième est plus confidentielle : fondée par des vétérans de l'armée de l'air, elle se dévoue désormais partiellement pour assurer la sécurité des véhicules connectés (un vrai challenge auquel doivent faire face les constructeurs, qui sont toutefois très souvent en retard en cybersécurité), après avoir protégé les avions de combat F15. Là encore, une entreprise qui intéresse les géants de l'automobile : l'équipementier Faurecia a investi récemment dans Guardknox...

Innoviz, spécialiste du Lidar pour l'automobile.
Innoviz, spécialiste du Lidar pour l'automobile.

Quanergy Systems, Velodyne, Luminar, AEye, Deepscale, Ouster... autant de sociétés qui ont levé des millions de dollars, dans le seul domaine des Lidars. Au total, plus d'un milliard de dollars en seulement trois ans ont été levés dans ces start-up sorties de terre en peu de temps et qui performent rapidement.

Si Israël n'est pas un spécialiste historique de l'automobile, ce n'est qu'une question de temps. General Motors a été le premier groupe mondial majeur à implanter une filiale en Israël, en 2008. Depuis, Porsche, Honda et Volvo (via la société "Drive), le géant chinois SAIC (partenaire de Volkswagen en Chine), Seat, Mercedes ou encore Skoda (mais aussi les équipementiers Bosch, Denso ou encore Harman) ont envoyé des "satellites" en Israël pour établir des connexions avec l'effervescente communauté de start-up nationale. Aujourd'hui, plus de 500 start-up dédiées à la mobilité sont recensées dans cet endroit du monde plus souvent cité dans les médias pour la géopolitique que pour les avancées automobiles.

Pourquoi autant de partenariats et de financements sont noués entre les constructeurs automobiles majeurs et les start-ups israéliens ? La réponse est simple : la transformation de l'industrie auto, passant de la voiture à la voiture, le logiciel et les services de mobilité, requiert des compétences spécifiques, que les grands constructeurs n'ont pas toujours. Et Stephanie Vox, la patronne de Konnect (l'antenne de recherche et d'innovation de Volkswagen à Tel-Aviv), le résumait très bien auprès du Jerusalem Post : les "bonnes compétences, et le bon état d'esprit, Israël a les deux".

Portfolio (1 photos)

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (30)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Un seul mot : l'innovation.

Les pays qui seront forts demain seront ceux qui ont des entreprises qui innovent, qui inventent ce qui n'existe pas encore et qui sauront le vendre.

Ça attire non seulement la matière grise mais aussi les capitaux.

Ce pays sans richesses naturelles est vraiment intéressant car il crée sa richesse d'une façon intelligente et pérenne.

Par

De part la localisation du pays, coincé entre tout un tas de pays qui, jusqu'à il y a peu, voulaient (et veulent encore pour certains) son élimination de la surface du globe, les israéliens ont naturellement investi énormément dans l'industrie de l'armement, pour ne plus être dépendant de qui que ce soit (y compris des américains).

Et le résultat est là: de l'armement dernier cri, que ça soit dans les airs ou sur terre. Alors, forcément, la compétence acquise dans le domaine de l'armement se retrouve fort logiquement dans le domaine non militaire.

Et puis, Israel ne peut pas trop compter sur ses ressources naturelles pour les monnayer. d'où la nécessité de monnayer autre chose.

ça rappelle d'ailleurs un peu la Corée du Sud, toujours officiellement en guerre avec la Corée du Nord.

Par

L'automobile de demain c'est aux USA et ça s'appelle Tesla....

Par

En réponse à Rodger29

L'automobile de demain c'est aux USA et ça s'appelle Tesla....

Ah bon? Tesla n'a rien à proposer... aujourd'hui?

Par

Elon Musk est un original qui vend beaucoup de rêve dans ses délires de milliardaires ! Tesla a évite la ruine y'a 2 ans et les aides de l état tiennent a tenir, sinon Tesla aurait disparu depuis un moment, cette marque n est pas rentable et ne le sera jamais, puis franchement quand on voit la qualité de la bagnole.....l acheteur doit finir de mettre des joints sur la voiture, vu le prix c est délirant !

Par

En réponse à fedoismyname

De part la localisation du pays, coincé entre tout un tas de pays qui, jusqu'à il y a peu, voulaient (et veulent encore pour certains) son élimination de la surface du globe, les israéliens ont naturellement investi énormément dans l'industrie de l'armement, pour ne plus être dépendant de qui que ce soit (y compris des américains).

Et le résultat est là: de l'armement dernier cri, que ça soit dans les airs ou sur terre. Alors, forcément, la compétence acquise dans le domaine de l'armement se retrouve fort logiquement dans le domaine non militaire.

Et puis, Israel ne peut pas trop compter sur ses ressources naturelles pour les monnayer. d'où la nécessité de monnayer autre chose.

ça rappelle d'ailleurs un peu la Corée du Sud, toujours officiellement en guerre avec la Corée du Nord.

"Et le résultat est là: de l'armement dernier cri, que ça soit dans les airs ou sur terre. Alors, forcément, la compétence acquise dans le domaine de l'armement se retrouve fort logiquement dans le domaine non militaire."

Et pourtant ils utilisent des avions de chasse Américain

Par

En réponse à Rodger29

L'automobile de demain c'est aux USA et ça s'appelle Tesla....

répète coco !

Par

En réponse à gordini12

répète coco !

On ne va pas recommencer le débat, si ?

Restez au bord de la route et regardez les trains passer... Vous aurez la satisfaction d'avoir raison : sans rien faire, on ne bouge pas.

Par

En réponse à gordini12

répète coco !

Ce n'est pas le laboratoire de demain Renault .

Ou plutôt si ....pour le plantage en direct , malgré nos " 5 milliards prêtés gracieusement " pour les sauver une énième fois ...de la faillite !!!

Par

En réponse à zabriskir

Elon Musk est un original qui vend beaucoup de rêve dans ses délires de milliardaires ! Tesla a évite la ruine y'a 2 ans et les aides de l état tiennent a tenir, sinon Tesla aurait disparu depuis un moment, cette marque n est pas rentable et ne le sera jamais, puis franchement quand on voit la qualité de la bagnole.....l acheteur doit finir de mettre des joints sur la voiture, vu le prix c est délirant !

" Une équipe d’ingénieurs qualifiés et un ancien de Mercedes à la tête de l’usine

Devant les interrogations des observateurs, Muthu S, le responsable des infrastructures pour l’ingénierie, l’approvisionnement et la construction de la Gigafactory, a révélé sur Linkedin que 25Guns serait le nom d’un groupe de travail de 25 ingénieurs pour résoudre les différents problèmes qui pourront être rencontrés à la Gigafactory de Berlin.

Pour faire partie de cette super-équipe, Muthus S indique qu’il fallait répondre aux trois critères de recrutement : faire preuve d’un talent exceptionnel et démontré en ingénierie, avoir une approche non-conventionnelle dans la résolution des problèmes et être dynamique "

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire