Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Le Code de la Route a 100 ans

Dans Economie / Politique / Politique

Le Code de la Route a 100 ans

Le décret considéré comme le premier Code de la Route fête ses 100 ans en mai 2021.

Le 27 mai 1921 a été publié le décret concernant "la réglementation de l'usage des voies ouvertes à la circulation publique". S'il y a eu dès 1851 la "loi sur la police du roulage et des messageries publiques", élément fondateur de la sécurité routière, le décret de 1921 est considéré comme le premier Code de la Route.

L'élaboration a été longue, puisque le décret qui a créé "une mission temporaire chargée d'élaborer un Code de la Route" a été publié en juin 1909 ! Son rôle : proposer un projet qui va rassembler les différents textes régissant la circulation.

Cela fait donc 100 ans que l'ensemble des règles concernant les usagers de la route sont réunies dans un texte officiel. Le décret met en place les fondamentaux de la conduite, encore en vigueur de nos jours.

L'article 7 mentionne ainsi que '"les conducteurs doivent être constamment en état et en position de diriger leur véhicule". Plus important, cet article grave dans le marbre la conduite à droite. S'il est encore autorisé de rouler au milieu, il faut se serrer à droite pour croiser, car il est interdit aux conducteurs de se placer à gauche.

L'article 8 évoque la vitesse : "les conducteurs doivent toujours marcher à une allure modérée dans la traversée des agglomérations" ou quand "la visibilité n'est pas assurée dans de bonnes conditions". Autre élément important sur l'allure : "tout conducteur d'automobile doit rester constamment maître de sa vitesse". Les premières limitations étaient réservées aux engins de plus de 3 tonnes.

Déjà la priorité à droite

L'article 9 indique qu'il faut dépasser par la gauche. L'article 10 met en place un élément bien connu de nos jours, la priorité à droite : "en dehors des agglomérations, à la croisée des chemins de même catégorie au point de vue de la priorité, le conducteur est tenu de céder le passage au conducteur qui vient de sa droite". On trouve aussi l'interdiction de laisser un véhicule sur la voie publique ou de circuler sur les trottoirs.

Le décret contient ensuite des dispositions spéciales par catégorie, comme les véhicules à tractions animales ou aux cycles. Et il est bien sûr longuement question des "véhicules automobiles". Plusieurs articles détaillent les équipements à avoir : organes de freinage, éclairage, signaux sonores…

L'article 29 rappelle qu'il faut avoir son permis, même si ce nom est officialisé un an plus tard, en 1922 : "nul ne peut conduire un véhicule automobile s'il n'est porteur d'un certificat de capacité délivré par le préfet". Et attention, "après deux contraventions dans l'année, le certificat de capacité pourra être retiré par arrêté préfectoral". Le certificat n'était toutefois pas nouveau, il avait été rendu obligatoire sur l'ensemble du pays en 1899.

> Le texte complet du décret est à retrouver sur le site de la BNF.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

(..)Plus important, cet article grave dans le marbre la conduite à droite. S'il est encore autorisé de rouler au milieu, il faut se serrer à droite pour croiser, car il est interdit aux conducteurs de se placer à gauche.(..)

Et je me demande toujours, comme d'autres, ce qui a dicté la décision de rouler à droite et non pas à gauche...

Après, il me semble que c'était commun depuis les calèches, et certains avancent que c'est une histoire d'épée (quand les chevaliers se croisaient, sachant que l'épée se porte toujours à gauche. mais bon, quid des anglais alors?) ou simplement parce que Napoléon voulait qu'on fasse l'inverse des anglais, ennemi juré à l'époque.

Après, c'est peut-être lié au fait qu'il y a bien plus de droitiers que de gauchers?

Par

Les administrations publiques de la IIIe République n'étaient pas plus efficaces qu'aujourd'hui, il faut croire:biggrin:

Par

Mais surtout pourquoi vu qu'on roule à droite ne pas avoir choisi la priorité de gauche! Sachant qu'en roulant à droite on voit mieux arriver les voitures de gauche que de droite

Par

En réponse à fedoismyname

(..)Plus important, cet article grave dans le marbre la conduite à droite. S'il est encore autorisé de rouler au milieu, il faut se serrer à droite pour croiser, car il est interdit aux conducteurs de se placer à gauche.(..)

Et je me demande toujours, comme d'autres, ce qui a dicté la décision de rouler à droite et non pas à gauche...

Après, il me semble que c'était commun depuis les calèches, et certains avancent que c'est une histoire d'épée (quand les chevaliers se croisaient, sachant que l'épée se porte toujours à gauche. mais bon, quid des anglais alors?) ou simplement parce que Napoléon voulait qu'on fasse l'inverse des anglais, ennemi juré à l'époque.

Après, c'est peut-être lié au fait qu'il y a bien plus de droitiers que de gauchers?

Au début la conduite était à gauche car les cavaliers marchaient à gauche car portant leur bouclier et fourreau à gauche et pouvoir dégainer l'épée plus rapidement.

Au XVIII ème siècle on inventa le Conestoga, un charriot très pratique qui servait au transport du blé. Pas de siège pour le cocher, donc pour contrôler l'étalage le cocher se plaçait sur le cheval de gauche car il tenait le fouet de la main droite. Les Conestoga se mettent naturellement à rouler à droite, afin que le cocher puisse surveiller, lors des croisements, le côté exposé aux frôlements possibles par un autre chariot et que le fouet se déploie du côté du champ, et non sur les personnes croisant le chariot.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire