Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Les tops et les flops de la rédaction (5/10) : des pubs Renault à Top Gear

La fin d’année est l’occasion de jeter un coup d’œil dans le rétro. Chaque jour pendant cette période des fêtes, les journalistes de la rédaction de Caradisiac vous font part de leurs enthousiasmes et de leurs coups de griffes. Aujourd’hui, Florent Ferrière, journaliste, vous donne son top/flop 2021.

Les tops et les flops de la rédaction (5/10) : des pubs Renault à Top Gear

Mon top : le renouveau de la pub Renault

Début 2021, Renault a lancé sa "Renaulution", sous l'impulsion de son nouveau directeur général Luca de Meo. S'il faudra attendre 2022 pour voir ce renouveau prendre forme dans la gamme, avec la Mégane électrique et l'Austral, le changement est déjà bien visible dans la communication.

Pour travailler sur ce domaine, Renault est allé débaucher Arnaud Belloni chez Citroën. Celui qui a grandement participé à la modernisation de l'image des chevrons a été propulsé à la tête du marketing du Losange, avec la même mission. Et il n'a pas chaumé, puisqu'en 2021, 48 campagnes ont été lancées.

Les tops et les flops de la rédaction (5/10) : des pubs Renault à Top Gear

Moi, j'ai beaucoup aimé les publicités diffusées cette année à la télévision. La marque a enchaîné de véritables petits films qui ont remis de l'émotion et du sourire dans la communication de Renault, avec des histoires réfléchies et non de simples arguments de vente du genre "elle consomme peu et est en promo".

J'ai ainsi en tête le voyage dans les années soixante sur la musique de Michel Legrand pour vanter les occasions, la mise en avant de la mal-aimée Fuego pour le service entretien et le papy qui remonte sur le vélo pour le Captur hybride, un spot que l'on a pu voir en version longue pendant le Tour de France.

Mon flop : Top Gear France saison 7

Je me souviens qu'enfant je regardais religieusement Automoto et Turbo. Des programmes que j'ai délaissés une fois adulte, peut-être parce qu'étant désormais au cœur de ce milieu qui me faisait rêver gamin, j'ai déjà trop la tête dans l'actualité automobile la semaine… et parce que je leur ai préféré des programmes moins "consuméristes". Mais c'étaient donc des shows venus d'ailleurs, à commencer bien sûr par Top Gear.

Et c'est avec la version française de cette émission culte que je suis revenu sur un programme français. J'ai plutôt été bon public sur les premières saisons, avec l'envie de donner sa chance au produit et de l'encourager, content qu'une petite chaîne du fin fond de la TNT investisse dans un programme de ce genre.

Mais cette fois, j'ai zappé. Les épisodes de la septième saison (déjà ?!) n'avaient pas beaucoup de saveur. Si Luc Alphand a pu apporter un peu de renouveau et d'expertise, tout est prévisible : les dialogues, les mises en scène, les avis…

On sent d'ailleurs qu'il n'y a plus trop de budget (la comparaison est cruelle avec Top Gear UK et The Grand Tour) et que les épisodes sont maintenant un montage de courtes saynètes écrites et tournées à la va-vite. Même les invités ne sont pas dignement mis en valeur. Et puis avoir un animateur principal qui n'a pas de coup de volant, ça commence à poser problème.

L'art est difficile et la critique est facile certes, mais visiblement je ne suis pas le seul à ne plus aimer, les audiences ayant fortement décliné. Le dernier inédit a attiré moins de 300 000 téléspectateurs.

SPONSORISE

Toute l'actualité

Dernières vidéos

Commentaires ()

Déposer un commentaire