Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Le boom des plaques corses intrigue, même à l'étranger

Dans Faits divers & Insolite / Insolite

Olivier Pagès

Le boom des plaques corses intrigue, même à l'étranger

Impossible de passer à côté de ce phénomène : le nombre de véhicules immatriculés en Corse et disposant de plaques 2A et 2B ne cesse de croître. Si on aurait pû penser qu'il s'agissait au début d'une simple mode, cette particularité a perduré et vient même à intéresser les médias étrangers dont le très sérieux The Economist

La Corse est l'une des destinations de vacances préférées de la part des Français mais également de bon nombre de touristes qu'ils soient européens ou étrangers. Ses températures clémentes, ses magnifiques paysages, la beauté de ses eaux ainsi que la richesse de son patrimoine notamment gastronomique, sont quelques-unes des raisons de cet engouement. Toutefois, depuis 2009, et la fin de l'obligation de changer ses plaques d'immatriculation, celles frappées de la tête de Maure, logo de l'Ile de beauté connaît un succès considérable qui n'en finit pas d'interroger.

L'hebdomadaire anglais The Economist a donc mené l'enquête et évoque plusieurs raisons : la première porte sur l'importance de la diaspora corse en France; la seconde pourrait être un témoignage d'amour envers ces deux départements. Le magazine en évoque une troisième : la protection que pourrait entraîner ces plaques puisque la Corse dispose d'une très forte identité nationaliste que ce se soit dans son histoire ou même aujourd'hui.  Les automobilistes choisissant ce genre de plaques se sentiraient un peu plus en sécurité avec l'idée que leur voiture ne sera pas vandalisée ou qu'ils seront moins embêtés sur la route en raison du prétendu "caractère chaud" des Corses. D'autres rumeurs prétendraient également que ces plaques feraient "fuir" les forces de l'ordre qui seraient moins enclines à verbaliser notamment pour ce qui touche le stationnement (absence de ticket ou temps de stationnement autorisé dépassé).

Tout cela peut paraître bien farfelu, mais cette tendance dure et ne touche pas avec la même importance les autres départements ayant également dans leur histoire des velléités d'indépendance que ce soit la Bretagne ou le Pays Basque.

SPONSORISE

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire