Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Les feux qui passent au vert si vous respectez la vitesse ne sont pas légaux

Les feux qui passent au vert si vous respectez la vitesse ne sont pas légaux

Ces feux tricolores qui virent au rouge quand vous roulez trop vite sont appréciés des maires. Problème : ils ne sont pas légaux et le ministre de l'Intérieur l'a lui même rappelé.

Les feux tricolores ne servent pas seulement à distribuer les priorités dans les carrefours. Vous l'avez sûrement déjà vu, certains sont implantés sans la présence d'un croisement. Leur rôle ? Vous inciter à respecter la limitation de vitesse. On peut les appeler feux comportementaux ou feux intelligents, certains les surnomment plutôt feux sanction.

Ils sont très appréciés par les maires, qui y voient un bon outil de sécurité routière. En effet, le système peut marcher dans les deux sens : soit le feu vert va passer au rouge si un automobiliste approche trop rapidement, soit il passe au vert lorsqu'on arrive en respectant la limitation de vitesse. On voit souvent ces appareils dans les centres de petites villes et de villages, surtout ceux qui sont traversés par une longue ligne droite.

Le problème est que ces feux ne sont pas légaux ! C'est le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui vient lui-même de le rappeler, dans le cadre d'une réponse à une question posée par un sénateur du Territoire de Belfort : "L'utilisation de feux asservis à la vitesse n'est pas conforme à la réglementation actuelle définie par l'arrêté du 24 novembre 1967 relatif à la signalisation des routes et autoroutes et par l'instruction interministérielle sur la signalisation routière, qui ne prévoit pas la finalité de modération de la vitesse pour des feux de circulation."

Et le ministre se fait clair dans sa réponse en indiquant que les collectivités qui ont déjà implanté ce genre de feu doivent leur redonner un usage de feu de circulation ou les éteindre. Il le justifie par le fait qu'en cas d'accident corporel de la circulation au niveau d'un de ces feux, la responsabilité de la collectivité est engagée.

Un avis qui suscite l'incompréhension de la part des élus, qui voient dans ces systèmes un moyen pédagogique de faire respecter la vitesse dans leur commune. Et le système arrive même à mettre d'accord le délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, Pierre Chasseray, et la présidente de la Ligue contre les violences routières, Chantal Perrichon ! Dans le Parisien, le premier juge que "sur les grands axes, c'est beaucoup plus pertinent qu'un radar" tandis que la seconde déclare que "là où ces feux sont apparus, on a plutôt vu les automobilistes s'assagir".

Le gouvernement est bien conscient de la pertinence de ce type de feu. Il a donc lancé une expérimentation "officielle" sur une départementale dans le Nord (au Vieux-Mesnil), afin de mesurer l'efficacité du système dans l'optique de faire évoluer la réglementation pour rendre légaux ces feux si les résultats sont concluants. L'expérimentation va notamment analyser le taux de feu rouge grillé ou le comportement des conducteurs quand le feu passe au vert ou reste au rouge.

Si sur le terrain on semble voir que des avantages, l'expérimentation pourrait montrer des effets pervers, notamment des envies d'accélérer pour justement profiter du vert qui vient d'apparaître.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire