Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Les Français mécontents du coût des transports publics, certains veulent la gratuité

Dans Economie / Politique / Social

Les Français mécontents du coût des transports publics, certains veulent la gratuité

Face à un peuple qui gronde face au coût d'usage de la voiture particulière, l'UTP (union des transports publics et ferroviaires) rappelle que, contrairement à ce que pense une partie des Français, celui des transports publics a augmenté moins vite que l'inflation. Et la prise en charge des employeurs est toujours réelle.

Pour réduire la facture carburant, il est intéressant, pour les Français qui le peuvent, de favoriser les transports en commun. TER, bus, métro, train, tous les moyens sont bons pour limiter les frais kilométriques, mais il existe pourtant un grand décalage entre ce que pensent les Français et la réalité du terrain selon l'Observatoire de la mobilité publié par l'UTP.

En effet, 60 % des Français "pensent que le prix des transports publics progresse autant ou plus que celui des déplacements en voiture", ce qui est faux selon l'Union puisque la hausse est "bien en deçà de celle des autres services publics, mais aussi du niveau de l'inflation".

Rappelons, également, que les employeurs prennent souvent en charge une bonne partie des abonnements aux transports publics dans les grandes villes : "aujourd'hui, les utilisateurs payent 15 % du coût du transport public, ce qui est extrêmement faible", précise le responsable de l'étude.

Selon ce dernier, 40 % des sondés ne seraient même pas au courant de ce fait, et pire encore, il y aurait de plus en plus de Français qui demandent la gratuité des transports en commun : la part des citoyens se déclarant favorables à la gratuité des transports a progressé de 9 % en un an à 38 % ! L'UTP rappelle évidemment que c'est tout, sauf une bonne idée.

L'étude rappelle tout de même qu'il y a encore aujourd'hui 27 % des Français qui n'ont pas accès (ou très difficilement) à un réseau de transports en commun. La gestion de cette mobilité pour les provinciaux et particulièrement les ruraux devrait certainement être un axe important des déplacements de demain, surtout si l'on veut désenclaver les grandes villes et éviter une trop grande centralisation... comme c'est déjà le cas.

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (108)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Ben voyons, on veut des services parfaits, fréquents et en plus gratuits.

Le débat commence à voler haut...

Par

En réponse à pechtoc

Ben voyons, on veut des services parfaits, fréquents et en plus gratuits.

Le débat commence à voler haut...

En même temps vu le nombre de fraudeurs on a qu à rendre ça gratuit

Par

En réponse à pechtoc

Ben voyons, on veut des services parfaits, fréquents et en plus gratuits.

Le débat commence à voler haut...

Et sans payer d'impôts, bien entendu. :-)

Par

En réponse à pechtoc

Ben voyons, on veut des services parfaits, fréquents et en plus gratuits.

Le débat commence à voler haut...

Et sans augmenter les impôts ou les taxes, bien sûr. On a qu'à économiser sur "les autres qui se gavent" et "le gaspillage" et en donner moins "a ceux qui ne le méritent pas, en fait".

Comme ça, on va tout me donner gratis. Et si le déficit se creuse en échange de tout ce qu'on me donne ? Je râlerai qu'on est mal géré et que moi, je ne savais pas et que si j'avais su, bien sûr que j'aurais été contre !

Par

En réponse à

Ben il te l'a dit : " une ambassadrice des pôles (ségolène royale ) à branler les pingouins et sucer les inouites"

Par

les transports seraient gratuits que certains trouvaient cela encore trop cher.

Après c'est plutôt les lieux desservis et la fréquence des passages qui pêchent plutôt que les prix.

Habitant à 2.5 du bourg de ma commune aucun bus ou train ne passent...Donc la voiture est indispensable

Par

S'il ne reste que 15% à charge de l'utilisateur, qui prend le reste à charge ? Collectivités ? Etat ? Exploitants ? On voit aussi énormément d'encarts publicitaires sur les bus de la RATP par exemple, combien cela rapporte-t-il ? La publicité ou des services supplémentaires payants ne pourraient-ils pas subventionner ces 15% restants ? Ne serait-il pas possible de trouver des voies de financement afin de rendre les transports en commun gratuits et ainsi favoriser la circulation des personnes autrement que par l'automobile ? La gratuité des transports en commun me paraît être une alternative plus intelligente qu'une bête augmentation des taxes !

Par

Les citadins veulent des transports en commun gratuits ? Pas soucis ! Offrons leur des pédibus !

Par

En réponse à fordkuga

les transports seraient gratuits que certains trouvaient cela encore trop cher.

Après c'est plutôt les lieux desservis et la fréquence des passages qui pêchent plutôt que les prix.

Habitant à 2.5 du bourg de ma commune aucun bus ou train ne passent...Donc la voiture est indispensable

Mais plus de fréquence et plus de lieu desservi a un coût, et donc se répercuterait sur le prix de tous les billets pour investir et ensuite compenser les coûts de ces lignes peu fréquentés jamais rentables. Un transport publique efficace et généralisé, c'est très cher. Les prix seraient tout autres, sauf, éventuellement, si tout le monde s'y met et délaisse sa voiture (ce qui bien entendu n'arrivera jamais, car le prix du billet sera "trop cher")

Par

À Dunkerque le bus est gratuit

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire