Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Les pneus "connectés" arrivent sur le marché, en commençant par Volvo

Dans Pratique / Entretien

Les pneus "connectés" arrivent sur le marché, en commençant par Volvo

Le pneu à puce RFID va débarquer sur le marché européen. Continental a débuté leur production, et le premier client du géant allemand n'est autre que Volvo.

Le pneu à puce RFID (Radio frequency identification) n'est pas nouveau. Les premiers essais datent de plusieurs années, chez Michelin, l'initiateur du projet, comme chez Continental, mais aucun n'a pour l'instant foulé le bitume en étant installé d'origine sur un véhicule de série. Pour Bibendum, il s'agissait de lancer cette technologie dans un premier temps dans le secteur du poids lourd avant de s'attaquer au véhicule particulier.

Continental annonce justement avoir débuté la production de pneus EcoContact 6 à puce RFID dans le courant de l'automne. Ils seront installés en première monte chez Volvo, qui sera ainsi l'un des tout premiers constructeurs en Europe à disposer de cette technologie.

RFID, pour quoi faire ?

Techniquement, une puce RFID est un élément très basique et peu coûteux. Mais son installation dans un pneu a soulevé de nombreux défis technologiques, d'autant plus qu'il a fallu que l'ensemble des manufacturiers majeurs s'accordent sur la façon de lire la puce afin de standardiser le processus au niveau industriel. Résultat : la puce sera lisible à 15 cm de distance, et pas "au contact", comme avec un traitement par smartphone.

La puce RFID va suivre toute la vie du pneu, de la fabrication... au recyclage. C'est en tout cas ce qu'espèrent les fabricants. Ce petit élément radio va aussi bien aider les ateliers lors du montage comme lors du traitement de pneus usés. En effet, il contiendra des éléments liés à l'usure, l'utilisation, la durée de vie... 

Au premier abord, les bénéfices du pneu RFID s'adressent surtout aux gestionnaires de flottes, qui pourront ainsi suivre plus efficacement les montes des véhicules d'une flotte. Mais l'application de la technologie aux particuliers pourrait également permettre de mieux traiter les pneus en seconde vie, soit en recyclant, soit en rechapant, tout en ayant un meilleur regard sur les pneus d'occasion.

"Les informations figurant sur l’étiquette RFID intégrée au pneu sont lues par un dispositif qui permet de faciliter le montage machine du pneu sur la jante en respectant les exigences d’assurance qualité, complète Continental. La roue assemblée peut ainsi être tracée tout au long du processus de fabrication et des étapes logistiques, jusqu’à son montage sur le véhicule. Cet ensemble de procédures permet d’assurer le niveau de qualité requis tout au long de la chaîne logistique, jusqu’au site d’assemblage et d’ouvrir la voie à la coopération dans le cadre des futures conditions de production avec industrie 4.0", résume Continental.

Pour les fabricants, cela représente aussi et surtout un nouveau marché : celui du service au pneu connecté. Michelin table déjà sur plus de 2 milliards par an de revenus, soit environ 10 % de l'activité de la marque.

 

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (18)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Incompréhensible. La puce ne dispose pas de capteurs. Elle ne peut contenir qu'une donnée fixe qui n'est rien d'autre que la date de fabrication qui est déjà mentionnée sur le pneu. Soit c'est pour automatiser la lecture en masse de cette seule information, soit il manque des données à l'article...

Par

L'intérêt me parait complétement nul pour le consommateur / conducteur final.

Ca servira peut être pour la gestion des stocks dans les entrepôts des grossistes (et encore, beaucoup de déchet d'équiper chaque pneu pour très peu d'apport) mais pour le reste ...

Je doute que Dédé qui change ton pneu dans son atelier ait besoin d'une "traçabilité et d'un suivi logistique optimisé" entre ta bagnole et son démonte-pneu situé à 2m50 de la voiture.

Par

En réponse à Hybridation

Incompréhensible. La puce ne dispose pas de capteurs. Elle ne peut contenir qu'une donnée fixe qui n'est rien d'autre que la date de fabrication qui est déjà mentionnée sur le pneu. Soit c'est pour automatiser la lecture en masse de cette seule information, soit il manque des données à l'article...

" En effet, il contiendra des éléments liés à l'usure, l'utilisation, la durée de vie... "

Evidemment, si ce genre de technologie est mise en place, c'est qu'il y a aura une utilité et un gain financier.

On se doute bien qu'il y aura d'autre information que la date de fabrication du pneu.

Par

En réponse à Aznog

L'intérêt me parait complétement nul pour le consommateur / conducteur final.

Ca servira peut être pour la gestion des stocks dans les entrepôts des grossistes (et encore, beaucoup de déchet d'équiper chaque pneu pour très peu d'apport) mais pour le reste ...

Je doute que Dédé qui change ton pneu dans son atelier ait besoin d'une "traçabilité et d'un suivi logistique optimisé" entre ta bagnole et son démonte-pneu situé à 2m50 de la voiture.

L'idée des cette puces sembles effectivement plus utiles pour la filières professionnelles que pour le particulier.

Après, si ça permet d'améliorer son cycle de vie, why not.

Par

Cela va t-il augmenter le prix des pneus ?

Par

En réponse à Corvintetö

L'idée des cette puces sembles effectivement plus utiles pour la filières professionnelles que pour le particulier.

Après, si ça permet d'améliorer son cycle de vie, why not.

En quoi ça va améliorer son cycle de vie (surtout sur un pneu pour véhicule léger) ? Ne pas le rechaper (pratique minoritaire) 4 fois avant de le changer ?

Bientôt de p'tits lecteurs RFID dans les ailes pour te dire, à chaque démarrage, que ton pneu a plus de 4 ans et qu'il faut le changer ?

J'ai quand même l'impression que c'est du délire d'ingénieur (youhou, on va faire des pneus communicants 4.0) avec un service marketing qui rame à mort pour trouver une application réelle derrière ...

Quid de l'augmentation des prix pour ces pneus (vu qu'ils seront aussi destinés au conducteur lambda) ?

Bref, ca parait quand même bien bien flou cette histoire ...

Par

En réponse à Winnoc12

Cela va t-il augmenter le prix des pneus ?

Ces puces RFID ne coûtent pratiquement rien, cela ne veut pas dire qu'il y aura pas d’augmentation des prix. J'ai du mal a comprendre l'intérêt pour l'utilisateur final comme pour l'atelier de montage.

En revanche, pour les grands comptes qui achètent des km et pas des pneus, il y a peut être une utilité mais je ne la vois pas sauf mise en mémoire de données au montage. Peut être une fiche de suivi qui suit le pneu …

Par

En réponse à Aznog

En quoi ça va améliorer son cycle de vie (surtout sur un pneu pour véhicule léger) ? Ne pas le rechaper (pratique minoritaire) 4 fois avant de le changer ?

Bientôt de p'tits lecteurs RFID dans les ailes pour te dire, à chaque démarrage, que ton pneu a plus de 4 ans et qu'il faut le changer ?

J'ai quand même l'impression que c'est du délire d'ingénieur (youhou, on va faire des pneus communicants 4.0) avec un service marketing qui rame à mort pour trouver une application réelle derrière ...

Quid de l'augmentation des prix pour ces pneus (vu qu'ils seront aussi destinés au conducteur lambda) ?

Bref, ca parait quand même bien bien flou cette histoire ...

"Cette puce RFID installée dans chaque pneu permet de connaître, outre son identification, son emplacement sur le camion, son niveau d'usure, sa pression et sa température. Toutes les données sont stockées dans un cloud accessible aussi bien par le transporteur que par Michelin. Pour le transporteur, ces données permettent de mieux gérer son parc, de réaliser des économies tant au niveau du carburant (bonne pression des pneus) que des pneumatiques. Selon Michelin, un tiers des pannes de poids lourds en Europe sont liées aux pneus, dont 90 % présentant un problème de gonflage. L'équipementier précise que des économies peuvent être réalisées sur les changements ou rechapages. En effet, ce dernier a constaté que les pneus usagés arrivant à l'usine de rechapage possèdent encore 4,8 millimètres de gomme alors que la réglementation européenne impose un rechapage à 1 ou 2 millimètres selon les normes en vigueur dans les pays. Michelin estime que son programme de puces RFID devrait faire économiser quelques centaines de milliers d'euros sur de grosses flottes de camions. (source Usine Nouvelle)":bah:

Par

Pour les pneus tourisme cela en fera des puces à recycler, ensuite il y a la gestion des pneus pour le rechapage à savoir si le fait de gérer les pneus PL à la limite avec des gains financiers en perspective ne se fera pas au détriment de la sécurité routière.

Par

En réponse à ZZTOP60

"Cette puce RFID installée dans chaque pneu permet de connaître, outre son identification, son emplacement sur le camion, son niveau d'usure, sa pression et sa température. Toutes les données sont stockées dans un cloud accessible aussi bien par le transporteur que par Michelin. Pour le transporteur, ces données permettent de mieux gérer son parc, de réaliser des économies tant au niveau du carburant (bonne pression des pneus) que des pneumatiques. Selon Michelin, un tiers des pannes de poids lourds en Europe sont liées aux pneus, dont 90 % présentant un problème de gonflage. L'équipementier précise que des économies peuvent être réalisées sur les changements ou rechapages. En effet, ce dernier a constaté que les pneus usagés arrivant à l'usine de rechapage possèdent encore 4,8 millimètres de gomme alors que la réglementation européenne impose un rechapage à 1 ou 2 millimètres selon les normes en vigueur dans les pays. Michelin estime que son programme de puces RFID devrait faire économiser quelques centaines de milliers d'euros sur de grosses flottes de camions. (source Usine Nouvelle)":bah:

Tu parles de Michelin sur une news ... Continental.

Le système de Michelin présenté est bien plus complexe et ne se base pas uniquement sur une vulgaire puce RFID car jusqu'à preuve du contraire, une puce RFID n'envoie pas de données dans le Cloud. Bref c'est tout un système qui va de la puce RFID en passant par la puce 4G/5G (du véhicule) pour envoyer les datas, les capteurs de pression des pneus dont l'info transite surement par l'ODB pour afficher les valeurs (et les alertes) au conducteur, ...

On est très loin d'une simple puce dans le pneu de la Volvo de Mme Michu qui se fout certainement d'avoir accès à l'état de ses gommards via une appli cloud.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire