Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

La Cour des comptes épingle la politique de la Sécurité Routière

Dans Pratique / Sécurité

La Cour des comptes épingle la politique de la Sécurité Routière

Bien mais peut mieux faire, telle est l'appréciation de la Cour des comptes concernant la politique menée par la Sécurité Routière depuis plusieurs années. L'instance remet en cause l'efficacité des mesures prises pour lutter contre la mortalité routière.

Si on regarde les chiffres bruts des morts sur la route, il est difficile de remettre en question la politique de la Sécurité Routière puisqu'on est passé de 18 000 morts en 1972 à moins de 3 500 en 2018 et 2019. C'est même un "succès incontournable" selon les Sages de cette institution.

Parmi les autres bons points, la Cour des comptes juge que la mise en place des radars automatiques en 2003 a porté ses fruits et affirme qu'ils ne sont pas des "pompes à frics" contrairement à l'idée reçue. Pour justifier cette affirmation, la cour prend pour exemple l'année 2019, durant laquelle l'ensemble des dépenses engagées pour les politiques de sécurité routière s'est élevé à 3,7 milliards d'euros alors que l'ensemble des recettes liées à la perception des amendes a atteint cette année-là un peu plus d'un milliard d'euros.

Enfin, le passage au 80 km/h est aussi une décision positive : « La baisse constatée de la vitesse moyenne sur les routes concernées par la limitation à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée a également contribué à la sécurité des usagers » selon les experts.

Toutefois, tout n'est pas parfait, loin de là. Ainsi, le rapport signale également que les résultats des différentes politiques stagnent depuis plusieurs années. "Depuis 2013, le nombre des décès a cessé de diminuer et la position de la France par rapport à ses voisins européens s'est dégradée, passant du 7e au 14e rang en dix ans."

La Cour des comptes regrette aussi que la politique soit trop axée sur le nombre de tués et pas assez sur le nombre des blessés graves qui augmente régulièrement, tout comme celui des personnes vulnérables (piétons, cyclistes et personnes âgées).

Parmi les choses à corriger, il y a également la présence de moins en moins visible des forces de l'ordre sur le terrain qui doit être endiguée, mais aussi un renforcement des contrôles liés à la conduite sous l'effet de l'alcool et des stupéfiants qui entraîne 43 % des décès. Le déséquilibre avec la lutte contre la vitesse est flagrant comme en atteste le nombre de points retirés : 70 % d'entre eux concernent la vitesse contre seulement 0,9 % pour usage de stupéfiants au volant et 5,2 % pour conduite sous l'emprise de l'alcool.

Le bilan de la Cour des comptes est clair : l'élève Sécurité Routière doit donc continuer sur sa lancée mais corriger certains égarements.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (33)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

la Cour des comptes se contredit sans la moindre gène et personne pour relever?

Ils passent de "la mise en place des radars automatiques en 2003 a porté ses fruits et affirme qu'ils ne sont pas des pompes à frics" à "Le déséquilibre avec la lutte contre la vitesse est flagrant comme en atteste le nombre de points retirés : 70 % d'entre eux concernent la vitesse contre seulement 0,9 % pour usage de stupéfiants au volant et 5,2 % pour conduite sous l'emprise de l'alcool.... l'effet de l'alcool et des stupéfiants qui entraîne 43 % des décès".

Par

Exact Gastor, j'allais en venir c'est bien la preuve que les petit excès de vitesse sont la uniquement pour prendre de l'argent. Je ne défend pas la vitesse excessive il y'a des circuits pour ça que je pratique régulièrement pour la simple et bonne raison que ça fait travailler ma région.

Bref pour en revenir plus profondément dans le sujet le soucis reste les vieux, les cyclistes et trottinettes mais surtout la picole et la fumette ça c'est n'importe quoi et j'avoue que plus de képi avec des etylotest et moins avec les jumelles ne ferait que du bien à nos routes françaises.

Sans oublier l'état des routes, étant motard c'est un scandale ces dernières années là dégradation des chaussées est de plus en plus flagrante et dangereuse !

Par

"70 % d'entre eux concernent la vitesse"

Et combien d'entre eux concernent des excès de moins de 20 voir 10km/h ? (donc absolument pas "dangereusement mortel")

Une majorité sans doute...

Bref, c'est pour le fric et rien d'autre. Sinon ca ferait longtemps qu'il y aurait contrôle d'alcool obligatoire à chaque sortie de discothèque par exemple.

Par

En réponse à Gastor

la Cour des comptes se contredit sans la moindre gène et personne pour relever?

Ils passent de "la mise en place des radars automatiques en 2003 a porté ses fruits et affirme qu'ils ne sont pas des pompes à frics" à "Le déséquilibre avec la lutte contre la vitesse est flagrant comme en atteste le nombre de points retirés : 70 % d'entre eux concernent la vitesse contre seulement 0,9 % pour usage de stupéfiants au volant et 5,2 % pour conduite sous l'emprise de l'alcool.... l'effet de l'alcool et des stupéfiants qui entraîne 43 % des décès".

De la façon dont je l'ai compris, il n'y a pas de contradiction justement. La Cour des Comptes regrette qu'il y ait moins de contrôles sur la route en particulier vis-à-vis des cas stupéfiant/alcool au volant. Ils indiquent que 6.3% des >> pertes de points > décès

Par

Oh bah mon message a été tronqué... j'ai pas la force de tout retaper ! :brosse:

Par

Vous oubliez encore de parler de la plus grosse arnaque de tous les temps de la sécurité routière française.

La vitesse excessive tue 30% des gens mais comprend plein de chose qui n'ont rien à voir avec l'excès de vitesse (distance de sécurité, absence de visibilité, etc...).

Hors les radars ne sanctionne que l'excès de vitesse qui est une part très minoritaire (la sécurité routière se garde bien de communiquer le chiffre précisemment) des cas d'accident lié à une vitesse excessive.

Cette confusion vitesse excessive et excès de vitesse est le cœur de l'arnaque de la sécurité rentière.

Par

Le problème de la sécurité routière, c'est que la Sécurité Routière fait avec ses moyens (aucun)....

Ce doit faire 3 ans que je n'ai pas vu un radar "pas automatique" sur le bord des routes et surtout au moins 10 que je n'ai pas eu un "simple" contrôle des papiers...

Il n'y a quasi plus de policiers au bord des routes... et les slalomeurs fous, les déboiteurs d'espace de sécurité, les colleurs de derch' invétérés et autres dangers d'automobilistes s'en donnent à cœur-joie....

Par

"Enfin, le passage au 80 km/h est aussi une décision positive : « La baisse constatée de la vitesse moyenne sur les routes concernées par la limitation à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée a également contribué à la sécurité des usagers » selon les experts."

Il faudrait montrer à ces "experts" l'incohérence totale des référentiels du CEREMA, entre ce qu'ils affichaient comme vitesse moyenne sur le réseau les années précédant 2018, et la vitesse moyenne qui est apparue comme par magie comme base de référence en Juillet 2018 (qui "bizarrement" était presque 3 km/h plus haute que celle communiquée pendant longtemps, à savoir 84 km/h au lieu de 81 km/h).

Par

Et toujours des cons sans clignotant et qui colle au par choc

Par

De toute façon tant que ça ne prendra pas en compte l'évolution des voitures et que ça comparera le nombre de mort en voiture à une époque où la ceinture n'existait pas et celle où la voiture freine à votre place, ça n'aura aucun crédit.

La sécurité rentière n'est là que pour pomper le pognon des gens qui regardent la route au lieu de regarder le compteur :bah:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire